DAESH OUTIL DES RICHES DU WALL STREET POUR DESTABILISER LE MOYEN ORIENT

 

Oct 06, 2015 06:17 UTC   

IRIB- Daech et ses protecteurs parmi les régimes alliés des Etats-Unis sont l’instrument des riches du Wall Street pour déstabiliser le Moyen-Orient.

C’est une analyse de l’expert politique américain, Caleb Maupin selon lequel, les groupes terroristes semblent ne pas avoir des points communs, si on les étudie sur fond des évolutions historiques dans le monde ; ils se ressemblent toutefois, poursuit Maupin, lorsqu’on tient compte de leurs visions et programmes, dans les conditions actuelles, notamment dans le domaine des relations économiques. Selon Maupin, tous ces éléments sont, apparemment, contre l’ordre économique des riches du Wall Street et les établissements bancaires de l’Europe de l’ouest. Ils prétendent vouloir une économie qui fonctionne pour tout le monde et un commerce international selon les principes humains alors qu'ils foulent aux pieds tous ces principes et violent le droit à vie des populations. Et cela sans oublier qu'ils sont tous financés et stipendiés par les mêmes riches auxquels ils se disent opposés. Pour l’analyste Caleb Maupin la lutte actuelle contre Daech en Syrie est en effet une guerre entre deux différentes visions économiques et deux divers ordres éthiques. « Personne ne peut nier l’implication des Etats-Unis dans la formation de Daech. Les Etats-Unis ont commencé par bombarder l’Irak pour y semer le chaos, allant peu à peu vers la déstabilisation de la Syrie. N’oublions pas les milliards de dollars que les Etats-Unis ont dépensés, avec tous leurs alliés arabes et européens, dans le cadre du projet de changement de régime politique en Syrie. L’analyste américain poursuit ainsi : « Ils font tout, au nom des droits de l’Homme, présentant Bachar Assad comme un ennemi et un diable alors qu’ils apportent des aides financières aux organisations extrémistes et violentes. Il existe, indubitablement, un grand nombre de terroristes d’origine tchétchène parmi les terroristes actifs en Syrie, ce qui prouve les aides financières américaines, apportées tout au long de ces dernières décennies, aux sunnites extrémistes au Caucase du nord ainsi qu’aux parties méridionales de l’ex-Union soviétique. Ainsi Maupin conclut que la plupart des activités des réseaux sociaux en soutien à Daech, sont alimentées par l’Arabie,  la Turquie et  la Jordanie, c'est-à-dire les alliés des Etats-Unis.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau