UN JOURNAL US DENONCE LA POLITIQUE PROVOCATRICE D’OBAMA EN MER DE CHINE

 

Un hebdomadaire américain critique le gouvernement d'Obama pour sa politique provocatrice en mer de Chine méridionale

    French.xinhuanet.com | Publié le 2016-05-08 à 13:37
 

NEW YORK, 7 mai (Xinhua) -- La politique provocatrice du gouvernement de Barack Obama dans le Pacifique est une diplomatie de la canonnière déguisée qui pourrait conduire à la guerre, a prévenu récemment l'hebdomadaire américain Executive Intelligence Review.

Dans son article "Le prélude à la guerre dans le Pacifique" publié dans son dernier numéro, l'hebdomadaire analyse dans les détails les dangers que pose l'ingérence provocatrice des Etats-Unis dans la région Pacifique, la légitimité des revendications territoriales de la Chine sur les Nansha et Xisha, et la façon dont les Etats-Unis tentent d'empêcher une résolution à l'amiable du conflit régional.

William Jones, auteur de l'article et chef du bureau de la publication à Washington, a souligné que Washington n'était pas signataire de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et avait élaboré unilatéralement sa propre "politique de liberté de navigation" dans son propre intérêt.

Cette politique permet effectivement à la marine américaine de naviguer partout à tout moment sans être liée par aucun traité, ce qui a essentiellement permis aux navires militaires américains de devenir les nouveaux outils de la "diplomatie de la canonnière", a-t-il estimé.

Il a dénoncé l'attitude des médias occidentaux qui décrivent les revendications territoriales de la Chine sur les îles Nansha et Xisha comme des "coups de force" de la part de Beijing, et fait remarquer que ces revendications n'avaient jamais été contestées dans les temps anciens.

Les activités des Chinois sur ces îles, notamment la pêche et la plantation, sont attestées dans des documents historiques. De nombreux vestiges chinois y ont été découverts, souligne l'article.

L'auteur a établi une analogie pour démontrer l'hypocrisie américaine en rappelant que "les Etats-Unis ont envoyé en 1872 le général John Schofield au royaume alors indépendant de Hawaii pour enquêter sur ces îles dans le but d'y construire des installations militaires américaines dans un périmètre plus avancé dans le Pacifique".

"Les îles hawaïennes sont situées à 3.845 kilomètres de la côte californienne, tandis que les îles Nansha sont situées à 805 kilomètres des côtes chinoises et les Xisha à seulement 290 kilomètres. Alors que les Etats-Unis n'avaient aucun droit sur les îles hawaïennes mais allaient bientôt les annexer dans des circonstances plutôt obscures, la Chine a des droits, qui étaient autrefois universellement reconnus", a fait valoir M. Jones.

Les pays de la région sont capables de résoudre pacifiquement leur contentieux territorial, mais Washington sabote activement ces efforts, a-t-il estimé.

"La Chine est clairement consciente des conflits qui ont surgi avec ses voisins", indique M. Jones dans son article. "Elle se soucie également de maintenir des relations amicales avec ses voisins, et s'engage donc à conclure des accords avec les différentes parties à travers des négociations bilatérales", souligne-t-il.

L'article rappelle les accords conclus dans le cadre de la Déclaration de conduite signée par les membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et le gouvernement chinois en 2012.

Le document appelle les parties prenantes "à résoudre leurs différends territoriaux et juridictionnels par des moyens pacifiques, sans recourir à la menace ni à l'usage de la force, par des consultations et des négociations amicales entre les Etats souverains directement concernés, conformément aux principes universellement reconnus du droit international, y compris la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982".

Cependant, les Philippines ont porté l'affaire devant la Cour permanente d'arbitrage de La Haye dans l'espoir d'obtenir un verdict en leur faveur à l'aide des Etats-Unis, a déploré l'article.

Si le contentieux ne concernait que les pays de la région, il pourrait être résolu à l'amiable, a affirmé M. Jones. "Compte tenu de la puissance économique de la Chine et de sa volonté manifeste d'utiliser cette puissance pour créer une situation gagnant-gagnant avec ses voisins, comme en témoigne l'initiative "la Ceinture et la Route", il n'y a aucune raison de croire qu'aucun arrangement satisfaisant et bénéfique pour tous ne puisse être trouvé", a-t-il estimé.

La politique provocatrice des Etats-Unis dans la région Pacifique, dont les incursions américaines dans les eaux chinoises et les tentatives de créer une nouvelle version miniature de l'OTAN visant la Chine en regroupant ses quelques alliés dans la région, empêchent les parties de trouver une solution à l'amiable, avertit l'article.

http://french.xinhuanet.com/2016-05/08/c_135342505.htm

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau