ECHECS A REPETITION DES USA EN AFGHANISTAN, EN IRAK ET EN SYRIE

 

 

Oct 05, 2015 10:20 UTC  

 IRIB- Le magazine américain "Foreign Policy" a traité dans un article les échecs à répétition des Etats-Unis au Moyen-Orient.

Les Etats-Unis ont dépensé des milliards de dollars pour équiper, former et donner des consultations à leurs forces en Irak, en Afghanistan et en Syrie, mais ces sommes n’ont été d'aucune utilité. Le pire est que la situation s’est même aggravée dans ces pays.
Une mauvaise semaine dans un mauvais mois. Un mauvais mois dans une mauvaise année. Le 28 septembre les talibans ont occupé la ville de Kunduz en Afghanistan, infligeant une défaite cuisante aux défenseurs de la ville, entraînés par les forces américaines.
Le 26 septembre les rebelles armés en Syrie ont remis les armes fournies par les USA à la disposition d’un groupe lié à Al-Qaïda.
Les rapports étaient pires en Irak. L’armée irakienne, entraînée par les Américains ont échoué en mai dernier face aux daechistes à Ramadi.
"Pourquoi les efforts des Etats-Unis pour former les rebelles modérés sont-ils voués à l’échec dans le monde ?", s’interroge "Foreign Policy".
Les USA ont dépensé des milliards de dollars pour entraîner, équiper et donner des consultations à leurs combattants en Irak, en Afghanistan et en Syrie, mais ceux qui en ont tiré profit, ont pris la poudre d'escampette à la première occasion et se sont enfuis des champs de bataille !
Alors qu'aux Etats-Unis, la Présidentielle s'approche à grands pas, de nombreuses questions seront évoquées. Le débat qui va s’imposer aura certainement ses impacts sur le choix des Américains. La diplomatie du prochain président sera aussi marquée par ce débat.
Pour les faucons représentés par les républicains et certains démocrates pro-Clinton l’argent et le temps que les Etats-Unis dépensent pour former et équiper les rebelles, ne sont pas importants. Ils rejoindront l’ennemi dès que les Américains quitteront leur pays.
Selon les faucons, le président Obama n’aurait pas dû retirer les forces américaines de l’Irak en 2011 et se fier à l’armée irakienne pour rétablir l’ordre.
Les faucons tenteront de convaincre le Congrès : « Si nous renonçons à investir dans l’armée et si nous ne comptons pas sur nos propres forces afin d’accéder à nos but à l’étranger, nos ennemis seront en mesure de défier nos intérêts dans le monde ».
Ils sont aussi d’avis que Barack Obama n’aurait pas dû retirer les militaires US de l’Afghanistan en 2014. Ils affirment que Washington devait envoyer des forces terrestres en Syrie au lieu de soutenir les rebelles modérés.
L’approche des démocraties est différente. D’après eux, les Etats-Unis ne doivent pas s’ingérer dans les affaires des autres pays.
"Nous avons déployé des centaines de milliers de militaires en Irak et en Afghanistan mais les récentes évolutions n'ont donné que sur des échecs humiliants", selon les démocrates.
Les démocrates sont aussi d'avis que les interventions militaires des USA hors de leurs frontières n’ont jamais été utiles et même elles ont aggravé la situation.
Sur la scène militaire les Etats-Unis ont dépensé plus que la totalité des 15 pays militaires du monde. Il est temps que Washington donne la priorité aux secteurs de la santé et des infrastructures au sein des Etats-Unis.
Le "Foreign Policy" évoque le principal facteur de l’échec des Etats-Unis dans la formation des rebelles à l’étranger : la Maison Blanche ne comprend pas que les citoyens des autres pays cherche à assurer les intérêts de leur propre pays.
"Les Irakiens, les Afghans et les Syriens ne sont pas moins courageux que les Américains. Les peuples de ces pays ont vécu durant cette dernière décennie plus de souffrances et de maux que les Américains", conclut le magazine.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau