SEIGNEURS ET VASSAUX : LE POINT SUR LA POSITION US

Seigneurs et vassaux : le point sur la position US



Par J. Hawk – Le 17 juillet 2015 – Source Fort Russ

Système féodal

J’ai tendance à être plutôt optimiste, plus même que les autres commentateurs, sur la stratégie actuelle du Kremlin – voyez notamment cette comparaison entre la stratégie de Poutine et celle Fabius Cunctator face à Hannibal – parce que cette stratégie vise les faiblesses du monde américano-centré.    

 

Je lis souvent des commentaires à mes articles, expliquant que l’Union européenne est sui generis un vassal des États-Unis. Cette idée paraît très pertinente, mais vous devez aussi en examiner toutes les implications. La relation suzerain-vassal, en effet, n’est pas et n’a jamais été une obéissance inconditionnelle. C’est plutôt un contrat social avec des obligations et des responsabilités mutuelles. La loyauté du vassal est conditionnée à la prestation, de la part de son suzerain, d’une gamme de services, allant de la protection jusqu’aux possibilités d’enrichissement. Si vous, en tant que suzerain, vous échouez à remplir vos obligations, vos vassaux vous quitteront. Par conséquent une stratégie qui viserait la capacité du seigneur à distribuer des récompenses frapperait directement son vrai talon d’Achille.

Les relations de l’Amérique avec ses alliés peuvent en fait être décrites comme une série de relations féodales, dont la nature dépend du pouvoir des vassaux. Il y a donc plusieurs catégories de vassaux.

Catégorie I : dans ces vassaux, j’inclus le Royaume-Uni et Israël, qui jouissent d’une relation particulière avec les États-Unis. Et, oui, j’ai bien sûr parlé de l’AIPAC 1. C’est un élément essentiel du pouvoir d’Israël, qui permet à ce petit pays de bénéficier d’une relation de premier plan, mais Israël reste un vassal, parce que dans les questions qui comptent réellement, ce sont les États-Unis qui décident, pas Israël.

Regardez, par exemple, comment Israël a décidé des dates de ses campagnes contre Gaza, pour éviter de mettre les Présidents américains dans l’embarras – autrement dit, Israël connaît bien son rôle de vassal privilégié, mais subordonné tout de même. Regardez – autre exemple – comment les services d’espionnage britanniques sont devenus une simple extension de la NSA : les Américains ne lisent pas les mails du Premier ministre britannique, et n’installent pas de sites secrets de la CIA sur leur sol.

Catégorie II : l’Allemagne, la France, l’Italie, etc. On contrôle les services secrets, on lit les mails, mais on n’installe pas de sites secrets.

Catégorie III : la Pologne, l’Ukraine, et plein d’autres. Là, on est en territoire conquis, on espionne les politiciens, on installe des sites secrets [où on torture des terroristes, NdT]. On livre ces pays aux appétits des vassaux de catégorie I et II.

Il y a aussi une catégorie IV (et l’Ukraine, franchement, est en train de glisser dedans), là où les États-Unis s’impliquent dans une guerre civile qui fait rage dans le pays. Mais en aucun cas, il est clair que le vassal ne peut tracer une ligne rouge que le maître ne pourrait pas franchir.

Mieux encore, plus important est le vassal, plus important est le butin que le seigneur lui laisse. Ainsi, le Royaume-Uni reçoit les codes sources du F-35 [avion de chasse mythique US qui n’a jamais volé en opérations, NdT], Israël reçoit des milliards de dollars d’armements, l’Allemagne est autorisée à collaborer à la R&D militaire, la Pologne reçoit quelques F-16 d’occasion. D’ailleurs, cette inégalité dans le traitement froisse les dirigeants polonais, qui aspirent au traitement de la catégorie I, mais ne savent pas comment réussir ce saut civilisationnel.

J’ai le sentiment que les dirigeants de l’Ukraine post-Maïdan sont eux aussi… déçus… par la médiocrité de leur traitement de catégorie III. J’imagine qu’ils s’étaient dit «Nous serons comme Israël !», oubliant qu’Israël, outre qu’il dispose d’un très fort pouvoir d’influence sur la politique intérieure des États-Unis, est aussi un allié précieux pour les États-Unis. La combinaison de ces deux éléments explique qu’Israël soit le fils préféré de l’Amérique 2. L’Ukraine n’a aucun de ces deux éléments, aussi est-elle reléguée à la niche.

Parlons de l’Ukraine. Qu’on le veuille ou non, être un vassal de catégorie III fait que l’on est livré aux États de catégorie supérieure dans la chaîne alimentaire ; l’Ukraine a donc pour rôle de nourrir d’autres vassaux. Ainsi, les chemins de fer ukrainiens et les mines de charbon devaient nourrir les Allemands (et, dans une moindre mesure, les Polonais). Bref, le contrat était bien parti, mais il a été torpillé par les Russes, et jeté aux poubelles de l’Histoire. Alors que peut faire l’Allemagne ? Tout d’abord, tondre et cannibaliser les alliés moins importants qu’elle pour les États-Unis. C’est ainsi que la Grèce, l’Italie, le Portugal et, oui, la Pologne sont en train de passer sur le billot. Les armées d’Hannibal, incapables de piller les provinces romaines, en furent réduites à se servir sur leurs alliés, qui les avaient rejointes en pensant profiter de la prochaine prise de Rome. Résultat, les alliés d’Hannibal commencèrent à s’entretuer, ce qui fait que Hannibal dut se concentrer pleinement à tenter de maintenir la paix entre les différents corps de sa grande armée. Lors de l’explication finale, ce qui arriva à l’armée d’Hannibal, très diverse et lourdement équipée, c’est ce qui arrive maintenant dans les relations de l’Amérique avec ses vassaux, plus ou moins importants, aussi bien que dans les relations entre ses vassaux.

Notez par exemple comment la presse polonaise souligne la puissance de l’Allemagne, parce que ce pays est voisin, allant même jusqu’à éclipser le pouvoir de l’Amérique, bien supérieur mais plus lointain. Notez les tentatives plutôt inefficaces des États-Unis pour freiner l’Allemagne, lorsqu’elle s’est jetée sur la Grèce.

Finalement, en cas de résistance, quelles sont les options pour le suzerain – ou le vassal le plus puissant ? Vous pouvez toujours foncer dans le mur comme un désespéré (et perdre, parce que quelque chose de désespéré signifie que vous allez vous battre dans des conditions défavorables). Vous pouvez chercher à négocier avec votre adversaire. Vous pouvez chercher une source de butins plus facile à prendre. Ou vous pouvez tout simplement abandonner vos obligations de seigneur féodal puisque vous ne pouvez plus les remplir.

Aujourd’hui à la croisée des chemins, quelle direction la diplomatie américaine suivra-t-elle ? Il est clair que les différents candidats aux élections ont envisagé toutes les options ci-dessus. Dans le même temps, regardez comme les vassaux, plus ou moins élevés dans la hiérarchie, tentent de retrouver les bonnes grâces de la Russie. Mais tout cela sera à lire dans un prochain article…

J. Hawk

Traduit de l’anglais par Ludovic, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Note du Saker Francophone

Il faut garder en mémoire que, dans cette époque féodale, le lien entre le vassal et son suzerain avait un caractère religieux, il était noué en présence d’un représentant du corps ecclésiastique.

Ainsi le suzerain le plus puissant du moment pouvait voir les liens de tous ses vassaux dénoués par une décision pontificale. Ce qui le mettait ipso facto dans l’impossibilité de lever une armée, le condamnant ainsi à l’impuissance suite à une simple bulle du pape.

L’exemple le plus fameux au XIe siècle fut celui de la pénitence de Canossa  au cours de laquelle le roi des Romains Henri IV vint s’agenouiller devant le pape Grégoire VII afin que celui-ci levât l’excommunication  prononcée contre lui. Il y eut d’autres démêlés entre les différents papes de l’époque et Frédéric Barberousse au XIIe siècle ou Frédéric II au XIIIe siècle.

Où est aujourd’hui l’instance incontestée qui pourrait, comme au Moyen Âge, rabaisser l’orgueil des grands ?

  1.  L’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) est un groupe de pression né aux États-Unis, soutenant Israël dans son conflit avec les États arabes de la région, et soutenant la colonisation des territoires palestiniens ainsi que l’idéologie sioniste. NdT ↩
  2. Et puis, c’est Israël, point final, NdT ↩
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau