LES OPERATIONS A L’ETRANGER, MOTEUR N°1 DU TERRORISME US

Les opérations à l’étranger, moteur N°1 du terrorisme «made in USA»

 12 Oct, 2016 19:45  12 octobre 2016

fbi

 Amérique et Europe - USA

no author

Les autorités américaine se demandent souvent quelles mesures prendre afin d’enrayer l’émergence du terrorisme aux Etats-Unis. Le FBI est formel: moins il y a d’ingérences dans les affaires d’autrui, moins le terrorisme national est virulent.

Le mécontentement à l’égard des opérations américaines à l’étranger est le principal déclencheur de l’apparition de terroristes nés sur le sol aux Etats-Unis, lit-on dans un rapport effectué par le département antiterroriste du FBI.

L’étude a engagé des analystes des services de renseignement et des agents spéciaux qui ont travaillé dans le cadre de presque 200 enquêtes, tant ouvertes que confidentielles, impliquant des « extrémistes nés aux Etats-Unis ».

Les réponses des sondés ont confirmé la conviction du FBI : ces extrémistes sont unanimes à affirmer que les atrocités commises par les forces armées américaines dans les pays musulmans constituent la cause principale de leur engagement.

Des rapports en ligne avec les terroristes et la propagande islamiste, par exemple celle menée par des « idéologues » terroristes comme Anwar al-Awlaqi, ont été également évoqués en tant que facteurs clés contribuant à l’extrémisme. Néanmoins, les opérations des militaires américains occupent la première position sur la liste de telles facteurs.

Certains extrémistes expliquent leur motivation un peu autrement, invoquant une « hostilité évidente (de Washington) envers l’islam » et une « discrimination évidente ».

Pourquoi les Etats-Unis sont-ils toujours en Syrie? Le rapport précise qu’entre 2009 et 2012, 10 attaques sur 16 aux Etats-Unis, tant réussies qu’échouées, ont visé des sites ou des effectifs militaires. Parmi les facteurs qui n’influencent pas considérablement la radicalisation islamique, le rapport mentionne le service militaire, les voyages internationaux et la prison.

Malgré la préoccupation de longue date du FBI concernant l’influence de l’incarcération sur la radicalisation, l’étude a montré que l’influence de ce facteur était plutôt limitée. Le rapport n’a évoqué aucun schéma particulier de radicalisation, concluant qu’il était presque impossible de prédire les futurs attentats terroristes.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/45989    



 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau