LA MONTEE DE L’INTOLERANCE AUX US MISE EN LUMIERE PAR LA TUERIE DE DALLAS

La tuerie de Dallas met en lumière la montée de l’intolérance aux Etats-Unis
 

 La tuerie de Dallas, où un ancien soldat visait des policiers blancs pour se venger des brutalités des forces de l'ordre contre les Noirs, s'ajoute à une longue série de violences meurtrières qui reflètent,  selon des experts, une montée de l'extrémisme et de l'intolérance en Amérique.


 Tensions raciales, ras-le-bol des élites politiques, et inégalités économiques alimentent une polarisation du pays, affirme le Southern Poverty Law Center (SPLC), qui suit les mouvements racistes et extrémistes aux Etats-Unis.


   L'auteur de la tuerie, Micah Johnson, un ancien soldat de 25 ans, soutenait des organisations de défense des Noirs, dont certaines prônent la haine.

 Johnson a expliqué à la police qu'il était en colère après la mort cette semaine de deux Noirs sous les balles de policiers dans le Minnesota (nord) et en Louisiane (sud).

Le SPLC explique que les groupes qu'il surveille sont des mouvements "séparatistes noirs" opposés à "l'intégration et aux mariages inter-raciaux, et qui veulent des institutions séparées - voire un pays séparé pour les seuls Noirs d'Amérique".

Ces organisations sont "généralement très petites mais sont très antisémites, très anti-Blancs et aussi très anti-homosexuels", affirme Mark Potok, un expert du SPLC qui a écrit sur la montée de ces groupes l'an dernier.

Mais ces mouvements diffèrent beaucoup des groupes comme Black Lives Matter ("Les vies des Noirs comptent"), qui a émergé il y a deux ans après la mort de plusieurs Noirs, non armés, sous les balles de policiers souvent blancs.

Ils ne sont pas liés à ce mouvement pacifique mais ont bénéficié indirectement de sa popularité, explique Potok à l'AFP. "Toute la colère qui s'est exprimée sur la violence de la police contre les Noirs a contribué à la montée de ces groupes noirs extrémistes".

Black Lives Matter s'est donc rapidement distancié de la tuerie de Dallas vendredi, sur sa page Facebook. "L'attaque d'hier est le fruit d'actions perpétrées par un tireur isolé", écrit le mouvement. "Rendre responsable tout un mouvement des actions d'une seule personne est dangereux et irresponsable".


Sur Facebook, Johnson suivait les groupes New Black Panther Party, Nation of Islam et Black Riders Liberation, tous listés par le SPLC comme prônant la haine.

Le New Black Panther Party avait ainsi accusé les juifs des attentats du 11-Septembre et affirme que les Blancs préparent un génocide de tous les non-Blancs, selon le SPLC.

Nation of Islam est aussi connu pour son antisémitisme et sa haine des Blancs.
   
 A bout de nerfs 
 
Le nombre de groupes répertoriés en ligne par le SPLC comme milices, 
groupes prônant la suprématie de la race blanche, islamistes radicaux, 
néo-nazis ou d'autres formes d'extrémisme a augmenté de 14% entre 2014 (784) et 2015 (892).

Un chiffre qui a doublé par rapport à 1999, quand il y avait 457 de ces 
groupes aux Etats-Unis.

Parmi eux le Ku Klux Klan et les groupes séparatistes noirs sont les plus 
nombreux, représentant respectivement 21% et 20% de tous les groupes prônant la haine.

Les groupes affiliés au KKK sont passés de 72 en 2014 à 190 en 2015. L'an 
dernier, un jeune défenseur de la race blanche a tué neuf paroissiens noirs 
dans une église de Charleston, en Caroline du Sud.

A l'autre bout du spectre politique, le nombre de groupes séparatistes 
noirs est passé de 113 à 180 l'an dernier, quand plusieurs cas de brutalités 
policières ont ravivé les tensions raciales.


   Le président Barack Obama a rappelé que la mort des deux Noirs, dans le 
Minnesota et en Louisiane, n'étaient pas des cas isolés. "Ils sont 
symptomatiques de défis plus larges au sein de notre système judiciaire", 
a-t-il souligné, citant les "disparités raciales".

   Les exemples qui mettent à bout les nerfs de l'Amérique abondent.
   Jeudi, quand le pays était déjà sous le choc de la mort de ces deux 
Afro-Américains, le corps d'un jeune Noir pendu à un arbre à Atlanta a suscité 
beaucoup de réactions. La police a conclu à un suicide. Mais les habitants ont 
exprimé leur méfiance à l'égard d'une scène qui leur rappelait les lynchages 
par le KKK il y a plusieurs dizaines d'années.

   La campagne présidentielle actuelle, avec les discours anti-immigrés et 
racistes du candidat républicain Donald Trump, crée aussi "un environnement où 
l'extrémisme devient plus tolérable", note Scott Simpson, porte-parole de la 
Leadership Conference on Civil and Human Rights.

   "Quand les discours de haine deviennent dominants, cela autorise les gens à 
donner leurs points de vue extrémistes qu'ils n'auraient jamais exprimés 
publiquement sans cela", explique Simpson. Et "cela autorise les gens à 
cibler des communautés".
 

 

Source: AFP

10-07-2016 - 10:29 Dernière mise à jour 10-07-2016 - 10:29 | 49 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=313686&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau