USA : LE PENTAGONE ENQUETE SUR DE FAUX RAPPORTS OPTIMISTES SUR "DAESH"

 

Le Pentagone a ouvert une enquête sur de faux rapports qui prétendaient que la lutte de la coalition était efficace contre «Daech». En réalité, la lutte contre ce groupe extrémiste n’a pas donné beaucoup de résultats.

Le Pentagone a ouvert une enquête officielle

Le New York Times rapporte que le Pentagone a lancé une enquête pour découvrir qui a propagé ces faux rapports sur le fait que la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis, faisait perdre du terrain à «Daech».Le Pentagone enquête sur de faux rapports optimistes sur «Daech».

Selon le NYT, un analyste de la DIA (Defense Intelligence Agency) a demandé l’ouverture d’une enquête sur ces faux rapports optimistes dans le milieu du renseignement.

D’après cet analyste, les rapports étaient systématiquement modifiés pour déformer la réalité lorsqu’ils passaient au CENTCOM qui est l’organisme du Pentagone qui dirige et coordonne les opérations militaires américaines dans le monde.

«Daech» n’a pas faibli depuis l’année dernière

De nombreux observateurs dans le Moyen-Orient s’accordent à dire que «la guerre contre l’Etat islamique (EI) ne donne quasiment aucun résultat tangible».

Il y a quelques semaines, des sites web rapportaient également que «Daech avait remplacé les combattants qu’il avait perdus depuis l’année dernière».

«Malgré une dépense d’un milliard de dollars et de nombreux bombardements aériens, la coalition n’a pas pu freiner l’avancée de l’EI», ajoutait la mêmes source.

Au début du mois, Associated Press parlait d’un «échec stratégique contre l’Etat islamique en Syrie».

Associated Press tenait ses informations provenant de sources à la CIA, la DIA et d’autres membres du renseignement américain.

Associated Press ajoutait que «l’Etat islamique n’a absolument pas faibli l’année dernière».

Des rapports faussés au CENTCOM

Mais de précédents rapports de la DIA disaient exactement le contraire. Ces faux rapports disaient que «la lutte était efficace contre l’Etat islamique» et que cette organisation terroriste avait «subi des pertes majeures».

Selon l’analyste de la DIA cité par le NYT, les rapports des agences de renseignement étaient «systématiquement modifiés au CENTOM» qui les transférait ensuite aux leaders américains.

Le problème est que «les plus hauts responsables gouvernementaux aux États-Unis ont pris des décisions selon les faux rapports, incluant le président Barack Obama».

La propagande de guerre est fréquente dans les confrontations, mais cela concerne uniquement les médias de masse et la population pour leur donner une fausse impression de sécurité et pour leur faire croire qu’ils ne craignent rien.

Mais de faux rapports qui sont transmis à des législateurs ou à d’autres agences de renseignement peuvent avoir des conséquences catastrophiques, car la prise de décision pourrait être plus faible que la réalité sur le terrain.

Par exemple, le président Barack Obama, en lisant ces faux rapports, peut conclure qu’on peut réduire le nombre de soldats engagés dans la guerre contre «Daech» puisque la stratégie actuelle est efficace selon ces faux rapports. Le résultat est que les pertes parmi la coalition seraient plus importantes puisqu’on a pris la décision en se basant sur de mauvais renseignements.

Source: sites web et rédaction

28-08-2015 | 15:20
 
 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau