LES USA INCAPABLES DE VAINCRE LE TERRORISME AU PROCHE ORIENT

 

Selon le directeur du renseignement national américain, James Clapper, les Etats-Unis ne sont pas en mesure de vaincre seuls le terrorisme au Proche-Orient.

Les USA s'avouent incapables de vaincre le terrorisme au Proche-Orient.

M. Clapper, qui travaille dans le renseignement depuis 53 ans, estime que le terrorisme figurera pendant encore longtemps parmi les principaux problèmes de la région.

«Les Etats-Unis ne pourront pas le combattre», a-t-il déclaré dans une interview au quotidien The Washington Post. Selon lui, cela tient à différents facteurs, dont la facilité à acquérir des armes, l'absence de contrôle sur les territoires, les problèmes économiques et le fait que des jeunes gens mécontents de leur vie constituent la majeure partie de la population.

Il n'en reste pas moins que les Etats-Unis ne doivent pas quitter le Proche-Orient.

«Je ne pense pas que les Etats-Unis puissent quitter tout bonnement cette région», a indiqué le directeur du renseignement américain, posant comme prétexte: «Des problèmes surgissent dans le monde entier chaque fois que le leadership américain fait défaut. Nous devons être présents pour apporter notre aide, intervenir en qualité de médiateur et recourir parfois à la force».

Evoquant la prise de Mossoul par les terroristes de «Daech», M. Clapper s'est déclaré certain que cette ville irakienne serait libérée, mais a précisé que cela ne se produirait pas durant le mandat présidentiel de Barack Obama.

Selon ce dernier, l'ex-consultant des services de renseignement américains Edward Snowden a causé un préjudice important aux intérêts nationaux des Etats-Unis.

«Nous avons été très conservateurs dans l'évaluation de ce préjudice. Il est pourtant très important dans son ensemble», a souligné M. Clapper, ajoutant que les Etats-Unis n'arrivaient toujours pas à en évaluer l'ampleur. Il a également fait savoir que les révélations de Snowden «avaient rendu les groupes terroristes très prudents» et les avaient incités à «adopter au plus vite des techniques de cryptage électronique».

Le chef du renseignement national des Etats-Unis a souligné que ces révélations n'avaient visiblement pas encore pris fin.

«Tout porte à croire que le nombre de documents dérobés est beaucoup plus important et qu'ils seront publiés lorsqu'il le voudra», a conclu M. Clapper.

Source: agences et rédaction

12-05-2016 | 10:28

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=18534&cid=347#.VzTG4eTp08E


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau