MALGRE LA GUERRE DES USA CONTRE LA RUSSIE EN UKRAINE, LE SECRETAIRE D’ETAT AMERICAIN DECLARE QUE LA CHINE EST LE « DEFI LE PLUS SERIEUX A LONG TERME »

tourtaux-jacques Par Le 31/05/2022 0

Dans USA

Malgré la guerre des États-Unis contre la Russie en Ukraine, le secrétaire d’État américain déclare que la Chine est le «défi le plus sérieux à long terme»

 

31 Mai 2022

  

Le discours du Secrétaire d’Etat Anthony Blinken révèle plusieurs éléments importants. Tout d’abord, les Etats-Unis commencent à laisser entendre qu’il ne sera pas possible d’obtenir une cuisante défaite de la Russie en Ukraine, voire même, comme l’avait laissé entendre Biden, de renverser Poutine. On recentre donc la priorité sur la Chine. Par ailleurs, le langage du responsable de la politique étrangère US démontre une fois de plus que les Etats-Unis ne sont pas capables d’envisager les relations internationales autrement que par le conflit… (IGA)

Malgré le conflit militaire entre les États-Unis et la Russie au sujet de l’Ukraine, l’objectif central de la politique étrangère américaine était de paralyser, d’isoler et de contenir la Chine, a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un important discours politique jeudi.

Les remarques de Blinken, repoussées pendant des mois suite au lancement de la guerre en Ukraine, constituent une présentation publique du document stratégique interne du gouvernement Biden sur la Chine, qui déclare que Pékin est la principale cible de l’armée américaine.

«Même si la guerre du président Poutine se poursuit, nous resterons concentrés sur le défi à long terme le plus sérieux pour l’ordre international – et c’est celui que constitue la République populaire de Chine», a déclaré Blinken.

«La Chine est le seul pays qui a à la fois l’intention de remodeler l’ordre international et a de plus en plus la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique pour le faire» a-t-il ajouté. «Nous défendrons nos intérêts contre toute menace»

Bien que n’utilisant pas le terme, la déclaration de Blinken adoptait le cadre du «découplage» économique développé sous Trump. Blinken a explicitement répudié les efforts du gouvernement Nixon pour engager le dialogue avec Pékin. La «Chine d’aujourd’hui est très différente de la Chine d’il y a 50  ans, lorsque le président Nixon a rompu des décennies de relations tendues pour devenir le premier président américain à visiter le pays», a-t-il déclaré.

«Aujourd’hui, la Chine est une puissance mondiale ayant une portée, une influence et une ambition extraordinaires. C’est la deuxième plus grande économie… elle cherche à dominer les technologies et les industries du futur. Elle a rapidement modernisé son armée et a l’intention de devenir une force de combat de premier plan avec une portée mondiale. Et elle a annoncé son ambition de créer une sphère d’influence dans la région Inde-Pacifique et de devenir la première puissance mondiale».

La déclaration de Blinken constitue une autre adhésion à l’objectif central de politique étrangère du gouvernement Trump: la préparation d’un conflit avec la Chine. Blinken a notamment invoqué la théorie du complot raciste développée par le gouvernement Trump, qui dit que la COVID-19 a été créée par l’homme, et il a condamné les prétendus efforts de la Chine pour bloquer une «enquête indépendante sur l’origine de la COVID».

Modelant son ton et sa présentation sur la rhétorique de l’ex-président Obama, Blinken a fait, en gardant un visage impassible, de nombreuses affirmations totalement contradictoires. Il a proféré des menaces à glacer le sang, suivies immédiatement de déclarations que les États-Unis ne menaçaient personne.

«Nous ne cherchons pas le conflit ou une nouvelle guerre froide», a déclaré Blinken après avoir précisé que Washington considérait le développement économique de la Chine comme une menace pour ses «intérêts» et qu’il était prêt à «défendre nos intérêts contre une quelconque menace».

La prémisse non déclarée des remarques de Blinken était la «doctrine Wolfowitz», la conception de la politique, exprimée pour la première fois dans le guide de planification de la défense américaine de 1992, qui s’engageait à «empêcher toute puissance hostile de dominer une région cruciale pour nos intérêts et donc de renforcer les barrières contre la réémergence d’une menace mondiale pour les intérêts des États-Unis et de leurs alliés».

Le garant ultime de la primauté des États-Unis est, dit Blinken, l’armée américaine: «Notre pays est doté de nombreux atouts. Nous avons… des ressources abondantes, la monnaie de réserve du monde, l’armée la plus puissante de la planète».

Blinken a entièrement repris l’approche «pansociale» de la compétition militaire inaugurée par le gouvernement Trump. Il a déclaré: «Le gouvernement Biden fait des investissements de grande envergure dans nos sources essentielles de force nationale – à commencer par une stratégie industrielle moderne pour soutenir et étendre notre influence économique et technologique, rendre notre économie et nos chaînes d’approvisionnement plus résilientes, accentuer notre avantage compétitif».

Les commentaires va-t-en-guerre de Blinken s’accompagnent d’actions tout aussi belliqueuses. Les États-Unis envoient des armes à Taïwan, cherchant à transformer l’île en zone de guerre de première ligne contre la Chine, de la même manière que l’Ukraine est utilisée dans la guerre contre la Russie.

Le bellicisme de Blinken envers la Chine intervient alors que les États-Unis intensifient leur propre engagement dans la guerre en Ukraine.

Les États-Unis discutaient activement de la fourniture à l’Ukraine du système de roquettes d’artillerie à haute mobilité  M142 (HIMARS), un système de missiles qui permettrait aux forces ukrainiennes de frapper à des centaines de kilomètres à l’intérieur du territoire russe, a rapporté Reuters jeudi.

Ce qui est crucial, les responsables américains n’ont imposé aucune restriction à l’utilisation de ce système d’armes. «Nous sommes préoccupés par une escalade, mais nous ne voulons pas imposer de limites géographiques ou leur lier trop les mains avec le matériel que nous leur donnons», a déclaré un responsable américain à Reuters.

En début de semaine, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, a annoncé que les États-Unis fourniraient à l’Ukraine des missiles anti-navires Harpoon via un intermédiaire, le Danemark. Le Harpoon est l’armement anti-navire standard de la marine américaine, capable de couler de grands navires de guerre.

Le Washington Post, pour sa part, réclame une nouvelle escalade, condamnant tous ceux qui cherchent un règlement pacifique du conflit.

Le Postcite de manière approbatrice Boris Bondarev, un ancien fonctionnaire russe qui fait maintenant campagne pour une escalade de la guerre américaine, et qui déclare: «Vous ne pouvez tout simplement pas faire la paix maintenant… Si vous le faites, cela sera considéré comme une victoire russe… Seule une défaite totale et claire, évidente pour tout le monde, leur apprendra».

Commentant ces propos, le Posta déclaré: «Ce serait un désastre – à la fois moral et stratégique – si Poutine était invité à des pourparlers avant que ses principaux objectifs de guerre aient été contrecarrés… la meilleure façon pour les amis de l’Ukraine de l’aider est d’accélérer les expéditions d’armes vitales – et de cesser de négocier avec eux-mêmes».

Ces commentaires montrent clairement que les États-Unis sont absolument hostiles à tout règlement pacifique de la guerre. Les objectifs du conflit sont de reprendre le Donbas et la Crimée – la Russie considère cette dernière comme son propre territoire.

Les États-Unis sont engagés dans une escalade militaire qui menace de dégénérer rapidement en guerre directe impliquant les forces américaines, que ce soit en Ukraine ou à propos du détroit de Taïwan. La voie tracée par le gouvernement Biden, après les dizaines de milliers de personnes déjà tuées dans la guerre en Ukraine, menace à présent la vie de centaines de milliers, voire de millions d’autres.

Il n’y a pas de limite au nombre d’Ukrainiens, de Taïwanais, d’Australiens ou même d’Américains que l’impérialisme américain est prêt à sacrifier dans la poursuite de ses «intérêts».

Ces développements doivent être considérés comme un sérieux avertissement. Le capitalisme conduit l’humanité au désastre. Cependant, la crise déclenchée par la guerre amène les travailleurs à lutter dans le monde entier contre l’augmentation du coût de la vie et les efforts des classes dirigeantes pour leur en faire payer le coût. Ce mouvement mondial fournit la base sociale de la lutte pour éviter une nouvelle guerre mondiale et arrêter la catastrophe qui menace l’humanité.

 

Source: WSWS

https://www.investigaction.net/fr/malgre-la-guerre-des-etats-unis-contre-la-russie-en-ukraine-le-secretaire-detat-americain-declare-que-la-chine-est-le-defi-le-plus-serieux-a-long-terme/

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire