USA : LES GROUPES TERRORISTES CREES POUR DEFIGURER L'IMAGE DE L'ISLAM

 

 
 

   Par Salam Khalil

L’ancien ministre libanais, écrivain et chercheur politique, Georges Corm s’est exprimé aux sujets du terrorisme, des facteurs internationaux qui leur ont donné naissance, de la confusion entretenue par les USA qui qualifient de «terroristes» les mouvements de Résistance au Liban et en Palestine afin de détourner l’opinion publique mondiale du terrorisme qu’ils ont créé pour défigurer l’image de l’Islam.

Georges Corm a affirmé que «les facteurs internationaux derrière la genèse des groupes terroristes remontent à la première guerre d’Afghanistan, lorsque l’empire américain a convaincu ses deux grands alliés états musulmans l’Arabie saoudite et leGeorges Corm: les USA ont créé les groupes terroristes pour défigurer l’image de l’Islam. Pakistan d’entrainer des milliers de jeunes arabes pour les envoyer se battre à leur place, à la place de l’armée américaine contre les troupes soviétiques qui occupaient l’Afghanistan. Il y a eu un endoctrinement. Le riche saoudien Ousama Ben Laden a formé Al-Qaïda», rappelle-t-il.

M. Corm s'exprimait dans une interview au site Al-Ahednews en marge de la conférence tenue par le Centre Consultatif d'études et de documentation, le Centre de la Civilisation, et avec la collaboration du Centre Jordanien d'études et d’information à Beyrouth, les 9 et 10 septembre sur «Les groupes de la violence takfiriste: les racines, les structures et les facteurs influents».

Selon lui, l'apparition de groupes terroristes s’est transformée en ce qu’il a appelé «une arme de destruction massive. On transporte ces groupes qu’on appelle à tort «jihadistes», ce sont des groupes terroristes le plus souvent, on les transporte d’un pays à un autre, on les a amenés en Bosnie, puis on les a amenés en Tchétchénie, puis ils ont été aux Philippines, en Algérie…».

Dans une évaluation du discours des groupes takfiristes adressé à l’autre, le chercheur libanais a exprimé une grande hostilité à l’égard de ces discours et de leurs analyses. «Si vous voulez on n’analyse pas les prétextes idéologiques ou religieux ou autres convoqués par les groupes terroristes. A la limite on peut regarder quels sont les facteurs externes et internes qui les soutiennent, qui leur ont donné naissance. Dès qu’on commence à parler de religion évidemment ça se retourne contre l’Islam, parce qu’il défigure l’image de l’Islam. Et ça nous entraine à des débats sans fonds, sur est-ce que l’Islam est une religion violente ou le contraire». Donc ça joue dans l'intérêt  de ceux qui défendent l'idée de la guerre de civilisations entre un occident judéo-chrétien et un orient arabo-musulman, a-t-il ajouté, affirmant qu’il faut «absolument rester loin» de l’analyse des discours des groupes terroristes.

Concernant l’image des takfiristes que nous devons montrer dans les médias, M. Corm a dit: «techniquement parlant, le mot «takfiriste», je le réserverai aux violences individuelles qui peuvent être concrétisées par des assassinats de telle ou de telle personnalité et qui sont en général faites des branches ou de sous-branches de l’Islam politique qui se mettent à pratiquer la violence. Simplement il faut dire que ce sont des groupes terroristes, mais alors en faisant bien la distinction, il faut dénoncer laGeorges Corm: les USA ont créé les groupes terroristes pour défigurer l’image de l’Islam. confusion qu’entretient l’Amérique grâce à ces groupes, où elle va dire que le terrorisme vient de l’Iran et du Hezbollah».

Expliquant comment les médias opposés aux terroristes peuvent-ils éviter de les promouvoir involontairement, l’écrivain libanais a signalé qu’«il devrait y avoir un effort beaucoup plus important fait au niveau des nations unis, de la diplomatie internationale, d’abord de faire reconnaitre le droit à la Résistance à l’occupation. Le Hezbollah et le Hamas, on ne peut absolument pas les mettre dans la catégorie des organisations terroristes. Il faut réfuter cela, aller devant la Cour internationale de justice. Et donc il ne faut pas laisser les médias internationaux continuer de parler du triangle chiite qui serait un triangle déstabilisateur de la région. Donc il y a un très gros effort à faire et il faut bien rappeler constamment le lien entretenu par le terrorisme qui défigure l’Islam, et qui fait partie d’un complot contre la religion musulmane et les musulmans. Et il faut le replacer dans le contexte du soutien qu’il a eu dès les origines à la première guerre d’Afghanistan, de la part de la politique américaine. Et il faut dénoncer sans arrêt toute la littérature née du «Choc des civilisations», destiné à cacher et à justifier même l’impérialisme américain qui déploie ses armées dans le monde entier. Il faut bien montrer que les civilisations n’ont jamais été l’occasion des guerres et que les guerres sont uniquement les produits de l’ambition des hommes, rien d’autre».

Au sujet de la crise des réfugiés, de la contradiction entre le soutien de l’occident au terrorisme, cause de cette crise, et les déclarations des pays occidentaux qui disent être prêts à recevoir les migrants, M. Corm a estimé que «là aussi il faudrait dire à tous ces pays écoutez, vous devez retirer vos troupes. Ils disent on n’a pas de troupes au sol, enfin ils ont tous ces terroristes qu’ils ont  amenés du monde entier, il faut qu’ils les retirent de la Syrie, pour enfin la Syrie soit sauvée. Et je pense que tout le bruit qu’on fait en Europe actuellement à propos des réfugiés n’est pas sans arrière-pensée. Mais c’est probablement pour dire il faut enfin finir avec le régime syrien».

Enfin, à propos du grand nombre de ressortissants occidentaux qui rejoignent «Daech» et les autres groupes terroristes, l’ancien ministre libanais a souligné que «les occidentaux venaient des cultures où il y avait beaucoup de curiosité, de l’amour de l’exotisme, d’un certain romantisme. Et donc vous avez le grand mouvement missionnaire d’ailleurs au début du christianisme qui a été dans le monde entier. Il s’agit très souvent de gens désemparés, ayant des problèmes psychologiques. Ils peuvent être aussi des personnes déclassées, ou à la recherche de quelque chose qui donnerait du sens à leur vie. C’est là qu’on recrute les terroristes de source européenne. Mais en plus on peut rajouter que quand on voit l’intensité de la propagande faite contre le chef de l’Etat syrien, légitimement beaucoup de français musulmans ou non, on peut penser que c’était d’accomplir une bonne action d’aller se battre en Syrie. On a fait croire que c’était là comme la guerre d’Espagne».

Source: french.alahednews

12-09-2015 | 14:34

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=15975&cid=323#.Vfa7EpdCfao


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau