LA SUPERIORITE MILITAIRE DES USA AN PASSE DE DEVENIR UN MIRAGE

Un chasseur américain F-16

Média italien: la supériorité militaire US, bientôt du passé?

© Sputnik. Alexander Kovalev
 
International
 
URL courte
 
104618590
 
"Les USA ne sont pas en mesure d’attaquer la Russie, la Chine et l'Iran", titre le quotidien italien Il Giornale, soulignant que l'armée américaine ne dispose pas d'armements capables de percer les dispositifs de défense de ces pays.
 

Les systèmes d'armes américains sont incapables de percer la défense russe, indique Il Giornale, citant un rapport du Center for Strategic and Budgetary Assessments.

"La supériorité militaire des Etats-Unis est en passe de devenir un mirage", constate le journal.

 

Selon lui, le Pentagone a dépensé des moyens importants pour acquérir des armes de courte portée, mais pas assez pour acheter des armes de plus grande portée. C'est la raison pour laquelle les Etats-Unis n'ont pas la moindre chance de triompher des systèmes de défense russes, chinois ou iraniens.

 

"Bref, en cas de guerre entre Poutine et Washington, les armes américaines seraient incapables de vaincre le Kremlin ou, au moins, de frapper Moscou à une distance dite de sécurité", indique le quotidien.

 

Les éléments cités dans le rapport sont corroborés par une série de sites internet consacrés aux forces armées des Etats-Unis. Ces sites publient notamment des déclarations de généraux américains selon lesquelles ces derniers temps, Washington préférait investir dans des opérations en Irak, en Afghanistan et en Syrie où l'aviation des Etats-Unis et de la coalition occidentale opérait en toute liberté, car aucun de ces pays ne possédaient de systèmes de DCA susceptibles de gêner les opérations aériennes.

 

Entre 2001 et 2014, le Pentagone a acheté 304.750 systèmes d'armes (96% de la totalité des armes achetées) ayant une portée de 80,47 km et seulement 7.109 systèmes de plus grande portée (643,74 km).

"C'est trop peu pour pouvoir mettre en difficulté les systèmes de défense de pays comme la Russie, l'Iran et la Chine", conclut le journal.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau