VENEZUELA

Dans VENEZUELA

CUBA ET LE VENEZUELA NE CAPITULERONT JAMAIS FACE AUX USA

Par Le 02/08/2021

26 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-25 19:24:43

      

Caracas 25 juillet (RHC) Le président Nicolás Maduro a assuré aujourd’hui que Cuba et le Venezuela ne capituleront ni se mettront jamais à genoux devant l’empire américain.

Au cours de son activité présidentielle habituelle du dimanche, le président a réitéré ce qu’il avait déclaré la veille dans une interview accordée à la chaîne de télévision multinationale Telesur, au cours de laquelle il a donné son avis sur ce qui s’était passé à Cuba au cours des dernières semaines et sur les effets du blocus sur la nation caribéenne.

Il a assuré qu’après le 11 juillet, deux processus intéressants avaient été lancés : l’épanouissement de la solidarité envers l’île et un processus d’autoréflexion de la société cubaine.

'Le peuple cubain a fait l’objet d’une expérience de torture sociale, collective, économique, sans précédent', a déclaré, tout en traçant un parallèle entre les émeutes rapportées à Cuba et des faits de violence politique enregistrés dans l’histoire récente de la nation sud-américaine.

Dans son interview à Telesur, Maduro a souligné le soutien mondial majoritaire en faveur de la souveraineté et de l’autodétermination de la nation caribéenne; 'Cuba compte sur le soutien du monde, elle a suscité avec plus de passion la solidarité', a affirmé le chef d’état.

'Le peuple cubain a la force et la morale de se relever de toute agression', a déclaré Maduro en réaffirmant son engagement à renforcer les relations bilatérales de coopération en matière de santé et d’alimentation.

Dans ses déclarations à Telesur, à l’occasion du seizième anniversaire de la chaîne multinationale basée à Caracas, le président vénézuélien a souligné l’importance de consolider les processus d’intégration en Amérique latine et dans les Caraïbes.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264996-cuba-et-le-venezuela-ne-capituleront-jamais-face-aux-etats-unis

Tag(s) : #Cuba#Venezuela#Maduro

 

 

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET L’IRAN RENFORCENT LEUR ALLIANCE STRATEGIQUE ET GEOPOLITIQUE

Par Le 17/07/2021

16 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 10:56:05

 

 

Caracas, 16 Juillet (RHC) Le Vice –Président de la Planification Sectorielle du Venezuela Ricardo Menéndez a assuré que les relations de son pays avec l’Iran ont un caractère stratégique et géopolitique et sont bien consolidées, a annoncé une note officielle publiée aujourd’hui.

Mercredi, lors de la réunion du secrétariat technique de la commission mixte Iran- Venezuela, une analyse détaillée de diverses questions bilatérales en termes de coopération a été faite.

Selon un rapport, Menendez a déclaré que parmi les accords plus importants examinés lors de la réunion se trouve la gestion du problème de santé qui les a permis de faire face à la pandémie. Les questions du secteur énergétique et électrique ont été également  abordées

Les deux nations ont durement travaillé afin d’assurer leur souveraineté, a précisé Le Vice–Président de la Planification et a informé que la question économique –financière et les sujets à aborder lors des futures rencontres ont été ajouté à l’ordre du jour des réunions.

Le Vice-Ministre de la Défense, chargé d’Affaires Internationales de la République Islamique d’Iran et Co-Président  de la Commission Mixte, Mohammad Ahadi, a pour sa part souligné, que les dirigeants de deux pays ont la volonté de maintenir une coopération continue et stable.

« Nos deux pays sont loin du point de vue géographique  mais nos cœurs sont proches » et cela facilite l’avancée de nos relations et de notre coopération, a déclaré le dirigeant  iranien.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/264043-le-venezuela-et-liran-renforcent-leur-alliance-strategique-et-geopolitique

 

Tag(s) : #Venezuela#Iran

Dans VENEZUELA

COVAX CONFIRME AVOIR LES FONDS DU VENEZUELA POUR LES VACCINS ANTI-COVID-19

Par Le 10/07/2021

9 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-08 18:47:52

      

Caracas, 8 juil (RHC) La Fondation GAVI, qui administre conjointement avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le programme de distribution mondiale de vaccins anti-Covid-19 (Covax), a confirmé  avoir reçu les fonds du Venezuela qui étaient bloqués.

Selon des articles de presse, un porte-parole de la fondation a annoncé que les obligations financières ont été réglées et qu’elle espère pouvoir distribuer les doses dès que celles demandées par le gouvernement vénézuélien seront disponibles.

L’exécutif bolivarien a récemment dénoncé le fait qu’en raison des sanctions commerciales et financières des États-Unis contre le pays, son paiement à Covax avait été bloqué, empêchant l’arrivée de 11 millions de vaccins du programme humanitaire déjà négociés depuis avril.

L’ambassadeur vénézuélien aux Nations unies à Genève, Hector Constant, a porté la question devant le Conseil des droits de l’homme cette semaine et l’a présentée comme un exemple du crime contre l’humanité que représentent les actions punitives de Washington contre le Venezuela.

Dimanche dernier, le président Nicolas Maduro a appelé publiquement ce programme de l’OMS à livrer les vaccins ou à rendre l’argent. Il a ajouté que  Covax avait échoué  au Venezuela

'Assez de moqueries contre le peuple vénézuélien de la part du système Covax, quelqu’un a mis la main dedans pour que les vaccins ne viennent pas au Venezuela', a alors indiqué le président.

Covax, qui s’adresse principalement aux pays en développement, a jusqu’à présent distribué plus de 88 millions de doses de vaccins à 131 pays, mais dans le cas de cette nation sud-américaine, ses engagements n’ont pas été respectés et le Gouvernement bolivarien l’a dénoncé.

Toujours au Venezuela, L’Assemblée Nationale de ce pays a approuvé aujourd’hui à l’unanimité le projet de réforme de la Loi contre la Corruption.

Le Président de la Commission permanente du Contrôleur du Parlement, Alexis Rodriguez, en exposant l’initiative législative, a expliqué de manière détaillée les raisons essentielles de la réforme partielle du décret avec rang, valeur et force de loi, afin d’adapter cet instrument juridique à la réalité vénézuélienne et de faire face aux nouvelles pratiques criminelles.

Notre pays, a-t-il dit, est constamment assiégé par l’impact de ce fléau dans lequel les puissances du monde financent la corruption et, dans de nombreux cas, des nations qui encouragent de telles pratiques,  donnent refuge aux responsables de ce type de délit.

C’est pourquoi, a-t-il souligné, élargir le concept de Patrimoine Public et inclure le principe de coresponsabilité pour les fonctionnaires qui gardent des biens publics, est essentiel à la lumière des temps nouveaux.

Il a en outre demandé que les conseils communaux soient soumis à la loi et que l’obligation soit ajoutée en tant que politique publique de formation pour prévenir les actes de corruption, soulignant la nécessité de promouvoir l’éducation pour les prévenir.

'Il est proposé d’établir que les ouvriers au service de l’État, les membres des unités de gestion financière telles que les conseils communaux, ainsi que les membres des organisations syndicales et des caisses d’épargne déposent également la déclaration sous serment du patrimoine', on a expliqué au cours de l’argumentation sur la réforme.

Il a précisé que la République bolivarienne du Venezuela n’est pas un simple qualificatif, mais qu’elle porte toute la charge historique du Libérateur Simón Bolívar en ce qui concerne la liberté, l’indépendance et le respect du trésor public.

La loi contre la corruption prévoit d’élargir la notion de patrimoine public, d’inclure le principe de coresponsabilité des fonctionnaires qui gèrent ce patrimoine et de mettre en œuvre des politiques éducatives pour la formation des fonctionnaires.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/263289-covax-confirme-avoir-les-fonds-du-venezuela-pour-les-vaccins-anti-covid-19

Tag(s) : #Venezuela#Covax

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT VENEZUELIEN MADURO SOMME COVAX : SOIT ILS NOUS ENVOIENT LES VACCINS, SOIT ILS NOUS RENDENT L’ARGENT

Par Le 06/07/2021

6 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-05 18:03:35

 

 

Caracas, 5 juillet (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a dénoncé le fait que le pays a effectué tous les paiements en suspens sans recevoir du mécanisme Covax des vaccins pour la  campagne contre le Covid-19.

"Le système Covax a échoué au Venezuela. Nous lui avons répondu (...), en faisant de la magie pour débloquer des ressources qu’on nous avaient bloqués", a déclaré Maduro, assurant que son gouvernement a complété les 120 millions de dollars de paiement requis par le mécanisme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour que les pays en développement aient accès aux vaccins.

"J’ai donné des instructions précises à la vice-présidente exécutive et à la commission présidentielle contre le Covid, Delcy Rodriguez, d’agir cette semaine et de donner déjà un ultimatum au système Covax : soit on nous envoie les vaccins, soit on nous rend l’argent ! Et nous, si nous sommes remboursés, nous saurons où aller pour acheter parce que nous avons déjà discuté avec des institutions mondiales, multilatérales, pour le faire", a-t-il ajouté à la télévision.

Le mois dernier, au milieu d’une polémique qui dure depuis des mois, Maduro avait demandé à son homologue étasunien, Joe Biden, de débloquer 10 millions de dollars destinés à régler la dette du Venezuela.

Ces fonds ont été gelés par une banque suisse pour une "enquête".

Le Venezuela a été frappé par des sanctions financières dirigées par Washington, qui entravent son accès au système financier international.

Ciro Ugarte, Directeur des urgences sanitaires de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), organisme régional de l’OMS, avait fait référence à ce problème, tout en affirmant que le processus d’envoi de vaccins au Venezuela était "en cours".

Source AFP

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262915-maduro-somme-covax-soit-ils-nous-envoient-les-vaccins-soit-ils-nous-rendent-largent

 

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA PLAIDE POUR UNE RELATION DE RESPECT ET DE COOPERATION AVEC LES USA

Par Le 05/07/2021

5 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-04 18:40:10

 

 

Caracas, 4 juillet (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a plaidé aujourd’hui pour une relation de respect, de coopération et de compréhension avec les États-Unis, en saluant la célébration de la Journée de l’indépendance du pays nord-américain.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires Étrangères, l’exécutif bolivarien a réaffirmé les liens profonds d’amitié et de solidarité qui existent entre les peuples américain et vénézuélien depuis le début des luttes pour la fondation et l’émancipation des deux nations.

Le Venezuela a exprimé son soutien aux efforts du peuple des États-Unis en faveur d’une société plus juste, débarrassée des chaînes du racisme, de l’inégalité et du soi-disant exceptionnalisme d’une élite dont l’ambition a causé de grands dommages à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire', souligne le texte.

De même, le Gouvernement vénézuélien a souhaité la chute définitive des barrières anachroniques qui empêchent une relation de respect, de coopération et de compréhension avec les dirigeants des États-Unis.

Enfin, la nation sud-américaine a réaffirmé son engagement à progresser dans la construction de son propre destin, malgré les agressions, 'avec la ferme conviction qu’un jour régnera la diplomatie de paix et le respect du droit international', a-t-il conclu.

Le Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec les États-Unis le 23 janvier 2019, rejetant le soutien apporté par l’administration de Donald Trump à l’autoproclamation de Juan Guaidó, alors député, en tant que président chargé du pays.

Le soutien de Washington à l’acte d’usurpation s’est accompagné d’une recrudescence des mesures coercitives unilatérales et d’autres agressions à caractère politique, visant à provoquer l’isolement du gouvernement légitime de Nicolas Maduro, dans le cadre de la stratégie de changement de régime.

Par ailleurs, dans un twit le Président du Venezuela, Nicolás Mauro, a affirmé que les réserves de pétrole du pays sont la principale raison des agressions politiques et économiques des États-Unis et de leurs alliés.

A travers le réseau social Twitter, le président a dénoncé les prétentions du gouvernement américain de contrôler les richesses de la nation sud-américaine et du reste des pays de cette zone géographique.

« Le Venezuela possède la plus grande réserve de pétrole au monde, et l'impérialisme et ses gouvernements satellites le savent très bien. C'est la raison de la guerre politique, commerciale et diplomatique, des sanctions. Ils cherchent à contrôler les richesses de la région », a écrit le chef de l'Etat.

À cet égard, le Ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a récemment assuré que les États-Unis cherchaient à s’emparer des réserves pétrolières vénézuéliennes par l'application de mesures coercitives unilatérales.

S'exprimant alors du débat « Énergie, que nous réserve l'avenir », organisé dans le cadre  du Forum diplomatique à Antalya, en Turquie, Arreaza a rappelé que la nation sud-américaine possède les plus grandes réserves véritables de pétrole, ainsi que de gaz, de charbon et autres, le monde capitaliste, il a besoin de ces ressources », a-t-il souligné.

Concernant la possibilité de lever les sanctions adoptées par Washington, le Ministre a souligné qu'au cours des 20 dernières années la Révolution Bolivarienne a survécu aux  plusieurs administrations nord-américaines, ayant des tactiques différentes, mais leurs objectifs stratégiques restent les mêmes.

Le Ministre des Affaires étrangères a souligné que les portes  de son pays sont grandes ouvertes si les États-Unis veulent investir dans le secteur pétrolier, mais sur la base d'une relation de respect mutuel et à condition que les agressions contre le pays sud-américain cessent.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262778-le-venezuela-plaide-pour-une-relation-de-respect-et-de-cooperation-avec-les-etats-unis

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO SOULIGNE LE ROLE DE LA CHINE DANS L’EQUILIBRE MONDIAL

Par Le 30/06/2021

30 Juin 2021

 

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-29 17:14:43

 

 

Caracas, 29 juin (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a souligné aujourd’hui le rôle décisif de la Chine dans le maintien de l’équilibre mondial, en exerçant son leadership et sa solidarité en tant que puissance de paix.

Au cours des commémorations du centenaire de la fondation du Parti communiste chinois et des 47 ans de l’établissement des relations diplomatiques bilatérales, le Président vénézuélien a réaffirmé l’appui du Gouvernement bolivarien aux autorités et au peuple de la nation asiatique.

'Le seul péché de la Chine a été de devenir, par le travail et l’effort, une grande puissance de paix', a souligné le chef de l’Etat en dénonçant les agressions et les conspirations lancées contre ce pays depuis des centres hégémoniques de pouvoir.

'Ils prétendent justifier des actions militaires dans les eaux territoriales chinoises (...), le monde entier doit dire que nous ne sommes pas d’accord avec une nouvelle guerre froide, nous ne sommes pas d’accord avec l’établissement de blocs de pays pour s’en prendre à la Chine', a souligné le chef d’état vénézuélien.

Maduro a également exalté le leadership du Parti communiste et du président Xi Jinping dans la construction d’une société socialiste développée économiquement, scientifiquement et technologiquement.

Le Président vénézuélien a réitéré sa gratitude au Gouvernement chinois pour sa position politique contre les agressions des États-Unis contre la nation sud-américaine et son soutien décisif dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 par la fourniture de vaccins, de fournitures et d’équipements sanitaires.

À cet égard, l’ambassadeur chinois à Caracas, Li Baorong, a réaffirmé la volonté de son pays de renforcer les actions de solidarité et de coopération avec l’État vénézuélien, en appui à sa recherche de la voie du développement avec ses propres particularités, et contre toute manifestation d’ingérence dans les affaires intérieures.

'La Chine est prête à unir ses efforts avec le Venezuela pour approfondir le partenariat stratégique intégral, élargir la coopération dans le cadre de l’initiative de la Bande et de la Route', a ajouté le diplomate en soulignant le développement constant des relations bilatérales.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/262249-le-president-du-venezuela-souligne-le-role-de-la-chine-dans-lequilibre-mondial

 

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

LA CHINE ET LE VENEZUELA CELEBRENT 47 ANS DE RELATIONS FRATERNELLES, DE COOPERATION ET DE SOLIDARITE

Par Le 29/06/2021

29 Juin 2021

 

La Chine et le Venezuela célèbrent 47 ans de relations fraternelles, de coopération et de solidarité
Écrit par Joselyn Ariza le 28/06/2021. Posted in News

La République populaire de Chine et la République bolivarienne du Venezuela ont établi des liens diplomatiques il y a 47 ans, et avec le début de la révolution bolivarienne, sous le commandement du commandant Hugo Chavez, les liens de fraternité et de coopération se sont encore renforcés.

Aujourd'hui, sous la direction du président Nicolás Maduro, les relations entre les deux nations suivent un chemin imparable vers la construction définitive d'un monde multipolaire.

Depuis le 28 juin 1974, les liens d'amitié sino-Vénézuéliens sont fondés sur les principes du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques dans une perspective d'avenir.

À ce jour, un nombre important de projets ont été réalisés dans les domaines de l'énergie, de l'industrie, des travaux publics, du logement, de l'agriculture, de la science et de la technologie, des transports, de la culture, du commerce, de la sécurité et de la défense.

À cet égard, il est important de rappeler le commandant Chávez qui, lors d'une conférence de presse offerte le 6 décembre 2011, a précisé la voie du travail avec le géant asiatique, un objectif qu'il projetait jusqu'en 2030.

"Avec la Chine, les relations sont merveilleuses, je l'ai dit et je le répète, de tous les points de vue, d'ici du cœur, de la fraternité, de la compréhension mutuelle, des relations politiques du plus haut niveau. Nous avons consolidé une alliance stratégique dans le domaine politique et économique (...) Maintenant vient un plan pour les relations Chine-Venezuela pour les 20 prochaines années, de 2011 à 2030", Hugo Rafael Chávez Frías.

Cette alliance stratégique a été établie par les présidents Chávez et Jiang Zemin en 2001, avec la création de la Commission mixte de haut niveau Venezuela-Chine, en tant que mécanisme de dialogue politique et de coopération bilatérale, allant des accords pétroliers et énergétiques à l'aérospatiale.

Pour le président Nicolás Maduro, les relations avec la Chine sont passées d'une simple coopération à un partenariat de haut niveau pour le développement économique du pays.

Relations de solidarité
Les relations entre la Chine et le Venezuela ont vu leur horizon s'élever, notamment dans le domaine de la santé, après la déclaration de la pandémie de coronavirus à l'échelle mondiale en 2020, avec la mise en place d'un pont aérien permanent entre les deux nations.

Avec l'émergence de cette pandémie, la Chine s'est mise au service du peuple vénézuélien pour combattre les effets du COVID-19, en envoyant des cargaisons de médicaments, de tests rapides, de matériel de biosécurité et de masques, en plus des vaccins fabriqués par la société Sinopharm.

Cette aide est possible grâce aux accords conclus, et c'est précisément cette action de solidarité qui démontre au monde la force des liens de fraternité entre les deux peuples.

Vice-présidence

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/06/28/china-venezuela-celebran-relaciones-hermandad-cooperacion-solidaridad/

Tag(s) : #Chine#Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LA VACCINATION AVEC ABDALA A COMMENCE

Par Le 28/06/2021

28 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-28 06:30:05

 

Cuba s'est engagé à livrer au Venezuela 12 millions de doses du vaccin Abdala d'ici le mois d'octobre. Photo: Prensa Latina

La Havane, 28 juin, (RHC)- Les autorités sanitaires vénézuéliennes ont entamé cette fin de semaine l’immunisation contre le Covid-19 avec le vaccin cubain Abdala, dans le lotissement Simon Bolivar de Caracas.

Pedro Almenarez, représentant du groupe de l'industrie pharmaceutique cubaine, a expliqué sur Venezolana de Televisión que le vaccin Abdala a démontré, dans les études cliniques récemment conclues, une efficacité de 92,28 %, ce qui le place au quatrième rang mondial.

Il a expliqué que trois doses doivent être appliquées: aux jours 1, 14 et 28, et que l'immunité maximale est atteinte après 42 jours, comme pour les autres produits biologiques sur le marché.

En ce qui concerne les effets indésirables, il a déclaré que jusqu'à présent, plus de 80% des personnes vaccinées avec Abdala n'ont pas eu besoin de recourir à des médicaments ou à une quelconque thérapie car les effets sont légers.

Abdala est l'un des cinq candidats vaccins créés par les scientifiques cubains.

Cuba s’est engagée à livrer aux autorités vénézuéliennes 12 millions de doses d’ici le mois d’octobre.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262072-la-vaccination-avec-abdala-a-commence-au-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

JEUNESSE COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE ET LA JEUNESSE DU Sri LANKA

Par Le 25/08/2022

24 Août 2022

Solidarité avec le peuple et la jeunesse du Sri Lanka
23 août, 2022
La Tribune du Peuple
Évaluez ce document

Caracas, 24-08-2022 (Communiqué) - Depuis le Conseil Central de la Jeunesse Communiste du Venezuela (JCV), nous voulons exprimer notre rejet le plus catégorique de la nouvelle campagne d'agression du régime du Sri Lanka aux mains de Ranil Rajapaksa, qui ces derniers jours a attaqué le mouvement populaire qui est descendu dans la rue pour protester pacifiquement contre l'augmentation du coût de la vie et les conditions précaires de la sécurité alimentaire, de la santé et d'autres éléments d'intérêt pour le développement d'une vie normale.

Hier, 22 août 2022, le camarade Rangana Dewapriya, organisateur national de l'Union des étudiants socialistes, a été arrêté et quatre accusations infondées ont été portées contre lui en raison de sa participation aux récentes manifestations qui ont secoué tout le pays, violant ainsi le principe fondamental de la manifestation pacifique établi dans la Charte des droits de l'homme des Nations unies.


Nous sommes préoccupés par ce nouvel assaut du gouvernement de Siri lanka qui touche un grand nombre de militants et de membres de la communauté en général qui luttent pour faire valoir leurs droits.

Nous exprimons notre solidarité avec les camarades de l'Union des étudiants socialistes du Sri Lanka et avec les familles et amis des camarades Wasantha Mudalige, Galewa Siridhamma, Hashan Jeewantha et de nombreux autres qui ont été victimes de l'oppression du régime.

Nous avons également appris avec grand regret l'arrestation du camarade Eranga Gunasekara, qui est l'organisateur national de l'Union de la jeunesse socialiste du Sri Lanka, une organisation qui lutte depuis quelques mois avec le peuple pour obtenir les gains nécessaires à l'obtention d'un niveau de vie humainement digne. Le camarade est accusé pour les mêmes motifs que le camarade Rangana ; c'est pourquoi, depuis le Venezuela, nous exprimons notre solidarité la plus sincère et exigeons la libération immédiate de nos camarades de lutte, qui sont emprisonnés dans les cachots de la police, de manière injuste et autoritaire.

Comité exécutif national du Conseil central de la jeunesse communiste du Venezuela
source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/08/23/solidaridad-con-el-pueblo-y-la-juventud-de-sri-lanka/

Tag(s) : #JCV#SriLanka

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES "ATTAQUES HONTEUSES" DU LEADER DU PSUV, CABELLO

Par Le 24/08/2022

23 Août 2022

mardi 23 août 2022
Le Parti communiste du Venezuela dénonce les "attaques honteuses" du leader du PSUV, Cabello


Caracas, 23-08-2022- Ce lundi, lors de sa conférence de presse, le Parti communiste du Venezuela (PCV) a qualifié de honteuses les attaques entretenues par le vice-président du PSUV, Diosdado Cabello, contre le Parti communiste du Venezuela à travers les médias d'État vénézuéliens.

"Vous vous déchaînez contre le Parti communiste du Venezuela et contre notre secrétaire général en utilisant votre position de pouvoir et votre bien-être économique, en profitant des médias d'État, sans nous laisser le droit de répondre à votre attaque excessive et euphorique", a déclaré Carlos Lazo, membre du Bureau politique du Comité central du PCV. 
 
Lazo a expliqué que les attaques de Cabello contre le militantisme communiste sont dues au succès des mobilisations qui ont abouti au paiement intégral de la prime de vacances et de loisirs pour les travailleurs de l'éducation.

"Vous attaquez à cause de cela, parce que nous sommes le seul parti qui développe une lutte victorieuse dans les rues avec les masses populaires", a ajouté le dirigeant communiste.

Lazo a affirmé que les agressions du député Cabello "sont des réminiscences de sa formation anticommuniste" et a condamné "ce type d'attaques astucieuses" avec lesquelles il essaie de "stimuler la haine contre le PCV".

Le leader a rappelé que le PCV a une trajectoire impeccable de lutte contre les ennemis du peuple vénézuélien : "Nous avons historiquement eu une position anti-impérialiste, nous ne sommes plus anti-impérialistes depuis 2004, date à laquelle vous vous êtes déclarés de cette manière".

"C'est l'une des différences que nous avons avec vous ; outre le fait que vous êtes un parti qui exprime les intérêts de la bourgeoisie vénézuélienne au détriment de la situation de la classe ouvrière vénézuélienne", a-t-il ajouté.

Lazo a annoncé que le PCV soutient l'appel des syndicats d'enseignants et de travailleurs universitaires à marcher ce mardi 23 août, du centre de Caracas au siège de l'Office national du budget (Onapre) pour exiger une fois de plus l'abrogation des instructions imposées par le gouvernement de Nicolás Maduro pour réduire les droits du travail et les salaires.

Le PCV a également soutenu les actions de protestation qui ont eu lieu jeudi dernier, 18 août, devant le siège de l'Institut national de prévention, de santé et de sécurité au travail (Inpsasel), dans le cadre de la Journée nationale de mobilisation et de lutte pour la santé et la sécurité au travail, en commémoration de la mort de neuf travailleurs de l'entreprise Provegran dans un accident du travail survenu en 2003.

M. Lazo a expliqué que cette date est propice pour dénoncer le manque de contrôle des protocoles de sécurité sur les lieux de travail. Il a également exhorté les secteurs qui se sont mobilisés ces derniers mois à maintenir la lutte "contre la hausse des prix et les mécanismes visant à détruire les salaires et à privilégier la bourgeoisie qui exploite la classe ouvrière vénézuélienne de manière bestiale".

source : https://www.idcommunism.com/2022/08/venezuelas-communist-party-denounces-shameful-attacks-by-psuv-leader-cabello.html

Tag(s) : #PCV#PSUV#Venezuela

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LA LUTTE N'EST PAS TERMINEE, NOUS DEVONS CONQUERIR UN SALAIRE EQUITABLE

Par Le 17/08/2022

16 Août 2022

Parti communiste du Venezuela : La lutte n'est pas terminée, nous devons conquérir un salaire équitable
8/16/22 9:51 AM
(Conférence de presse du PCV)

La lutte n'est pas finie, nous devons conquérir un salaire juste.

 

Caracas, 15-08-2022 (Redacción TP) - "Nous avons gagné une bataille avec l'annonce du paiement intégral de la prime de vacances pour les enseignants, mais la lutte pour l'abrogation des instructions de l'Onapre continue", a déclaré ce lundi Vladimira Moreno, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV). 

Au cours de la conférence de presse, Moreno a averti que l'annonce faite par le gouvernement national après les nombreuses mobilisations qui ont eu lieu dans tout le pays "ne peut pas nous distraire" de la manière dont l'exécutif viole progressivement et certainement les droits contractuels à travers les instructions de l'Office national du budget (Onapre). 

"Nous ne pouvons pas non plus oublier le mémorandum circulaire 2792", a ajouté le leader du PCV pour faire référence à l'un des premiers outils utilisés par le président Nicolás Maduro pour liquider les droits stipulés dans les conventions collectives de l'administration publique. 

Le PCV a également reconnu le rôle d'avant-garde joué par les retraités et les pensionnés qui, depuis mars, se sont mobilisés "malgré leurs conditions de vie précaires". 

"Le triomphe est partiel, mais c'est un triomphe. C'est un triomphe des mobilisations des étudiants universitaires, des enseignants, des étudiants et des représentants parce que chaque enseignant est un leader dans son école, dans l'université, dans sa communauté", a-t-il déclaré. 

Moreno a dénoncé le fait que ce leadership a essayé d'être arraché par les dirigeants syndicaux "qui sont le nombril du gouvernement national" et qui essaient maintenant de s'arroger cette annonce comme une victoire. 

"Ce leadership que nous, enseignants, avons dans la société ne nous sera pas arraché par les dirigeants syndicaux sans légitimité et qui, dans le cas de la FTUV, ont eu le culot de signer un accord avec le gouvernement, trahissant les intérêts des travailleurs", a-t-elle affirmé. 

La dirigeante a rappelé que les porte-parole du gouvernement et les opérateurs politiques dans les médias ont tenté de déformer la manifestation : "Ils nous ont accusés d'être des terroristes" et ont ajouté : "ils ont dit que nous voulions renverser le gouvernement, mais les enseignants et les travailleurs universitaires ont donné une grande leçon de dignité". 

"Nous lançons un appel au peuple : continuons dans l'unité d'action, la lutte n'est pas terminée, nous devons conquérir un salaire juste", a exhorté Moreno qui a rappelé qu'il existe encore des secteurs comme la santé dont les droits n'ont pas été rétablis. 

"L'unité d'action a vaincu la trahison de la FSV et de la direction syndicale illégitime", a-t-il conclu.

 

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-The-struggle-is-not-over-we-must-conquer-a-fair-salary/

Tag(s) : #Venezuela#PCV

Dans VENEZUELA

CARAÏBES : IRAN/RUSSIE/CHINE LANCENT D'IMPORTANTES MANOEUVRES MILITAIRES

Par Le 12/08/2022

Maduro donne le coup d'envoi dès le 12 août de la méga-manœuvre navale Iran-Chine-Russie

Friday, 12 August 2022 6:06 PM  [ Last Update: Friday, 12 August 2022 6:06 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Une image diffusée par le site officiel de l'armée iranienne le 21 janvier 2022 montre des navires de guerre iraniens, russes et chinois. ©AFP

La Russie, la Chine et l'Iran lancent un défi aux États-Unis en organisant d'importantes manœuvres militaires au Venezuela.

Les exercices, dirigés par Moscou, se dérouleront du 13 au 27 août à Barquisimeto, dans le nord-ouest du Venezuela.

Ce sont les premiers à être organisés dans ce pays. Le Belarus, l'Algérie, l'Inde et le Vietnam participeront également à ces exercices.

Les armées de la Russie, de l'Iran et de la Chine tiendront des manœuvres militaires conjointes au Venezuela, plus précisément dans la ville de Barquisimeto, dans l'État de Lara.

Le navire Aframax arrive au Venezuela

Le navire Aframax arrive au Venezuela

Le navire iranien à destination du Venezuela a été testé avec succès.

Comme le rapporte ABC International, c'est la première fois qu'un tel événement est organisé avec la participation de drones et de commandos de tireurs d'élite dirigés par la Russie, et cet exercice intervient à peine un jour après la fin des opérations militaires annuelles organisées par le Commandement Sud des États-Unis, appelées "Panamax 2022", auxquelles participent les forces armées de vingt pays de la région.

Le Kremlin entend faire une démonstration de force dans les Caraïbes - une zone considérée comme l'arrière-cour de Washington - et dans ces exercices militaires, quelque 270 équipes de 37 pays, dont, en plus de ceux mentionnés, l'Algérie, le Belarus, le Vietnam, l'Inde, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan ou le Myanmar. Tous ces pays ont en commun leur haine des États-Unis et le fait qu'ils ont fait l'objet de sanctions.

Le Center for a Secure Free Society a défini ces exercices comme "une manœuvre stratégique qui vise à prépositionner les moyens militaires déployés en Amérique latine et dans les Caraïbes".

Ministre chinois de la Défense a Téhéran!

Ministre chinois de la Défense a Téhéran!

Que prépare le trio Iran-Chine-Russie ?

Le texte cite des déclarations de Poutine, qui a assuré qu'aux États-Unis "ils n'ont pas réalisé que de nouveaux centres puissants ont émergé et deviennent de plus en plus forts".

"Il y a un an et demi - a déclaré le président russe en juin, à Saint-Pétersbourg - s'exprimant au forum de Davos, j'ai souligné une fois de plus que l'ère de l'ordre mondial unipolaire est terminée.

La Russie, la Chine et l'Iran ont déjà mené au moins trois exercices militaires conjoints en Asie depuis 2019. Maintenant, ils déplacent les exercices en Amérique. Cela démontre l'influence croissante des rivaux américains sur le continent, comme le rapporte Javier Ansorena dans ABC : La Chine renforce sa présence économique, les présidents argentin et brésilien semblent soutenir Poutine dans l'hémisphère, et Maduro renforce ses relations avec l'Iran.

Maduro, qui n'a pas ménagé ses efforts pour renforcer les relations avec l'Iran ces dernières années, s'est félicité que le Venezuela accueille cet exercice majeur et l'a qualifié de défi aux États-Unis.

Le site Washington Free Beacon a rapporté le mois dernier que l'Iran, la Russie et la Chine prévoyaient de participer à un exercice latino-américain baptisé "Border Sniper" en guise de démonstration de force visant les États-Unis.

"Le Venezuela accueille cet exercice militaire et les armées iranienne, russe et chinoise prévoient de se rendre en Amérique latine et dans les Caraïbes pour y participer", ajoutait Free Beacon.

L'armée vénézuélienne a montré pour la première fois des drones de combat iraniens assemblés au Venezuela lors de son défilé militaire du 5 juin. Les drones, qui portaient à l'origine le nom iranien de "Mohajer-2", sont désormais connus sous le nom d'"Antonio Jose de Sucre".

Ce drone est capable d'effectuer des missions de reconnaissance et de surveillance, ainsi que des missions d'assaut, avec une grande portée et une grande endurance de vol.

Iran/Russie/Chine : une ceinture navale?

Iran/Russie/Chine : une ceinture navale?

Alliance maritime Iran-Chine-Russie face aux USA

Le drone Mohajer-6 est le dernier membre de la famille Mohajer d'aéronefs sans pilote dans la catégorie des drones de combat tactique, qui peuvent être utilisés dans une variété de missions militaires et civiles. La portée opérationnelle de cet oiseau télécommandé est d'environ 2 000 km. Il a la capacité de transporter 40 kg de marchandises, mais en essaim, il devient beaucoup plus grand. Il peut atteindre une vitesse de 200 km/h et est capable d'emporter sous ses ailes deux bombes intelligentes et un viseur vertical thermique.

Venezuela: la parade des drones iraniens!

Venezuela: la parade des drones iraniens!

Pour la première fois dans l’histoire, l’Iran, la Russie et la Chine tiennent un exercice naval commun à quelques dizaines de kilomètres des eaux américaines dans l’hémisphère occidental.

En février dernier, les marines de la Russie, de l'Iran et de la Chine ont organisé un exercice militaire dans le nord de l'océan Indien. Le ministère russe de la Défense a annoncé à cet égard que dans le cadre de cet exercice, qui a été mené dans le but de lutter contre la piraterie et de pratiquer des opérations de sauvetage maritime, "les navires de guerre russes et les forces navales iraniennes et chinoises ont mené des attaques d'artillerie contre des cibles navales, des manœuvres tactiques conjointes et des opérations de recherche et de sauvetage."

http://french.presstv.ir/Detail/2022/08/12/687261/-Iran-Venezuela-Russie-Chine

Dans VENEZUELA

LE PCV REJETTE LA DECISION D'UN TRIBUNAL BRITANNIQUE VALIDANT LE VOL DE L'OR VENEZUELIEN PAR GUAIDO

Par Le 01/08/2022

1 Août 2022

 

Le PCV rejette la décision d'un tribunal britannique validant le vol de l'or vénézuélien par Guaidó.
31 juillet 2022
Tribune populaire
Évaluez ce document

(Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa répudiation énergique de la récente décision de la Haute Cour de Londres en faveur de l'administration de la Banque centrale du Venezuela (BCV) illégitimement nommée par Juan Guaidó concernant la garde de l'or appartenant à la République bolivarienne du Venezuela, déposé à la Banque d'Angleterre.

La justice britannique fait un pas de plus dans la violation du droit international et l'usurpation des ressources économiques appartenant à la nation vénézuélienne, en utilisant le prétexte illégal de reconnaître de fausses autorités gouvernementales autres que celles issues des processus électoraux établis par la Constitution et les lois vénézuéliennes.

Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous réitérons notre condamnation des mesures coercitives unilatérales appliquées contre le Venezuela par l'impérialisme américain et ses alliés européens, dans le cadre de la féroce dispute internationale et nationale pour le contrôle des revenus pétroliers.

Le peuple vénézuélien, fondamentalement la classe ouvrière et les couches populaires, est celui qui subit les conséquences directes de ces agressions, puisque le gouvernement tente de gérer la crise afin de protéger les intérêts des groupes capitalistes des impacts négatifs de ces sanctions illégales.

Nous exigeons la levée immédiate des mesures coercitives unilatérales maintenues contre le pays, et que des poursuites judiciaires soient engagées contre Juan Guaidó et tous ceux qui ont été responsables de la stimulation de ces actions illégales contre le peuple vénézuélien.

Nous demandons au gouvernement et à l'État vénézuélien qu'au lieu de diriger l'appareil répressif des forces de sécurité et du système judiciaire pour intimider et criminaliser les luttes légitimes de la classe ouvrière pour leur droit à un salaire décent, ils dirigent leur énergie pour rendre justice et poursuivre les responsables de la stimulation des sanctions et de l'usurpation des richesses appartenant à la République.

Assez d'impunité ! Prison pour les corrompus et les traîtres à la patrie !

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

Caracas, 29 juillet 2022

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/07/31/pcv-repudia-fallo-de-tribunal-britanico-que-avala-robo-de-oro-venezolano-por-parte-de-guaido/

Tag(s) : #PCV#Communiste#Guaido

Dans VENEZUELA

LE ROYAUME UNI REFUSE DE RENDRE SON OR AU VENEZUELA.

Par Le 29/07/2022

Le Royaume-Uni refuse de rendre son or au Venezuela.

 Depuis 7 heures  29 juillet 2022

gb_or_venezuela

 Amérique et Europe - GB

 

Un tribunal britannique a refusé de rendre au Venezuela son or déposé dans les coffres de la Banque d’Angleterre. Quelque 31 tonnes d’une valeur estimée à 1,95 milliard de dollars.
La demande avait été faite par le gouvernement vénézuélien sur une décision de la Cour suprême du Venezuela (STJ).

Selon l’AFP, la juge britannique Sara Cockerill a statué que « les décisions de la STJ ne peuvent pas être reconnues » dans une cour britannique car Londres considère que l’opposant Juan Guaido est le dirigeant du Venezuela.

Le Royaume-Uni, comme les Etats-Unis et au moins une cinquantaine d’autres pays, ne reconnaissent pas Nicolas Maduro comme président depuis sa réélection et soutiennent Juan Guaido comme président par intérim.

Dans le but d’évincer M. Maduro du pouvoir, Washington et ces pays ont reconnu le leader de l’opposition Juan Guaido comme président par intérim, imposant une batterie de sanctions à Caracas, dont un embargo sur le pétrole qui empêche le Venezuela d’écouler son pétrole brut –qui représentait alors 96% des revenus du pays– sur le marché américain.

La Cour suprême britannique avait déjà décidé fin 2021 que les tribunaux britanniques ne pouvaient pas contredire l’exécutif, et le jugement de vendredi ajoute que les décisions de la Cour suprême vénézuélienne ne peuvent pas faire référence.

Le camp du président Maduro « envisage de faire appel », affirme vendredi un de ses avocats, Sarosh Zaiwalla.

Le dossier doit maintenant revenir devant la Cour de Commerce britannique.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2389719

      

Dans VENEZUELA

LE PCV RESTERA FERME FACE AU PACTE ENTRE LE GOUVERNEMENT LIQUIDATEUR ET LA DROITE COLLABORATIONNISTE

Par Le 27/07/2022

26 Juillet 2022

Le PCV restera ferme face au pacte entre le gouvernement liquidateur et la droite collaborationniste.
26 juillet, 2022
Tribune populaire

Caracas, 25-07-2022 (Redacción TP) - Lundi 25 juillet, le Parti communiste du Venezuela (PCV) a tenu une conférence de presse pour faire une déclaration sur l'escalade des agressions du gouvernement contre les militants communistes.

"Le Parti communiste du Venezuela exprime son ferme rejet de la campagne anticommuniste menée par le gouvernement et le PSUV ; nous mettons en garde contre une escalade des agressions contre le PCV dans différents scénarios", a déclaré Yul Jabour, membre du Bureau politique du Comité central.

Le porte-parole du Coq rouge a expliqué que l'un des scénarios d'agression contre le PCV est l'Assemblée nationale, "où l'on viole les droits politiques en empêchant le député Oscar Figuera de prendre la parole et de faire connaître les opinions des communistes et de l'Alternative révolutionnaire populaire".

Jabour a dénoncé que les porte-parole du gouvernement tentent de personnaliser l'attaque contre le PCV "en présentant notre politique comme une opinion individuelle du secrétaire général" et a affirmé que "ce que le camarade Oscar Figuera exprime publiquement est le résultat de décisions collectives émanant du débat dans nos organisations".

Il a rappelé que ce type d'attaque rappelle la politique betancuriste contre ceux qui défendaient les droits des travailleurs.

"Qui sont ceux qui s'assoient pour négocier avec l'impérialisme, qui votent des lois en faveur du grand capital ?". Le PCV restera ferme face au pacte entre le gouvernement vendu et la droite collaborationniste", a-t-il ajouté.


Jabour rapporte qu'au cours des dernières heures, dans le cadre des mobilisations contre la fraude salariale, des actes de violence contre des communistes ont été enregistrés : Jackeline López, membre du Comité central, a été attaquée par des groupes de choc dirigés par la mairie de Caracas.

Elle a également raconté comment la dirigeante communiste Adelaida Zerpa a été brutalement battue par des agents du Service bolivarien de renseignement (Sebin) alors qu'elle tentait d'empêcher l'enlèvement du dirigeant syndical Angel Castillo après la marche des travailleurs publics du jeudi 21 juillet.

"Le PCV est reconnaissant pour les nombreuses expressions de solidarité envoyées par le Mouvement communiste international et les partis ouvriers, ainsi que par la base du chavisme, les amis et les sympathisants qui ont rejeté les agressions contre notre militantisme", a-t-il déclaré.

Ordre du jour de la lutte et du 16ème Congrès national du PCV

Ce mardi 26 juillet, le PCV participera à l'Action mondiale de solidarité pour exiger la libération de la révolutionnaire paraguayenne Carmen Villalba avec un piquet devant le siège des Nations Unies à Caracas à partir de 10h00.

M. Jabour a également informé que samedi prochain, le 30 juillet, aura lieu la rencontre nationale des travailleurs en lutte, organisée par la large coalition Espacio Sindical Unitario.

"Le PCV adhère à l'appel à cette réunion pour discuter de la situation de la classe ouvrière vénézuélienne et établir un agenda d'actions", a-t-il ajouté.

Jabour a informé que le 16 juillet, la 28ème session plénière du Comité central du PCV a approuvé les deux documents clés pour ouvrir les discussions du 16ème Congrès national du PCV : la Ligne politique et les Thèses programmatiques.

Il a expliqué que ces deux matériels seront discutés par les cellules dans tout le pays au cours des prochains mois jusqu'au point culminant, à savoir les sessions plénières du Congrès, prévues en novembre de cette année.

Enfin, le dirigeant communiste a adressé ses salutations au peuple cubain et au Parti communiste de Cuba à l'occasion du 69e anniversaire de l'attaque de la caserne Moncada, "une référence historique pour les mouvements de libération nationale qui ont ouvert des perspectives à la Révolution cubaine".

source:https://prensapcv.wordpress.com/2022/07/26/video-rueda-de-prensa-el-pcv-se-mantendra-firme-frente-al-pacto-entre-el-gobierno-entreguista-y-la-derecha-colaboracionista/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE PCV REJETTE LES AGRESSIONS CONTRE LES DIRIGEANTES COMMUNISTES ADELAIDA JERPA ET JACKELINE LOPEZ

Par Le 23/07/2022

23 Juillet 2022

Le PCV rejette les agressions contre les dirigeantes communistes Adelaida Zerpa et Jackeline López
23 juillet, 2022
Tribune populaire
Évaluez ce document

Caracas 23-07-2022. (Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) rejette les agressions contre les camarades Adelaida Zerpa et Jackeline López, qui ont eu lieu ce jeudi 21 juillet, lors de la marche unie des travailleurs de l'Administration publique nationale contre les instructions salariales de l'Office national du budget (ONAPRE).

Jackeline López, membre du Comité central du PCV et dirigeante nationale du Mouvement des femmes Clara Zetkin, a été attaquée par des groupes de choc, portant l'uniforme de la mairie de Caracas, coordonnés par le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV).

Mme López a été battue alors qu'elle filmait les groupes qui harcelaient et provoquaient les manifestants ; son téléphone lui a été confisqué et rendu inutilisable. Tout cela s'est passé sous le regard complice de la police nationale bolivarienne, qui a également empêché les travailleurs d'atteindre la vice-présidence de la République.

Adelaida Zerpa, membre du Bureau politique du Comité central du PCV, a été lâchement battue par des agents du Service bolivarien de renseignement (Sebin) devant le siège national du PCV, lorsque des hommes armés ont encerclé le bâtiment pour enlever le militant du Front national de lutte de la classe ouvrière, Angel Castillo, qui a été libéré quelques heures plus tard dans le cadre d'une procédure violant la Constitution et les lois.

Ces événements démontrent la tournure violente prise par la campagne anticommuniste que les porte-parole de la direction du PSUV et ses opérateurs politiques dans les médias entretiennent pour tenter vainement de neutraliser le clair mécontentement populaire face au plan d'ajustement néolibéral mis en œuvre par le gouvernement anticommuniste de Nicolás Maduro.

Les femmes communistes vénézuéliennes ont mené les luttes de classe les plus importantes de l'histoire de notre pays ; nous sommes sûrs qu'en ce moment où les contradictions s'aiguisent, les militants du PCV garderont la fermeté et l'intégrité nécessaires pour maintenir les bannières de la lutte contre le nouveau pacte des élites et pour la défense des droits du peuple vénézuélien.

Bureau politique du Comité central du PCV

Caracas 22 juillet 2022

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/07/23/pcv-rechaza-agresiones-contra-las-dirigentes-comunistas-adelaida-zerpa-y-jackeline-lopez/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

KKE (PARTI COMMUNISTE DE GRECE) : NE TOUCHEZ PAS AUX COMMUNISTES DU VENEZUELA ! SOLIDARITE AVEC LE PC DU VENEZUELA

Par Le 22/07/2022

22 Juillet 2022

Vendredi, 22 juillet 2022
KKE : Ne touchez pas aux communistes du Venezuela ! Solidarité avec le Parti communiste du Venezuela


Dans une déclaration, la section des relations internationales du CC du Parti communiste de Grèce (KKE) dénonce l'attaque des autorités policières vénézuéliennes contre une manifestation de travailleurs à Caracas et exprime sa solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et le mouvement ouvrier populaire du pays. 
Ne touchez pas aux communistes du Venezuela !

Solidarité avec le Parti communiste du Venezuela et le mouvement ouvrier-populaire du Venezuela


Le jeudi 21 juillet, après la fin d'une manifestation de travailleurs à Caracas contre la politique de dégradation des salaires du gouvernement social-démocrate PSUV, les forces de police ont attaqué les communistes vénézuéliens - qui participaient à la manifestation - devant le siège de leur parti à Caracas et ont enlevé le camarade Ángel Castillo, tandis qu'Adelaida Zerpa, membre du BP du CC du PC du Venezuela, a également été blessée dans cette violente attaque. Le fait qu'Ángel Castillo ait été libéré le matin du 22 juillet, suite au tollé, n'enlève rien au caractère inacceptable de l'attaque.

Le Parti communiste de Grèce dénonce ce nouvel incident d'intensification de la répression contre le PC du Venezuela et exige que le gouvernement vénézuélien mette immédiatement fin à toutes les attaques violentes et anticommunistes contre le PC du Venezuela. Nous exprimons une fois de plus notre solidarité avec le Parti communiste et la Jeunesse communiste du Venezuela et leur lutte pour défendre les intérêts de la classe ouvrière et de leur peuple.

source : http://www.idcommunism.com/2022/07/kke-hands-off-communists-of-venezuela.html

Tag(s) : #KKE#PCV#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA CHINE RENFORCENT LEURS LIENS D'AMITIE BILATERAUX

Par Le 19/07/2022

18 Juillet 2022

Le Venezuela et la Chine renforcent leurs liens d'amitié bilatéraux

Caracas, 18 juil (Prensa Latina) Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Carlos Faría, a rencontré aujourd'hui l'ambassadeur de Chine auprès de la nation sud-américaine, Li Baorong, dans le but de renforcer les relations bilatérales et d'ouvrir de nouveaux espaces de dialogue.
18 juillet 2022
CDT16:53 (GMT) -0400
La nouvelle a été rendue publique sur la page Twitter du ministère vénézuélien des Affaires étrangères, à travers un bref communiqué et une série de photos de la réunion.

Il convient de rappeler que le 28 juin dernier a marqué le 48e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre le Venezuela et la Chine.

Lors de la célébration de cette date, M. Li a clairement indiqué que les liens entre les Sud-Américains et les Géants d'Asie sont à leur meilleur moment dans l'histoire.

Le président vénézuélien Nicolás Maduro a reconnu à de nombreuses reprises que les liens entre le Venezuela et la Chine reposent sur des bases solides, fondées sur le respect, la solidarité et la reconnaissance de leur potentiel.

car/yas
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/07/18/venezuela-y-china-refuerzan-lazos-bilaterales-de-amistad

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA APPELLE A UNE NOUVELLE PHASE DE COOPERATION AVEC LA COLOMBIE

Par Le 28/06/2022

28 Juin 2022

Le Venezuela appelle à une nouvelle phase de coopération avec la Colombie
Écrit par Stefany Arias le 27/06/2022 . 
Dans un appel à la société colombienne et vénézuélienne, le président vénézuélien Nicolas Maduro a demandé un soutien pour la consolidation d'une nouvelle étape de "relations de paix, de fraternité et de coopération" entre Caracas et Bogota.

"J'espère que les sociétés colombienne et vénézuélienne dans leur ensemble seront en harmonie dans la recherche d'une nouvelle étape dans les relations entre nos pays et nos peuples, une nouvelle étape dans la recherche de la paix", a-t-il déclaré lors de la remise du prix national du journalisme "Simón Bolívar" 2022.

Depuis le palais de Miraflores à Caracas, il a déclaré qu'"une nouvelle étape de relations semble s'ouvrir à l'horizon" avec le prochain gouvernement de Colombie, dirigé par Gustavo Petro et Francia Márquez, respectivement président et vice-présidente.

Dans ce sens, il a souligné que la relance des liens politiques et diplomatiques vise à jeter les bases d'une coopération économique, commerciale, culturelle et humaine, ainsi que la pacification des 2 200 kilomètres de frontière commune.

Le 22 juin, les deux autorités ont engagé un dialogue qui a réaffirmé la disposition commune à "rétablir la normalité à la frontière", ce qui a constitué le premier rapprochement de haut niveau entre le Venezuela et la Colombie depuis la rupture des relations diplomatiques en 2019.

Préoccupation concernant la situation en Équateur

Avec les mots "nous aimons l'Équateur, nous sommes très préoccupés par le peuple", le chef de l'État a exprimé sa préoccupation face à la violence générée dans le cadre de la grève nationale, qui fête ce lundi son 15e jour.

"Nous sommes très préoccupés par l'Équateur. La violence, plus de six morts ; le peuple équatorien qui se bat ; combien de temps un peuple comme le peuple équatorien sera-t-il torturé ?", a demandé M. Maduro.

Samedi 26 juin, la Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur faisait état de huit disparus, 145 blessés, 127 arrestations et 11 actes de répression.

Presse présidentielle 
source : https://mppre.gob.ve/2022/06/27/venezuela-aboga-por-una-nueva-etapa-de-cooperacion-con-colombia/

Tag(s) : #Venezuela#Colombie

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE EQUATORIEN

Par Le 27/06/2022

26 Juin 2022

Solidarité avec le peuple équatorien : arrêt de la répression et du paquet néolibéral
25 juin, 2022
Tribune populaire
Évaluez ce document

25-06-2022 (COMMUNIQUE) - Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa solidarité avec la classe ouvrière, les peuples indigènes, la paysannerie et les autres secteurs populaires de l'Équateur, dans leur lutte combative contre les mesures néolibérales du gouvernement capitaliste de Guillermo Lasso.

La grève nationale et les mobilisations massives initiées le 13 juin 2022, à l'appel de la Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur (CONAI), reflètent l'indignation et la répudiation du peuple équatorien face à une politique systématique de réduction des dépenses sociales, de privatisations, de flexibilisation du travail et d'augmentation des prix, qui accélère la détérioration des conditions de vie de la population.

Nous condamnons fermement la répression et la criminalisation des manifestations légitimes par le gouvernement équatorien, nous exigeons la libération immédiate des personnes arrêtées et la justice pour les manifestants tués par la répression brutale des forces publiques.

La pandémie de COVID-19 et maintenant les effets de la guerre des puissances capitalistes en Ukraine, ont déclenché une offensive féroce du capital mondial contre les droits de la classe ouvrière et des secteurs populaires. Les gouvernements capitalistes prennent des mesures pour faire payer aux travailleurs la facture coûteuse de la pandémie et de la guerre capitaliste. Cependant, ces tentatives se heurtent à de vigoureux soulèvements populaires, comme celui que mène actuellement le peuple équatorien.

Il est temps d'approfondir les luttes ouvrières et populaires contre les mesures anti-peuple et anti-ouvrières des gouvernements capitalistes de la région.

Il est temps de proposer la conquête du pouvoir politique par une alliance de forces dirigée par la classe ouvrière de la ville et de la campagne, la paysannerie et les peuples autochtones, pour garantir une solution révolutionnaire à la crise capitaliste.

Que les capitalistes paient pour la crise !

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/25/solidaridad-con-el-pueblo-ecuatoriano-cese-la-represion-y-el-paquetazo-neoliberal/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#Equateur#PCV

Dans VENEZUELA

LE PC DU VENEZUELA PARTICIPE A UN SEMINAIRE INTERNATIONAL SUR LES MEDIAS ORGANISE PAR LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS

Par Le 27/06/2022

27 Juin 2022

Le PCV participe à un séminaire international sur les médias organisé par le parti communiste chinois
23 juin, 2022
La Tribune du Peuple
Évaluez ce document

23-06-2022 (TP Newsroom) - Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a participé les 20 et 22 juin à un séminaire sur les médias destiné aux partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes, organisé par le Département de politique internationale du Parti communiste chinois (PCC).

La délégation du Coq Rouge était composée des camarades Janohi Rosas, Secrétaire National d'Organisation du PCV et Neirlay Andrade, membre de la Commission Auxiliaire de Communication Politique du PCV.


L'événement a réuni des représentants des secteurs de la communication et de la propagande de près de 30 organisations politiques d'Amérique latine et des Caraïbes, ainsi que des directeurs de journaux et de médias numériques de la région.

Le séminaire a été accueilli et présidé par le camarade Fu Jie, vice-directeur du bureau de l'Amérique latine et des Caraïbes du département de politique internationale du PCC, qui a souligné la nécessité d'établir des liens de coopération entre les parties afin d'œuvrer pour un développement international plus équitable et un avenir de paix, de justice et de démocratie.

Le directeur de Xinhua, Wen Jian, a présenté un document axé sur les méthodes et les pratiques de l'agence de presse chinoise à l'ère de la convergence des médias, marquée par la numérisation, l'utilisation massive de la téléphonie, la prolifération des réseaux sociaux et, plus récemment, l'essor de l'intelligence artificielle.

Wen Jian a expliqué que dans ce scénario, le public est devenu plus exigeant et que la concurrence est ouverte pour attirer son attention.

Le journaliste a également évoqué les changements organisationnels promus par l'agence Xinhua qui ont eu un impact sur son processus de production de contenus dans le but de fidéliser les lecteurs de son portail d'information.

D'autre part, le directeur adjoint du magazine Mundo Contemporáneo, Yang Wangiang, a présenté les caractéristiques de cette publication de l'espace international du PCC et a annoncé qu'ils travaillent sur une édition espagnole.

Mundo Contemporáneo présente des analyses de la situation internationale et sa section d'opinion accueille des auteurs invités d'autres organisations politiques et des spécialistes.

Dans son intervention, le PCV a présenté les plus récentes initiatives de communication développées à travers les canaux numériques et les réseaux sociaux, qui complètent le travail réalisé par Tribuna Popular, un organe du Comité central.

La délégation du PCV a expliqué que la mise en œuvre de ces initiatives "est devenue une tâche de premier ordre, étant donné que nous, communistes vénézuéliens, sommes actuellement la cible d'une campagne de diffamation et d'un blocus médiatique qui s'est intensifié au fur et à mesure que le gouvernement national a pris un virage dans sa politique contraire aux intérêts de la Libération Nationale et laissant de côté les accords signés avec le PCV pour rechercher une solution révolutionnaire à la crise du capitalisme au Venezuela".

"Dans ce contexte, le Comité central du PCV a formulé une orientation de confrontation, de démarcation et de regroupement des forces populaires révolutionnaires cohérente avec la lutte anticapitaliste. Une telle approche a exigé, entre autres, la création d'une stratégie de communication politique qui tire parti des outils de l'écosystème numérique pour pouvoir diffuser nos positions et nos propositions à l'opinion publique", ont-ils détaillé dans le droit de parole.

Le PCV a exprimé sa volonté d'établir des accords de coopération en matière de recherche pour analyser conjointement les défis des organisations marxistes-léninistes à la lumière des transformations de la communication politique contemporaine.

Elle a également proposé l'établissement d'un canal de communication pour l'échange d'informations, d'articles et de matériel d'intérêt, en plus de renforcer les liens avec les correspondants des médias chinois à Caracas et ainsi pouvoir travailler sur un plan de publications conjointes à paraître dans les médias et les canaux de communication numérique des deux organisations.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/23/pcv-participo-en-seminario-internacional-de-medios-de-comunicacion-organizado-por-el-partido-comunista-de-china/

Tag(s) : #Venezuela#Chine#Communiste#PCV#PCC

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA REJETTE LA CAMPAGNE DIFFAMATOIRE MENEE CONTRE LUI SUR UNE CHAINE DE TELEVISION PUBLIQUE

Par Le 19/06/2022

19 Juin 2022

Le PCV rejette la campagne diffamatoire menée contre lui sur une chaîne de télévision publique
17 juin, 2022
Tribune populaire

Caracas, 16/06/2022 (Redacción TP) - Un nouvel épisode de la campagne de diffamation orchestrée contre le Parti communiste du Venezuela (PCV) a eu lieu le 9 juin, lorsque le chef des patrons du métro de Caracas, Edison Alvarado, a accusé le PCV, sans aucune preuve, de recevoir des financements du fugitif de la justice vénézuélienne Rafael Ramírez, lors d'une émission diffusée sur la chaîne de télévision publique Venezolana de Televisión (VTV).

Le secrétaire général du PCV, Oscar Figuera, a rejeté l'incident sur son compte Twitter et l'a décrit comme faisant partie de la "campagne d'infamie et de mensonges" contre El Gallo Rojo.


"C'est maintenant le tour du syndicaliste patronal du Métro (car il n'est pas le patron de la classe ouvrière), Edison Alvarado, qui avec un cynisme débridé a assuré sur VTV que le PCV reçoit des fonds de Rafael Ramírez", a déclaré Figuera.

Le député communiste a averti que "s'ils essaient de faire taire la voix critique du PCV avec une telle bassesse, ils doivent savoir que les communistes vénézuéliens ne reculeront pas dans notre lutte pour la défense des droits des travailleurs".


M. Figuera a également demandé à l'État de canaliser le droit de réponse inscrit dans la Constitution vénézuélienne en vigueur et a annoncé que le PCV envisageait d'engager une action en justice contre cet acte de diffamation.


La Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) a également réagi à l'attaque médiatique et a déclaré : "En tant que jeunes communistes, nous réaffirmons notre engagement à lutter aux côtés du PCV ; nous exigeons que la chaîne VTV cesse sa programmation anticommuniste".

"Cynisme, infamie et diffamation sont le cocktail avec lequel les néolibéraux et leurs briseurs de grève serviles tentent d'isoler les communistes vénézuéliens ; preuve évidente de la décadence du gouvernement et de ses acolytes face à la solidité des dénonciations et des luttes du PCV", a indiqué l'organisation de jeunes communistes vénézuéliens.


Pour sa part, le secrétaire général de la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV) et dirigeant du Frente Nacional de Lucha de la Clase Trabajadora (FNLCT), Pedro Eusse, a déclaré : "Le syndicaliste du métro de Caracas est répréhensible et la chaîne gouvernementale qui se prête à faire des déclarations irresponsables devant ses caméras sans aucun soutien est répréhensible".


La censure et la diffamation à l'encontre du militantisme du Parti communiste vénézuélien sont devenues une caractéristique régulière de la programmation de la télévision publique par le biais d'émissions présentées par des dirigeants du Parti socialiste uni du Venezuela, ainsi que d'interviews de porte-parole d'organisations cooptées par le gouvernement national. Pendant ce temps, le silence médiatique règne sur les meurtres de militants communistes, les poursuites judiciaires à l'encontre des travailleurs et les protestations actuelles contre la fraude salariale.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/17/pcv-rechaza-campana-difamatoria-en-su-contra-a-traves-del-canal-de-television-del-estado/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

UNE CAMPAGNE D’AGRESSION CONTRE LA GAUCHE ET LES COMMUNISTES EST EN COURS AU VENEZUELA

Par Le 16/06/2022

15 Juin 2022

Perfecto Abreu Nieves : "Une campagne d'agression contre la gauche et les communistes est en cours au Venezuela".
7 juin, 2022
Tribuna Popular
1 Vote

Caracas, 06/06/2022 (Redacción TP) - "En ce moment, en plus de la crise structurelle du capitalisme rentier dans le pays et du tournant politique néolibéral en direction du gouvernement, une campagne d'agression contre le Parti communiste du Venezuela (PCV) et la gauche est également en cours", a dénoncé Perfecto Abreu Nieves, président de cette organisation lors de sa participation à l'émission 10 minutes avec le Coq Rouge.

"Il ne fait aucun doute qu'après la 15e conférence nationale du PCV, où nous avons décidé de nous dissocier des politiques économiques du gouvernement, les attaques virulentes contre notre parti se sont intensifiées, et ceux qui mènent aujourd'hui ces attaques étaient nos alliés du Gran Polo Patriotico", a-t-il expliqué.

"Nous avons décidé de rompre cette alliance parce qu'il n'y avait pas de leadership collectif qui se construisait là. L'élite qui a hégémonisé la direction du Parti socialiste uni du Venezuela et le gouvernement, a progressivement marginalisé le projet d'indépendance et de souveraineté pour développer une politique de capitulation ; elle a conclu des accords avec la direction de l'opposition qui a tenté de briser les institutions démocratiques, de déstabiliser le pays et a appelé à des sanctions et à l'invasion du Venezuela", a poursuivi le dirigeant communiste.


"Nous avons décidé de suivre une politique de démarcation et de regroupement des forces pour la construction d'un grand bloc ouvrier, paysan, communal et populaire qui puisse faire face à la cession de nos ressources et de la valeur de notre force de travail aux transnationales", a indiqué Abreu Nieves.

"C'est pourquoi le gouvernement a proposé la liquidation du PCV. Parce qu'en neuf décennies, le PCV a démontré historiquement qu'il a toujours été aux côtés de la classe ouvrière et du peuple vénézuélien dans la lutte pour leurs droits démocratiques", a-t-il ajouté.

"Le PCV a été le premier parti à s'opposer au pacte de Punto Fijo signé par Rómulo Betancourt comme la première trahison du mouvement civico-militaire qui a renversé la dictature de Marcos Pérez Jiménez. AD, COPEI et les partis qui en sont issus, comme Primero Justicia et d'autres, ces mêmes forces qui se sont opposées au processus bolivarien, applaudissent aujourd'hui les politiques économiques du gouvernement de Maduro", a déclaré Abreu Nieves en examinant la trajectoire de son parti.

"Ils veulent faire disparaître l'icône que représente le PCV pour les causes des travailleurs et la véritable confrontation avec l'impérialisme. Aujourd'hui, nous sommes la seule opposition révolutionnaire qui existe en tant que parti et nous avons donc la tâche, dans ce prochain congrès, de reprendre la défense du PCV et les luttes pour les droits des travailleurs et des secteurs populaires", a-t-il souligné.

"Nous avons une tâche titanesque pour organiser le parti pour ce nouveau scénario, pour créer une grande force avec la classe ouvrière et la paysannerie pour affronter les politiques néolibérales", a conclu le président du PCV.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/07/video-perfecto-abreu-nieves-esta-en-marcha-una-campana-de-agresion-contra-la-izquierda-y-los-comunistas-en-venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LE SOMMET DES AMERIQUES, INSTRUMENT EXPRIMANT LA DOCTRINE MONROE POUR LE CONTINENT

Par Le 08/06/2022

7 Juin 2022

le sommet des Ameriques, instrument exprimant la doctrine Monroe pour le continent

7 juin, 2022
Tribune populaire
 

Le Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste du Venezuela (PCV), à l'occasion du IXème Sommet des Amériques, exprime :

L'impérialisme américain, propice depuis 1994 au "Sommet des Amériques" par le biais de l'Organisation des États américains (OEA), dans le but de renforcer la Doctrine Monroe (pierre angulaire du panaméricanisme, créée et promue pour contrer la doctrine de l'unité de l'Amérique latine et des Caraïbes proposée par le Libérateur Simon Bolivar), caractérisée par une politique hégémonique et interventionniste, marquée par des invasions, des agressions, des coups d'État et le terrorisme contre nos peuples dans le but d'imposer sa domination, de renforcer la dépendance et la subordination de ces pays. Ce scénario visait à créer les conditions politiques, économiques, sociales, juridiques et militaires nécessaires à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), dont l'objectif est la cession totale des ressources naturelles et stratégiques au grand capital transnational ; l'exemption d'impôts pour les grandes entreprises afin de consolider leur pouvoir économique et d'augmenter les sorties de capitaux pour de nouveaux investissements par le biais de zones économiques spéciales, en éliminant ou en assouplissant les droits de nos travailleurs.

En 2005, lors du sommet de Mar del Plata, en Argentine, les ambitions de l'impérialisme américain ont subi un revers majeur lorsqu'il a tenté d'approuver la ZLEA dans un scénario latino-américain avec une majorité de gouvernements progressistes, avec la participation exceptionnelle du Venezuela, sous la direction du président de l'époque, Hugo Chávez Frías. À partir de ce moment, des propositions anti-impérialistes ont émergé, basées sur l'idéologie bolivarienne de l'unité, pour la création de nouveaux instruments d'intégration tels que l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Accord commercial entre les peuples (ALBA-TCP), l'Union des nations sud-américaines (UNASUR), la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), entre autres, le tout sans la présence des États-Unis d'Amérique.

Le IXe Sommet des Amériques, qui se tiendra aux États-Unis, réitère la politique d'ingérence, d'interventionnisme et d'exclusion de l'impérialisme américain en empêchant la participation de gouvernements de la région tels que Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous condamnons fermement cette nouvelle agression contre nos peuples qui viole le principe de NON-INTERVENTION dans les affaires intérieures des pays. Nous saluons les nations qui, en solidarité avec les pays exclus, ont exprimé leur volonté de ne pas participer au "Sommet des Amériques".

Nous exigeons que les gouvernements d'Amérique latine et des Caraïbes, et en particulier le gouvernement vénézuélien, adoptent une position de dignité et de fermeté en dénonçant le "Sommet des Amériques" comme un espace de contrôle hégémonique de l'impérialisme qui est utilisé à des fins de domination régionale et mondiale. Ne pas jouer leurs jeux et renforcer les organisations multilatérales, proprement latino-américaines et caribéennes, à partir desquelles établir des relations souveraines d'égal à égal avec l'impérialisme dans des scénarios mutuellement convenus.

Nous appelons les travailleurs, les paysans, les femmes, les jeunes et le peuple en général à renforcer l'organisation populaire qui permettra de consolider la pensée et l'action anti-impérialistes, en défense de la souveraineté de nos nations et du respect de l'autodétermination de nos peuples.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/07/la-cumbre-de-las-americas-un-instrumento-que-expresa-la-doctrina-monroe-para-el-continente/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA SOLIDAIRE AVEC LE PEUPLE SOUDANAIS ET LE PARTI COMMUNISTE SOUDANAIS

Par Le 26/05/2022

25 Mai 2022

Parti communiste du Venezuela : Solidarité avec le peuple soudanais et le Parti communiste soudanais
25.05.22 3:48 PM
Solidarité avec le peuple soudanais et le Parti communiste soudanais

 

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa ferme condamnation des récentes attaques et persécutions contre les dirigeants du Parti communiste soudanais par la junte militaire qui gouverne le pays. 

Le 19 mai dernier, la junte a arrêté les camarades Muhammad Mukhtar Alkhateeb, secrétaire général du Comité central du Parti, et Salih Mahmoud, membre du Bureau politique, qui ont ensuite été libérés grâce à la pression populaire exercée sur le gouvernement putschiste. Le 22 mai, le camarade Amal Alzain, également membre du BP du Parti communiste soudanais, a été arrêté après avoir quitté une conférence de presse convoquée par le Parti.  

Au nom du PCV, nous exprimons notre solidarité avec le Parti communiste du Soudan et tout le peuple soudanais dans leur lutte contre la violente dictature militaire établie après le coup d'état d'octobre 2021. Nous exigeons la libération immédiate du camarade Amal Alzain et de tous les prisonniers politiques au Soudan.  

Arrêtez les attaques contre le Parti communiste soudanais et la répression contre les mobilisations populaires massives qui exigent la fin de la dictature militaire et le retour des libertés démocratiques.

 

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidarity-with-the-Sudanese-people-and-the-Sudanese-Communist-Party/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#Soudan#PCV

Dans VENEZUELA

CUTV (FSM) : LES SYNDICATS NE DOIVENT PAS PERMETTRE L'INTERVENTION DU GOUVERNEMENT DANS LEURS ELECTIONS

Par Le 24/05/2022

23 Mai 2022

 

CUTV : Les syndicats ne doivent pas permettre l'intervention du gouvernement dans leurs élections
20 mai, 2022
Tribune populaire

Caracas,19/5/2022 "Le Conseil national électoral (CNE) a finalement décidé de permettre la tenue d'élections syndicales et professionnelles, mais son intervention ne devrait pas être autorisée par les organisations", a déclaré Pedro Eusse, secrétaire général de la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV). "Depuis le mouvement syndical conscient de la classe, nous exhortons les organisations syndicales à établir dans leurs statuts que les processus électoraux doivent se dérouler sans l'intervention de l'organe du pouvoir électoral. Le CNE du Venezuela est un instrument de l'élite néolibérale au pouvoir", a-t-il souligné. "Il est aberrant que l'État bourgeois exerce un contrôle sur la vie interne des syndicats", a déclaré le dirigeant après avoir pris connaissance du contenu de la Gazette électorale publiée par le CNE. Comme on le sait, le Conseil national électoral (CNE) a signalé ce 13 mai qu'il a été convenu de lever la suspension des déchéances en matière syndicale, syndicale et électorale qui étaient suspendues depuis août 2020. Eusse a déclaré : "C'est faire preuve d'un grand cynisme que de suspendre les élections syndicales en invoquant la pandémie, dans un pays où, au cours des deux dernières années, deux élections nationales ont été organisées, dont une "méga-élection". "L'abus de pouvoir de l'État pour empêcher les syndicats qui ne sont pas contrôlés par la direction du parti au pouvoir et la CBST disgraciée de représenter légitimement les travailleurs est très clair. Mais d'un autre côté, les syndicalistes des patrons, serviles au néolibéralisme, sont autorisés à signer des "conventions collectives" pirates et frauduleuses par défaut et dans le dos des travailleurs, sapant les acquis historiques de la classe ouvrière vénézuélienne", a-t-il dénoncé.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/05/20/cutv-sindicatos-no-deben-permitir-que-gobierno-intervenga-en-sus-elecciones/

Tag(s) : #CUTV#syndicat#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA CONFIRME LA REPRISE DES OPERATIONS PETROLIERES AMERICAINES

Par Le 18/05/2022

17 Mai 2022

Le Venezuela confirme la reprise des opérations pétrolières américaines

Caracas, 17 mai (Prensa Latina) La vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodríguez, a confirmé aujourd'hui que le gouvernement des États-Unis a autorisé les compagnies pétrolières nationales et européennes à reprendre leurs activités dans le pays.
17 mai 2022
CDT16:47 (GMT) -0400
Sur son compte Twitter, la haute fonctionnaire a déclaré que le Venezuela espère que ces décisions de Washington "seront le début du chemin vers la levée absolue des sanctions illégales qui affectent tout notre peuple".

Elle a également souligné que le gouvernement bolivarien, attaché à ses profondes valeurs démocratiques, continuera à promouvoir sans relâche un dialogue fructueux au niveau national et international.

Elle a toutefois souligné que le pays s'oriente vers le développement économique, résultat de la résistance et de la persévérance du peuple vénézuélien au milieu du blocus américain.

"Le monde sait que le Venezuela a fait ses premiers pas sur la voie de la reprise économique grâce à ses propres efforts, en dénonçant et en surmontant les sanctions illégitimes et le blocus inhumain. Notre peuple est fier du travail et des réalisations de ces derniers temps", a-t-elle écrit dans un autre message sur le site de microblogging.

Des rapports officiels ont annoncé mardi une baisse du prix du baril de pétrole West Texas Intermediate (WTI), la référence sur le marché américain, après l'annonce d'un éventuel assouplissement des sanctions contre le Venezuela.

Selon la presse américaine, les traders ont vu dans ce geste un moyen de faire revenir éventuellement certains barils vénézuéliens sur le marché, ce qui a fait chuter le prix.

car/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/17/venezuela-confirma-reinicio-de-operaciones-petroleras-de-eeuu

Tag(s) : #Venezuela#Blocus

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC CUBA

Par Le 07/05/2022

7 Mai 2022

Solidarité avec Cuba
7 mai, 2022
Tribune populaire

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa solidarité avec le peuple cubain, son gouvernement et le Parti communiste de Cuba (PCC) après l'explosion qui s'est produite à l'hôtel Saratoga de La Havane-Cuba, où 22 personnes sont mortes et près de 70 ont été blessées.

Nous transmettons nos condoléances aux familles des défunts et tout notre soutien au peuple cubain en ces moments difficiles. Nous sommes sûrs qu'ils surmonteront cette triste circonstance avec la même force morale et la même mystique révolutionnaire qui ont caractérisé leurs luttes pendant plus de 60 ans depuis le triomphe de la Révolution cubaine.

De même, nous voulons condamner les tentatives de la contre-révolution et des appareils de propagande de l'impérialisme de profiter de ces événements regrettables pour poursuivre leurs campagnes d'anxiété et de mensonges visant à nuire à l'image et à l'économie de Cuba.

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV)

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/05/07/solidaridad-con-cuba/

Tag(s) : #Venezuela#Cuba#PCV#LaHavane

 

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO SOULIGNE L'AMITIE INDEFECTIBLE ENTRE CUBA ET LE VENEZUELA

Par Le 07/05/2022

6 Mai 2022

Maduro a souligné l'amitié indéfectible entre Cuba et le Venezuela

Caracas, 6 mai (Prensa Latina) Le président Nicolás Maduro a souligné aujourd'hui l'amitié indéfectible entre Cuba et le Venezuela à l'occasion de la visite du ministre des Affaires étrangères de l'île, Bruno Rodríguez, dans le pays.

6 mai 2022
CDT12:35 (GMT) -0400
"L'union entre Cuba et le Venezuela est synonyme de fraternité, d'amitié et de coopération, ce qui garantit le soutien, les bénéfices partagés et les droits sociaux de nos peuples. Ensemble, nous continuerons à avancer et à surmonter", a écrit le président dans un message sur le réseau social Twitter.

Le chef de l'État a joint à son tweet une vidéo de la réception et de la rencontre avec le haut fonctionnaire cubain, qui est arrivé dans le pays la nuit dernière pour une visite officielle. Pour sa part, Mme Rodríguez a également souligné les liens avec le Venezuela et a qualifié sa rencontre avec M. Maduro d'amicale.

Comme il l'a rapporté sur son compte Twitter, l'échange a permis de dialoguer sur les questions de l'agenda bilatéral et les affaires régionales.

"Grande satisfaction de retourner dans la patrie du héros de l'indépendance Simón Bolívar et du leader Hugo Chávez", a écrit le chef de la diplomatie cubaine.

Le 30 octobre 2000, les dirigeants révolutionnaires Fidel Castro (1926-2016) et Hugo Chávez (1954-2013) ont signé l'accord de coopération global entre le Venezuela et Cuba, expression de la volonté des deux nations de développer des liens en faveur du bien-être de leurs peuples.

En vertu de ces accords, les gouvernements de La Havane et de Caracas complètent leurs capacités respectives dans les domaines de l'alimentation, de l'éducation, de la santé, de la science et de la technologie, face à l'impact des agressions et des mesures coercitives unilatérales des États-Unis.

mem/ycv


source : https://www.prensa-latina.cu/2022/05/06/maduro-resalto-la-iquebrantable-amistad-entre-cuba-y-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA MONTRE DE NOUVEAUX SIGNES DE REPRISE ECONOMIQUE

Par Le 20/04/2022

19 Avril 2022

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-04-19 13:23:09

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 19 avril, (RHC)- Le Venezuela montre aujourd'hui de nouveaux signes de reprise économique.

La vice-présidente exécutive vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a fait état à Caracas d'une augmentation de 28 000 nouveaux contribuables légaux qui ont rempli leurs obligations fiscales à la fin du premier trimestre 2022.

Delcy Rodriguez a déclaré que le Service national intégré des douanes et de l'administration fiscale (SENIAT) a enregistré une collecte équivalente  à la fin du mois de mars de cinq milliards 458 millions de bolivars (plus d'un milliard 200 millions de dollars), ce qui signifie une augmentation de 353% par rapport à la même période de l'année dernière.

Les importations ont également connu une augmentation significative de 84 %, passant de 679 millions 225 mille dollars au cours des trois premiers mois de 2021, à 1 milliard 249 millions de dollars en 2022, a indiqué la vice-présidente.

De même, le Venezuela a exporté un total de 147 millions de dollars au cours du premier trimestre de l'année, ce qui représente une croissance de 182 points de pourcentage par rapport à la période précédente.

Delcy Rodriguez a souligné que le pays progresse dans la rupture du cycle pervers provoqué par les mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par les États-Unis.

Dans un récent rapport, la banque d'investissement suisse Crédit Suisse a ajusté ses projections concernant l'économie du Venezuela pour 2022, estimant la croissance du PIB à 20 %.

Le cabinet de services financiers a corrigé sa précédente estimation d'une expansion du PIB de quatre pour cent pour l'année en cours, ajoutant que cet indicateur pourrait être d'environ huit points de pourcentage en 2023, selon des informations largement diffusées dans la presse locale.

"Si nous sommes exacts, ces chiffres pourraient être parmi les niveaux de croissance les plus forts du monde", a déclaré la source.

La banque a ajouté que l'inflation sera supérieure à 70% d'ici 2022, modifiant ainsi la prévision précédente d'environ 150 points de pourcentage.

Source: Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/292373-le-venezuela-montre-de-nouveaux-signes-de-reprise-economique

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO VA AGRANDIR L’ECOLE LATINO-AMERICAINE DE MEDECINE AU VENEZUELA

Par Le 16/04/2022

16 Avril 2022

Maduro va agrandir l'école latino-américaine de médecine au Venezuela

Caracas, 15 avril (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé aujourd'hui à l'expansion et au renforcement de l'école latino-américaine de médecine Salvador Allende, à l'occasion du 15e anniversaire de sa fondation dans cette capitale.
15 avril 2022
CDT15:27 (GMT) -0400
Par le biais de son compte Twitter, le chef de l'État a souligné le caractère humaniste de ce projet de formation de professionnels de la santé, né de la coopération Cuba-Venezuela et de la vision stratégique des leaders révolutionnaires Fidel Castro (1926-2016) et Hugo Chávez (1954-2013).

Le 15 avril 2007, le centre d'enseignement supérieur a ouvert ses portes à Caracas, résultat des politiques d'intégration promues entre les gouvernements vénézuélien et cubain dans divers domaines.

"Avec une vision humaniste et libératrice, les commandants Chávez et Fidel ont créé l'école latino-américaine de médecine Dr. Salvador Allende il y a 15 ans. Alma Mater qui forme des médecins pour la nouvelle humanité. Nous allons vers son expansion et son renforcement", a déclaré M. Maduro sur la plateforme de communication.

Dans de récentes déclarations, le président vénézuélien a ordonné la conception d'un plan de développement pour l'ELAM Salvador Allende afin d'accroître la formation des médecins latino-américains, avec pour objectif initial de former 1 000 jeunes Colombiens "afin qu'ils puissent pratiquer la médecine pour le peuple colombien".

oda/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/04/15/maduro-por-expandir-escuela-latinoamericana-de-medicina-de-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LIBEREZ NOTRE COMPATRIOTE JARU RODRIGUEZ, EN PRISON EN ARGENTINE

Par Le 03/04/2022

3 Avril 2022

29 mars, 2022
Tribune populaire
1 Vote

République bolivarienne du Venezuela

Le pouvoir du peuple

Mardi 29 mars 2022.

Les organisations mentionnées ci-dessous, à savoir

1.- Consejo de Mujeres Combatientes por el Socialismo Epifania Sánchez - La Negra Aurora.

2.- Plate-forme de la lutte paysanne.

3.- Colectivo Control Obrero Alcasa (collectif de contrôle des travailleurs d'Alcasa).

4.- Conseil communal Vista Caribe de l'État de La Guaira.

5.- EPS Agropecuaria 13 de Abril, Cumanacoa, État de Sucre.

6.- Comité pour la liberté des travailleurs emprisonnés.

7.- Collectif radiophonique "Alí Primera".

8.- Escuela de Formación de Cuadros El Tonel de Diógenes, Edo.

9.- Radio communautaire El Clarín de Peña, Yaritagua, État de Yaracuy.

10.- Federación Nacional de Defensa de los Derechos Humanos de Venezuela (Fédération nationale de défense des droits de l'homme du Venezuela).

Parti communiste du Venezuela.

12.- Federación Comunal de Combatientes Revolucionarios de Venezuela (Fédération communale des combattants révolutionnaires du Venezuela).

13.- Comuneros Corriente Autogestionaria de Venezuela (Courant d'autogestion communale du Venezuela).

14.- Fundación Capitán de Navío Manuel Ponte Rodríguez (Fondation du capitaine Manuel Ponte Rodríguez).

15.- Coordinadora Simón Bolívar.

Fondation Américo Silva.

17.- Grupo Inicial.

18.- Periódico Digital Querella (journal numérique Querella).

19.- Cantaura Vive.

Plataforma Ciudadana en Defensa de la Constitución (Plate-forme des citoyens pour la défense de la Constitution). 21.

21.- Consejo Campesino Renacer, municipio Bruzual del Edo. Yaracuy.

22.- Toromaina, Association culturelle de Caricuao.

23.- Colectivo del Poder Popular, Gual y España.

24.- Cooperativa Semilla de Libertad del Edo. Yaracuy.

25.- Corriente Comunal del Edo. La Guaria.

26.- Corriente Pedagógica Comunera Corazón de mi Patria Trujillo (Cœur de ma patrie Trujillo).

27.- Cátedra Che Guevara - Venezuela.

Collectif Cimarrones con Consciencia Revolucionaria (Marrons avec conscience révolutionnaire).

29.- Frente de Combatientes Revolucionarios Bolívar-Chávez-Magoya (Front des combattants révolutionnaires Bolívar-Chávez-Magoya).

30.- A.C. Movimiento Sucre.

Collectif Mario Petit.

32.- Comité de Búsqueda y Liberación de Carlos Lanz (Comité de recherche et de libération de Carlos Lanz).

33.- EPS CRV Jiret 2005 del Edo. Yaracuy.

34.- Asociación Revolucionaria de Combatientes Guerrilleros (Association révolutionnaire des combattants de la guérilla).

Marcha Campesina Admirable (Marche paysanne admirable).

36.- Consejo de Trabajadores Agroalimentarios (Conseil des travailleurs de l'agroalimentaire).

37 - Asociación Cultural CreArte, Chivacoa del Edo. Yaracuy.

38.- Comité pour la défense des droits du peuple souverain - Camarade Carlos Lanz Rodríguez.

39.- Radio Comunitaria La Alameda.

40.- Fundación Comunitaria Cacique Paramacay del Edo. Yaracuy.

41.- Comité de Familiares y Amigos por la Libertad de Aryenis y Alfredo (Comité de parents et d'amis pour la liberté d'Aryenis et d'Alfredo).

42.- Surgentes. Collectif des droits de l'homme.

43.- Fundación Otra Voz del Edo. Anzoátegui (Fondation Autre Voix de l'État d'Anzoátegui).

44.- Movimiento Pedagógico Revolucionario Comunitario (Mouvement pédagogique communautaire révolutionnaire).

45.- Consejo Campesino El Pollo Medina, Cocorote Edo. Yaracuy.

46.- Collectif de travail révolutionnaire MINKA.

47.- Foro Itinerante de Participación Popular (Forum itinérant de participation populaire).

48.- Foro Social de los Derechos Humanos del Edo Monagas.

Causa Campesina.

Fondation Peña Viva de l'État de Yaracuy. 51.

51.- Collectif Luis Tascón.

CONSIDÉRANT :

1.- Que le jeudi 10 mars 2022, à l'occasion de la manifestation menée par de multiples organisations sociales, populaires et révolutionnaires argentines devant le Congrès national, contre l'accord entre le gouvernement argentin et le Fonds monétaire international, le camarade JARU ALEXANDER RODRÍGUEZ CARRERO a été arrêté et soumis à un procès pénal.

Que Jaru Alexander Rodríguez Carrero est un militant de la lutte pour la libération sociale des secteurs opprimés et exploités de la société argentine et que, par conséquent, il assume, promeut et pratique l'internationalisme révolutionnaire. Dans ce contexte, et en tant que migrant vénézuélien, il participe activement à des organisations et des programmes sociaux en faveur des migrants, ainsi que des secteurs populaires en situation de pauvreté.

Que sa détention et sa poursuite pénale par l'État argentin constituent un arbitraire flagrant et, par conséquent, la perpétration d'une injustice, étant donné la transgression évidente du principe de la présomption d'innocence, qui est aggravée par toute la campagne de criminalisation, de xénophobie et de stigmatisation dont il a été victime.

Que la situation à laquelle est confronté le compatriote Jaru Rodríguez n'est pas un incident isolé dans Notre Amérique, puisque des réalités similaires sont vécues sur l'ensemble du continent, à savoir la répression, la persécution, l'assassinat et la disparition forcée de militants révolutionnaires qui luttent pour la défense des intérêts et des droits des larges majorités populaires.

5. qu'à ce stade du développement historique du Capital, les classes dirigeantes promeuvent, par les faits et par la force, un processus de régression civilisationnelle, par lequel elles entendent éliminer toutes les conquêtes sociales, juridiques, institutionnelles et politiques que l'humanité a obtenues jusqu'à présent par ses luttes révolutionnaires, raison pour laquelle il est obligatoire pour toutes les organisations populaires et révolutionnaires, dans la perspective de combattre cette offensive du Capital, de redoubler leur travail en termes d'articulation internationale en vue de formuler une stratégie continentale commune.

D'ACCORD :

PREMIEREMENT : exprimer notre solidarité révolutionnaire active et militante avec le combattant populaire et internationaliste Jaru Alexander Rodriguez Carrero.

DEUXIÈMEMENT : Organiser de toute urgence une manifestation de protestation devant l'ambassade d'Argentine en République bolivarienne du Venezuela, afin de dénoncer la détention arbitraire et injuste du compatriote susmentionné et d'exiger sa libération immédiate.

TROISIÈMEMENT : Exhorter le gouvernement constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, par l'intermédiaire de son ministère des Affaires étrangères, à agir immédiatement pour assurer et garantir les droits de l'homme de son compatriote Jaru Alexander Rodríguez Carrero et sa libération immédiate.

QUATRIÈMEMENT : Coordonner la préparation et l'exécution d'un Tuitazo international pour exiger la libération du camarade Jaru Rodriguez, détenu arbitrairement et injustement en Argentine.

CINQUIÈMEMENT : Promouvoir l'élaboration et la signature d'une Déclaration internationale entre toutes les organisations populaires et révolutionnaires de Notre Amérique engagées dans la lutte anti-impérialiste, dans la construction du socialisme, dans la libération des militants révolutionnaires kidnappés par le Capital, en bref, dans l'émancipation sociale des peuples et des nations opprimés et exploités par le Capital. Cette déclaration s'inscrit dans le cadre du renforcement et du développement du processus populaire d'articulation internationale en cours, dans ce contexte, dénonce la détention arbitraire du combattant populaire et révolutionnaire Jaru Alexander Rodriguez Carrero et exige sa libération immédiate.

SIXIÈMEMENT : Promouvoir la convocation et la réalisation d'une rencontre internationale entre les organisations populaires et révolutionnaires de Notre Amérique, pour traiter de la formulation et de la mise en œuvre d'une stratégie de contre-offensive révolutionnaire contre le Capital et ses gouvernements, dans le cadre de l'internationalisation de la lutte contre le Capital, ennemi commun de toutes les nations et de tous les peuples du monde.

LIBÉREZ LE COMPATRIOTE JARU RODRIGUEZ

FACE À L'OFFENSIVE DU CAPITAL, PROMOUVONS LA CONTRE-OFFENSIVE RÉVOLUTIONNAIRE.

AVANÇONS DANS L'INTERNATIONALISATION DE LA LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE.

VIVE L'INTERNATIONALISME RÉVOLUTIONNAIRE.

Tout ceci est communiqué et exécuté, le 29ème jour de mars 2022.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/29/liberen-al-compatriota-jaru-rodriguez-preso-en-la-argentina/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#argentine

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : DE NOUVELLES PREUVES RELIENT JUAN GUAIDO AUX CARTELS DE LA DROGUE

Par Le 19/03/2022

19 mars 2022

De nouvelles preuves relient Juan Guaido aux cartels de la drogue

Romain MIGUS

Le président de l’Assemblée nationale de la République bolivarienne du Venezuela, Jorge Rodriguez, vient de révéler une série de preuves reliant un narcotrafiquant international au Gang de Guaido, ce réseau politico-criminel dont les liens avec le trafic de drogue ont déjà été documenté de nombreuses fois.

En effet, il a été prouvé que lors de son déplacement en Colombie le 21 février 2019, afin de superviser la tentative d’agression contre le Venezuela qui aura lieu deux jours plus tard, Juan Guaido n’avait pu quitter le territoire vénézuélien qu’avec l’aide du cartel narcoparamilitaire colombiens Los Rastrojos. De nombreuses photos le montrant bras dessus bras dessous avec les dirigeants de cette organisation criminelle.

Un an plus tard de nouvelles accusations rattrapaient Juan Guaido. Les mercenaires qui déferleront sur le Venezuela lors de l’opération Gédéon le 3 mai 2020 avaient établi leur base dans une hacienda appartenant à Hermagoras Gonzalez, alias Doble Rueda, le capo du Cartel de la Guaira. Les révélations du commandant militaire de l’opération, Cliver Alcala -beau-frère de Gonzalez-mais surtout de Jordan Goudreau, le directeur de Silvercorp, l’entreprise de mercenariat US aux commandes, montrera que le Gang de Guaido bénéficiait du soutien de ce narcotrafiquant colombien.

De nouvelles accusations pèsent désormais sur cette organisation criminelle dont Juan Guaido est un des leaders. Le 17 mars 2022, Biaggio Garofalo, un narco trafiquant italo-vénézuélien a été arrêté dans la ville de Carthagène en Colombie.

En 2015, afin de le juger pour trafic de drogue, le Royaume d’Espagne avait sollicité son extradition à Interpol. Garofalo était suspecté d’avoir envoyé un chargement de 350 kilos de cocaïne en Espagne à travers son entreprise Top Tropical Fruit Corp. En abril 2015, les autorités vénézuéliennes capturent Garofalo, etle 21 octobre de la même année, le Tribunal Suprême de Justice du Venezuela ordonne à la justice d’enquêter sur les accusations portées par l’Espagne. L’extradition de Garofalo est rendu impossible par l’article 69 de la Constitution vénézuélienne qui interdit l’extradition des ressortissants nationaux. C’est donc le parquet vénézuélien qui doit mener les investigations correspondants et prononcer les condamnations. Cependant, l’enquête sera torpillé par la procureure Luisa Ortega Diaz, une magistrate corrompue qui soutiendra l’opposition radicale lorsque les vents de la justice commenceront à la rattraper. Luisa Ortega Diaz et son mari German Ferrer font aujourd’hui l’objet d’une enquête pour corruption, non seulement au Venezuela mais aussi aux États-Unis. Grâce aux réseaux de corruption mis en place par Ortega Diaz, Garofalo sera libéré.

En janvier 2016, alors que l’opposition vénézuélienne vient de remporter les élections législatives, le parti Voluntad Popular désigne le narcotrafiquant Biaggio Garofalo en charge de la coordination du parti dans la ville d’Anaco, dans l’État d’Anzoátegui. La personne responsable de cette nomination est un jeune député récemment élu, et secrétaire d’organisation de Voluntad Popular : Juan Guaido.

Depuis lors, des liens profonds unissent les deux hommes, ainsi que le député de Voluntad Popular pour l’État d’Anzoátegui, Marco Antonio Quiñones. Au sein du Gang de Guaido, Quiñones était le « représentant interinstitutionnel », chargé entre autres des relations avec les autorités diplomatiques états-uniennes au sein du gouvernement imaginaire de Juan Guaido. Dans les nombreuses photos dévoilées par Jorge Rodriguez, apparait aussi Golfredo Morett, le beau-frère de Juan Guaido en compagnie de Garofalo. Une véritable réunion de famille.

Jorge Rodriguez a dévoilé des vidéos de Juan Guaido lors d’une fête au domicile du narcotrafiquant le 19 janvier 2019, quatre jours avant le lancement de l’opération de changement de régime dit de la présidence intérimaire.

Ces nouvelles accusations montrent une fois de plus le caractère criminel de l’opposition radicale vénézuélienne. Lorsqu’on lui demande si cette nouvelle affaire va affecter la reprise du dialogue entre le gouvernement bolivarien et la frange radicale de l’opposition, Jorge Rodriguez répond : « nous ne dialoguons pas avec des narcotrafiquants, nous les mettons en prison. (…) Nous reprendrons un dialogue élargi avec les autres secteurs de l’opposition et de la société civile ».

L’étau de la justice et de la vérité semble se refermer sur l’organisation criminelle que l’occident, ses médias et ses ONG souhaitaient porter au pouvoir pour selon leurs mots « rétablir la démocratie au Venezuela ». Une page se tourne.

Romain MIGUS

»» Les 2 Rives

URL de cet article 37870

 

Dans VENEZUELA

LA JEUNESSE COMMUNISTE DU VENEZUELA DEMANDE LA LIBERATION DES JEUNES COMMUNISTES UKRAINIENS

Par Le 10/03/2022

9 Mars 2022

La Jeunesse Communiste du Venezuela demande la libération des jeunes communistes ukrainiens
7 mars, 2022
La Tribune du Peuple
2 Votes

Caracas, 07/03/2022 - La Jeunesse Communiste du Venezuela (JCV) a exigé du gouvernement de l'Ukraine, dirigé par Volodimir Zelensky, la libération immédiate et le respect des droits de l'homme des militants communistes ukrainiens Mikhail Kononovich et son frère Aleksander Kononovich, détenus et faussement accusés d'être des espions de la Russie et du Belarus.

Mikhail Kononovich est le premier secrétaire de l'Union de la jeunesse communiste léniniste d'Ukraine.

La jeunesse communiste vénézuélienne se joint à l'appel de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Après la dénonciation, WFDY a lancé une campagne pour la libération des frères Kononovich, qui risquent d'être exécutés.


Le texte suivant est un communiqué de la JCV :

Le Comité exécutif national (NEC) de la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) exprime sa forte condamnation de l'arrestation du premier secrétaire de l'Union de la jeunesse communiste léniniste d'Ukraine, Mikhail Kononovich et de son frère Aleksander Kononovich, par le gouvernement fasciste ukrainien sous de fausses accusations d'être des espions russes et biélorusses.

L'enlèvement des camarades Mikhail et Aleksander est une attaque de plus de l'intolérance anticommuniste et antidémocratique qui caractérise le régime établi en Ukraine depuis le coup d'État de 2014.

Nous exigeons du JCV le respect des droits de l'homme de nos camarades Mikhail Kononovich et Aleksander Kononovich, et nous demandons leur libération immédiate. Nous avertissons que toute aggravation contre l'intégrité physique des frères Kononovich est la responsabilité du gouvernement ukrainien.

Non aux guerres des puissances impérialistes et capitalistes !

Non aux régimes fascistes et anticommunistes !

Source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/07/jcv-exige-liberacion-de-jovenes-comunistas-ucranianos/

Tag(s) : #JCV#Communiste#Venezuela#Ukraine

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA RECOIT UN NOUVEAU LOT DE MEDICAMENTS EN PROVENANCE DE CHINE

Par Le 07/03/2022

6 Mars 2022

Le Venezuela reçoit un nouveau lot de médicaments en provenance de Chine

Caracas, 6 mars (Prensa Latina) Le Venezuela a reçu un nouveau lot de médicaments et de fournitures envoyés par la Chine dans le cadre du pont humanitaire entre les deux nations, ont annoncé aujourd'hui des sources officielles.

6 mars 2022
CST09:05 (GMT) -0500
Un total de 69 tonnes de médicaments est arrivé la veille à l'aéroport international Simón Bolívar de Maiquetía en provenance de ce pays asiatique, à bord d'un vol du Consorcio Venezolano de Industrias Aeronáuticas y Servicios Aéreos S.A. (Consortium vénézuélien des industries aéronautiques et des services aériens S.A.).

L'envoi contient du matériel médico-chirurgical, des équipements médicaux et dentaires, des accessoires, des pièces de rechange pour la réparation d'équipements médicaux et du matériel pour combattre le Covid-19, selon le rapport.

Ces actions s'inscrivent dans le cadre des efforts du gouvernement bolivarien pour garantir la santé du peuple vénézuélien malgré les mesures coercitives unilatérales prises par les États-Unis contre le pays.

Il s'agit du 42e vol qui arrive dans le pays dans le cadre du pont aérien Chine-Venezuela.

Les deux nations entretiennent des relations étroites dans les domaines de la santé et de l'économie, et le soutien de la Chine a été essentiel pour faire face à Covid-19 et aux limitations imposées par le blocus américain, selon les autorités vénézuéliennes.

Au cours des deux dernières années, la Chine a envoyé plusieurs cargaisons de médicaments, de vaccins et de fournitures au Venezuela.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/06/venezuela-recibe-nuevo-lote-de-medicamentos-procedentes-de-china

Tag(s) : #Venezuela#Chine

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT VENEZUELIEN SALUE L’HERITAGE REVOLUTIONNAIRE D’HUGO CHAVEZ

Par Le 06/03/2022

5 Mars 2022

Le président vénézuélien salue l'héritage révolutionnaire d'Hugo Chávez

Le leader de la révolution bolivarienne, Hugo Chávez


Caracas, 5 mars (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolás Maduro a salué aujourd'hui l'héritage du leader de la révolution bolivarienne, Hugo Chávez (1954-2013), à l'occasion du neuvième anniversaire de sa mort.

5 mars 2022
CST10:43 (GMT) -0500
Hugo Chávez vit dans la mémoire du peuple vénézuélien

Le président de Cuba se souvient de l'héritage d'Hugo Chávez

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de l'État a déclaré que Chávez est et sera toujours synonyme d'amour profond, d'espoir, de loyauté et de victoire.

"Neuf ans après son passage dans l'éternité, nous l'honorons par des actions quotidiennes qui protègent le peuple vénézuélien. Vive l'héritage du commandant !" a souligné le président sur la plateforme de médias sociaux.


De hautes autorités militaires, politiques et gouvernementales vénézuéliennes ont rappelé le rôle décisif d'Hugo Chávez dans la construction d'un projet de société populaire, démocratique et émancipateur.

Dans une déclaration, le ministre de la défense, Vladimir Padrino, a souligné le rôle de premier plan joué par Chávez dans la conduite d'un processus de libération sans précédent dans l'histoire du pays, car "il a réussi à cultiver chez les Vénézuéliens le sens le plus large et le plus authentique de l'humanisme, de la solidarité, de la justice sociale, de la dignité nationale et de la paix".

Il a également souligné que la profondeur de la pensée libertaire de Chávez a conduit à la refondation des Forces armées nationales bolivariennes, "désormais éminemment populaires et radicalement anti-impérialistes", a déclaré le haut responsable militaire.

Le ministère des Affaires étrangères a également indiqué que l'héritage du leader révolutionnaire est plus vivant que jamais au Venezuela et dans les pays et peuples frères, comme une source d'inspiration pour continuer à défendre l'intégration et la paix.

Chávez est né le 28 juillet 1954 à Sabaneta, dans l'État de Barinas. Dès son plus jeune âge, il embrasse une carrière militaire et adhère aux idées libertaires de Simón Bolívar.

Le 4 février 1992, à la tête d'un groupe de militaires regroupés au sein du Mouvement révolutionnaire bolivarien 200, il prend les armes contre la politique des gouvernements néolibéraux au pouvoir.

L'insurrection a été un échec militaire, mais elle a jeté les bases de l'émergence et de la consolidation ultérieures d'une alternative politique qui a conduit au triomphe électoral de Chávez en décembre 1998, pour entamer le profond processus de transformations sociales proposé par la révolution bolivarienne.

À la tête du gouvernement révolutionnaire, il a axé sa politique sur des projets sociaux en faveur du peuple vénézuélien et, pendant son mandat présidentiel, les industries fondamentales et stratégiques pour le développement du pays ont été nationalisées.

Il a également encouragé l'intégration latino-américaine par la création et la promotion de mécanismes de transformation multilatéraux pour la complémentarité et la justice sociale.

rgh/wup
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/05/presidente-de-venezuela-enaltece-legado-revolucionario-de-hugo-chavez

Tag(s) : #Venezuela#Chavez

Dans VENEZUELA

UNE CARGAISON DE PLUS DE 16 TONNES DE FOURNITURES MEDICALES, EN PROVENANCE DE CHINE EST ARRIVEE AU VENEZUELA

Par Le 03/03/2022

3 Mars 2022

Une cargaison de médicaments en provenance de Chine arrive au Venezuela
Venezuela, Chine, fournitures, médicales
Caracas, Mar 2 (Prensa Latina) Une cargaison de plus de 16 tonnes de fournitures médicales en provenance de la République populaire de Chine est arrivée au Venezuela aujourd'hui, selon l'annonce faite par la ministre de la Santé, Magaly Gutiérrez.

2 mars 2022
CST08:39 (GMT) -0500
La haute fonctionnaire a souligné la solidarité du pays asiatique et son soutien à la lutte contre le Covid-19, ainsi que les liens d'amitié indéfectibles qui unissent les deux nations.

Elle a également souligné l'engagement du président Nicolás Maduro et de l'exécutif bolivarien en faveur de la santé de la population, notamment dans la lutte contre la pandémie.

"Notre appel sera toujours de prendre soin de nous-mêmes, nous avons également reçu du matériel médical et chirurgical qui aidera nos compatriotes du secteur de la santé et tout notre personnel médical à continuer à prendre soin d'eux-mêmes", a-t-elle déclaré.
Le Venezuela et la Chine entretiennent des relations étroites dans les domaines de la santé et de l'économie, et le soutien de cette nation a été essentiel pour faire face à la Covid-19 et aux limitations imposées par le blocus américain, selon les autorités vénézuéliennes.

Au cours des deux dernières années, la Chine a envoyé plusieurs cargaisons de médicaments, de vaccins et de fournitures à ce pays d'Amérique du Sud.

mem/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/03/02/arriba-a-venezuela-cargamento-de-medicinas-procedente-de-china

Tag(s) : #Chine#Venezuela

Dans VENEZUELA

APPEL AU VENEZUELA POUR COMMEMORER LE SOULEVEMENT MILITAIRE DIRIGE PAR HUGO CHAVEZ

Par Le 03/02/2022

3 Février 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-02-03 10:08:36

      

Caracas, 3 février (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a appelé aujourd’hui le peuple à commémorer demain l’anniversaire du soulèvement militaire mené par Hugo Chávez.

«Allons dans la rue, célébrons haut et fort le jour de la rébellion permanente», a souligné le président sur le réseau social Twitter.

Le 4 février marque le 30e anniversaire de l’action civique et militaire qui a jeté les bases de la Révolution bolivarienne, lorsque Chavez et un groupe de militaires ont tenté de renverser le gouvernement néolibéral de Carlos Andrés Pérez.

La veille, le ministre de la Défense, Vladimir Padrino, a souligné l’importance historique de ce fait et l’héritage de ceux qui ont pris les armes pour sauver la patrie.

Pour sa part, le ministre de la Culture, Ernesto Villegas, a souligné que ce fait n’était pas une tentative de coup d’État, mais un acte de courage et de dévouement pour la défense de la nation.

La date est également considérée comme la Journée de la dignité nationale.

Aujourd’hui, le Parti socialiste uni du Venezuela, des organisations politiques et sociales organisent des activités dans tout le pays pour commémorer l’anniversaire.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/284953-appel-au-venezuela-pour-commemorer-le-soulevement-dirige-par-chavez

Tag(s) : #Venezuela#Chavez

Dans VENEZUELA

PERFECTO ABREU NIEVES NOMME PRESIDENT DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

Par Le 02/02/2022

1 Février 2022

Perfecto Abreu Nieves nommé président du PCV
31 janvier 2022
Tribuna Popular

31-01-2022. La XXVe session plénière du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV), qui s'est tenue les 28 et 29 janvier 2022, a désigné le dirigeant Perfecto Abreu Nieves comme président de l'organisation marxiste-léniniste.

Abreu Nieves a une trajectoire exceptionnelle de plus d'un demi-siècle de militantisme politique révolutionnaire dans les rangs du parti du Coq Rouge. Il a commencé sa lutte révolutionnaire en 1962, lorsqu'il a été arrêté par les forces répressives de l'État qui recherchaient son père, le légendaire leader paysan Nicomedes Abreu.


Perfecto Abreu Nieves, président du parti communiste du Venezuela

A l'âge de 15 ans, cette arrestation marque son initiation à l'étude du marxisme-léninisme, car en prison il rencontre des prisonniers politiques du PCV. Il parvient à s'en sortir à la fin de l'année 1962 et rejoint la lutte armée dans des tâches de logistique et d'approvisionnement. Il est à nouveau capturé et emprisonné à La Pica, mais son affaire est classée sans suite en 1964. Dans les années 1970, il s'est rendu en Bulgarie et, à son retour, il est devenu un fonctionnaire du parti.

Perfecto Abreu Nieves a milité avec des leaders de l'envergure de Jesús Faría, Gustavo Machado, Eduardo Gallegos Mancera, Pedro Ortega Díaz, Alonso Ojeda Olaechea, Trino Melean, Hemmy Croes, Jerónimo Carrera, Héctor Mujica, Roberto Hernández, Olga Luzardo, Cruz Villegas, Ramón Amaro, Pedro Abarca, Alcides Rodríguez et Gustavo Villaparedes.

Jusqu'à cette session plénière, le dirigeant occupait le poste de secrétaire national à l'organisation, une responsabilité qui sera assumée par Janohi Rosas, membre du comité central du PCV depuis une décennie et récemment élu au bureau politique.


Janohi Rosas, secrétaire d'organisation nationale du PCV
Janohi Rosas est un jeune journaliste, diffuseur et professeur d'université, militant à plein temps de la Jeunesse et du Parti communiste du Venezuela. Elle est secrétaire générale de la Jeunesse communiste du Venezuela depuis 2018 et, auparavant, elle était secrétaire d'organisation de la VYCV (2009-2018).

16ème Congrès national du PCVP

Le XXVe Plénum avait à son ordre du jour de discussion la préparation du 16e Congrès du PCV, qui se tiendra en 2022 à un moment politique caractérisé par la ligne de confrontation, de démarcation et de regroupement des forces ouvrières, paysannes, communales et populaires que le PCV avance.

Le renforcement de l'Alternative populaire révolutionnaire comme option pour le pouvoir face au nouveau pacte des élites entre le gouvernement de Nicolás Maduro et la droite faisait partie des questions abordées par la plus haute instance dirigeante des communistes.

L'ordre du jour comprenait également un examen des événements les plus récents de la politique nationale, notamment le référendum de rappel présidentiel, en particulier les manœuvres du gouvernement pour faire échouer l'initiative visant à activer ce droit constitutionnel.

Enfin, la session plénière a peaufiné les détails de la campagne nationale de collecte de signatures pour la présentation à l'Assemblée nationale de deux projets de loi pour l'indexation des salaires et la récupération des prestations sociales.

Une autre des initiatives envisagées était la promotion d'une campagne visant à demander justice pour les militants communistes assassinés au cours des cinq dernières années, dont les cas restent dans une totale impunité.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/31/perfecto-abreu-nieves-es-nombrado-presidente-del-pcv/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : CE GOUVERNEMENT N'EST PAS SOCIALISTE

Par Le 02/02/2022

2 Février 2022

Parti Communiste du Venezuela : Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint.
2/2/22 5:34 PM
"Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays, le socialisme n'a jamais été atteint". Entretien avec Pedro Eusse, membre du Bureau politique du CC-PCV

 

Au sein de la politique vénézuélienne, les partis, notamment ceux de gauche qui critiquent le système de gouvernement actuel, doivent relever de nombreux défis.

Parmi ces partis se trouve le Parti Communiste avec sa voix critique et qui fait face actuellement aux contradictions d'un pays qui peut être lu à partir de diverses réalités.

Pour analyser le contexte du parti, Contrapunto a interviewé Pedro Eusse, membre du Bureau politique du Comité central du PCV et secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical.

Les défis du parti communiste

Interrogé sur les défis du PCV pour 2022 et la situation actuelle au Venezuela, Eusse a assuré que de nombreuses contradictions doivent être discutées lors du prochain XVIe Congrès du parti.

"C'est l'année du XVIe Congrès du PCV, que nous tiendrons au milieu d'un aiguisement croissant des contradictions de classe dans le monde et au Venezuela, qui proviennent généralement d'une crise profonde du capitalisme mondial dans sa phase impérialiste, aggravée par la pandémie prolongée et les prétentions du capital monopoliste transnational à imposer un ordre mondial absolument sous sa domination, ce qui conduit à l'aiguisement des contradictions intercapitalistes et interimpérialistes", a-t-il souligné.

Le PCV face à la crise

De même, le secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical a déclaré que le principal défi de son parti, de sa direction et de son militantisme, est de faire face à la crise dans laquelle le Venezuela est plongé.

"Au Venezuela, nous, les communistes, avons le grand défi d'affronter la grave crise nationale, de renforcer le PCV en tant qu'instrument révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs, de surmonter les faiblesses idéopolitiques et organisationnelles, d'avancer efficacement dans la construction d'une alternative révolutionnaire populaire capable de faire face à l'offensive de l'impérialisme américain et de ses laquais. L'impérialisme américain et ses laquais de l'opposition d'extrême droite, ainsi que la direction du gouvernement PSUV qui impose des politiques contraires aux intérêts de la classe ouvrière et des masses populaires, des politiques qui ne servent que le capital et les élites de la bureaucratie corrompue et qui sont mises en œuvre par le biais d'un nouveau pacte oligarchique".

 

Capacité politique

Pedro Eusse a souligné que l'un des défis les plus importants auxquels le PCV et son militantisme sont confrontés est d'avoir la capacité politique, organique et logistique d'agir avec une indépendance de classe absolue face aux pouvoirs économiques et politiques.

De même, il considère qu'il est vital "de mener les batailles nécessaires, sur n'importe quel terrain", pour défendre ce qu'il considère être les intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs de la ville et de la campagne, en accumulant des forces pour conquérir une solution révolutionnaire à la crise.

Selon lui, ce sont des moments dans lesquels le Parti communiste doit exiger une grande force organique et un militantisme de lui-même avec une solide formation théorique et politique, avec une claire conscience de classe, patriotique et internationaliste, avec une discipline consciente et de fer, étroitement liée aux travailleurs, aux campesinos et aux masses populaires en général ; en condition d'agir comme une authentique avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs. 

Où est le socialisme dans ce gouvernement ?

"Nulle part, parce que ce gouvernement n'est pas socialiste et que dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint, sa construction n'a même pas commencé. Il est vrai que dans la propagande officielle, les clichés du "socialisme", de la "révolution" du "gouvernement des travailleurs" sont utilisés, mais en réalité, les politiques économiques et du travail, en particulier depuis 2018, ont une orientation clairement néolibérale, c'est-à-dire qu'elles imposent la tyrannie du "libre marché" et créent les conditions d'un profit capitaliste maximal, tendant à réduire le rôle régulateur de l'État dans l'économie, tout en sacrifiant les travailleurs avec la destruction des salaires, le démantèlement des conventions collectives et l'extrême précarité de l'emploi, imposant une dérégulation et une flexibilisation sauvage du travail. "

"De cette façon, le gouvernement présidé par Nicolás Maduro administre la crise et les criminelles "sanctions" impérialistes, en présentant aux capitalistes étrangers et à la bourgeoisie parasitaire locale (appelée à tort "bourgeoisie révolutionnaire") des "avantages comparatifs" tels que l'exonération d'impôts et la main-d'œuvre la moins chère du continent et peut-être du monde. À cette fin, ils ont élaboré la loi erronément appelée "loi anti-blocage" et la loi des zones économiques spéciales, entre autres instruments juridiques qui fournissent des facilités et des privilèges aux capitaux étrangers".

Un socialisme inachevé

Il assure que le socialisme n'a pas été réalisé depuis l'arrivée au pouvoir de feu Hugo Chávez. "Bien que faisant honneur à la vérité, la prédication d'un faux socialisme n'a pas commencé avec ce gouvernement, mais plutôt avec le président Chávez, lorsqu'il a avancé la thèse fallacieuse du "socialisme du XXIe siècle" qui renferme une conception réformiste (non révolutionnaire) et qui n'est pas basée sur la lutte des classes, typique de la théorie marxiste, mais sur la conciliation des classes, typique de la social-démocratie bourgeoise".

 

De même, il a souligné ce que signifiait pour lui un processus de réformes progressives : "Pendant le mandat de Chávez, avec ses limites, le peuple vénézuélien a connu un processus de réformes progressives, de redistribution des revenus et de renforcement de la souveraineté nationale ; tandis qu'avec le gouvernement actuel, au milieu d'accords de haut niveau avec l'opposition de droite, presque toutes les avancées progressistes ont été démantelées et un processus de réformes néolibérales régressives a été mis en œuvre, avec des reprivatisations, des dérégulations, la surexploitation, l'autoritarisme de l'État, la violence contre les travailleurs, les campesinos et les militants révolutionnaires, l'antidémocratie, un élitisme accru et une corruption effrénée".

Idéologie et véritable conception révolutionnaire

"Le PCV apporte, fondamentalement, sa conception révolutionnaire du monde, l'application d'une théorie scientifique au service de la classe ouvrière et des travailleurs, pour la connaissance intégrale et dialectique de la réalité et pour nous guider vers une véritable transformation révolutionnaire de la société, le marxisme-léninisme ; une théorie du socialisme scientifique qui s'oppose aux thèses idéalistes et trompeuses prônées par le réformisme pseudo-progressiste, ce prétendu "socialisme" dépourvu de support scientifique, qui désarme la classe ouvrière pour qu'elle ne puisse pas remplir son rôle révolutionnaire, la subordonnant aux élites qui administrent les intérêts de la bourgeoisie depuis les postes d'État", a affirmé Eusse.

Selon lui, à partir de l'application des principes du socialisme scientifique, il sera possible d'esquisser une stratégie de développement planifié des forces productives avec la souveraineté nationale et le progrès social, donnant des réponses aux besoins de l'industrialisation à grande échelle sous la direction de la classe ouvrière, en alliance avec la paysannerie et le mouvement communal et populaire, utilisant nos ressources naturelles et tout le potentiel productif non pas pour l'exploitation des élites capitalistes étrangères et nationales, mais pour la satisfaction des besoins matériels et immatériels de notre peuple.

"Le Venezuela dans une dérive néolibérale".

De l'avis du communiste, le Venezuela subit une "dérive néolibérale". Celle-ci se conjugue avec la crise profonde du capitalisme dépendant et l'effondrement du rentierisme pétrolier, sous l'encerclement et le siège brutal de l'impérialisme américain.

" Le peuple travailleur vénézuélien se trouve au milieu d'un feu croisé : d'une part, la crise structurelle du mode d'accumulation du rentiérisme dépendant, d'autre part les agressions impérialistes qui nous frappent de plein fouet, d'autre part un gouvernement engagé dans la bourgeoisie et les nouveaux riches, qui ne voit d'autre issue que de livrer le pays au capital étranger et de soumettre les travailleurs à de cruels sacrifices et, d'autre part, la pandémie qui fait rage au milieu de l'hyperinflation et de l'effondrement presque total des services de santé publique. "

" Une stratégie d'industrialisation souveraine n'a jamais été assumée, ni à l'époque du "Puntofijismo" ni au cours des deux décennies du soi-disant processus bolivarien, malgré les tentatives initiales. Les revenus du pétrole, dans une large mesure et par différents moyens, sont allés dans les coffres du grand capital international et sur les comptes des mafias importatrices", a-t-il souligné.

A cela s'ajoute le pillage criminel et dépravé commis par les Etats-Unis et leurs partenaires, employant des mercenaires locaux qui agissent en toute impunité. En conséquence de tout ce qui précède, la classe ouvrière vénézuélienne vit actuellement la pire situation économique et sociale qu'elle ait connue depuis de nombreuses années. Pendant ce temps, le caractère despotique, anti-démocratique, anti-ouvrier et anti-communiste de l'élite dirigeante s'accentue, et le pire est que, comble du cynisme, ils le font au nom du "socialisme".

Que faut-il faire pour remettre le pays sur les rails ?

Pour Eusse, un véritable gouvernement révolutionnaire est nécessaire. "Nous avons besoin d'un véritable gouvernement révolutionnaire. Un gouvernement exercé par les bases ouvrières, paysannes, communales et populaires. Pour le conquérir, nous avons besoin d'une corrélation de forces favorables à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne".

En conséquence, il assure qu'il est nécessaire d'organiser et d'unifier les luttes des travailleurs, des paysans, des communautés organisées et du peuple en général, pour rétablir et défendre nos droits, mais dans la perspective de prendre le pouvoir politique avec un programme au service des travailleurs, qui propose de sauver les conquêtes obtenues pendant la période du président Chávez, mais qui transcende les limites réformistes du processus bolivarien et avance vers le triomphe d'une authentique Révolution socialiste.

"Mais dans l'immédiat, comme approche tactique, nous appelons la classe ouvrière et le peuple en général à se lever dans la lutte pour le sauvetage du salaire, des pensions et des prestations sociales, en promouvant par initiative législative populaire et avec la mobilisation ouvrière et populaire, deux projets de loi : la loi d'échelle mobile des salaires indexée sur le panier familial de base et la loi de sauvetage et de revalorisation des prestations sociales".

De même, il souligne qu'il est nécessaire de renforcer la lutte contre la criminalisation et la judiciarisation des luttes ouvrières et populaires pour obtenir dans l'immédiat la pleine liberté de dizaines de travailleurs, y compris des dirigeants ouvriers combatifs, qui restent injustement emprisonnés et poursuivis ; ainsi que pour obtenir justice dans les cas de disparitions et d'assassinats de combattants populaires et de militants révolutionnaires (dont trois communistes).

"Tout cela, dans la dynamique d'un processus soutenu d'accumulation de forces quantitatives et qualitatives, en faveur du prolétariat et du peuple travailleur vénézuélien", a-t-il conclu.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-This-government-is-not-socialist-and-in-our-country-Socialism-has-never-been-achieved/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

SUR LE "MEMOIRE ET COMPTE RENDU PRESIDENTIEL": POUR LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA, IL POURSUIT, ELARGIT ET CONSOLIDE LA REMISE DU PAYS AU CAPITAL

Par Le 30/01/2022

29 Janvier 2022

Sur le " Mémoire et compte rendu présidentiel " : Pour le PCV, il poursuit, élargit et consolide la remise du pays au capital.
25 janvier 2022
Tribune populaire

Le 15 janvier, le président de la république M. Nicolás Maduro a présenté le rapport annuel et les comptes de son administration pour l'année fiscale 2021. En général, la présentation du rapport annuel et des comptes a montré qu'aucune transformation majeure n'a été réalisée dans notre pays qui révélerait que nous sommes en présence de la voie vénézuélienne vers le socialisme. Au contraire, ce que révèle le discours du président est une consolidation du capitalisme dépendant et de sa condition extractiviste marquée, une caractéristique centrale de notre mode de production capitaliste. Lorsqu'il a parlé de l'économie, il a développé une approche centrée sur les résultats obtenus par les capitalistes qui négocient avec le gouvernement et a garanti de nouvelles mesures dans le cadre de la loi de cession et de pillage (appelée "loi anti-blocage"), au capital local et transnational qui décide de s'installer au Venezuela. L'une de ses principales offres au capital est l'approbation du projet de loi sur les zones économiques spéciales (ZES), qui constitue une nouvelle étape dans la cession inconditionnelle du pays, de ses richesses, de son territoire et d'une main-d'œuvre dans des conditions de semi-esclavage. Sur les salaires, qui constituent actuellement l'une des principales revendications des classes populaires, il n'a donné aucun signe d'amélioration malgré l'annonce de projections de croissance économique en 2022. Cela montre que cette croissance est conçue pour l'enrichissement de la bourgeoisie nationale et transnationale au prix d'une exploitation accrue des travailleurs des villes et des campagnes. C'est pourquoi le PCV encourage la présentation à l'Assemblée nationale de deux projets de loi d'initiative populaire : l'un pour l'indexation des salaires et l'autre pour le sauvetage des prestations sociales.

Dans son discours, il a mis l'accent sur la prétendue consolidation de la paix et n'a jamais fait référence aux affrontements armés qui se sont développés dans les zones frontalières des États d'Apure et du sud de Monagas, qui ont révélé la porosité de la frontière vénézuélienne et la situation de perte de souveraineté dans cette partie du pays, Cela a révélé la porosité de la frontière vénézuélienne et la perte de souveraineté dans cette zone du pays en raison de la présence de groupes armés et de bandes criminelles qui luttent pour le contrôle du territoire et des routes stratégiques, l'exploitation de l'or et du coltan, le trafic de drogues, la traite des êtres humains et le trafic de carburant, entre autres crimes, qui agissent au service des mafias et des secteurs du capital qui comptent sur la complicité et l'impunité des hauts niveaux des institutions de l'État. La souveraineté et l'intégrité territoriale du Venezuela sont en danger, non seulement à cause des agressions de l'impérialisme américain, qui découlent de la dispute pour l'hégémonie et de la nouvelle répartition du monde générée par les confrontations inter-impérialistes et intercapitalistes, mais aussi comme conséquence de la politique du gouvernement de livrer le pays au plus offrant.

En ce qui concerne la situation interne, il a déclaré que l'année 2021 correspondait à la conquête de la paix par "la consolidation du dialogue national, de la consolidation de la stabilité interne du pays", validant sans restrictions le nouveau pacte des élites entre les directions du gouvernement bourgeois dirigé par le président Nicolás Maduro et le PSUV avec les représentants politiques de la bourgeoisie pro-impérialiste qui ont participé, entre autres négociations et dialogues, à ceux du Mexique.

Pacte de paix, au détriment de la classe ouvrière et de la souveraineté du pays. C'est dans le cadre, et comme produit de tous ces dialogues, que le gouvernement a remis la souveraineté du pays avec les Zones économiques spéciales (ZES), une loi qu'ils ont décidé de faire passer à l'Assemblée nationale durant ce premier trimestre de l'année 2022 en accord avec l'opposition dite de droite au parlement national.

Cette loi aggravera les conditions de travail de la classe ouvrière par la flexibilisation et la déréglementation du travail qui seront imposées dans ces zones, approfondissant l'exploitation de la force de travail et les politiques répressives contre les dirigeants révolutionnaires de la classe ouvrière et les organisations syndicales, ainsi que le mépris des conventions collectives, que les employeurs privés et publics appliquent avec les conseils et la complicité du ministère du Travail et du gouvernement en général.

Les bases ont été posées pour continuer à consolider la capitulation du pays face au grand capital national et transnational, ainsi qu'aux mafias enracinées dans le gouvernement, avec pour conséquence l'approfondissement de la crise du capitalisme vénézuélien dépendant et l'aggravation des calamités et de la misère de la grande majorité de notre peuple, avec un faux discours gouvernemental socialiste qui falsifie et manipule la réalité du pays au niveau national et international.

C'est le moment d'approfondir l'organisation, l'unité et la mobilisation révolutionnaire des travailleurs, des paysans, des communistes, de tout le peuple, des courants populaires de base et de leurs secteurs exploités, pour promouvoir une solution révolutionnaire et populaire à la crise capitaliste vénézuélienne. L'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) continue d'être cet espace en construction.

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV)

Caracas, 17 janvier 2022.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/25/sobre-la-memoria-y-cuenta-presidencial-para-el-pcv-continua-amplia-y-consolida-la-entrega-del-pais-al-capital/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

DEMANDE AU VENEZUELA DE LA FIN DE L'IMPUNITE DE L'OPPOSANT JUAN GUAIDO POUR SES CRIMES COMMIS CONTRE LE PAYS

Par Le 25/01/2022

24 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-24 10:30:29

      

Caracas, 24 janvier (RHC) Des parlementaires du Bloc de la Patrie de l’Assemblée nationale du Venezuela ont demandé aujourd’hui plus de célérité dans l’application de la justice pour les crimes commis contre le pays par l’opposant Juan Guaidó.

La députée du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), Tania Diaz, a fait des déclarations à la presse concernant la remise au ministère public d’une demande de diligence dans les 24 affaires pénales en cours contre le complot criminel dirigé par Guaidó, trois ans après son auto proclamation en tant que président par intérim du pays.

"En tant que porte-parole des revendications populaires, nous reconnaissons également le peuple pour sa résistance dans la défense de la souveraineté" a souligné Diaz en rappelant son opposition aux tentatives de l’extrême-droite  de piller des ressources du Venezuela et de promouvoir des mesures coercitives contre la nation sud-américaine.

En plus de demander la célérité pour mettre fin à l’impunité pour les dommages matériels causés au pays avec une justice rapide, la plainte présentée au ministère public a appelé à la mise en place d’instruments immédiats et efficaces permettant d’établir la vérité sur ces faits, a précisé la parlementaire.

Le 23 janvier 2019, Juan Guaidó, alors député et président de l’Assemblée nationale, s’est autoproclamé président chargé du Venezuela, avec le soutien immédiat du Gouvernement des États-Unis et de plusieurs de ses alliés internationaux.

Cet acte d’usurpation, perçu à Caracas comme une tentative de coup d’État, a ouvert la porte au pillage des biens et avoirs de la nation sud-américaine à l’étranger, évalués en milliards de dollars.

Source Prensa Latina

source :https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/283817-demande-au-venezuela-de-la-fin-de-limpunite-de-lopposant-juan-guaido

Tag(s) : #Venezuela#Guaido

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA EXIGE DES ETATS-UNIS UNE RESTITUTION DE BIENS DIPLOMATIQUES

Par Le 20/01/2022

20 Janvier 2022

Caracas, 19 janvier (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères Félix Plasencia a exigé aujourd’hui de l’administration de Joe Biden la restitution des biens diplomatiques spoliés au Venezuela aux États-Unis, y compris le siège de son ambassade à Washington.

Lors d’une conférence de presse tenue au siège du ministère, le ministre a demandé au secrétaire d’État nord-américain Antony Blinken d’instruire les autorités compétentes pour qu’elles restituent le contrôle de ces installations au gouvernement vénézuélien légitime.

Plasencia a rappelé que ces espaces ont été "outragés, envahis et volés" au peuple vénézuélien dans le cadre de la reconnaissance par les autorités nord-américaines de l’opposant Juan Guaidó comme président autoproclamé en charge du pays sud-américain en janvier 2019 , un acte d’usurpation perçu à Caracas comme une tentative de coup d’État.

Les biens mentionnés "doivent être rendus au gouvernement légitime du président Nicolas Maduro, au gouvernement constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, je l’exige en tant que représentant du pays pour les affaires internationales", a insisté le ministre.

De même, lors de son intervention, il a présenté des preuves du vol perpétré à l’ambassade du Venezuela en Bolivie par les représentants de Guaidó, avec l’appui des autorités de facto alors en place à la suite du coup d’État perpétré en novembre 2019 contre Evo Morales.

Plasencia a présenté à l’opinion publique une liste de représentants de l’extrême droite liés à l’assaut du siège diplomatique à La Paz et à l’appropriation illégale des ressources qui y étaient contenues, actions qui, a-t-il affirmé, auront des conséquences pénales.

À cet égard, le chef de la diplomatie vénézuélienne a remercié le gouvernement de Luis Arce pour la récupération d’une partie de ces biens qui ont été "volés, détruits et outragés" au sein du siège diplomatique en Bolivie.

Enfin, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela a exhorté les autorités judiciaires espagnoles à respecter les exigences du système juridique vénézuélien et à extrader les délinquants qui fuient la justice et résident dans ce pays.

peo/mem/Wup

source:https://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=888231:le-venezuela-exige-des-etats-unis-une-restitution-de-biens-diplomatiques&opcion=pl-ver-noticia&catid=49&Itemid=101

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DEMANDE AU PROCUREUR GENERAL D’ENQUETER SUR LE MEURTRE DU MILITANT COMMUNISTE JOSE URBINA.

Par Le 18/01/2022

18 Janvier 2022

Le PCV demande au procureur général d'enquêter sur le meurtre du militant communiste José Urbina.
14 janvier 2022
Tribuna Popular
      1 Vote

Une délégation du Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) a envoyé ce vendredi 14 janvier une communication adressée au Procureur général de la République, le Dr Tareck William Saab, pour dénoncer l'assassinat du communiste José Urbina.

Le leader communautaire et communicateur populaire a été assassiné le 10 janvier à son domicile de Puerto Páez, dans l'État d'Apure.

Ce crime a bouleversé la société vénézuélienne et a fait l'objet de nombreux témoignages de solidarité internationale. Cependant, l'État vénézuélien est resté silencieux sur cet événement.

Urbina avait prévenu en novembre 2021 qu'il avait été publiquement menacé de mort par des membres de la Garde nationale bolivarienne stationnés à Apureña. Il a également dénoncé une politique de "faux positifs" menée par le GNB dans la région.

Dans cette lettre, le PCV a demandé :

1. que l'enquête respective sur les faits soit accélérée jusqu'à ce que les coupables intellectuels, matériels et les complices d'un crime aussi horrible soient identifiés, capturés et punis.

2. la nomination d'un Procureur spécial à compétence nationale pour prendre en charge l'enquête sur l'exécution de Kda José Gregorio Urbina.

3. Nous réitérons notre demande de rencontre avec le procureur général de la République pour discuter des cas d'assassinat de militants communistes au cours des six dernières années, qui restent tous impunis. Il convient de noter que tous ces cas ont été officiellement présentés, en temps voulu, au bureau du procureur général de la République.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/01/14/pcv-exige-al-fiscal-general-investigar-el-asesinato-del-militante-comunista-jose-urbina/

Tag(s) : #JusticiaParaJoseUrbina#Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA REPUBLIQUE POPULAIRE DEMOCRATIQUE DE COREE ADOPTENT UNE LUTTE COMMUNE CONTRE L’UNILATERALISME

Par Le 15/01/2022

14 Janvier 2022

Le Venezuela et la République populaire démocratique de Corée adoptent une lutte commune contre l'unilatéralisme
Écrit par Orlando Gallardo le 13/01/2022 . Posted in NoticiaNoticias
La vice-ministre de l'Asie, du Moyen-Orient et de l'Océanie, Capaya Rodríguez González, a tenu une réunion avec l'ambassadeur de la République populaire démocratique de Corée auprès de la République bolivarienne du Venezuela, Ri Sung Gil, dans le but de faire le point sur l'état de la coopération entre les deux pays.

Au cours de la réunion, les deux diplomates ont discuté de la situation actuelle dans la péninsule coréenne et de l'empressement des États-Unis à poursuivre leur politique hostile de siège et d'imposition de mesures coercitives unilatérales contre le Venezuela et la nation asiatique.

L'ambassadeur Ri Sung Gil a remercié le gouvernement bolivarien pour le soutien apporté à son pays dans les différents mécanismes de consultation politique au sein des Nations Unies, un fait qui permet aux deux nations de lutter contre les doubles standards qui existent au sein de la plus haute organisation multilatérale. Il a également réitéré l'intention de son gouvernement d'aller de l'avant dans l'approfondissement des relations bilatérales.

Pour sa part, la vice-ministre Rodríguez a souligné l'importance de promouvoir des projets de coopération efficaces pour l'échange dans différents secteurs, principalement dans le domaine économique, qui permettent le développement conjoint des peuples souverains. Elle a également déclaré que le Venezuela soutient les efforts de paix dans la péninsule coréenne afin que les deux nations puissent continuer à ouvrir des espaces de compréhension, sans interférence étrangère.

Enfin, ils se sont engagés à continuer à ouvrir la voie à l'approfondissement des relations politico-bilatérales et à la lutte des deux nations contre l'unilatéralisme.

source : https://mppre.gob.ve/2022/01/13/venezuela-republica-popular-democratica-corea-ratifican-lucha-conjunta-contra-unilateralismo/

Tag(s) : #RPDC#Venezuela

Dans VENEZUELA

LA NOUVELLE PRESIDENTE DU PARLEMENT INDIGENE D'AMERIQUE (PIA) AU VENEZUELA, KARIEL ARAY, PLAIDE POUR LA CONSTRUCTION D'UN MONDE DE PAIX

Par Le 12/01/2022

12 Janvier 2022

Édité par Reynaldo Henquen
2022-01-11 09:46:04

      

Caracas, 11 janvier (RHC) La nouvelle présidente du Parlement Indigène d’Amérique (PIA) au Venezuela, Kariela Aray, a assuré que la lutte pour la construction d’un monde de paix est aujourd’hui un défi pour les peuples originaires.

La représentante du peuple Warao, qui a prêté serment la veille comme dirigeant de cette organisation dans cette nation sud-américaine, a exprimé dans des déclarations exclusives à Prensa Latina, que les peuples autochtones de tous les pays se sont engagés à faire entendre leur voix dans tous les coins de la planète.

«Une seule voix, une seule, en fonction de l’équilibre cosmique que nous voulons atteindre tel que défini par les couleurs de notre wuipala (drapeau à sept couleurs)», a-t-elle souligné.

La veille, le musée bolivien de Caracas, a accuelli la cérémonie de sélection du nouveau conseil qui dirigera l’organisation, conformément au règlement.

Après avoir présenté plusieurs propositions approuvées par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), les législateurs ont approuvé à la majorité la nouvelle junte et conformément aux coutumes ancestrales Aray a été assermentée en plénière.

La junte élue s’est engagée à continuer à défendre les droits des peuples originaires et à lutter pour leurs revendications, ainsi qu’à rester fidèle à la Révolution bolivarienne.

Après avoir assumé la présidence de cette organisation, la dirigeante waray a assuré à cette agence que les Vénézuéliens autochtones continueraient à apporter la vérité sur le Venezuela et les résultats obtenus au cours de ces 20 années.

«Personne n’a fait plus pour les peuples indigènes que le gouvernement vénézuélien, parce que c’est le président Hugo Chávez qui nous a donné le droite de vote et qui a rendu visibles ces communautés ancestrales et leur culture», a-t-il souligné.

Le Venezuela, a-t-elle relevé,  est une référence pour les peuples autochtones, par la force et l’unité atteinte par les 42 ethnies existant dans le pays.

Elle a rappelé que si dans d’autres pays comme la Colombie, des dirigeants originaires, chargés de maintenir l’équilibre politique et social de leurs communautés, sont assassinés, dans cette nation sud-américaine, des lois et des décrets sont établis pour leur protection.

Dans tant d’autres, a-t-elle précisé, ils tentent d’effacer leurs cultures, leurs coutumes, leurs dialectes et même leurs races, comme une forme de colonisation moderne pour les faire disparaître en tant que communauté.

«Mais nous sommes des peuples de paix, telle est notre prémisse, il n’y a pas de barrières, pas de frontières, pas de différences, parce que devant nos dieux ancestraux nous sommes tous égaux et nous sommes unis par l’amour de la Pachamama et de tout ce qu’elle représente», a souligné la dirigeante indigène à Prensa Latina.

Le PIA est un organisme continental et supranational permanent où ses représentants débattent des problèmes qui affectent ces peuples et proposent des mesures pour les résoudre

Il a été fondé le 29 août 1987 au Panama et ratifié lors de la deuxième réunion des législateurs autochtones, tenue à Managua le 31 août 1988, par la Déclaration de Panama, et le Groupe parlementaire vénézuélien (GPV) a été créé.

Cette instance est le porte-parole, dans le monde entier, des avancées législatives précieuses qui placent le Venezuela au centre des droits et des revendications des peuples autochtones.

Le PIA-GPV reproduit les législations qui regroupent les lois adoptées pour ces communautés, à travers le parlementarisme social indigène des propositions sont faites pour approfondir le cadre juridique qui protège leurs droits.

Grâce à l’appui du Gouvernement bolivarien et aux progrès réalisés, l’organisation continue d’associer et de renforcer les peuples originaires du pays et de coopérer avec le reste des populations ancestrales du monde.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/282430-le-parlement-indigene-plaide-pour-construire-un-monde-de-paix

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE MINISTRE VENEZUELIEN DE LA SANTE SALUE LE TRAVAIL DES BRIGADES MEDICALES CUBAINES

Par Le 06/01/2022

5 Janvier 2022

 

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-01-04 18:45:32

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 4 janvier, (RHC)- Le ministre vénézuélien de la Santé, le Dr Carlos Alvarado, a félicité les brigades médicales cubaines pour leur travail au Venezuela.

«Plus de 19 mille 500 coopérants sont en mission ici. Vous vous donnez corps et âme à votre travail pour la santé du peuple vénézuélien. Il n’y a pas de mots pour exprimer nos remerciements. Je le dis toujours. Les mots ne suffisent pas pour expliquer le niveau d’engagement de chacun de vous, de ceux qui sont ici et de ceux qui prêtent leurs services dans d’autres États».

Au cours d’une réunion d’évaluation du travail des brigades médicales cubaines ministre Carlos Alvarado a mis en avant leur contribution à la lutte contre le Covid-19 au Venezuela:

«L’Empire s’attendait à ce que le Venezuela soit l’épicentre de la pandémie et des décès car nous ne nous pourrions pas y faire face. Cependant, avec votre aide, nous avons donné l’exemple de ce qu’on peut faire. Si vous révisez les indicateurs du Covid-19 dans le monde, aussi bien pour ce qui est du  taux de morbidité que de celui de mortalité, vous constaterez que les chiffres du Venezuela et de Cuba figurent parmi les meilleurs au monde. Cela n’est pas un fait dû au hasard. Il tient d’un modèle né à Cuba, suivi ici et adapté à notre réalité».

Source: Radio Rebelde

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/281777-le-ministre-venezuelien-de-la-sante-salue-le-travail-des-brigades-medicales-cubaines

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

 

 

 

 

 

 

Dans VENEZUELA

LE GOUVERNEMENT VENEZUELIEN FELICITE CUBA POUR L'ANNIVERSAIRE DE LA REVOLUTION

Par Le 02/01/2022

1 Janvier 2022

Le gouvernement vénézuélien félicite Cuba pour l'anniversaire de la révolution

Caracas, 1er janvier (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a félicité aujourd'hui le peuple cubain à l'occasion du 63e anniversaire du triomphe de la Révolution.

1er janvier 2022
CST11:01 (GMT) -0500
Un communiqué officiel publié par le ministère des affaires étrangères et diffusé sur le réseau social Twitter par le ministre des affaires étrangères Felix Plasencia, adresse, au nom du président Nicolás Maduro, ses salutations aux Cubains pour leurs victoires et leur résistance pendant plus de 60 ans contre les tentatives américaines de renverser le processus révolutionnaire.

De même, le texte réitère l'amitié indéfectible entre les deux nations et réitère son soutien à Cuba et à son gouvernement en toutes circonstances.

Elle met en avant le leadership de ses dirigeants historiques Fidel et Raúl Castro, ainsi que du chef de l'État Miguel Díaz-Canel, qui ont guidé le pays dans sa lutte contre son voisin du nord et ses prétentions.

Elle met également en lumière la dignité, la combativité et la résistance du peuple cubain depuis 63 ans, qui ont permis de maintenir les acquis obtenus après la défaite de la dictature de Fulgencio Batista le 1er janvier 1959.

Ce processus a inauguré une nouvelle ère sur l'île avec le triomphe révolutionnaire, qu'ils ont maintenu malgré le blocus de Washington, les agressions et tous les défis auxquels ils ont été confrontés.

mem/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/2022/01/01/gobierno-venezolano-felicita-a-cuba-por-aniversario-de-la-revolucion

Tag(s) : #Cuba#Venezuela

Dans VENEZUELA

CARACAS CONDAMNE LE VOL "EFFRONTE" DE L'OR VENEZUELIEN PAR L'OPPOSITION ET LES ETATS-UNIS

Par Le 29/12/2021

28 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-28 11:48:32

      

Caracas, 28 décembre (RHC) Le Gouvernement du Venezuela  a accusé l’opposition de ce pays de poursuivre son "pillage éhonté" des ressources et des richesses du peuple vénézuélien.

Dans un message diffusé sur le réseau social Twitter, le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, Félix Plasencia, a dénoncé la complicité du Gouvernement des États-Unis et du secteur extrémiste de l’opposition vénézuélienne dans le vol d’avoirs de la nation sud-américaine.

"Ils prétendent poursuivre le pillage éhonté des ressources de tous les Vénézuéliens, par une classe politique sans scrupules et dissociée des intérêts nationaux", a dénoncé le ministre vénézuélien des Affaires étrangères.

Plasencia a souligné que "plus tôt que tard la justice l’emportera" et les voleurs mercenaires de la droite vénézuélienne devront "rendre des comptes" au peuple.

Ces déclarations du diplomate vénézuélien ont été faites après que l’ambassadeur des États-Unis au Venezuela, James Story, a adressé ses félicitations à l’opposition vénézuélienne pour avoir approuvé la continuité de la "présidence intérimaire" de son dirigeant, Juan Guaidó.


La vice-présidente du Venezuela dénonce le détournement illégal par le Royaume-Uni de l’or vénézuélien déposé à la Banque d’Angleterre.

De même, le ministre de la Communication du Venezuela, Freddy Ñáñez, a déploré dans un message diffusé sur la même plate-forme que derrière la "farce" du gouvernement intérimaire il y a un seul intérêt , à savoir, "perpétuer la mise sous séquestre de l’or vénézuélien par le Royaume-Uni" et la richesse du pays à l’étranger.

"Que l’histoire n’oublie jamais les laquais qui se prêtent à ce pillage", a condamné le fonctionnaire vénézuélien.

Le litige juridique sur le contrôle des réserves d’or déposées auprès des banques britanniques a commencé en mai 2018, après que le président Nicolas Maduro a été réélu aux élections présidentielles et que la principale coalition d’opposition a rejeté les résultats au motif de leur prétendu caractère frauduleux, une décision également soutenue par Washington et Londres.

En effet, en février 2019, le Royaume-Uni et les États-Unis ont reconnu Guaidó comme "président par intérim" du Venezuela. Il a même écrit à plusieurs reprises aux autorités britanniques pour leur demander de ne pas remettre les réserves d’or au gouvernement de Maduro.

 

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281141-caracas-condamne-le-vol-effronte-de-lor-venezuelien-par-lopposition-et-les-etats-unis

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA TRAVAILLE POUR LA COOPERATION DE L'AMERIQUE LATINE AVEC LES PAYS ARABES

Par Le 28/12/2021

27 Décembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-12-27 12:22:24

      

Caracas, 27 décembre (RHC) Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé que son gouvernement s’emploie aujourd’hui à renforcer les relations de coopération entre l’Amérique latine et les pays arabes.

«Je pense que nous pouvons faire beaucoup de choses dans les années à venir», a-t-il déclaré et il a assuré qu’un train d’initiatives sera repris en 2022 pour relancer les mécanismes d’aide entre les deux régions, sur les plans politique et économique.

Lors d’une interview exclusive avec la chaîne de télévision Al Mayadeen, le président a annoncé qu’il se rendra bientôt en Iran, en réponse à une invitation du président Ebrahim Raisi, pour le rencontrer personnellement.

«Nous avons convenu d’un ensemble de nouveaux plans, la commission mixte entre les deux pays travaille», a-t-il déclaré.

Il a également appelé à soutenir les causes de pays comme la Palestine, la Syrie et l’Iran lui-même, victimes de crimes quotidiens, d’assassinats d’enfants et de jeunes.

"Personne dans ce monde n’oserait nous demander d’abandonner la cause de la Palestine. Nous n’accepterions pas, ce serait un péché de penser à laisser seul le peuple palestinien (...) Nous sommes avec vous et nous ne vous décevrons pas", a-t-il déclaré.

Par ailleurs, il a réaffirmé son soutien au peuple syrien et à son président Bachar el-Assad, qu’il a qualifié de «héros et de courageux qui a dû endurer les crimes d’une guerre».

Maduro a assuré que l’armée syrienne et son peuple et al-Assad vont faire renaître le pays et le monde arabe sera surpris.

Entre-temps, il a exalté la loyauté qui caractérisait le général iranien Qassem Suleimani, qu’il a eu l’occasion de rencontrer après son soutien à la Révolution bolivarienne.

Le chef de l’État, au cours de l’entretien, a en outre dénoncé que l’Organisation des Nations unies (ONU) avait prétendu à plusieurs reprises ignorer la légitimité de son gouvernement, en faveur des États-Unis et en raison des pressions exercées par la Maison Blanche sur certains pays.

 

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/281033-le-venezuela-travaille-pour-la-cooperation-de-lamerique-latine-avec-les-pays-arabes

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA MULTIPOLAIRE RENOUE AVEC LA CROISSANCE

Par Le 21/12/2021

 

LE VENEZUELA MULTIPOLAIRE RENOUE AVEC LA CROISSANCE

Publié par Venezuela infos dans ChineDroit internationalGuerre économiquepolitique économiquepolitique pétrolièrerelation Sud-Sud21 décembre 2021

Photo : le président Maduro est accueilli par le Ministre des Affaires Étrangères du Mexique Marcelo Ebrard lors du Sommet de la CELAC (Communauté des États Latino-américains et des Caraïbes), en septembre 2021.

Fidèle à la stratégie multipolaire du Sommet de Bandoeng souvent évoquée par Hugo Chávez et à l’« équilibre du monde » rêvé par Simon Bolivar, le Venezuela a renforcé ses alliances avec la zone asiatique, la Russie, la Chine et l’Iran, ce qui lui a permis d’augmenter sa production et son exportation de pétrole en 2021. Le gouvernement Maduro commence à surmonter le blocus inhumain organisé par l’Europe et les États-Unis et a décidé de consacrer 77% du budget 2022 aux investissements sociaux : éducation, santé, construction de logements, production nationale, alimentation, allocations, etc… (on trouvera plus de détails  à ce sujet dans http://observatorio.gob.ve). C’est aussi une bonne nouvelle pour les pays des Caraïbes bénéficiaires des programmes de coopération mis en place par le Venezuela, notamment via l’ALBA et PetroCaribe.

Selon le dernier rapport de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), la nation des Caraïbes a pompé 625.000 Barils par jour (BPJ) en novembre, soit 15.000 de plus qu’en octobre, La compagnie pétrolière publique PDVSA, dont le président Chávez avait repris le contrôle pour financer les programmes sociaux de la révolution, a enregistré un chiffre beaucoup plus élevé de 824.000 BPJ, soit une augmentation de 68.000 par rapport au mois précédent.

La production n’avait pas atteint cette barre des 600.000 Barils par Jour depuis le début de 2020, Washington et l’UE ayant renforcé les sanctions visant à fermer les marchés internationaux à l’industrie pétrolière vénézuélienne. À partir de 2017, l’ancienne administration Trump a intensifié les efforts de changement de régime en imposant des sanctions financières, un véritable embargo pétrolier et une foule d’autres mesures coercitives illégales. Les revenus extérieurs de l’État se sont réduits de 99%, provoquant une forte détérioration de l’économie et des services publics, d’où de grandes souffrances sociales et un exode de population dénoncés par les rapporteurs spéciaux de l’ONU tels qu’Alfred de Zayas et Alena Douhan (1).

L’actuel gouvernement de Joe Biden n’a rien fait pour alléger ou lever les sanctions contre la principale industrie publique du Venezuela, malgré les appels de plus en plus nombreux de l’ONU, de ces experts indépendants en matière de droits humains et même de membres du Congrès états-unien, en faveur de la levée de ces mesures.

L’administration du président Nicolas Maduro a cherché à relancer la production de brut en trouvant d’autres sources de capitaux, de marchés et de matériaux indispensables, notamment la Russie, la Chine et l’Iran.

Un approvisionnement régulier en condensat iranien a été la clé de la récente augmentation de la production de pétrole. Selon Bloomberg, l’Iran a envoyé au moins trois cargaisons contenant 4,6 millions de barils de ce produit de mélange depuis juillet. Le condensat est mélangé au brut extra-lourd produit dans la ceinture pétrolière de l’Orénoque pour être transporté, traité et exporté. Une quatrième cargaison aurait été déchargée au Venezuela cette semaine.

L’aide iranienne s’inscrit dans le cadre de la coopération entre les deux pays pour contourner les sanctions états-uniennes, un accord d’échange de condensat contre du brut ayant été conclu en septembre. En outre, le 6 décembre, le président Maduro a eu un entretien téléphonique avec son homologue iranien Ebrahim Raisi afin de renforcer les liens pour l’année prochaine. Au cours de la conversation, M. Raisi a réaffirmé son engagement à élargir l’alliance Iran-Venezuela, appelant à des « mesures plus importantes » pour accélérer les projets énergétiques.

« La coopération pétrolière entre les deux pays doit prendre une nouvelle forme, et dans le domaine du raffinage et des ressources pétrochimiques, nous devons prendre des mesures plus importantes », a déclaré le président iranien. Raisi a de même condamné le régime de sanctions imposé par le « système arrogant des États-Unis au peuple et au gouvernement vénézuéliens. » Téhéran fait face aux mesures coercitives unilatérales de Washington depuis 1979.

Les exportations du Venezuela ont également augmenté au cours des derniers mois. La moyenne des exportations de PDVSA a atteint 500.000 Barils par Jour sur l’année, la Chine étant le principal facilitateur et la destination finale du commerce du brut vénézuélien. Selon des documents consultés par Reuters, les revenus pétroliers croissants financeront 61 % du budget du pays pour 2022.

Le 14 décembre, l’Assemblée Nationale du Venezuela, à majorité chaviste, a approuvé le budget 2022 pour un montant total de 62 milliards de bolívars (environ 13 milliards de dollars américains), soit quelque 60 % de plus que l’équivalent de 2021. Lors de la présentation du plan annuel, la vice-présidente Delcy Rodríguez a expliqué que 77 % des ressources seront allouées aux programmes sociaux.

La vice-présidente a par ailleurs présenté un projet de loi visant à réformer partiellement les taxes sur les grandes transactions afin de privilégier l’utilisation de la monnaie locale et de continuer à stimuler la production nationale. La législation doit encore être discutée et approuvée par le parlement. « Le budget 2022 est encadré par des politiques qui nous ont permis de défendre notre monnaie et d’avancer dans la lutte contre l’hyperinflation », a déclaré Rodríguez.

La stratégie du gouvernement pour le rebond économique de l’année prochaine s’appuie sur les efforts en cours pour ralentir la spirale inflationniste, en stabilisant le taux de change entre le bolívar numérique et le dollar américain. Ces mesures ont vu le pays connaître trois mois consécutifs d’inflation à un chiffre pour la première fois depuis 2016.

La Banque centrale du Venezuela (BCV) a fait état d’une inflation de 8,4 % en novembre, après les 6,8 et 7,1 % enregistrés en octobre et septembre, respectivement. La décélération de l’inflation n’est pas le seul signe de stabilité économique. L’Association vénézuélienne des exportateurs (AVEX) a enregistré une augmentation de 30 % des ventes à l’étranger cette année par rapport à 2020. La majorité des exportations correspond aux produits de la mer, au cacao, au chocolat, au bois, aux fruits tropicaux et au secteur automobile.

De même, les agences internationales ont pris connaissance de la reprise économique du Venezuela après une récession de sept ans. En octobre, le Crédit Suisse a prévu que le produit intérieur brut (PIB) de la nation sud-américaine augmenterait de 5,5 % en 2021, des prévisions confirmées par l’agence EMFI (Londres). Bien que ces prévisions constituent un changement de tendance important par rapport à ces dernières années, il faut garder en tête que les sanctions financières et pétrolières états-unienne et européenne pèsent toujours sur le pays. Mais le président Maduro considère que la relative stabilisation économique et politique de 2021 ouvrira la voie à des perspectives favorables l’année prochaine. « Aucune de toutes ces agressions ne pourra empêcher le peuple vénézuélien d’atteindre son objectif de bien-être social », a-t-il tweeté vendredi dernier.

Signe des temps : chaque mois des centaines de vénézuélien(ne)s rentrent au pays, fuyant l’exploitation et la xénophobie dans des pays que les médias privés leur avait présentés comme « prospères et accueillants » (Colombie, Equateur, Pérou, Chili, etc..). Le gouvernement bolivarien met à leur disposition des vols gratuits de la compagnie publique CONVIASA.

Texte : Andreína Chávez Alava / édité par Ricardo Vaz depuis Caracas.

Source : https://venezuelanalysis.com/news/15414

Note (1): Deux importants experts du Droit international dénoncent les vraies causes des migrations et des morts au Venezuela : https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/02/27/deux-importants-experts-du-droit-international-denoncent-les-vraies-causes-des-migrations-et-des-morts-au-venezuela/

Traduit de l’anglais par Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/12/21/le-venezuela-multipolaire-renoue-avec-la-croissance/

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT NICOLAS MADURO SALUE L'ELECTION DE GABRIEL BORIC AU CHILI

Par Le 20/12/2021

20 Décembre 2021

Le président vénézuélien salue l'élection de Gabriel Boric au Chili

Caracas, 19 décembre (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué aujourd'hui l'élection du candidat de gauche Gabriel Boric comme nouveau président du Chili après avoir remporté le scrutin qui s'est tenu dimanche.

19 décembre 2021
CST20:34 (GMT) -0500
Dans un message publié sur son compte Twitter, M. Maduro a décrit les élections du pays sud-américain comme un grand jour démocratique et un triomphe populaire contre les courants fascistes et d'extrême droite.

"Je félicite le pacte Apruebo Dignidad pour sa victoire, ainsi que le nouveau président élu du Chili, Gabriel Boric. Je salue les peuples de Salvador Allende et de Victor Jara pour leur victoire éclatante sur le fascisme", a souligné le dignitaire.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des votes, M. Boric a obtenu 55,86 % des voix, soit 11,6 points d'avance sur son rival, le parti d'extrême droite José Antonio Kast, du Front social chrétien.

Boric est le président qui a obtenu le plus de soutien depuis l'introduction du suffrage volontaire au Chili en 2012.

acl/wup
source : https://www.prensa-latina.cu/2021/12/19/presidente-de-venezuela-saluda-eleccion-de-gabriel-boric-en-chile

Tag(s) : #Maduro#Boric

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LES ATTAQUES CONTRE LE PARTI COMMUNISTE DOIVENT CESSER !

Par Le 20/12/2021

20 Décembre 2021

Dimanche 19 décembre 2021
Venezuela : Les attaques contre le Parti communiste doivent cesser !


Dans une déclaration commune, plus de 20 partis communistes et ouvriers du monde entier expriment leur solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et exigent la fin des différentes attaques contre les droits politiques et électoraux du PCV, avant les élections de janvier 2022. 
La déclaration intitulée " Solidarité avec le PCV face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux " est la suivante :


"Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, exprimons notre condamnation énergique de la récente mesure de disqualification politique contre le PCV qui vise à l'empêcher de participer aux élections du 9 janvier 2022.

Pendant le processus électoral régional du 21 novembre, nous avons pu constater que 13 candidats du PCV ont été disqualifiés de manière arbitraire et illégale et que des mesures institutionnelles ont été prises pour que le PCV ne puisse pas participer aux élections avec ses propres candidatures.

Nous observons avec une grande inquiétude l'avancée de pratiques dangereuses qui sapent les libertés démocratiques des travailleurs et de leurs organisations révolutionnaires au Venezuela.

Nous exigeons que les attaques contre le PCV cessent immédiatement et que son droit de participer aux élections du 9 janvier 2022 soit immédiatement rétabli.

La déclaration est ouverte à d'autres signatures.

Partis de SolidNet

    Parti communiste d'Albanie
    Parti des Travailleurs d'Autriche
    Parti communiste de Belgique
    Parti communiste brésilien
    Parti communiste du Canada
    Parti communiste colombien
    Parti socialiste ouvrier de Croatie
    Parti communiste allemand
    Parti communiste de Grèce
    Parti des travailleurs d'Irlande
    Parti communiste d'Israël
    Parti communiste du Mexique
    Parti Communiste Paraguayen
    Nouveau parti communiste de Yougoslavie
    Communistes de Serbie
    Parti communiste des peuples d'Espagne
    Parti communiste des travailleurs d'Espagne
    Communistes de Catalogne
    Parti communiste syrien
    Parti communiste de Suède
    Parti communiste de Turquie
    Parti communiste du Venezuela

 Autres partis

    Front communiste, Italie

source : https://www.idcommunism.com/2021/12/venezuela-attacks-against-communist-.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

SOLIDARITE AVEC LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA FACE AUX ATTAQUES CONTRE SES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX

Par Le 16/12/2021

16 Décembre 2021

Solidarité avec le Parti Communiste du Venezuela face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux
13/12/21 3:19 PM
Solidarité avec le PCV face aux attaques contre ses droits politiques et électoraux

 

Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, exprimons notre énergique condamnation de la récente mesure de disqualification politique contre le PCV qui vise à l'empêcher de participer aux élections du 9 janvier 2022. 

Pendant le processus électoral régional du 21 novembre, nous avons pu constater que 13 candidats du PCV ont été disqualifiés de manière arbitraire et illégale et que des mesures institutionnelles ont été prises pour que le PCV ne puisse pas participer aux élections avec ses propres candidatures. 

Nous observons avec une grande inquiétude l'avancée de pratiques dangereuses qui sapent les libertés démocratiques des travailleurs et de leurs organisations révolutionnaires au Venezuela.

Nous exigeons que les attaques contre le PCV cessent immédiatement et que son droit de participer aux élections du 9 janvier 2022 soit immédiatement rétabli.

 

La déclaration est ouverte à d'autres souscriptions

 

Partis SolidNet

Parti communiste d'Albanie
Parti des Travailleurs d'Autriche
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Canada
Parti communiste colombien
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste du Mexique
Parti Communiste Paraguayen
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti communiste syrien
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Parti communiste du Venezuela
 Autres partis

Front Communiste, Italie

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidarity-with-the-PCV-in-the-face-of-the-attacks-against-its-political-and-electoral-rights/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#RIPCO

Dans VENEZUELA

DECLARATION DE SOLIDARITE DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LIBERATION DES TRAVAILLEURS INJUSTEMENT DETENUS AU VENEZUELA

Par Le 14/12/2021

14 Décembre 2021

 

Parti communiste du Venezuela : Déclaration de Solidarité : Libération des travailleurs injustement détenus au Venezuela
12/13/21 3:10 PM
Libération des travailleurs injustement détenus au Venezuela

 

Les partis communistes et ouvriers soussignés, par le biais de ce communiqué, expriment leur sincère préoccupation face aux nombreux cas de travailleurs qui ont été soumis à des procédures judiciaires et à la criminalisation de leurs luttes ouvrières et syndicales au Venezuela.

Nous exprimons notre solidarité avec la classe ouvrière vénézuélienne et en particulier avec les 19 travailleurs qui sont actuellement injustement détenus et sont victimes de retards de procédure de la part du système juridique vénézuélien.

 

Nous demandons au gouvernement et aux autorités vénézuéliennes de libérer immédiatement les 19 travailleurs injustement détenus pour avoir exercé leurs droits syndicaux légitimes et pour avoir dénoncé des cas de corruption. De même, nous préconisons l'arrêt des pratiques de judiciarisation et de criminalisation des luttes des travailleurs.

Nous adressons notre message d'encouragement et de solidarité aux familles, amis et organisations qui luttent pour la liberté de ces 19 combattants de la classe ouvrière.

 

La déclaration est ouverte à d'autres souscriptions

 

Partis signataires

Parti communiste d'Albanie
Parti du travail d'Autriche
Parti communiste brésilien
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste du Mexique
Parti communiste paraguayen
Communistes de Serbie
Parti Communiste des Peuples d'Espagne
Parti communiste de Turquie
Parti communiste du Venezuela


source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Solidairty-Statement-Liberation-of-workers-unjustly-detained-in-Venezuela/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV#RIPCO

Dans VENEZUELA

LE CONGRES MONDIAL DES PEUPLES POUR LA PAIX SE TIENT AU VENEZUELA

Par Le 10/12/2021

10 Décembre 2021

Caracas, 9 décembre (RHC) Le Congrès Mondial des Peuples pour la Paix a commencé ce jeudi au Venezuela avec la participation du ministre des Affaires Étrangères Félix Plasencia, qui a souligné la lutte pour garantir les droits politiques, économiques et sociaux afin de contrer la crise multidimensionnelle actuelle

"Nous nous réunissons pour débattre de la nécessité d’approfondir la garantie des droits politiques, économiques et sociaux de l’humanité pour le bien-être des peuples", a-t-il indiqué.

La rencontre a lieu alors que les États-Unis entament un Sommet pour la démocratie, dont le gouvernement de Washington a exclu de nombreux pays, qui ne partagent pas ses politiques.

À cet égard, Plasencia a déclaré que "Encore une fois, les Etats-Unis montrent leur arrogance en décidant que dans un monde de réalités et de pensées si diverses, il peut devenir le seul Etat juge qui peut déterminer ce qu’est et ce qui n’est pas une démocratie"

La rencontre, à laquelle participent de nombreuses personnalités politiques et diplomatiques du monde entier, est prévue pour avoir lieu jeudi et vendredi, par vidéoconférence.

Parmi les sujets à traiter, citons "La démocratie populaire face à la crise multi-démesurée"; "La voie est la paix, rejetons les tentatives pour créer une nouvelle Guerre froide".

Des propositions pour contrer les défis actuels auxquels l’humanité et la planète sont confrontées au milieu de la pandémie de Covid-19 sont l’un des thèmes qui seront abordés lors de cette rencontre virtuelle.

De même, le respect des droits politiques, économiques et sociaux face à la prétention de domination des soi-disant grandes puissances mondiales.

Le Plan pour sauver la planète sera présenté par l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (Alba-TCP) et le Réseau des centres de pensée. 

Source Prensa Latina             

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/279385-le-congres-mondial-des-peuples-pour-la-paix-se-tient-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA SALUE CHALEUREUSEMENT LE PEUPLE FRERE DE PALESTINE A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN

Par Le 30/11/2021

29 Novembre 2021

Le Venezuela envoie des salutations chaleureuses au peuple frère de Palestine à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec la Palestine
Le président de la République Nicolás Maduro Moros, au nom du peuple et du gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela, adresse ses salutations chaleureuses au peuple et au gouvernement frères de l'État de Palestine à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec la Palestine.

À cette occasion, le Venezuela réaffirme son engagement en faveur de la défense de la Palestine et de la recherche de solutions définitives menant à la fin du conflit avec Israël, sur la base des résolutions pertinentes des Nations unies et du droit international, qui garantissent la réalisation effective des droits inaliénables du peuple palestinien, la fin de l'occupation étrangère par Israël, le retour en toute sécurité des frères et sœurs palestiniens dans leurs foyers et le droit de vivre en paix, dans la liberté et la dignité.

La République bolivarienne du Venezuela renouvelle sa profonde solidarité et sa fraternité avec l'État de Palestine et espère son bien-être, sa prospérité et sa stabilité.

Caracas, 29 novembre 2021.

source : https://mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-pueblo-palestino-dia-internacional-de-solidaridad-con-palestina/

Tag(s) : #Venezuela#palestine

Dans VENEZUELA

DECLARATION DES PARTIS DE LA REVUE COMMUNISTE INTERNATIONALE : SOLIDARITE AVEC LE PC DU VENEZUELA CONTRE LES ATTAQUES CONTRE SES DROITS

Par Le 29/11/2021

28 Novembre 2021

Déclaration des partis de la Revue Communiste Internationale : Solidarité avec le PC du Venezuela contre les attaques contre ses droits
25/11/21 3:48 PM
Les partis communistes et ouvriers participant à la Revue communiste internationale souhaitent exprimer leur solidarité avec le Parti communiste du Venezuela (PCV) et la classe ouvrière du Venezuela en réponse aux attaques systématiques contre leurs droits politiques et électoraux, dans le cadre du processus des élections locales qui se sont tenues au Venezuela le 21 novembre 2021.

Nous condamnons fermement les manigances du gouvernement utilisées pour exclure les candidats du PCV en violation des règlements et des lois électorales, les obstacles posés par le Conseil national électoral lui-même afin d'entraver le remplacement des candidats dans les délais prescrits, et le dur blocus médiatique imposé par divers médias contre le PCV.

Il est répréhensible et révélateur que les institutions d'un pays que vous appelez "progressiste" et "anti-impérialiste" se consacrent à attaquer les droits des communistes et de la classe ouvrière, tout en fournissant plusieurs garanties aux candidats de droite, qui sont responsables du soutien des sanctions impérialistes illégales contre le pays et de la promotion des coups d'État. Le passage du gouvernement vénézuélien aux réformes néolibérales semble arriver au point de croire que le PCV est son nouvel ennemi.

Nos partis restent en alerte pour dénoncer et lutter contre toute escalade d'attaques contre le PCV et ses membres.

Nous voulons transmettre au PCV et aux organisations de l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) un message d'encouragement et de solidarité dans le processus de construction d'une Alternative Révolutionnaire contre le pacte libéral des élites qui impose de durs sacrifices au peuple du Venezuela.

Nous vous félicitons pour votre succès dans le processus électoral du 21 novembre, qui contribuera sans aucun doute au renforcement des luttes contre l'attaque permanente du capital contre les droits des travailleurs et du peuple du Venezuela.

Les partis de la Revue communiste internationale réitèrent notre condamnation des interventions et des sanctions impérialistes illégales contre le peuple du Venezuela et soulignent notre exigence de respecter le droit du peuple vénézuélien à exercer sa souveraineté et son autodétermination.

 

24 novembre 2021

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Greece-Statement-of-the-parties-of-the-International-Communist-Review-Solidarity-with-the-CP-of-Venezuela-against-the-attacks-on-its-rights/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LA CHINE EXIGE LE RESPECT DU SYSTEME DEMOCRATIQUE DU VENEZUELA

Par Le 24/11/2021

24 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-23 16:58:59


 

 

Beijing, 23 novembre (RHC) La Chine a exigé aujourd’hui le respect du système démocratique et de la décision du peuple vénézuélien lors des récentes élections locales, au cours desquelles le parti au pouvoir a gagné à la majorité.

Zhao Lijian, porte-parole du Ministère des affaires étrangères, a rappelé que ces élections sont des affaires purement internes et ne doivent pas faire l’objet d’accusations ou d’ingérence de la part de forces extérieures.

Il a exprimé sa conviction que le peuple et les autorités vénézuéliennes sont capables de gérer la situation nationale et a plaidé pour que toutes les forces jouent un rôle constructif dans la recherche d’une solution politique.

Il a assuré que Beijing suivait de près les événements dans l’État sud-américain et a noté que le processus électoral s’était déroulé de manière stable et ordonnée.

Zhao a ainsi répondu aux tentatives de l’opposition vénézuélienne et des États-Unis d’ignorer les résultats du scrutin de dimanche, lorsque le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté 21 des 24 entités fédérales, 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, l’une des plus représentatives et importantes du pays.

Source Prensa Latina   

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277942-la-chine-exige-le-respect-du-systeme-democratique-du-venezuela           

Tag(s) : #Chine#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

CUBA FELICITE LE PSUV POUR SA VICTOIRE AUX MEGA-ELECTIONS DU VENEZUELA

Par Le 23/11/2021

22 Novembre 2021

Cuba félicite le PSUV pour sa victoire aux méga-élections du Venezuela
22 novembre 2021
Tiré de CubaSi
CubaSi
Dans un message publié aujourd'hui sur le réseau social Twitter, le président cubain Miguel Díaz-Canel a salué la victoire du chavisme, dirigé par le président vénézuélien Nicolás Maduro, lors de ces élections qui comptaient 70 244 candidats.
Cuba félicite le PSUV pour sa victoire aux méga-élections du Venezuela
Le gouvernement cubain a félicité le Gran Polo Patriotico du Venezuela pour sa victoire aux élections régionales et municipales de dimanche.

Les premiers résultats officiels des élections régionales vénézuéliennes, auxquelles 41,8 % des Vénézuéliens ont participé, ont montré lundi que le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir a remporté plus de 85 % des gouvernorats du pays, soit 20 sur un total de 23, tandis que l'opposition n'a remporté que trois États.

Dans un message publié aujourd'hui sur le réseau social Twitter, le président cubain Miguel Díaz-Canel a salué la victoire du chavisme, dirigé par le président vénézuélien Nicolás Maduro, lors de ces élections, qui comptaient 70 244 candidats.

"Je félicite le courageux peuple vénézuélien et le Gran Polo Patriotico, dirigé par le frère président, pour la victoire éclatante aux élections régionales et municipales qui se sont tenues au Venezuela", a souligné le dirigeant cubain.

Le vice-président exécutif vénézuélien considère les méga-élections de dimanche comme une leçon de démocratie et une réponse à l'ingérence étrangère.

Plus de 21 millions de Vénézuéliens ont été appelés aux urnes pour élire leurs représentants à 3082 fonctions publiques, dont 23 gouverneurs, 335 maires, 253 législateurs aux conseils législatifs et 2471 conseillers.

Le vice-président du PSUV, Diosdado Cabello, a déclaré dimanche que la participation du peuple vénézuélien est considérée comme "plus que suffisante pour fermer la bouche" de ceux qui parlent de fraude lors des élections du 21 novembre dans le pays sud-américain.

C'était la première fois depuis 2017 que l'opposition vénézuélienne, après l'abstentionnisme et les appels au boycott, participait aux élections du pays dans le cadre des discussions avec le gouvernement de Maduro.

source : https://www.pcc.cu/noticias/cuba-felicita-victoria-de-psuv-en-megaelecciones-de-venezuela

Tag(s) : #Cuba#PSUV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

DES FELICITATIONS SONT ADRESSEES AU VENEZUELA POUR LES RESULTATS DES ELECTIONS REGIONALES

Par Le 23/11/2021

23 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-22 17:30:22

      

La Paz, Managua, 22 novembre (RHC) Le président bolivien Luis Arce et le dirigeant du Mouvement pour le socialisme, parti au pouvoir, Evo Morales, ont félicité aujourd’hui le peuple vénézuélien pour les résultats des élections régionales qui ont eu lieu ce dimanche dans cette nation sud-américaine.

"Nous félicitons le peuple vénézuélien et ses institutions qui, une fois de plus, ont choisi de surmonter leurs divergences politiques par la voie démocratique, aux urnes, en bannissant toute forme d’ingérence étrangère", a déclaré Arce sur son compte Twitter officiel.

Il a également salué le travail accompli par les observateurs qui ont accompagné ce processus.

Pour sa part, Morales s’est joint à cette salutation "pour le grand triomphe du chavisme qui a remporté 20 des 23 gouvernorats lors d’élections régionales".

Dans un tweet, il a souligné que "c’est la victoire de la Révolution bolivarienne du Venezuela avec son président Nicolas Maduro face au blocus criminel des États-Unis et de ses opérateurs politiques".

Ce dimanche, les Vénézuéliens se sont rendus aux urnes pour élire les 23 gouverneurs et 335 maires de la nation, ainsi que les membres des conseils législatifs régionaux et des conseils municipaux.

Un total de 8 millions 151 mille 793 électeurs ont exercé leur droit de vote, a déclaré le président du Conseil national électoral, Pedro Calzadilla.

Pour Leur part, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, et la vice-présidente Rosario Murillo ont adressé un message de félicitations au chef de l’État vénézuélien, Nicolas Maduro, pour le succès des élections régionales et municipales de ce dimanche.

Le texte a réaffirmé l’unité dans les victoires et la fraternité entre les deux peuples et gouvernements et a salué la victoire aux élections du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) dans 20 des 23 états du pays sud-américain, à l’exception de Zulia, Nueva Esparta et Cojedes.

Dans la lettre, Ortega et Murillo reconnaissent «le formidable résultat électoral, qui témoigne de la force infinie de la société et de sa Révolution bolivarienne et qualifient ces heures ultérieures de triomphe, de joie, de dignité et de courage des fils de Simón Bolívar et Hugo Chávez».

Le texte a également confirmé la volonté de maintenir les chemins partagés dans la sauvegarde de la liberté, de la dignité et de la souveraineté et a envoyé des accolades à des membres de l’exécutif comme Diosdado Cabello, Cilia Flores, Jorge Rodriguez et Delcy Rodriguez.

Ce 21 novembre, les Vénézuéliens se sont rendus dans leurs bureaux de vote respectifs pour élire trois mille quatre-vingt postes publics, avec une participation de 41,80 % de la population convoquée, soit plus de huit millions de citoyens.

Outre les 20 gouvernorats, le PSUV a remporté la mairie de Caracas, la capitale, et-comme l’a signalé le président du Conseil national électoral, Pedro Calzadilla, la paix et la tranquillité de la consultation  a permis l’élection de 335 maires, de 253 législateurs et plus de deux mille 471 conseillers.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277818-des-felicitations-sont-adressees-au-venezuela-pour-les-resultats-des-elections-regionales

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES GRAVES VIOLATIONS DES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX A JESUS MARIA SEMPRUN (ETAT DE ZULIA)

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le PCV dénonce les graves violations des droits politiques et électoraux à Jesús María Semprum (Zulia)
21 novembre, 2021
Tribune populaire

Par le biais d'une communication publique adressée au Conseil national électoral, le Parti communiste du Venezuela a dénoncé une série d'irrégularités commises le jour des élections dans la municipalité de Jesús María Semprum, dans l'État de Zulia.

Le texte intégral est reproduit ci-dessous :

Caracas 21 novembre 2021.

Citoyen : Pedro Calzadilla

Président et autres membres du conseil d'administration du Conseil national électoral (Consejo Nacional Electoral)

Votre bureau.

Depuis le Parti communiste du Venezuela (PCV), nous dénonçons la grave situation de violation des droits politiques et électoraux des citoyens de la municipalité Jesús María Semprún, État de Zulia, suite à l'action violente, illégale et vandale commise par le maire Keyrineth Fernández, approuvé par les dirigeants étatiques et municipaux du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), avec la complicité ouverte et active de Ramilis Sánchez, coordinatrice municipale du CNE, ainsi que la passivité et la permissivité du personnel militaire affecté au Plan República.

Le comportement de ces citoyens et la permissivité d'autres autorités ont créé une situation très grave, créant les conditions pour générer une situation de violence qui sert à "justifier" la répression aveugle dans la municipalité et à poursuivre les personnes qui ont été nommées sur la carte PCV.

La violation de la légalité et des normes établies par le CNE a commencé aux premières heures de ce matin, dans une succession d'événements qui ont généré de la violence :

1. ils n'ont pas reconnu les pouvoirs des témoins de table accrédités par le PCV devant le CNE.

2. Puis, dans l'après-midi, ils ont concentré leurs actions dans le centre électoral Rafael Urdaneta, situé à Casigua El Cubo, la capitale municipale.

2.1 Avec la passivité du personnel de Plan República, ils ont paralysé le processus de vote à deux reprises. A chaque fois, pendant environ une heure.

2.2 Puis, vers cinq heures et demie de l'après-midi, ils ont à nouveau interrompu le processus de vote, alors que plus de huit cents (800) personnes habilitées à voter faisaient encore la queue.

2.3 Face aux plaintes des citoyens, le GNB a permis l'action répressive de la police municipale, dépendant de la mairie, qui a tiré des coups de feu et lancé des grenades lacrymogènes, dispersant les personnes qui faisaient la queue pour exercer leur droit de vote.

2.4 Ensuite, ils ont fermé illégalement et arbitrairement le centre électoral Rafael Urdaneta, qui comptait six bureaux de vote et plus de quatre mille électeurs.

3. La phase finale a été l'assaut du centre de vote Rafael Urdaneta, pour s'approprier les "chorizos" avec les résultats et l'équipement, pour les transférer à la Commission électorale municipale et, de là, sans la présence de la population, pour transmettre les "résultats électoraux".

Cette opération a été dirigée par Ramilis Sánchez, coordinateur municipal du CNE, qui a procédé avec un groupe de voyous à l'enfoncement d'une porte du centre éducatif.

Nous exigeons l'action immédiate du CNE et de Plan República pour rétablir et garantir les droits constitutionnels et légaux des habitants de Jesús María Semprún, ainsi que ceux concernant la candidature du PCV à la mairie de la municipalité de J.M. Semprún en la personne de Wuhysman González, et ceux correspondant au PCV en tant qu'organisation légale à but politique.

Nous demandons également la révocation immédiate de la fonctionnaire Ramilis Sánchez et l'ouverture d'une enquête exhaustive pour identifier les responsabilités légales correspondantes et proposer les sanctions appropriées pour ceux qui ont commis des crimes électoraux.

De plus, nous exigeons la transmission des résultats selon le protocole établi par le CNE et de manière transparente, afin de garantir la fiabilité des résultats ou, à défaut, la répétition des élections dans cette municipalité.

Oscar Figuera, Secrétaire général du Comité central du SPV.

Janohi Rosas, liaison électorale du PCV auprès du CNE.

 

source : https://prensapcv.wordpress.com/2021/11/21/comunicacion-pcv-denuncia-graves-violaciones-de-derechos-politicos-y-electorales-en-jesus-maria-semprum-zulia/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PSUV REMPORTE LES ELECTIONS REGIONALES ET GAGNE 20 DES 23 GOUVERNORATS ET LA MAIRIE DE CARACAS, LA CAPITALE.

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté les élections régionales
Caracas, 22 novembre (Prensa Latina) Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a remporté les élections régionales après avoir gagné 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, ont annoncé aujourd'hui des sources électorales à titre préliminaire.

21 novembre 2021
Selon le premier bulletin publié par le Conseil national électoral (CNE), avec 91,21 % des votes comptabilisés, les forces révolutionnaires ont réussi à dépasser même les prévisions initiales, tandis que l'amiral Carmen Meléndez a remporté l'une des mairies les plus importantes, même dans des secteurs traditionnellement occupés par la droite.

Le président du CNE, Pedro Calzadilla, a indiqué que l'esprit démocratique du peuple vénézuélien a une nouvelle fois prévalu le 21 novembre.

Jusqu'à présent, le taux de participation s'élève à 41,8 % (huit millions 151 793 électeurs), ce qui pourrait dépasser celui des élections législatives de l'année dernière.

La journée s'est écoulée sans événements notables qui portent atteinte à la vitalité et à la force de ce processus électoral, qui est soumis à un large schéma de 16 audits, qui sont avalisés par des techniciens et des experts des partis et des observateurs internationaux, a déclaré le plus haut représentant de l'organisme électoral.

La liesse règne dans les rangs des socialistes et des forces révolutionnaires, qui se préparent à une journée de fête, sur la place Bolivar à Caracas.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/11/21/partido-socialista-unido-de-venezuela-arraso-en-elecciones-regionales

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PSUV REMPORTE LES ELECTIONS REGIONALES ET GAGNE 20 DES 23 GOUVERNORATS ET LA MAIRIE DE CARACAS, LA CAPITALE.

Par Le 22/11/2021

22 Novembre 2021

Le Parti socialiste uni du Venezuela a remporté les élections régionales
Caracas, 22 novembre (Prensa Latina) Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a remporté les élections régionales après avoir gagné 20 des 23 gouvernorats et la mairie de Caracas, ont annoncé aujourd'hui des sources électorales à titre préliminaire.

21 novembre 2021
Selon le premier bulletin publié par le Conseil national électoral (CNE), avec 91,21 % des votes comptabilisés, les forces révolutionnaires ont réussi à dépasser même les prévisions initiales, tandis que l'amiral Carmen Meléndez a remporté l'une des mairies les plus importantes, même dans des secteurs traditionnellement occupés par la droite.

Le président du CNE, Pedro Calzadilla, a indiqué que l'esprit démocratique du peuple vénézuélien a une nouvelle fois prévalu le 21 novembre.

Jusqu'à présent, le taux de participation s'élève à 41,8 % (huit millions 151 793 électeurs), ce qui pourrait dépasser celui des élections législatives de l'année dernière.

La journée s'est écoulée sans événements notables qui portent atteinte à la vitalité et à la force de ce processus électoral, qui est soumis à un large schéma de 16 audits, qui sont avalisés par des techniciens et des experts des partis et des observateurs internationaux, a déclaré le plus haut représentant de l'organisme électoral.

La liesse règne dans les rangs des socialistes et des forces révolutionnaires, qui se préparent à une journée de fête, sur la place Bolivar à Caracas.

jha/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/11/21/partido-socialista-unido-de-venezuela-arraso-en-elecciones-regionales

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES CONDAMNE L'INGERENCE DES ETATS-UNIS ET DE L'UNION EUROPEENNE DANS LES AFFAIRES INTERIEURES DU PAYS

Par Le 20/11/2021

20 Novembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-11-18 15:24:46

      

Caracas, 18 novembre (RHC) Le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères,  Félix Plasencia, a condamné aujourd’hui l’ingérence des Etats-Unis et de l’Union européenne (UE) dans les affaires intérieures du Venezuela, à l’approche des élections régionales et municipales du 21 novembre.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de la diplomatie vénézuélienne a déploré la position du secrétaire adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental du département d’État américain, Brian A. Nichols, qui insistait "dans la vieille stratégie d’ingérence vaincue" contre le pays sud-américain.

Plasencia a souligné que depuis Washington, ils refusent d’accepter la réalité irréfutable de l’existence du gouvernement dirigé par le président Nicolas Maduro, élu par la seule force qui a la capacité légitime de le faire, celle du peuple vénézuélien.

"Le dimanche 21 prochain, cette même force, devenue une marée d’électeurs, démontrera une fois de plus la légitimité de notre démocratie et la force de notre système politique, en élisant de manière transparente les dirigeants régionaux et locaux de tout le pays", a déclaré Plasencia.

Le ministre des Affaires étrangères a rappelé l’appel lancé à l’administration américaine de Joe Biden à maintenir un dialogue "entre égaux" avec les autorités de Caracas, comme il convient entre États souverains.

De même, le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela a rejeté ce jeudi la prorogation des sanctions imposées par l’Union européenne à l’encontre de fonctionnaires du gouvernement bolivarien, appliquées pour la première fois en 2017.

À cet égard, Plasencia a dénoncé le fait qu’à quelques jours des élections du 21 novembre, l’UE a repris sa politique erratique et ratée à l’encontre du peuple vénézuélien en renouvelant des mesures coercitives unilatérales contraires à la légalité internationale.      

"Depuis le Venezuela, nous condamnons fermement cette nouvelle agression contre notre peuple et considérons ce renouveau insolent comme un acte d’hostilité, dont l’objectif semble être de torpiller la fête démocratique de dimanche prochain", a-t-il déclaré.

Plus de 21 millions de Vénézuéliens sont appelés aux urnes pour élire les 23 gouverneurs et 335 maires du pays, ainsi que les membres des conseils législatifs régionaux et des conseils municipaux.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/277460-le-ministre-venezuelien-des-affaires-etrangeres-condamne-lingerence-des-etats-unis-et-de-lunion-europeenne

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE VENEZUELIEN DENONCE LA DISQUALIFICATION DE SIX AUTRES CANDIDATS PAR LE CNE

Par Le 18/11/2021

17 Novembre 2021

Le Parti communiste vénézuélien dénonce la disqualification de six autres candidats par le CNE
POLITIQUE - 17 NOVEMBRE, 2021 16:10

Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a averti de la disqualification de six autres candidats cinq jours avant l'élection du 21 novembre.


L'organisation politique reproche au Conseil national électoral (CNE) d'avoir laissé hors course Jesús Chópite et Daniel Romero, candidats aux mairies de Padre Pedro Chien et Sifontes dans l'État de Bolívar.

Les autres candidats qui ont également été disqualifiés sont : Gabriel Rodríguez, qui se présentait au poste de maire de la municipalité de Libertador, dans l'État de Sucre ; et les candidats aux conseils municipaux de José Ángel Lamas, dans l'État d'Aragua, Marisol Marquina ; de Valencia, dans l'État de Carabobo, Hubby Rodríguez ; et de Libertador, dans l'État de Sucre, Richard Caraballo.

"Ces six nouvelles disqualifications arbitraires s'ajoutent aux huit déjà exécutées par le CNE, ce qui fait du PCV l'organisation politique ayant le plus grand nombre de disqualifications dans le processus électoral actuel et, par conséquent, la plus touchée par ces mesures de persécution politique institutionnelle", peut-on lire dans le communiqué de l'organisation politique.

"Manipulation du système
Le PCV dénonce que "ces actions ont été exécutées par une manipulation évidente du système de nomination automatisé, en utilisant des critères qui ne sont pas envisagés dans le Manuel de nomination conçu par l'organisme électoral. Tel est le cas du statut de candidature "éliminée", une classification qui n'existe pas dans l'instrument susmentionné et qui a été utilisée pour bloquer les candidatures duGallo Rojo".

Outre les disqualifications, le CNE n'a pas traité les substitutions effectuées en temps utile par le PCV dans les municipalités de Junín et Capacho Viejo, dans l'État de Táchira, et leur a au contraire attribué le statut d'"éliminés", sans aucune explication, souligne le parti.

Le CNE n'a pas non plus tenu compte des substitutions effectuées par le PCV dans les candidatures aux postes de maire des municipalités de Brión (Miranda) et Cruz Salmerón Acosta (Sucre).

source : https://efectococuyo.com/politica/pcv-inhabilitacion-seis-de-candidatos-mas-por-parte-del-cne/

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Communiste#CNE

Dans VENEZUELA

LES ENFANTS VENEZUELIENS SERONT VACCINES CONTRE LE COVID-19 AVEC LE VACCIN CUBAIN ABDALA

Par Le 10/11/2021

9 Novembre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-11-08 18:01:43

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 8 nov. (RHC)- Le président Nicolas Maduro a annoncé une campagne de vaccination massive de la population pédiatrique vénézuélienne contre le Covid-19 avec l’immunogène cubain Abdala.

Il a précisé que pour ce faire 1 million 600 000 doses  du vaccin Abdala devraient arriver de Cuba dans les semaines à venir, s'ajoutant ainsi aux vaccins appliqués dans le pays.

Le président Maduro a indiqué que la vaccination de massive de la population pédiatrique permettra d'atteindre l'objectif fixé par l'État vénézuélien, de vacciner 90 % de la population avant la fin de l’année.

Il a souligné qu'au cours des quatre dernières semaines, le nombre d'infections n'a cessé de diminuer, «cette semaine, nous avons enregistré une moyenne de 890 nouveaux cas et de 1 162 patients guéris par jour, c'est le chiffre le plus bas depuis plus d'un an de pandémie».

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/276474-les-enfants-venezueliens-seront-vaccines-contre-le-covid-19-avec-abdala

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LES MINISTRES DES A.E VENEZUELIEN ET RUSSE CONDAMNENT L’INGERENCE DES USA AU NICARAGUA APRES LES ELECTIONS GENERALES

Par Le 10/11/2021

10 Novembre 2021

Les ministres des affaires étrangères vénézuélien et russe condamnent l'ingérence des États-Unis au Nicaragua après les élections générales
Écrit par Orlando Gallardo le 08/11/2021 . Posted in NoticiaNoticias
Le ministre du pouvoir populaire pour les affaires étrangères de la République bolivarienne du Venezuela, Felix Plasencia, et son homologue de la Fédération de Russie, Sergey Lavrov, ont condamné la violation de la souveraineté de la République du Nicaragua par le gouvernement des États-Unis, après une journée électorale réussie dont les résultats préliminaires donnent le leader sandiniste Daniel Ortega, actuel président de la nation centraméricaine, vainqueur.

Lors d'une conférence de presse tenue lundi, dans le cadre de sa visite officielle à Moscou, le ministre des affaires étrangères, M. Plasencia, a qualifié de "franchise" les actions que l'impérialisme veut imposer "non seulement en Amérique latine, mais aussi dans les pays européens, pour extirper les projets politiques et renverser les gouvernements qui ne sont pas en phase avec les décisions de Washington, qui y sont soumis ou qui en sont éloignés". Cela s'est produit en Europe, on a essayé de l'appliquer au Venezuela et c'est ce qui se passe au Nicaragua", a-t-il déclaré.

Il a reconnu le "courage et la défense énergique par le gouvernement nicaraguayen de son processus démocratique et, dans ce cas, de son système électoral et du droit du peuple nicaraguayen de voter pour les autorités qu'il souhaite".

Il a déclaré que l'attitude d'ingérence des États-Unis s'est révélée avant même le processus électoral au Nicaragua, mais malgré le boycott impérial, les élections se sont déroulées dans la paix et la tranquillité.

"Le peuple nicaraguayen s'est exprimé et a décidé de suivre la voie démocratique menée par les autorités gouvernementales (de Daniel Ortega), qui ont construit le bonheur et la tranquillité (...) Nous devons rejeter l'ingérence de Washington dans notre région et rejeter fermement cette franchise qu'ils insistent pour imposer au monde", a-t-il souligné.

Pour sa part, le diplomate russe a souligné qu'"il est inacceptable et nous condamnons fermement" la campagne déclenchée par la Maison Blanche pour ne pas reconnaître les résultats des élections nicaraguayennes, dont il a assuré qu'elles s'étaient déroulées normalement et dans le respect de la Constitution.

"Selon la Constitution du Nicaragua et d'autres constitutions de pays d'Amérique latine et d'autres régions, y compris la Constitution des États-Unis, la souveraineté nationale appartient au peuple, et seul le peuple, en l'occurrence le peuple nicaraguayen, a le droit de décider de la légitimité du processus électoral dans son propre pays", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Lavrov.

Il a rappelé que la pression contre le Nicaragua a commencé en 2018, lorsque les États-Unis ont commencé à s'ingérer dans les affaires internes de la nation d'Amérique centrale.

"Le peuple nicaraguayen s'est exprimé et a décidé de poursuivre sur la voie démocratique menée par les autorités gouvernementales (de Daniel Ortega), qui ont construit le bonheur et la tranquillité (...) Nous devons refuser l'ingérence de Washington dans notre région et rejeter avec force cette franchise qu'ils s'obstinent à imposer au monde", a-t-il souligné.

source  : http://mppre.gob.ve/2021/11/08/cancilleres-rusia-venezuela-condenan-injerencia-eeuu-nicaragua-elecciones-generales/

Tag(s) : #Venezuela#Russie#nicaragua#Elections

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE L’EXCLUSION DE 4 AUTRES CANDIDATS AUX ELECTIONS DU 21 NOVEMBRE. DU JAMAIS VU DU TEMPS D’HUGO CHAVEZ.

Par Le 04/11/2021

Parti communiste du Venezuela : Déclaration sur les cas d'extradition d'Alex Saab, Claudia Diaz et Hugo Carvajal

 

ovembre

4 Novembre 2021

Le Parti Communiste du Venezuela (PCV) dénonce la disqualification de 4 autres candidats aux élections du 21-Novembre
Par : Press PCV

Mardi, 02/11/2021 08:03 PM


Janohi Rosas, responsable électoral du PCV devant le CNE.
Crédit : Press PCV
02-11-2021. Le Parti communiste du Venezuela (PCV) a dénoncé aujourd'hui la disqualification par le Conseil national électoral (CNE) de quatre autres de ses candidats et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR) pour les élections régionales prévues le 21 novembre.

C'est ce qu'a annoncé la responsable électorale du PCV au CNE, Janohi Rosas, qui a précisé qu'une communication sera officiellement présentée dans les prochaines heures à l'organe directeur.

Selon le PCV, cette mesure est "une nouvelle manœuvre institutionnelle visant à frapper la proposition électorale du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR)".

me. Rosas a indiqué que "quatre candidatures, qui avaient été initialement admises, sont soudainement apparues sous le statut "Rejeté ce week-end".

Il s'agit des candidatures de Guillermo Bernaez pour la mairie de Cajigal (Anzoátegui) ; José Noguera pour la mairie de Guanta (Anzoátegui) ; Carmen Saravia pour la mairie de Brión (Miranda) et Wilfredo Rivero pour la mairie de Cruz Salmerón Acosta (Sucre).

"Le PCV a respecté en temps voulu les phases du calendrier électoral. Chacune de ces candidatures a été dûment enregistrée et acceptée par le système automatisé des nominations", a expliqué la dirigeante, qui est également candidate au conseil municipal de Caracas.

Ce cas s'ajoute à la disqualification politique inhabituelle du populaire Eduardo Samán, proposé par l'APR comme candidat à la mairie de Caracas ; de Nerio Galbán qui était présenté comme candidat au poste de gouverneur de La Guaira et de Miguel Vásquez, candidat à la mairie de Macanao à Nueva Esparta.

"Dans aucun de ces cas, il n'y a eu d'explication institutionnelle qui clarifie la raison des disqualifications. Le CNE s'est limité à informer qu'il s'agit de demandes du Contrôleur général de la République, qui pour sa part maintient un silence répréhensible sur cette situation inacceptable", a ajouté Rosas.

Le PCV a été la cible d'accusations et de discriminations de la part du gouvernement du président Nicolás Maduro, après que le parti a adopté une position critique à l'égard de l'avancée des mesures économiques qui, selon lui, sont néolibérales et éloignées de l'esprit révolutionnaire initié par Hugo Chávez.

 

source : https://www-aporrea-org.cdn.ampproject.org/c/s/www.aporrea.org/amp/actualidad/n369002.html

Tag(s) : #PCV#Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET L'ALBA PRECONISENT LE RENFORCEMENT DU TOURISME REGIONAL

Par Le 31/10/2021

30 Octobre 2021

Le Venezuela et l'ALBA préconisent le renforcement du tourisme régional

Caracas, 29 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien et l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Accord commercial entre les peuples (ALBA) préconisent le renforcement du tourisme dans les pays membres, selon un communiqué publié aujourd'hui par le ministère des affaires étrangères.

29 octobre 2021
18:12 ( UTC -04:00 )
Le vice-ministre des affaires multilatérales du ministère des affaires étrangères, Rubén Darío Molina, et le secrétaire exécutif de l'organisme régional, Sacha Llorenti, ont évalué la possibilité de renforcer l'industrie dite " sans fumée ", dans le cadre de la stratégie de redressement post-pandémie, selon le texte.

Dans la Casa Amarilla (siège du ministère des Affaires étrangères) de Caracas, les deux autorités ont discuté de la réalisation de l'agenda de cette année, ont évalué la question du tourisme et la possibilité de promouvoir les destinations touristiques à destinations multiples des nations alliées.

Récemment, le 25 octobre, l'organisme d'intégration a tenu la réunion académique Impact des mesures coercitives unilatérales sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris et sur le droit au développement durable, au cours de laquelle a été analysé le rôle de cette plateforme dans les négociations sur le changement climatique.

En outre, l'impact des sanctions impériales sur la réalisation des objectifs visant à la préservation de la planète a été exposé, selon le communiqué de presse.

Lors de sa première participation à une réunion du bloc le 30 août, le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Félix Plasencia, a évoqué la nécessité de renforcer le potentiel touristique des pays de l'Alliance, tout en ratifiant l'engagement de son pays à renforcer l'identité culturelle dans la région.

oda/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/2021/10/29/venezuela-y-alba-abogan-por-fortalecer-turismo-regional

Tag(s) : #Venezuela#ALBA

Dans VENEZUELA

LES MINISTRES DES AFFAIRES ETRANGERES DE LA RUSSIE ET DU VENEZUELA SE REUNIRONT A MOSCOU

Par Le 29/10/2021

29 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-28 17:05:17

 

 

 

Moscou, 28 octobre (RHC) Le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, rencontrera le 8 novembre à Moscou son homologue vénézuélien, Félix Plasencia, a annoncé aujourd’hui la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

La porte-parole a déclaré à la presse qu’il s’agissait de la première visite officielle de Plasencia depuis sa nomination et a elle indiqué que les deux responsables discuteraient d’un large éventail de questions à l’ordre du jour bilatéral, y compris la lutte contre le Covid-19.

Ce mois-ci, les gouvernements de la Russie et du Venezuela ont lancé une offensive commerciale importante et encouragé la coopération conjointe, conscients des vastes possibilités qui s’ouvrent à eux et de leur faible utilisation.

Les 14 et 15 octobre, la quinzième Commission intergouvernementale de haut niveau s’est tenue dans cette capitale, deux journées d’intenses négociations au cours desquelles des représentants des deux parties se sont engagés à élargir les alliances économiques.

Les neuf mémorandums d’entente signés dans les domaines du développement énergétique, de l’information et de la communication, du tourisme et du sport ont été les résultats concrets des réunions.

La délégation vénézuélienne était dirigée par le ministre de l’Industrie et de la Production Nationale, Jorge Arreaza,et celle de la Russie par le vice-premier ministre Yuri Borisov, qui a souligné que le pays sud-américain constitue un partenaire stratégique et de confiance en Amérique latine.

Borisov a réitéré son rejet des mesures coercitives unilatérales de l’Occident contre le Venezuela, qui freinent son progrès social et économique.

En ce sens, il a signifié l’importance de la loi antiblocus approuvée par le Venezuela, qui permet de protéger les entrepreneurs étrangers et leurs investissements.

Pour sa part, Arreaza a rappelé que la coopération intégrale avec la Russie se consolide de manière ininterrompue depuis 2002.

Il a souligné que pendant ces années d’attaques et de mesures restrictives des États-Unis et de leurs alliés contre son pays, Moscou a non seulement élevé la voix pour dénoncer et rejeter les agressions, mais a également renforcé la collaboration avec Caracas.

Il a souligné qu’il existe entre le Venezuela et la Russie des accords de coopération qui couvrent les domaines de l’énergie, de l’industrie, des transports, du technico-militaire, de l’agriculture, de la santé, de l’éducation, des finances et du commerce.

Le 13 octobre, toujours dans cette capitale, le vice-ministre vénézuélien de l’Économie et des Finances, Héctor Silva, a évoqué les différentes initiatives mises en œuvre par le pays pour faire progresser le commerce et les investissements lors de la deuxième Rencontre d’entreprises Russie-Venezuela.

Des représentants de sociétés privées et d’institutions gouvernementales des deux pays ont participé à la réunion, désireuses de se connecter et de faire des affaires, malgré les barrières linguistiques et la distance.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/275364-les-ministres-des-affaires-etrangeres-de-la-russie-et-du-venezuela-se-reuniront-a-moscou

Tag(s) : #Venezuela#Russie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REAFFIRME SON ATTACHEMENT A LA CHARTE DE L'ONU

Par Le 28/10/2021

28 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-27 13:07:07

      

Caracas, 27 octobre (RHC) Le Venezuela a réaffirmé aujourd’hui son engagement en faveur de la défense de la Charte des Nations Unies (ONU), de ses principes de base, de l’Agenda 2030 et des objectifs de développement durable.

Dans le cadre du 76e anniversaire de la création de l’ONU, le vice-ministre chargé des questions multilatérales, Ruben Dario Molina, a réaffirmé que son pays travaillera toujours aux côtés de cette organisation internationale pour n‘abandonner personne à son sort.

Ruben Dario Molina a rappelé que le Venezuela est signataire de la Charte et membre fondateur de l’organisation en 1945 et a souligné la valeur du document en tant que guide universel pour préserver, promouvoir la paix et la sécurité internationales, l’état de droit, le développement économique, le progrès social, ainsi que tous les droits de l’homme.

Il a également réaffirmé l’attachement du Président, Nicolas Maduro, au multilatéralisme inclusif, seul moyen constructif de résoudre les grands problèmes de l’humanité.

Il a souligné que malgré la guerre multiforme et les mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis, cette nation sud-américaine a réussi à surmonter l’exclusion sociale, la discrimination, l’inégalité et la profonde inégalité en près de 23 ans de révolution bolivarienne.

Le Venezuela, a-t-il déclaré, contribue sur la scène internationale à la construction d’une nouvelle géopolitique mondiale, fondée sur la coopération, la solidarité, le multilatéralisme inclusif et le respect du droit international.

Le vice-ministre a souligné que l’ONU dispose de suffisamment d’outils pour surmonter la crise humaine sans précédent engendrée par la pandémie de la Covid-19. 

Il a appelé à 'une plus grande coopération et à moins de domination par des hégémonies impérialistes, à plus de consensus et à zéro unilatéralisme, à plus de concertation et à zéro intolérance idéologique. La diversité est la richesse fondamentale de l’ONU'.

L’ONU est née officiellement le 24 octobre 1945, quatre mois après que les représentants de 50 pays se sont réunis à San Francisco, aux États-Unis, et ont convenu de rédiger et de signer la charte fondatrice de l’organisation, qui serait chargée du maintien de la paix et de la sécurité internationales après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/275208-le-venezuela-reaffirme-son-attachement-a-la-charte-de-lonu

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA VA COMMENCER A PRODUIRE LE VACCIN CUBAIN ABDALAH EN 2022

Par Le 25/10/2021

24 Octobre 2021

Le Venezuela va commencer à produire le vaccin Abdala en 2022
Écrit par Enio Melean le 21/10/2021 . Publié dans FeaturedSpotlight NewsNewsNews
Avec une usine publique socialiste pour la production de vaccins équipée de haute technologie, le Venezuela commencera la production du vaccin biologique Abdala sur le territoire national, sous la coordination d'institutions scientifiques cubaines et vénézuéliennes.

"La production commencera dans une usine socialiste, qui est en train de préparer ses conditions scientifiques et technologiques pour commencer la production de vaccins", a déclaré le président Nicolás Maduro, s'adressant aux médias après avoir rencontré la Commission intergouvernementale de l'Accord global de coopération Venezuela-Cuba, depuis le palais de Miraflores à Caracas.

À cet égard, il a déclaré que la projection des vaccins à produire au Venezuela par mois est en phase de planification.

"La matière première, les intrants fondamentaux et l'emballage sont en phase d'étude et de révision, et le peuple vénézuélien sera informé en détail au moment opportun", a-t-il déclaré.

Il a également décrit Cuba comme "une puissance sanitaire qui, bien qu'attaquée et agressée par l'empire américain, possède la lumière de la science fondée par Fidel Castro et est capable de produire des vaccins pour les peuples du monde". Une chose merveilleuse", a-t-il conclu.

Presse présidentielle

source : http://mppre.gob.ve/2021/10/21/venezuela-iniciara-produccion-vacuna-abdala-2022/

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

 

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO ACCUSE BLINKEN DE PLANIFIER EN COLOMBIE UNE NOUVELLE STRATEGIE D’AGRESSION CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 24/10/2021

24 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-22 17:07:40

      

Caracas, 22 octobre (RHC) Caracas a accusé le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, de chercher à "planifier" des attaques contre le Venezuela et de promouvoir une "stratégie d’agression", lors de son voyage en Colombie

Le Ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a dénoncé dans un communiqué que la récente visite de Blinken en Colombie s’inscrit dans le cadre d’une "stratégie d’agression soutenue" contre le peuple vénézuélien.

"Il est irrespectueux pour le peuple colombien frère d’utiliser son territoire pour agresser le Venezuela alors que ce pays traverse l’une des pires convulsions sociales de son histoire à cause de la mauvaise gouvernance d’Ivan Duque qui, opportunément, cache son échec derrière le soutien inconditionnel qu’il reçoit des États-Unis", déclare le communiqué.

Le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a souligné l’augmentation de la production de cocaïne en Colombie, pays que les États-Unis considèrent comme leur allié stratégique dans la lutte contre le trafic de drogue.

Il a souligné que Blinken doit expliquer au peuple américain pourquoi un gouvernement qui a permis l’augmentation de l’activité paramilitaire et criminelle bénéficie du soutien des États-Unis.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré jeudi même que la réunion entre Duque et Blinken était "très tendue" et que le représentant des États-Unis s’était rendu dans "un pays qui est champion du monde de la production de cocaïne et de l’exportation de cocaïne vers les États-Unis".

Le chef d’état vénézuélien a évoqué la violation massive des droits de l’homme lors des dernières manifestations en Colombie.

La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a dénoncé le même jour que le secrétaire d’État est en Colombie "planifiant des agressions contre le Venezuela, il devra rendre compte au peuple des États-Unis pourquoi il fait l’apologie et promeut un gouvernement qui massacre" a ajouté dans des déclarations faites à l’issue d’une réunion avec le vice-premier ministre cubain, Ricardo Cabrisas.

Blinken est en Colombie depuis mercredi et a tenu plusieurs réunions avec de hauts responsables du gouvernement, dont le président Ivan Duque. Lors de cette rencontre, Duque a déclaré qu’il n’était pas prêt à normaliser les liens avec le Venezuela.

Source Prensa Latina            

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/274698-caracas-accuse-blinken-de-planifier-en-colombie-une-nouvelle-strategie-dagression-contre-le-venezuela 

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DEMANDE A L’ONU D’ENQUETER SUR LES CRIMES DE HAINE EN COLOMBIE

Par Le 21/10/2021

L

20 Octobre 2021

Le Venezuela demande à l'ONU d'enquêter sur les crimes de haine en Colombie
 
 La vice-présidente Delcy Rodríguez Caracas, 20 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a demandé aujourd'hui à la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, d'intervenir dans une enquête sur les crimes haineux et les persécutions dont sont victimes les migrants de ce pays en Colombie.

Dans ses déclarations aux médias, la vice-présidente Delcy Rodríguez a lu une lettre envoyée à la Haute Commissaire des Nations Unies afin de lui demander de participer activement à une vaste enquête sur la privation systématique et intentionnelle des droits fondamentaux des Vénézuéliens en territoire colombien.

La vice-présidente a souligné que de telles violations des droits de l'homme constituent des crimes potentiels contre l'humanité. C'est pourquoi elle a exhorté Mme Bachelet à entreprendre les enquêtes qui permettront de mettre fin aux crimes de haine contre les migrants vénézuéliens en Colombie.

M. Rodríguez a rappelé que l'exemple le plus récent d'épisodes de violence et de xénophobie contre la population vénézuélienne dans le pays voisin s'est produit le vendredi 8 octobre 2021 dans la ville de Tibú, département de Norte de Santander, où deux jeunes hommes ont été tués.

La dignitaire a également cité des chiffres de l'Institut national de médecine légale et des sciences médico-légales de Colombie, selon lesquels, entre 2017 et 2020, plus de deux mille personnes originaires du Venezuela sont décédées de mort violente dans la nation néo-granadienne.

Compte tenu de ce scénario, la vice-présidente Delcy Rodríguez a exhorté le bureau du Haut-Commissaire des Nations unies à exiger que l'État colombien remplisse ses obligations en matière de protection des droits de l'homme des migrants sur son territoire, indépendamment de leur nationalité ou de leur statut migratoire.

mem/wup

 

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=483255&SEO=venezuela-solicita-a-onu-investigar-crimenes-de-odio-en-colombia

Tag(s) : #Venezuela#colombie

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO CONDAMNE L’ENLEVEMENT D’UN DIPLOMATE VENEZUELIEN PAR LES ETATS-UNIS

Par Le 19/10/2021

19 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-18 19:12:00

      

Caracas, 18 octobre (RHC) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a condamné l’enlèvement par les États-Unis du diplomate Alex Saab.

"L’empire américain, violant tout le droit international, se sont emparés d’un diplomate vénézuélien, c’est le deuxième enlèvement contre lui, le premier a eu lieu le 12 juin 2020 au Cap-Vert", a déclaré le président.

Maduro a souligné que la détention de Saab a eu lieu malgré la certification qu’il a en tant qu’envoyé spécial du Venezuela en Afrique, "il est officiellement accrédité aux normes de la Convention de Vienne, de Genève et des Nations Unies", a-t-il ajouté.

"Alex Saab était envoyé spécial pour acheter de la nourriture et de l’essence pour le Venezuela, au moment où la persécution contre le Venezuela s’est brutalement intensifiée (...) Les aliments pour le peuple vénézuélien ont été apportés par Alex Saab, l’essence a été apportée par Alex Saab, les médicaments qui sont arrivés pour les diabétiques, les traitements contre le cancer, ont été apportés par Alex Saab de plusieurs pays du monde", a expliqué le chef de l’Etat.

Le président a souligné qu’après l’enlèvement de Saab, il y a d’autres facteurs comme le gouvernement colombien et des secteurs extrémistes de l’opposition vénézuélienne, "Saab a été persécuté par la narco-oligarchie colombienne en complicité avec l’empire américain", a-t-il expliqué.

"Ils l’ont emmené dans une prison insalubre et l’ont mis dans l’obscurité, dans un trou plein d’excréments, de rats, comme le pire film d’horreur. Des agents du gouvernement américain l’on torturé pendant des jours, roué de coups, cassé trois dents, électrifié pendant plusieurs jours", a dénoncé le président Maduro.

En plus de vouloir étouffer illégalement l’économie vénézuélienne par l’enlèvement du diplomate, le président a affirmé que l’on voulait le contraindre à donner de faux témoignages pour stigmatiser le processus bolivarien.  

"Ils voulaient le forcer à mentir et en faire un monstre pour le transformer en un faux accusateur contre le Venezuela, ce qu’Alex Saab n’a jamais accepté", a déclaré le président Maduro.

Faisant référence à la détention illégale de Saab, le chef de l’État a indiqué que, bien qu’ayant obtenu la résidence surveillée au Cap-Vert, le diplomate avait été victime d’une violation des garanties d’une procédure régulière, "avec l’intimidation de 100 hommes armés, ils n’ont pas permis à sa femme ni à ses filles de se rendre dans ce pays pour lui rendre visite. Une des injustices les plus vulgaires au monde", a-t-il ajouté.

"Hier, on a vu le deuxième enlèvement, ils sont passés au-dessus de tout, l’ont battu et l’ont emmené sans prévenir les avocats ou les proches. Le Venezuela se déplace à Genève, aux Nations Unies, nous avançons à tous les niveaux", a déclaré le président Maduro.

Le président Nicolás Maduro a dénoncé  son homologue colombien, Iván Duque, pour l’incitation à la xénophobie à l’égard des migrants vénézuéliens, qui non seulement ont été stigmatisés, mais ont également été victimes de meurtres et de disparitions forcées.

"Deux Vénézuéliens sont assassinés chaque jour en Colombie, il y a une campagne de haine, Iván Duque fait chaque jour des déclarations contre le Venezuela, sur 10 nouvelles, neuf sont pour promouvoir la haine contre le Venezuela", a accusé le chef d’état.

Nicolás Maduro a réaffirmé que le Gouvernement colombien s’appuie à la fois politiquement et économiquement sur la production de cocaïne, "c’est un Etat en faillite où règnent le narco-para-militarisme et la narco-économie", a-t-il ajouté.

(Telesur)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/274202-maduro-condamne-lenlevement-dun-diplomate-venezuelien-par-les-etats-unis

Tag(s) : #Venezuela#Maduro#Saab

Dans VENEZUELA

LE GOUVERNEMENT VENEZUELIEN SUSPEND SA PARTICIPATION AU DIALOGUE AVEC L’OPPOSITION DONT LE PUTSCHISTE GUAIDO

Par Le 17/10/2021

17 Octobre 2021

Le gouvernement vénézuélien suspend sa participation au dialogue avec l'opposition
 
Caracas, 16 octobre (Prensa Latina) La délégation du gouvernement vénézuélien aux pourparlers avec la Plate-forme unitaire de l'opposition a annoncé aujourd'hui sa décision de suspendre sa participation au prochain cycle de négociations, qui se tiendra au Mexique.

Le président de l'Assemblée nationale (Parlement) et représentant plénipotentiaire de l'exécutif bolivarien dans le processus, Jorge Rodríguez, a déclaré dans un communiqué que cette mesure répond à l'extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab vers les États-Unis, après 491 jours de détention au Cap-Vert.

Saab a été détenu à la mi-2020 de manière illégale et sans mandat d'arrêt en raison de pressions politiques de Washington, alors qu'il était en mission diplomatique pour apporter de la nourriture au peuple vénézuélien, a rappelé M. Rodríguez dans des déclarations du siège législatif.

Il a également condamné la complicité des autorités cap-verdiennes avec la politique d'agression du gouvernement américain contre le Venezuela, dans une position contraire à la décision du 15 mars 2021 du tribunal de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, qui a ordonné la libération de Saab.

Le Cap-Vert a également ignoré l'instruction du 8 juin 2021 du Comité des droits de l'homme des Nations unies de suspendre l'extradition vers le territoire américain.

Alex Saab a été soumis à la torture et, à plusieurs reprises, sa famille et ses avocats se sont vu refuser l'accès à son état de santé", a dénoncé Jorge Rodríguez.

Il a ajouté que cette action illégale, qui viole le droit international, constitue un nouvel acte d'agression des États-Unis contre le Venezuela, étant donné qu'Alex Saab a été incorporé par le gouvernement bolivarien en tant que membre à part entière du processus de dialogue avec l'opposition.

Le président du Parlement vénézuélien a exigé que l'administration de Joe Biden libère immédiatement Alex Saab, et a souligné que le Venezuela défendrait ses droits avec toutes les ressources juridiques et diplomatiques disponibles, et devant toutes les instances multilatérales.

Les négociations entre le gouvernement vénézuélien et la Plate-forme unitaire de l'opposition devaient reprendre le dimanche 17 octobre au Mexique, où les parties ont tenu trois séries de pourparlers, qui ont débuté le 13 août par la signature d'un protocole d'accord.

mem/wup/cvl

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=482419&SEO=gobierno-de-venezuela-suspende-participacion-en-dialogo-con-oposicion

Tag(s) : #Venezuela#Saab

Dans VENEZUELA

« QUAND LES ÉTATS-UNIS S’ARROGENT LE DROIT DE DÉCIDER QUELS PAYS PEUVENT MANGER »

Par Le 17/10/2021

 

« QUAND LES ÉTATS-UNIS S’ARROGENT LE DROIT DE DÉCIDER QUELS PAYS PEUVENT MANGER » PAR CAITLIN JOHNSTONE

Publié par Venezuela infos dans déstabilisation et violences de la droiteDroit internationalEtats-UnisGuerre économiqueimpérialismeMédiamensonges / désinformation / propagande17 octobre 2021

Les agences de presse AP et AFP, démultiplicateurs de propagande à l’échelle mondiale, ont toutes deux informé leurs lecteurs qu’un « fugitif » a été extradé vers les États-Unis.

« Un homme d’affaires fugitif proche de Maduro, le président vénézuélien, est extradé vers les États-Unis », titre l’AFP.

« Alex Saab, un fugitif proche du gouvernement socialiste du Venezuela, a été mis dans un avion à destination des États-Unis pour faire face à des accusations de blanchiment d’argent », a annoncé AP sur Twitter.

On peut se demander ce qui fait de cet homme un « fugitif » et ce que ce statut a à voir avec son extradition vers un gouvernement étranger dont les lois ne devraient avoir aucune incidence sur sa vie. Il se trouve qu’Alex Saab, citoyen vénézuélien d’origine colombienne, est un « fugitif » de l’autorité autoproclamée du gouvernement américain, qui décide quelles populations de notre planète sont autorisées à avoir un accès facile à la nourriture. Son crime est de travailler à contourner les sanctions américaines écrasantes qui ont fait mourir les civils vénézuéliens par dizaines de milliers.

Saab est en cours d’extradition depuis la nation africaine de Cabo Verde où il était emprisonné depuis l’année dernière sous la pression du gouvernement américain. Dans un article publié en mai dernier et intitulé « Alex Saab v. The Empire : How the US Is Using Lawfare To Punish a Venezuelan Diplomat« , Roger D Harris explique comment les États-Unis utilisent leur domination du système financier international pour écraser les nations qui leur désobéissent et expose les véritables raisons de l’emprisonnement de Saab, qui inclut la torture et des conditions de vie draconiennes. Harris écrit :

Alex Saab, envoyé spécial et ambassadeur auprès de l’Union africaine pour le Venezuela, effectuait une mission humanitaire en volant de Caracas vers l’Iran afin de se procurer de la nourriture et de l’essence pour le programme vénézuélien d’aide alimentaire CLAP. Saab a été arrêté lors d’une escale de ravitaillement dans la nation africaine de Cap-Vert et est détenu depuis le 12 juin 2020.

Le « crime » de Saab – selon le gouvernement américain, qui a ordonné l’emprisonnement – était le blanchiment d’argent. En d’autres termes, Saab a mené un commerce international parfaitement légal. Pourtant, le fait qu’il ait contourné les sanctions américaines – qui visent à empêcher l’aide aux Vénézuéliens – est considéré par Washington comme du blanchiment d’argent.

Après une enquête de deux ans sur les transactions de Saab avec les banques suisses, le gouvernement suisse a conclu le 25 mars qu’il n’y avait pas de blanchiment d’argent. Saab est poursuivi en justice parce qu’il sert les intérêts de son pays plutôt que ceux des États-Unis.

Les agences de presse comme AP et AFP savent très bien que Saab est extradé non pas pour avoir enfreint une quelconque loi, mais pour avoir osé transgresser les sanctions unilatérales de Washington. Comme l’écrivait Joe Emersberger de FAIR en juillet dernier :

Reuters (15/3/2118/3/21) a rapporté avec désinvolture que Saab « risque d’être extradé vers les États-Unis, qui l’accusent de violer les sanctions américaines » et qu’il a été « désigné à plusieurs reprises par le Département d’État américain comme un opérateur qui aide Maduro à conclure des accords commerciaux que Washington cherche à bloquer par des sanctions ». Un article de Reuters (28/2/20) sur l’affaire Saab en 2020 mentionne au passage que « les États-Unis ont saisi ce mois-ci quatre cargaisons de carburant iranien à destination du Venezuela, où les pénuries de carburant s’aggravent à nouveau. »

Les critiques de l’empire américain ont eu des mots durs pour cette extradition.

« Biden, reprenant le bâton de Trump, a enlevé le diplomate vénézuélien Alex Saab pour le crime d’avoir essayé de nourrir les Vénézuéliens au mépris des sanctions américaines destinées à empêcher cela », a tweeté le journaliste Aaron Maté. « Les Vénézuéliens n’ont pas le droit de manger tant que la mafia de Washington a désigné leur gouvernement pour un changement de régime. »

Oui, en effet. Le gouvernement américain s’est attribué l’autorité de décider unilatéralement quelles populations du monde ont le droit de manger et lesquelles ne l’ont pas, et d’emprisonner toute personne qui tente de faciliter l’alimentation non autorisée dans une nation sanctionnée par les États-Unis.

« L’extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab est un signal clair que l’administration Biden n’a pas rompu avec l’assaut total de Trump contre le droit international », a tweeté la journaliste Anya Parampil. « C’est aussi un signe inquiétant pour le cas de Julian Assange – un autre citoyen étranger que les États-Unis ont essentiellement kidnappé et retenu en otage. »

C’est vrai. Il semblerait que la principale différence entre le cas d’Assange et celui de Saab soit que l’empire américain s’efforce d’extrader Assange parce qu’il a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à l’information, alors que Saab a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à la nourriture.

« L’État voyou américain vient de bafouer toutes les lois internationales, après avoir emprisonné et maintenant extradé le DIPLOMAT vénézuélien Alex Saab. L’immunité diplomatique est morte ; l’empire américain l’a tuée. Désormais, tous les diplomates étrangers peuvent être kidnappés et emprisonnés, si Washington le souhaite », a tweeté le journaliste Ben Norton, ajoutant : « Les accusations américaines de ’blanchiment d’argent’ sont absurdes et politiquement motivées. Les États-Unis prétendent que toute personne qui viole leurs sanctions ILLÉGALES est un ’criminel’. »

En effet, le « blanchiment d’argent » est une accusation vague qui, en gros, signifie simplement essayer de dissimuler la source ou la destination de l’argent considéré comme ayant été obtenu illégalement, et puisque le gouvernement américain se considère comme l’arbitre des transactions financières légales dans les nations qu’il sanctionne, il peut appliquer cette affirmation à toute personne qui tente de contourner financièrement les sanctions américaines.

Le gouvernement américain ne nie pas que ses sanctions nuisent aux Vénézuéliens en s’attaquant à l’économie dont ils dépendent pour se nourrir, en fait il a ouvertement admis que « les sanctions, en particulier sur la compagnie pétrolière d’État en 2019, ont probablement contribué au déclin plus rapide de l’économie vénézuélienne. »

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à l’Iran visent sa population civile, le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, ayant ouvertement admis en 2019 que la guerre économique menée par Washington contre cette nation visait à faire pression sur les civils iraniens pour qu’ils « changent de gouvernement », c’est-à-dire les rendre si misérables qu’ils mènent un soulèvement national pour renverser Téhéran. https://www.youtube.com/embed/Uiz934HVZjY

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à la Syrie sont conçues pour nuire à sa population civile, l’actuel secrétaire d’État Tony Blinken ayant réaffirmé mercredi dernier que la politique de l’administration Biden consiste à « s’opposer à la reconstruction de la Syrie » tant qu’Assad reste au pouvoir. En d’autres termes, les États-Unis n’accorderont pas à la Syrie les fonds nécessaires pour l’aider à se reconstruire après la guerre dévastatrice de changement de régime que les États-Unis et leurs alliés ont menée contre elle, alors même que les Nations unies signalent que 60 % de la population du pays est proche de la famine.

Et bien sûr, il y a l’horrible blocus du Yémen par l’alliance de puissance américaine, qui tue des centaines de milliers de personnes par la famine et la maladie, l’ONU signalant que 16 millions de personnes supplémentaires  » se dirigent vers la famine « .

La famine est le seul type de guerre où, en raison du recadrage continuel de la propagande des médias de masse, il est considéré comme parfaitement normal et acceptable de cibler délibérément une population civile avec une force létale.

L’empire américain est tout à fait ouvert sur le fait qu’il se considère comme le gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial. Si une population désobéit à l’empire, elle mourra de faim, et quiconque tentera de lui procurer de la nourriture sera arrêté par des mandataires américains et extradé vers une cellule de prison américaine.

C’est la vision qu’ont les impérialistes du paradis sur terre. Un monde où la mainmise de l’Amérique sur les systèmes financiers mondiaux lui permet d’étouffer des populations entières si leurs gouvernements désobéissent aux décrets impériaux, sans même tirer un coup de feu. Un monde où les cauchemars en matière de relations publiques de civils bombardés et de nations détruites font partie du passé, où les nations désobéissantes peuvent simplement être écrasées à mort par des tactiques modernes de guerre de siège tandis que les sociétés de propagande impériales comme AP et AFP rejettent la responsabilité de leur famine sur les dirigeants de leur nation.

C’est ça le pouvoir ultime. C’est le contrôle total. Faire en sorte que le monde se plie à la volonté du dollar tout-puissant et de la force militaire massive avec laquelle il est inextricablement lié, à tel point que la désobéissance devient impossible. C’est pour cela que l’on se bat dans la guerre au ralenti du tiers monde que l’empire mène contre des gouvernements non asservis comme le Venezuela, la Syrie, l’Iran, la Russie et la Chine. Et c’est pourquoi ces gouvernements non asservis sont en train de se détourner rapidement du dollar en réponse.

Il va sans dire qu’une structure de pouvoir qui affame ouvertement des civils pour assurer sa domination mondiale n’est pas le genre de structure de pouvoir que l’humanité devrait vouloir voir dominer le monde. La volonté de faire des choses aussi monstrueuses révèle une corruption et un manque de sagesse qui ne devraient pas être autorisés à déterminer l’avenir du monde.

Caitlin Johnstone

Traduction « l’antiaméricanisme n’est jamais primaire, il est réfléchi, raisonné et justifié » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles »» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/the-us-has-placed-itself-in-charge URL de cet article 37463

Source pour la traduction française :
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-s-arrogent-le-droit-de-decider-quels-pays-peuvent-manger.html

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : L'ONU VA ENVOYER UN GROUPE D'EXPERTS ELECTORAUX

Par Le 16/10/2021

15 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-15 10:44:39

 

New York , 15 octobre (RHC) À la suite d’une demande du Conseil électoral du Venezuela, l’ONU va déployer dans ce pays «un groupe d’experts électoraux des Nations Unies pour les élections régionales et municipales de novembre», a annoncé jeudi l’Organisation.

Cette équipe, formée de trois experts, suivra au Venezuela «le processus électoral et fournira au secrétaire général (de l’ONU, Antonio Guterres) un rapport interne indépendant sur le déroulement général des élections», a précisé un communiqué des Nations Unies. «Un groupe d’experts électoraux est l’un des divers types d’assistance électorale que les Nations Unies peuvent fournir aux États membres à leur demande», rappelle le communiqué.

«Contrairement aux missions d’observation électorale de l’ONU, qui nécessitent un mandat spécifique du Conseil de sécurité ou de l’Assemblée générale, les groupes d’experts électoraux ne publient pas de déclarations publiques d’évaluation sur la conduite globale du processus électoral ou ses résultats», indique le communiqué.

Le 21 novembre, le pays doit élire à la fois de nouveaux gouverneurs et des nouveaux conseils municipaux. L’Union européenne avait annoncé fin septembre qu’elle avait trouvé un accord avec Caracas pour observer ces élections auxquelles devrait participer l’opposition, après son boycott de la présidentielle de 2018 et les législatives de 2020.

Le scrutin présidentiel avait été remporté par le pouvoir avec une victoire écrasante. Le gouvernement chaviste du président Nicolás Maduro est engagé depuis août dans un dialogue avec l’opposition dirigée par Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les États-Unis.

 

Source France 24

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273902-lonu-va-envoyer-au-venezuela-un-groupe-dexperts-electoraux

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA EXIGE UNE RECTIFICATION DE LA PART DE L’ESPAGNE POUR LE MASSACRE INDIGENE

Par Le 14/10/2021

14 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-12 15:44:58

      

Caracas, 12 octobre (RHC) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a exhorté aujourd’hui le gouvernement espagnol à rectifier et à demander pardon pour le massacre de millions d’habitants des peuples originaires d’Amérique pendant la colonisation.

À l’occasion de la Journée de la résistance indigène, le président vénézuélien a rappelé les victimes d’assassinats et d’esclavage en raison de l’expansion des colonisateurs espagnols sur le continent américain.

'Il y a plus de 500 ans, l’empire espagnol a assassiné, banni et asservi des millions d’habitants des peuples indigènes ; ils sont venus envahir, coloniser et massacrer nos grands-parents et nos grands-mères. L’Espagne doit rectifier et demander pardon à toute l’Amérique', a souligné le chef d’état sur son compte du réseau social Twitter.

Le Secrétaire exécutif de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), Sacha Llorenti, a également rendu hommage aux millions de personnes exterminées pendant la colonie.

Nous remercions ceux qui, pendant des décennies, ont combattu et vaincu dans la guerre pour notre indépendance. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre essence anti-impérialiste et anticolonialiste, a souligné le secrétaire exécutif de l’ALBA-TCP.

Le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a rappelé qu’il y a 529 ans, l’arrivée des colonisateurs européens dans les Amériques changeait le cours de l’humanité, mais surtout l’histoire des peuples originaires du continent.

'Aujourd’hui, nous nous souvenons de l’élan guerrier de nos ancêtres, défenseurs de ces terres', a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273514-le-venezuela-exige-une-rectification-de-la-part-de-lespagne-pour-massacre-indigene

Tag(s) : #Venezuela#Espagne

Dans VENEZUELA

LE FMI ET LES ETATS-UNIS COMPLICES DE LA GUERRE CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 11/10/2021

10 Octobre 2021

Le FMI et les États-Unis complices de la guerre contre le Venezuela
 

Par Yadira Cruz Valera

Caracas, 8 octobre (Prensa Latina) Le refus du Fonds monétaire international (FMI) de remettre les droits de tirage spéciaux au Venezuela expose aujourd'hui sa complicité avec les États-Unis dans la guerre contre cette nation sud-américaine.

Lors de son discours à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, la vice-présidente exécutive Delcy Rodriguez a déclaré que cette action est une conséquence directe du veto de Washington contre le Venezuela.

La dénonciation par la fonctionnaire de la rétention des cinq milliards de dollars correspondant au gouvernement vénézuélien pour faire face à la pandémie a également exposé la partialité des organisations internationales dans leur lutte proclamée contre le Covid-19.

Droits de tirage spéciaux, un système créé en 1969 par le FMI pour fournir des liquidités aux économies mondiales et des réserves supplémentaires aux pays membres en cas de difficulté.

Lorsque la crise de 2008 a éclaté, ils ont été utilisés pour maintenir l'économie mondiale à flot, et en 2020, à la suite du fléau Covid-19, l'organisme financier y a de nouveau eu recours pour contrer les effets globaux.

Au moins 650 milliards de dollars ont été approuvés par le FMI cette fois-ci, "pour parvenir à des économies résilientes", mais les chiffres démentent le discours et les intentions supposées d'"aider" ceux qui en ont le plus besoin.

Comme l'a déclaré la vice-présidente vénézuélienne, et comme l'a montré la conférence de l'ONU mentionnée plus haut, plus de 63 % de ce montant est destiné aux pays riches et vaccinés, et l'Afrique, avec 17 % de la population mondiale, ne recevra qu'un cinquième du plan d'allocation des quotas.

L'Europe, dont la part est beaucoup plus faible, recevra 36 % des fonds, tandis que les États-Unis recevront 113 milliards des 179 milliards alloués au continent américain.

Comme si ces chiffres ne suffisaient pas, l'annonce que le Venezuela ne recevra pas le montant auquel il a droit, sous les prétendus arguments du "manque de transparence" et de la "fiabilité" du gouvernement, montre le parti pris politique et le double langage de l'organisation internationale.

Une fois de plus, la Maison Blanche utilise son pouvoir et son influence sur les nations, les institutions et les organisations pour faire pression dans son propre intérêt.

Lorsqu'en mars 2020, l'exécutif vénézuélien a décrété l'état d'alerte en raison de la présence du virus SRAS-CoV-2, la nation souffrait déjà d'une crise économique due aux mesures coercitives unilatérales des États-Unis et de leurs alliés.

Depuis 2014, plus de sept milliards de dollars vénézuéliens ont été bloqués dans 40 banques internationales.

De même, le gouvernement américain a séquestré plus de 30 milliards de dollars et, en plein Covid-19, les effets du blocus contre la nation sud-américaine se sont aggravés, car les sanctions empêchent l'importation de médicaments qui ne sont pas fabriqués dans le pays, ni les matières premières pour les produire, ainsi que l'achat d'intrants et d'équipements.

Même l'accès au mécanisme Covax de l'Organisation mondiale de la santé pour obtenir des vaccins anti-Covid-19 a été compliqué pour le pays, qui a à peine pu obtenir un pour cent après plusieurs plaintes et négociations.

Dans son rapport au Conseil des droits de l'homme (CDH), la rapporteuse de l'ONU Alena Douhan a donné un compte rendu impartial et concret des conséquences de ces actions punitives.

Les sanctions unilatérales imposées de plus en plus souvent par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays ont exacerbé les problèmes (...) les revenus ont été réduits de 99 % et le Venezuela vit désormais avec un pour cent de ses revenus d'avant les sanctions", a-t-elle déclaré.

Mais alors que le FMI rejoint le conseil de ceux qui imposent des mesures coercitives au Venezuela dans l'intention de promouvoir un changement de gouvernement favorable à la Maison Blanche, le pouvoir exécutif du pays d'Amérique latine cherche des solutions pour maintenir les programmes sociaux et développer l'économie.

Après plus d'un an de pandémie et malgré les obstacles, la nation sud-américaine a réussi non seulement à figurer parmi les pays qui ont le mieux géré la crise sanitaire, mais elle est également en passe de vacciner gratuitement 70 % de sa population avant la fin de l'année.

jha/wup/ycv


source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=480648&SEO=fmi-y-eeuu-complices-en-la-guerra-contra-venezuela

Tag(s) : #FMI#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT LOUKACHENKO APPELLE AU REFORCEMENT DES LIENS ENTRE LE BELARUS ET LE VENEZUELA

Par Le 09/10/2021

9 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-08 16:46:33

      

Minsk, 8 octobre (RHC) Le président de Belarus, Alexandre Loukachenko, a fait part à l’envoyé spécial de son homologue vénézuélien, Adam Chavez, lors d’une rencontre à Minks, la capitale, de l’importance du renforcement des liens entre les deux pays, a souligné aujourd’hui la presse locale.

'Je tiens à souligner qu’il ne s’agit pas des sanctions imposées au Venezuela et au Belarus', mais de profiter des avantages des liens qui existent depuis plus de deux décennies, a averti le président lors d’une réunion la veille avec le vice-président pour les affaires internationales du Parti socialiste uni du Venezuela (Psuv).

Loukachenko a assuré que Minsk et Caracas ne profitaient pas des avantages créés depuis de nombreuses années et a souligné que les deux nations avaient de quoi s’appuyer pour faire face à toutes sortes d’attaques dans les conditions modernes.

Je pense que le temps est venu de revoir nos relations et de construire des liens encore plus forts. Il est rare d’avoir des rapports d’un tel niveau dans le domaine économique-commercial', a-t-il dit.

Le chef de l’État a appelé à l’élaboration d’un plan de renforcement des relations à mettre en application au cours des deux ou trois prochaines années.

Durant son séjour dans cette capitale, Chávez a rencontré la présidente du Conseil de l’Assemblée nationale (Sénat), Natalia Kochánova, et le président de la Chambre des représentants (Chambre basse du Parlement), Vladimir Andréichenko.

La sénatrice a indiqué au visiteur que son pays fera tout son possible pour renforcer les échanges avec le Venezuela et à cette fin, le président bélarussien a donné des orientations non seulement pour reprendre les bonnes relations dans différents domaines, mais pour les rendre plus solides encore.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/273130-loukachenko-appelle-au-renforcement-des-liens-entre-le-belarus-et-le-venezuela

Tag(s) : #Biélorussie#Venezuela

Dans VENEZUELA

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA (PCV) CONTRE L’ATTAQUE DE SES DROITS POLITIQUES ET ELECTORAUX

Par Le 08/10/2021

7 Octobre 2021

Mercredi 6 octobre 2021
Solidarité avec les travailleurs et le PC du Venezuela (PCV) contre l'attaque de ses droits politiques et électoraux.


Dans une déclaration commune, plus de 25 partis communistes et ouvriers du monde entier expriment leur solidarité avec les travailleurs et le Parti communiste du Venezuela (PCV). Entre autres, la déclaration dénonce les récentes attaques anticommunistes à l'Assemblée nationale contre le secrétaire général du PCV, Óscar Figuera.
La déclaration complète (en anglais et en espagnol) est la suivante : 


Nos partis expriment une fois de plus leur solidarité avec le peuple du Venezuela, durement touché par les mesures impérialistes illégales et coercitives ainsi que par la crise capitaliste qui entraîne le démantèlement des acquis et des droits de la classe ouvrière et des couches populaires.

Le dialogue entre le gouvernement de Nicolás Maduro et les forces de l'opposition réactionnaire, qui jusqu'à récemment cherchaient à le renverser par un coup d'état et une intervention impérialiste, n'a pas pour but de garantir les intérêts du peuple. Ce dialogue, d'une part, a des résultats directs en faveur des intérêts de l'opposition réactionnaire et des groupes d'affaires ; d'autre part, il précipite la perte des droits du travail, syndicaux et politiques des travailleurs et des organisations révolutionnaires. Des exemples typiques sont l'intensification de la criminalisation des luttes des travailleurs, qui a conduit à la détention injuste d'un nombre important de syndicalistes, et les récentes attaques contre les droits politiques et électoraux du PC du Venezuela et de l'"Alternative Populaire Révolutionnaire (APR)", dans le cadre de la proclamation des candidats aux prochaines élections locales du 21 novembre.

Nous dénonçons ces actes inacceptables qui visent à entraver les candidats du PCV et à empêcher la population de les soutenir largement lors des prochaines élections locales.

Nous exprimons notre soutien et notre solidarité avec tous les candidats du PCV et de l'APR. Les récentes décisions du Conseil National Electoral (CNE) du Venezuela de bloquer les candidats du PCV et de l'APR dans la Municipalité de Caracas, l'Etat de Guaira, et la Municipalité de Macanao sont totalement contestables et injustifiables. Alors que des garanties sont fournies pour la participation des forces réactionnaires à l'élection, il est inacceptable que les candidats du PCV soient bloqués, en violation des droits politiques et démocratiques fondamentaux. De plus, nous réitérons notre dénonciation du black-out médiatique du PCV, qui est allé jusqu'à l'extrême lorsque le député PCV et APR a été interdit à plusieurs reprises de prendre la parole au parlement. 

Nous dénonçons également les récentes attaques contre le secrétaire général du PCV, le camarade Óscar Figuera, déclenchées par un député du parti au pouvoir, qui a une fois de plus tenté de lier le PCV aux plans des impérialistes et du Département d'État américain contre le Venezuela.

Nous exigeons que toutes les attaques anticommunistes contre le PCV cessent et que ses droits politiques et électoraux violés soient immédiatement rétablis.

Le PCV a une longue tradition de lutte anti-impérialiste au service de la classe ouvrière et des couches populaires, en défense de la souveraineté de son pays depuis 90 ans. Son renforcement sera toujours une garantie des luttes anti-impérialistes, démocratiques et révolutionnaires au Venezuela.

La déclaration est ouverte à d'autres adhésions.

Partis signataires

Parti communiste d'Australie
Parti communiste brésilien
Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti socialiste des travailleurs de Croatie
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Bohème et Moravie
Parti communiste de Finlande
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti communiste du Kurdistan-Irak
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste d'Irlande
Parti communiste jordanien
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti communiste du Luxembourg
Parti communiste du Mexique
Parti communiste de Norvège
Parti communiste péruvien
Parti communiste des Philippines [PKP 1930]
Communiste de Serbie
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste soudanais
Parti communiste syrien
Parti communiste syrien [unifié]
Parti communiste d'Ukraine
Parti communiste du Venezuela

source : https://www.idcommunism.com/2021/10/solidarity-with-working-people-and-cp-of-venezuela-pcv.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

ONU : LE VENEZUELA DENONCE L’IMPACT DES MESURES COERCITIVES AMERICAINES

Par Le 07/10/2021

7 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-06 18:26:32

 

o

Caracas, 6 octobre (RHC) Le Gouvernement vénézuélien a dénoncé aujourd’hui devant la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement,  la CNUCED,  l’impact des mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par les États-Unis contre la nation sud-américaine.

Lors de son intervention, la vice-présidente Delcy Rodriguez a rappelé que la nation sud-américaine a été la cible de plus de 430 sanctions contre l’économie, le commerce et le secteur financier, contre tout principe juridique d’immunité souveraine.

'Ces mesures sont des crimes contre l’humanité et portent atteinte au système international de garantie des droits de l’homme', a souligné la vice-présidente en soulignant que les pertes du Venezuela pour de telles actions dépassent 63 milliards de dollars, rien que dans l’industrie pétrolière.

Elle a ajouté que l’imposition d’actions unilatérales d’asphyxie économique s’est traduite par une réduction drastique de 99 pour cent des revenus du pays, avec un impact indéniable dans tous les domaines, sur l’alimentation, la santé, les transports, les communications et la technologie.

Elle a affirmé qu’en raison de la politique hostile des États-Unis, le Fonds monétaire international a refusé à la nation sud-américaine les cinq milliards de dollars nécessaires pour faire face à la pandémie de Covid-19.

La vice-présidente du Venezuela a officialisé la demande pour que la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement regroupe, quantifie et analyse les impacts macroéconomiques des mesures coercitives unilatérales.

'Malgré cette agression, aujourd’hui notre pays (...) progresse dans la reprise de ses équilibres économiques, dans une ouverture progressive dans le commerce extérieur touché également par ces sanctions illicites et dans le secteur des investissements, dans un cadre réglementaire stable et sûr qui donne la confiance nécessaire aux investisseurs, a-t-elle souligné.

De même, Rodriguez a appelé à considérer le fardeau insoutenable de la dette extérieure pour de nombreux pays, la fracture numérique croissante, la diminution des flux commerciaux et l’impact inhumain des mesures coercitives unilatérales qui affectent plus de 30 nations du monde.

La vice-présidente du Venezuela a également appuyé l’appel mondial en faveur de la correction de la distribution injuste des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international pour faire face aux effets de la situation pandémique actuelle, dont plus de 63 % sont destinés aux pays riches et vaccinés.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272872-le-venezuela-denonce-a-lonu-limpact-des-mesures-coercitives-americaines

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO SALUE L’ARRIVEE D’UN NOUVEAU LOT DE DOSES DU VACCIN CUBAIN ABDULA CONTRE LE COVID-19

Par Le 06/10/2021

t

5 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-05 11:38:36

      

Photo: BioCubaFarma

La Havane, 5 oct. (RHC)- Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a salué l’arrivée à Caracas, ce lundi, du lot de 900 mille doses du vaccin cubain Abdala contre le Covid-19.  

En conférence de presse, le président Maduro a rappelé que le vaccin Abdala, avec une efficacité de 92,28%, rejoint les vaccins Sputnik V de la Russie et Sinopharm de la Chine, dans le programme de vaccination du Venezuela.

Se fondant sur des études, le président vénézuélien a salué l'efficacité du vaccin cubain pour empêcher la maladie de progresser vers des stades graves et en contenir les effets mortels.

L'immunogène, le premier créé en Amérique Latine contre la pandémie actuelle, a commencé à protéger les Vénézuéliens par une intervention sanitaire en juin dernier, dont ont bénéficié 10 000 habitants du complexe urbain de Ciudad Tiuna.

Le Venezuela et Cuba avaient précédemment signé un contrat pour protéger le peuple vénézuélien avec 12 millions de doses d'Abdala. Outre le Venezuela, des pays comme le Vietnam ont reçu des doses de l'antidote pour faire face à la pandémie actuelle, responsable de millions de décès dans le monde.

Le Nicaragua a également annoncé l'incorporation prochaine du vaccin cubain dans son programme de lutte contre le nouveau coronavirus, tandis que d'autres nations ont exprimé leur intérêt pour les immunogènes de la plus grande île antillaise.

Source: TeleSur

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/272654-nicolas-maduro-salue-larrivee-dun-nouveau-lot-dabdala-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

900.000 DOSES DU VACCIN CUBAIN ANTI-COVID-19 ABDALA ARRIVENT AU VENEZUELA

Par Le 04/10/2021

4 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-03 17:35:04

 

 

 

La Havane, 3 oct. (RHC)- Un lot de 900 mille doses du vaccin Abdala en provenance de Cuba est arrivée ce dimanche au Venezuela.

«Une nouvelle cargaison d'Abdala arrive au Venezuela frère. Tôt ce matin, 900 mille doses de notre vaccin cubain sont arrivées à Caracas pour aider le cher peuple vénézuélien dans sa lutte contre la pandémie actuelle de Covid-19», souligne un message du CIGB, le Centre de Génie génétique et de Biotechnologie de La Havane, sur son compte Twitter.

Par ailleurs, nous avons appris que l’autorité de régulation sanitaire du ministère nicaraguayen de la Santé a accordé un certificat d'utilisation d'urgence aux vaccins cubains Soberana 02 et Abdala.

Cuba dispose de dispositifs anti-Covid-19 qui dépassent la limite d’efficacité établie par l’OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé (50 %) pour être déclarés vaccins. En ce sens, Abdala a déjà reçu l'autorisation d'être utilisé en urgence dans le pays, tout comme Soberana 02 pour la population pédiatrique.

Abdala, conçu par le CIGB, premier vaccin en Amérique Latine, a montré une efficacité de 92,28 % dans son schéma de trois injections.

Par ailleurs, l’Institut Finlay de vaccins a annoncé l'efficacité de 91,2 % du schéma à deux doses de Soberana 02 et une autre de Soberana Plus.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/272447-900-000-doses-du-vaccin-cubain-anti-covid-19-abdala-arrivent-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LA NOUVELLE MONNAIE VENEZUELIENNE, UNE STRATEGIE CONTRE LA GUERRE ECONOMIQUE

Par Le 02/10/2021

2 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-01 17:49:22

      

Le président Nicolás Maduro a présenté le nouveau Bolivar au cours d'un meeting public.

Caracas, 1er octobre, (RHC)- Le bolivar numérique est entré en vigueur ce vendredi au Venezuela. Ricardo Menéndez, vice-président vénézuélien chargé de la Planification, a souligné qu’il s’agit d’une stratégie du gouvernement pour tenir tête à la guerre économique des États-Unis et de leurs alliés.

Dans des déclarations exclusives à l’agence Prensa Latina, il a rappelé que l’économie vénézuélienne est constamment frappée par les actions coercitives unilatérales de Washington et de ses alliés.

Depuis jeudi à 20h00 heure locale, toutes les plateformes technologiques bancaires vénézuéliennes sont entrées en pause opérationnelle pour permettre la migration à partir de 08h00 ce vendredi et réactiver progressivement les services numériques avec plus de facilités dans les opérations.

Selon les experts, la nouvelle monnaie facilitera également une plus grande connexion de la population avec sa monnaie, malgré les attaques externes constantes et les processus spéculatifs induits dans le système économique, et réduira les coûts de transaction dans l'économie.

Analysant la mise en œuvre du bolivar numérique (six chiffres seront retirés de la monnaie en circulation jusqu'à présent) et d'autres mesures qui entreront en vigueur dans les prochains mois, le vice-président a expliqué que tout cela fait partie d'une nouvelle voie économique, d'un tissu de protection contre les actions punitives des puissances étrangères.

Il a souligné que l'un des plus grands effets sur la population était la détérioration des salaires et des revenus des Vénézuéliens, le tout sur la base d'actions bien pensées pour attaquer les asymétries sociales et provoquer le mécontentement, ainsi que pour déstabiliser le pays de l'intérieur.

Le vice-président chargé de la planification a assuré à Prensa Latina que le Venezuela est en passe de créer un nouvel appareil économique qui profitera à la population, même au milieu du blocus de la Maison Blanche et de ses alliés, dont les conséquences sont dévastatrices pour la nation.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272306-la-nouvelle-monnaie-venezuelienne-une-strategie-contre-la-guerre-economique

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA VA LIVRER 3,770 LOGEMENTS

Par Le 01/10/2021

1 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-29 16:54:28

      

Caracas, 29 septembre (RHC) Le ministre de l’Habitat et du Logement Ildemaro Villarroel a annoncé qu’après une décennie de création de la Grande Mission Logement Venezuela, le pays est aujourd’hui sur le point d’accomplir l’exploit de 3,7 millions de maisons remises à la population.

Le haut fonctionnaire a indiqué qu’au cours de la semaine prochaine, le pays sera en mesure d’atteindre cet objectif, grâce aux efforts de la population et des travailleurs du secteur.

Il a annoncé que 72 logements seraient livrés à Nueva Esparta, 120 à Miranda, 50 à Mérida, 81 à Guárico et 32 à Carabobo, ainsi que des logements isolés dans les 24 états du pays.

'Le calendrier de la livraison des logements rendra visible l’exécution et le pouvoir d’auto-construction de notre peuple', a déclaré Villarroel.

Il a en outre indiqué qu’à ce jour, ils avaient remis un million 173 990 titres de prpriété de terres urbaines aux plus de 10 000 Comités de la Terre, dont il a reconnu l’effort d’organisation.

Enfin, il a salué l’effort du président Maduro pour le succès des dialogues de Mexico, 'le dialogue est victoire, c’est la force des arguments dans la paix, parce que dans la paix la raison triomphera et comme nous avons raison, nous portons sur la scène l’être humain en tant que centre'.

Le programme Grande Mission Logement, qui est l’un des plus grands et des plus louables projets de la Révolution bolivarienne, a été créé pour rendre aux familles leur dignité et leur permettre d’acquérir leur propre logement.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/272009-le-venezuela-sur-le-point-de-livrer-3770-millions-de-logements

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE L'INFAMIE ANTICOMMUNISTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE

Par Le 01/10/2021

1 Octobre 2021

Le PCV dénonce l'infamie anticommuniste à l'Assemblée nationale


Lors de la séance plénière de l'Assemblée nationale du mardi 14 septembre, le député du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de l'Alternative populaire révolutionnaire (APR), le camarade Oscar Figuera, au nom de notre Parti et de la coalition de la gauche révolutionnaire, a remis en question le pacte bourgeois en cours d'élaboration pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un pacte visant à imposer des politiques néolibérales, a remis en question le pacte des élites bourgeoises en développement pour l'imposition de politiques néolibérales et, par conséquent, s'est prononcé contre un projet d'accord destiné à être approuvé à l'unanimité par le parlement vénézuélien en faveur des accords de Mexico établis entre le gouvernement et la représentation de l'ultra-droite pro-impérialiste. Bien entendu, l'intervention du camarade Oscar Figuera, qui est aussi le secrétaire général du Comité central du PCV, a été une fois de plus censurée, les chaînes de télévision d'État (VTV et ANTV) qui retransmettent toutes les délibérations qui ont lieu lors des sessions plénières de l'Assemblée nationale, ont coupé leur retransmission en direct du Palais législatif fédéral juste au moment où le député communiste devait prendre la parole, empêchant ainsi toute personne qui n'était pas présente à la session de savoir ce que le député Figuera avait dit.

Une violation aussi flagrante du droit à l'information, répétée et systématique, ne surprend plus personne, même si elle suscite l'indignation ; mais, cette fois-ci, l'agression directe contre le PCV et son député a atteint un niveau sans précédent dans le débat parlementaire, lorsque le camarade Oscar Figuera a à peine terminé son intervention que le député du PSUV, Pedro Carreño, a pris la parole pour accuser celui qui "venait de prendre la parole" d'être un "dauphin de la CIA" et un "larbin du Département d'État". Bien sûr, l'intervention de Pedro Carreño a été télévisée.

Pour le PCV, il est clair que les paroles absurdes et diffamatoires du bourgeois Pedro Carreño à l'encontre du député Oscar Figuera, ainsi que celles prononcées continuellement par le député Jorge Rodriguez et d'autres membres de l'élite dirigeante, font en fait partie de l'attaque soutenue depuis l'année dernière contre le parti communiste et contre les forces de coalition de l'APR. Ils ne sont pas du tout désinvoltes et n'obéissent pas non plus à un moment de débat animé, mais expriment l'escalade de l'attaque systématique contre le Parti de la classe ouvrière vénézuélienne, en essayant de disqualifier et de stigmatiser sa position ferme et claire contre le cours de la politique capitularde et néolibérale adoptée par la direction du gouvernement et du PSUV, exprimée non seulement à l'Assemblée nationale mais dans toutes les activités menées par le PCV, sa Jeunesse Communiste et nos fronts politiques de masse, dans le but d'éclairer notre peuple travailleur, victime de la crise du capitalisme dépendant et rentier, des sanctions illégales et criminelles imposées par l'impérialisme yankee et européen, ainsi que des politiques gouvernementales anti-ouvrières et anti-populaires qui se développent.

Dans ce contexte, le Bureau politique du Comité central du PCV répudie les abominables accusations lancées de manière irresponsable et dénonce le développement d'une machination anticommuniste, qui vise à promouvoir une haine irrationnelle contre les communistes vénézuéliens et, en particulier, contre notre député à l'Assemblée nationale, le seul dans ce forum dominé par la droite officielle et la droite de l'opposition, élève la voix de la classe ouvrière et des travailleurs pour dénoncer comment, dans le dos des majorités, les élites au pouvoir forgent la capitulation de la nation vénézuélienne et la destruction des droits du peuple pour satisfaire les prétentions des capitaux monopolistes, déguisées en une fausse lutte contre le blocus et les mesures coercitives impérialistes.

Que tout le monde sache qu'aucune calomnie ou diffamation contre le PCV ne peut jeter une ombre sur le passé et le présent sans tache de la lutte anti-impérialiste, anticapitaliste, consciente de la classe et révolutionnaire du Parti du coq rouge. Notre peuple sait que les communistes vénézuéliens, avec honnêteté, simplicité et combativité, défendent les intérêts du peuple travailleur contre les ruses criminelles de l'impérialisme yankee et de ses laquais, et contre la trahison des bureaucrates et des nouveaux riches du réformisme, qui font aujourd'hui commerce avec les ennemis de la patrie pour préserver leurs privilèges au prix du sacrifice des majorités populaires.    

L'insulte anticommuniste, précédée de la censure médiatique habituelle, montre la dangereuse tendance autoritaire, antidémocratique et antipopulaire qui se consolide dans la pratique politique des gouvernants, au point que - manipulant avec une rhétorique pseudo-révolutionnaire farfelue - ils s'engagent en faveur des intérêts de la haute bourgeoisie, de l'impérialisme et des élites des nouveaux riches qui ont émergé sous la protection de l'administration irrégulière et incontrôlée de l'argent public ; Pendant ce temps, les salaires sont détruits, les conventions collectives sont démantelées, la précarité et la dérégulation de l'emploi sont imposées, les combattants des travailleurs sont persécutés et poursuivis, les propriétaires terriens sont favorisés contre les paysans pauvres, les entreprises publiques sont détruites puis privatisées et offertes comme de la ferraille au capital privé, les capitalistes sont libérés des impôts et le peuple est soumis à la TVA et à l'hyperinflation dollarisée, tout en offrant aux entreprises transnationales nos richesses et notre souveraineté avec une main d'œuvre semi-esclave, par la loi des zones économiques spéciales.

Par des accusations intempestives, des menaces, du chantage et des pratiques de criminalisation contre les révolutionnaires, ainsi que contre les dirigeants ouvriers et paysans, les directions du gouvernement et de l'opposition de droite défendent le pacte entre les deux principales factions bourgeoises du Venezuela, la fraction associée aux monopoles américains et la fraction de la soi-disant "bourgeoisie révolutionnaire", c'est-à-dire la bourgeoisie parasite liée au gouvernement actuel, qui est responsable de la liquidation de tout vestige du processus bolivarien progressiste initié par le président Chávez.

Dans de telles circonstances, qui nous rappellent les actions antidémocratiques et anticommunistes impunies du gouvernement pro-yankee de Betancourt et Leoni dans les années 60, nous réitérons notre appel à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne à lutter pour la défense de la souveraineté nationale, pour le sauvetage de nos droits violés et pour récupérer la dignité populaire souillée, en accumulant des forces pour une solution révolutionnaire à la profonde crise capitaliste. De même, nous appelons le mouvement communiste international à redoubler sa solidarité avec les communistes vénézuéliens et avec notre peuple travailleur, face aux menaces qui pèsent sur les forces révolutionnaires vénézuéliennes, alors que les factions bourgeoises et leurs représentants politiques concluent un pacte pour gouverner en faveur des classes dominantes.    

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela

Caracas, 28 septembre 2020

prensapcv.wordpress.com

source : https://www.idcommunism.com/2021/09/venezuela-anti-communist-rampage-by.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE PRESIDENT MADURO DENONCE A L'ONU UNE CAMPAGNE FEROCE CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 23/09/2021

22 Septembre 2021

Maduro dénonce devant les Nations unies une campagne féroce contre le Venezuela 
 
Nations Unies, 22 sept (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a dénoncé aujourd'hui devant l'Assemblée générale des Nations Unies la campagne féroce menée contre son pays et a exigé la fin du blocus des États-Unis et de certaines organisations multilatérales.

Lors de son discours à la 76e session de l'ONU, le président a exposé avec force comment les organisations internationales sont utilisées pour justifier des actions punitives contre le peuple vénézuélien.

Nous dénonçons l'agression permanente et systématique par la mise en œuvre de mesures coercitives, la persécution contre le droit à la liberté économique dont tous les peuples du monde devraient jouir", a-t-il déclaré.

Il a rappelé comment, ces derniers temps, ils ont empêché l'accès aux comptes de la nation, bloqué l'or des réserves internationales à Londres, séquestré des milliards de dollars aux États-Unis et en Europe, tout en refusant aux entreprises vénézuéliennes le droit de commercialiser leurs produits et de réaliser des opérations financières.

Il a souligné comment, malgré cela, au cours de l'année dernière, le pays a atteint une croissance soutenue, grâce à la résistance et à la capacité d'un peuple travailleur, "qui refuse de s'incliner".

De même, il a souligné : " Le Venezuela élève sa voix pour l'héroïque peuple cubain en exigeant la levée immédiate du blocus économique, commercial et financier... élevez votre voix pour un nouveau monde sans colonialisme, sans impérialisme, pour la construction d'un destin partagé ".

Il a également appelé à la fin des hégémonies, des politiques impériales de rapacité contre les peuples et a suggéré une restructuration des Nations unies afin de répondre aux intérêts de tous les pays membres.

C'est un monde nouveau qui renaît pour en finir avec les vieilles hégémonies, avec la prétention de certains de devenir les gendarmes et les juges de tous les peuples du monde, c'est le temps de la souveraineté", a-t-il affirmé.

Il a également remercié la solidarité internationale avec le Venezuela et le soutien du Secrétaire général, António Guterres, et du Président mexicain, Manuel López Obrador, au processus de dialogue entre le gouvernement et l'opposition qui se déroule dans ce pays d'Amérique centrale.

msm/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=477349&SEO=maduro-denuncia-ante-onu-campana-feroz-contra-venezuela

Tag(s) : #Maduro#Venezuela#ONU

Dans VENEZUELA

LE SOUTIEN DE CUBA AUX COMMUNAUTES INDIGENES DU VENEZUELA EST LE BIENVENU

Par Le 23/09/2021

22 Septembre 2021

 

Le soutien de Cuba aux communautés indigènes du Venezuela est le bienvenu
Par Yadira Cruz Valera

Caracas, 22 sept (Prensa Latina) Le vice-ministre des peuples autochtones du Venezuela, César Carias, a remercié aujourd'hui les collaborateurs de Cuba pour leur travail dans les communautés autochtones du Venezuela.

Dans des déclarations exclusives à Prensa Latina, le haut fonctionnaire a déclaré que les Cubains jouent un rôle essentiel dans le soutien des programmes sociaux mis en œuvre par le gouvernement bolivarien dans ces populations ancestrales.

Ce ne sont pas seulement les médecins, tous ceux qui travaillent dans les missions sociales font preuve d'un grand dévouement, quelle que soit la complexité de l'accès, ils ne baissent jamais les bras, ils vont main dans la main avec les Vénézuéliens et les soutiennent dans toutes les tâches nécessaires", a-t-il souligné.

Carias a souligné qu'en raison du mode de vie et des coutumes de ces peuples, il est parfois difficile d'échanger avec des étrangers, mais que cela ne se produit pas avec les Cubains, en raison du respect dont ils font preuve lorsqu'ils arrivent dans ces lieux, où ils sont accueillis.

Il a rappelé que récemment, dans la région de la Meseta de Santa Fe, dans l'État de Sucre, une vaccination anti-Covid-19 massive a été réalisée, avec la participation active du personnel de santé de l'île, sans lequel elle n'aurait pas été possible.

Les frères et sœurs cubains nous apportent un grand soutien aux peuples indigènes, ils étaient même présents lors de la création du Mouvement indigène uni du Venezuela (Miuven)", a déclaré M. Carias dans son échange avec cette agence.

Au Venezuela, il y a huit États avec des populations indigènes, Amazonas, Anzoátegui, Apure, Bolívar, Delta Amacuro, Monagas, Sucre et Zulia, la plupart d'entre eux étant concentrés dans des lieux d'accès difficile et dans des zones frontalières, dans tous ces États se trouvent les travailleurs de la nation caribéenne, dans le cadre des missions sociales de l'État bolivarien.

mem/ycv

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=477320&SEO=agradecen-apoyo-de-cuba-en-las-comunidades-indigenas-de-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE LA VIOLATION DE SON ESPACE AERIEN PAR UN DRONE COLOMBIEN

Par Le 22/09/2021

22 Septembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-21 23:08:01

      

Un drone de type Hermès, en plein vol.

Caracas, 21 septembre (RHC) Les forces armées du Venezuela ont dénoncé l’entrée d’un drone colombien dans une zone frontalière, en violation de l’espace aérien vénézuélien.

Dans un communiqué publié mardi, les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) du Venezuela, considérant que la violation de l’espace aérien de leur pays "coïncide" avec la visite en Colombie du chef du commandement sud des États-Unis, Crayg Faller, a dénoncé Bogota comme base militaire de Washington.

Selon la note, un drone du type Hermes, appartenant à l’armée de l’air colombienne, a violé l’espace aérien vénézuélien lundi (16 h 48, heure locale) et a été détecté par les systèmes d’exploration du Commandement vénézuélien de défense aérospatiale, survolant le territoire de la municipalité de Jesús María Semprúm, État de Zulia (nord-ouest), sans autorisation de survol requise et sans présenter le plan correspondant pour entrer au Venezuela.

"Cet événement constitue une menace flagrante à la sécurité de la nation car il s’agit d’un système militaire utilisé pour des missions de reconnaissance aérienne, qui n’a certainement pas été involontaire ou fortuite, car elle coïncide avec la présence en Colombie de l’amiral Crayg Faller, chef du commandement sud des États-Unis, lors de sa deuxième visite cette année en territoire colombien pour discuter soi-disant des questions de la coopération en matière de sécurité", souligne le texte.

Le Venezuela souligne dans le communiqué qu’il y a des signes clairs d’un "stratagème" entre Bogota et Washington pour réaliser "un de ses connus faux positifs" ou tout autre incident qui leur permettrait de continuer à engendrer l’instabilité et à torpiller le processus de dialogue inter-vénézuélien qui se déroule actuellement au Mexique, en quête de solutions aux problèmes du pays, de la paix et de l’unité de tout le peuple vénézuélien.

À cet égard, il rappelle que, sur ordre du président vénézuélien Nicolás Maduro, les forces de la FANB surveillent constamment l’espace aérien du pays et se maintiendront en état d’alerte contre toute provocation.

"Qu’est-ce que le Commandement Sud des États-Unis est venu faire en Colombie ?" C’est la question posée par le ministre vénézuélien de la Défense, Vladímir Padrino López, dans un message sur Twitter, dans lequel il dénonçait également que "Alors que l’Amérique latine ouvre la voie à l’intégration, l’oligarchie nauséabonde qui règne en Colombie encourage la guerre en tant que base avancée des opérations de l’impérialisme pour déstabiliser la région".

Washington et Bogota ont réaffirmé en avril leur alliance contre Caracas, exprimant leur "engagement partagé", sur ce qu’ils ont appelé "restaurer la démocratie et l’Etat de droit" au Venezuela.

Face à cela, Caracas avertit que Bogota complote pour saboter les dialogues inter-vénézuéliens entre les délégations du Gouvernement et la Plateforme unitaire, qui rassemble l’opposition la plus radicale.

 

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/271119-le-venezuela-denonce-la-violation-de-son-espace-aerien-par-un-drone-colombien

Tag(s) : #Venezuela#colombie

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REAFFIRME SON ENGAGEMENT ET SA SOLIDARITE AVEC LA PALESTINE

Par Le 21/09/2021

20 Septembre 2021

Le Venezuela réaffirme son engagement et sa solidarité avec l’État de Palestine
Ecrit par Joselyn Ariza le 20. 09. 2021 . Publié dans Nouvelles
Le Chancelier de la République bolivarienne du Venezuela, Félix Plasencia, a eu ce lundi une rencontre fraternelle à New York avec son homologue de l’État de Palestine, Riad Al-Malki.

Ce rapprochement a eu lieu en pré-session à la 76e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), au cours de laquelle le chancelier vénézuélien a tenu des réunions importantes avec différents représentants du monde.

Au cours de la réunion, le diplomate a réaffirmé «l’engagement solidaire du Venezuela et du président Nicolás Maduro envers la juste cause du peuple palestinien», et son engagement inébranlable pour la souveraineté et l’autodétermination.


Lors de la rencontre, les deux chanceliers ont convenu de poursuivre leur coopération au niveau multilatéral, tant à l’ONU qu’au sein du Mouvement des pays non alignés (Mnoal) «pour insister sur le respect de la Charte des Nations Unies et du droit international public. »

source : http://mppre.gob.ve/2021/09/20/venezuela-reafirma-compromiso-solidaridad-estado-palestina/

Tag(s) : #Venezuela#palestine

Dans VENEZUELA

DISCOURS DU PRESIDENT VENEZUELIEN MADURO AU 6e SOMMET DES CHEFS D’ETATS DE LA CELAC

Par Le 20/09/2021

19 Septembre 2021

Discours du président Nicolás Maduro au VIe Sommet des chefs d'État de la CELAC
Écrit par Enio Melean le 18/09/2021. Publié dans

La négociation et la discussion de ces documents importants, qui reflètent en eux-mêmes une bonne partie des préoccupations, des inquiétudes et des propositions qui ont été faites dans le dialogue d'aujourd'hui, doivent vraiment être revues, être vues. Et notre préoccupation est toujours de savoir comment les transformer en actions, comment les transformer en politiques communes pour l'Amérique latine et les Caraïbes, en politiques publiques, en chacune des manifestations de volonté solidaire que nos peuples doivent connaître, qui sont incluses dans la déclaration centrale, 44 numéros avec des éléments substantiels de la situation de la crise du changement climatique, de la pandémie, de la crise sociale. Il en va de même pour les déclarations spéciales.

Je crois que le processus de préparation de ce sommet a été extraordinaire. J'ai eu la chance, dans la vie, d'avoir été le ministre des affaires étrangères du commandant Hugo Chávez et d'avoir participé depuis 2008 aux démarches qui ont abouti à la construction de ces premières fondations de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes. Il s'agissait du président Lula da Silva du Brésil. Il est très regrettable que le président Jair Bolsonaro, dans une vision négationniste et clivante, ait retiré le Brésil de cette Communauté dont il a tant besoin.

C'est le président Lula da Silva qui nous a réunis le 17 décembre 2008 à Bahias, à Salvador de Bahias, et c'est là que la première étape a été franchie lors du sommet de l'Amérique latine et des Caraïbes, connu sous le nom de CAL. C'est le président mexicain Felipe Calderón qui nous a convoqués, étant de la droite mexicaine et latino-américaine, qui nous a tous convoqués, le 23 février 2010 à Cancún. Et c'est à Caracas, les 2 et 3 décembre 2011, sous la présidence du commandant Hugo Chávez, le commandant révolutionnaire, bolivarien, que la CELAC a été fondée avec la plus grande diversité idéologique connue, les 2 et 3 décembre 2011, à Caracas. Puis vinrent les sommets au Chili, à Cuba, au Costa Rica, en Équateur. Mais nous avons eu quatre ans sans sommet. Et Celac a commencé à décliner. Malheureusement, une fois de plus, en Amérique latine et dans les Caraïbes, l'effort commun a commencé à faiblir. Les libérateurs de notre Amérique d'il y a 200 ans ont dû vivre le déclin de leur projet unitaire et émancipateur.

C'est le libérateur Simón Bolívar qui a convoqué tout ce qui était l'Amérique du Sud, autrefois colonie d'Espagne, au Panama en juin 1826. Dans quelques années, on commémorera le 200e anniversaire du Congrès de Panama. Et puis vint la division, le déclin il y a presque deux siècles, jusqu'à ce que le chemin soit repris à travers cet instrument : la CELAC.

Nous croyons profondément au dialogue de la diversité et je dis au président du Paraguay, fixez la date, le lieu et l'heure d'un débat sur la démocratie, au Paraguay, au Venezuela et en Amérique latine, et nous sommes prêts à l'organiser, fixez le lieu. Ou je le dis un peu plus, si vous me permettez d'être passionné, fixez la date, le lieu d'un débat, Président Lacalle, ou fixez la date, le lieu d'un débat ; ou fixez l'heure, Président López Obrador, et le Venezuela est prêt à débattre de la démocratie, des libertés, de la résistance, de la révolution et de tout ce qui doit être débattu, le néolibéralisme ; devant le peuple, en direct, en privé, comme vous le souhaitez, avec respect, sans exclusions.

J'ai beaucoup aimé une phrase que l'un d'entre vous a prononcée, selon laquelle nous ne devrions pas former de clubs idéologiques. Nous ne devons pas idéologiser les politiques internationales, je l'ai appris en tant que ministre des affaires étrangères, et savez-vous qui m'a appris cela ? Hugo Rafael Chávez Frías. La politique internationale doit être au service du droit international, des grands intérêts de l'humanité, des grands intérêts de la région, et nous devons tourner la page du divisionnisme qui s'est inséré en Amérique latine, du harcèlement de la révolution bolivarienne, et maintenant du harcèlement incessant des révolutions cubaine et nicaraguayenne. Ce n'est pas la voie à suivre. Nous aurions assez de pierres à jeter sur certains d'entre vous, mais nous ne sommes pas là pour jeter des pierres, nous sommes là pour tendre la main pour le travail, pour le dialogue et pour l'unité dans les grands événements.

Tous ceux qui sont ici sont des chefs de gouvernement, nous sommes des chefs d'État et nous vivons dans une angoisse permanente sur ce qu'il faut faire à temps pour sauver nos peuples, pour s'occuper de nos peuples, que faire de ce bagage de décisions, de cette doctrine commune que nous générons dans la diversité ?

source : http://www.mppre.gob.ve/discurso/discurso-presidente-maduro-vi-cumbre-jefes-estado-celac/

Tag(s) : #Venezuela#CELAC#Maduro

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : LE GOUVERNEMENT MADURO REVIENT AU FMI ET CEDE A L’IMPERIALISME

Par Le 16/09/2021

15 Septembre 2021

Mercredi 15 septembre 2021
Parti communiste du Venezuela : Le gouvernement Maduro revient au FMI et cède à l'impérialisme


Dans une déclaration concernant le deuxième cycle de négociations entre le gouvernement social-démocrate de Nicolas Maduro et l'opposition pro-USA au Mexique, le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) souligne :
" Le deuxième cycle de négociations entre les deux groupes opposés de la bourgeoisie nationale a eu lieu au Mexique du 3 au 6 septembre. Les deux parties ont annoncé deux premiers accords partiels comme étant une grande avancée pour les intérêts du pays et du peuple vénézuélien. L'un des accords se réfère à "la défense de la souveraineté du Venezuela sur la bande d'Essequibo" tandis que l'autre se présente sous le titre d'"un accord pour la protection sociale du peuple vénézuélien". 


Ces deux accords sont une fausse façade qui dissimule la véritable reddition et les objectifs anti-populaires du pacte de l'élite. Ils utilisent le différend territorial avec le Guayana pour démontrer une prétendue souveraineté et une attitude nationaliste, alors que l'on sait que l'une des parties encourage depuis des années les sanctions illégales et l'ingérence étrangère contre le Venezuela, tandis que l'autre avance dans une politique éhontée de concessions de souveraineté, de privatisations et de remise de nos ressources et de nos richesses au capital monopolistique transnational par le biais de la loi anti-blocage anticonstitutionnelle, de la loi sur les zones économiques spéciales et des intentions déclarées de réformer la loi sur les hydrocarbures. 

Mais il y a plus grave encore : sous l'euphémisme de "protection de l'économie nationale et de mesures sociales pour le peuple vénézuélien", les deux partis ont annoncé leur engagement à prendre des mesures pour que le Venezuela puisse accéder aux droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI) et demander d'autres ressources aux organisations multilatérales. En d'autres termes, le pacte mexicain a fait le premier pas vers le retour du Venezuela dans les institutions financières du consensus de Washington. 

Plusieurs défenseurs du pacte soulignent déjà que les DTS du FMI ne sont pas des prêts et ne compromettront donc pas la souveraineté de la politique économique du pays. Certes, le Venezuela a le droit de recevoir ces fonds en tant que pays membre du FMI. Cependant, les circonstances dans lesquelles cela se produirait (médiatisées par l'action politique de la droite pro-impérialiste et dans le contexte d'une crise économique nationale aiguë) nous amènent à penser qu'il serait naïf de penser que ces forces ne profiteront pas pour imposer certaines conditions. 

En outre, une fois les DTS du FMI approuvés, le pacte mexicain a accepté d'entreprendre des démarches pour obtenir des ressources auprès d'autres organisations internationales multilatérales. Bien qu'il soit intéressant de noter qu'il n'est pas précisé quelles organisations, les gens ont indiqué qu'ils pourraient inclure la recherche de prêts auprès du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement et d'autres organisations dans l'orbite de domination de l'impérialisme américain et européen. 

Au Mexique, la soumission du Venezuela à un plan de "sauvetage" financier avec son programme d'ajustement macroéconomique néolibéral respectif régi par les objectifs fixés par ces institutions multilatérales est en train de couver. 

Le gouvernement de Nicolás Maduro est parfaitement conscient qu'aller vers ces institutions implique de se soumettre à leurs politiques. Son gouvernement le cache délibérément afin de ne pas signaler explicitement sa politique de capitulation. La droite pro-impérialiste, en revanche, soutient cette demande au FMI et aux autres organisations multilatérales, car elle sait que ce rapprochement entraînera des changements en faveur des intérêts du capital transnational et national qu'elle représente. Avec le pacte mexicain, le gouvernement Maduro cède à l'impérialisme. 

En s'adressant à ces organisations financières, le gouvernement cherche à transmettre un message de confiance au gouvernement américain et au capital monopoliste transnational qu'il cherche désespérément à attirer dans le cadre de sa politique de libéralisation économique. 

Se soumettre aux exigences du FMI ou de la Banque mondiale ne représentera pas un grand changement pour le gouvernement national. L'actuel programme d'austérité économique qu'il met en œuvre coïncide largement avec le programme néolibéral de ces institutions : libération des prix, gel des salaires, déréglementation du travail, privatisations, préférences fiscales et d'impôts pour le capital, entre autres. Paradoxalement, tout cela est voilé sous le discours de placer le "bien-être du peuple au centre" ou avec l'argument cynique de "récupérer les libertés économiques du peuple." 

La soumission du Venezuela aux programmes de prêts de ces organisations entraînera de graves conséquences pour le pays et les travailleurs en matière de droits du travail, d'accès universel aux services publics, ainsi que la perte de souveraineté et le démantèlement de la propriété de l'État, comme le montrent déjà les récents événements en Argentine, en Équateur et les résultats concrets de l'expérience historique du Venezuela à la fin des années 1980, avec des résultats tragiques pour notre peuple.  

Depuis le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV), nous exprimons notre rejet énergique de toute tentative de soumettre le pays et le peuple vénézuélien, dans les conditions précaires actuelles de l'économie, aux sacrifices encore plus agressifs imposés par ces organisations financières.  

Le pacte bourgeois de Mexico révèle son véritable objectif à chacune de ses sessions : jeter les bases institutionnelles et légales de la répartition des richesses du pays entre le capital privé national et étranger, en faisant porter les conséquences de la crise profonde actuelle sur les épaules des travailleurs.

La classe ouvrière et le peuple en général ne peuvent se laisser berner par les illusions et les offres trompeuses du pacte bourgeois de Mexico.  

Face au pacte entre les élites de la bourgeoisie, à la crise, à l'ajustement néolibéral et à l'agression impérialiste, continuons à construire l'Alternative Populaire Révolutionnaire. Il est possible de conquérir une sortie de crise qui mette au centre les intérêts et les droits des travailleurs de la ville et de la campagne.

Caracas, 11 septembre 2021

Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela
 

source : https://www.idcommunism.com/2021/09/communist-party-of-venezuela-maduro-government-returns-to-imf-gives-in-to-imperialism.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA REJETTE ENERGIQUEMENT LES FAUSSES ACCUSATIONS DES ETATS-UNIS

Par Le 16/09/2021

16 Septembre 2021

Le Venezuela rejette énergiquement les fausses accusations des Etats-Unis

La République bolivarienne du Venezuela condamne énergiquement la pratique illégale et illégale des États-Unis d’Amérique (États-Unis d’Amérique) ) de vouloir s’ériger en police supranationale d’États souverains et indépendants, comme en témoigne le Mémorandum sur les principaux pays producteurs de drogues illicites ou de transit de drogues importantes pour l’année fiscale 2022, publié le 15 septembre de cette année.

Ce fait viole les principes fondamentaux du droit international public, tels que le respect mutuel souverain, l’indépendance politique, l’égalité juridique, la non-ingérence dans les affaires intérieures et un principe fondamental des relations juridiques et éthiques internationales: la bonne foi, par laquelle le gouvernement des États-Unis persiste dans son intention inappropriée de jouer le gendarme mondial antidrogue alors que sa balance des paiements repose sur le centre de légitimation des capitaux – provenant de la drogue – le plus grand de la planète.

Paradoxalement, il est inhabituel que son principal partenaire et mandataire sur la scène géopolitique mondiale, le gouvernement de la République de Colombie, soit le premier producteur mondial de cocaïne, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’une grande culture floue sur toute sa géographie pour se perpétuer comme le premier producteur mondial de cocaïne.

De même, il est douteux que le pays qui se disputent l ' hégémonie financière mondiale et dont le système bancaire applique une politique mensongère de contrôle du blanchiment d ' argent provenant de la production et du trafic de drogues tente de donner des leçons à la communauté internationale au mépris de la souveraineté et de la juridiction des États.

Il convient de rappeler que le Venezuela respecte strictement les dispositions des conventions internationales relatives au contrôle des substances psychotropes et des stupéfiants. Notre pays est reconnu par l ' Organisation des Nations Unies comme un pays exempt de cultures illicites, grâce au travail constant des forces de l ' ordre, aux politiques préventives et à la volonté de coopérer de manière coordonnée, multidisciplinaire et non politisée, sur la base des principes de la souveraineté et du multilatéralisme.

Au moment où le Venezuela approfondit le dialogue politique national, les agressions ne manquent pas pour détourner la marche soutenue vers la paix et la stabilité démocratique. , comme la Colombie, dont la participation au crime de narcotrafic est avérée, continuent cyniquement d’être protégés et maquillés par la Maison Blanche.

La République bolivarienne du Venezuela condamne la politisation de cette question et exhorte les gouvernements du monde entier à la traiter de manière éthique et responsable, en évitant à tout prix de l ' instrumentaliser pour favoriser des opérations de contrôle extraterritorial et d ' interventionnisme dans des États tiers souverains.

Caracas, le 15 septembre 2021

source : http://www.mppre.gob.ve/comunicado/venezuela-rechaza-estados-unidos-drogas/

Tag(s) : #Venezuela#USA

Dans VENEZUELA

DES CENTAINES D’ONG DEMANDENT LA FIN DES SANCTIONS CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 15/09/2021

15 Septembre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-09-14 20:05:20

 

 

Caracas, 14 septembre (RHC) Des organisations de la société civile et des mouvements sociaux et populaires ont exhorté l’Organisation des Nations Unies (ONU) à "demander officiellement au gouvernement des États-Unis de lever sans condition les mesures coercitives unilatérales qu’il a prises contre le pays (Venezuela)".

Une pétition officielle publiée lundi sur le site web du ministère vénézuélien des Affaires Étrangères, paraphée par 847 signataires, dont 267 ONG du Venezuela et d’autres pays, s’adresse spécifiquement à la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet et à la Rapporteuse spéciale sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l’exercice des droits de l’homme, Alena Douhan.

"Les nombreuses restrictions unilatérales que les Etats-Unis appliquent depuis 2014, constituent un crime contre l’humanité car elles entravent l’accès aux biens et services nécessaires au développement social du peuple vénézuélien et elles violent le droit international et le principe de l’autodétermination du peuple", indique le texte.

La pétition souligne que les restrictions unilatérales des États-Unis cherchent à priver le Venezuela de médicaments, de nourriture, de carburants, de services, d’infrastructures essentielles, ainsi qu’à provoquer une crise en matière de santé.

La pétition est présentée alors que la vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, a déclaré au Parlement que la détérioration des services publics du pays est le résultat des sanctions imposées par les États-Unis, l’Union européenne (UE) et leurs alliés.

Entre-temps, le sénateur américain Bob Menéndez et des législateurs européens ont souligné que l’avenir des sanctions contre le Venezuela dépendra du résultat des dialogues entre le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro et l’opposante Plateforme Unitaire, commencés à la mi-août à Mexico.

Les délégations du gouvernement de Maduro et de l’opposition vénézuélienne ont entamé leurs dialogues en août dernier et sont parvenues à un mémorandum d’entente. La deuxième phase de ces négociations s’est achevée sur deux volets intitulés ‘Accord pour la ratification et la défense de la souveraineté du Venezuela sur la Guyane Esequiba' et‘ Accord partiel pour la protection sociale du peuple vénézuélien'.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/270231-des-centaines-dong-demandent-la-fin-des-sanctions-contre-le-venezuela

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU MEXIQUE : ASSEZ DES ATTAQUES DE MADURO CONTRE LES DROITS DEMOCRATIQUES DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA ET DE L’APR!

Par Le 10/09/2021

9 Septembre 2021

Parti communiste du Mexique: Assez des attaques de Maduro contre les droits démocratiques du Parti communiste du Venezuela et de l'APR
9/7/21 10:48 AM
Assez des attaques de Maduro contre les droits démocratiques du Parti communiste du Venezuela et de l'APR !

Mexico, 6 septembre 2021

Au cours du processus d'élection de l'Assemblée nationale en 2020, le Parti communiste du Venezuela et l'Alternative populaire révolutionnaire (APR) ont été soumis à la censure et aux calomnies du président Nicolás Maduro, de ses fonctionnaires et du PSUV. De manière inquiétante, le gouvernement est intervenu dans la vie interne de plusieurs des partis qui composent l'ARP. Ainsi, par exemple, les membres du parti Patria Para Todos ont été privés de leur inscription électorale et leur papier à en-tête a été remis à un groupe pro-gouvernemental ; Nous avons également assisté à la persécution politique contre le parti Tupamaro et aux dures conditions de détention de son dirigeant José Pinto ; il y a une persécution contre les dirigeants syndicaux des organisations proches de l'APR et l'assassinat de camarades du PCV dans le mouvement paysan et populaire n'est toujours pas résolu. La campagne noire ainsi que la censure n'ont pas réussi à empêcher un vote important pour l'APR, de sorte qu'avec des manœuvres de palais, ils ont été privés des sièges parlementaires qui leur correspondaient en fonction de leur pourcentage.

Malgré tout l'appareil gouvernemental contre eux, le PCV et le RPA ont remporté une importante victoire qualitative en imposant une voix de la classe ouvrière, des paysans pauvres, des femmes travailleuses et des jeunes à l'Assemblée nationale. Le député communiste Oscar Figuera, qui exprime fidèlement non seulement la position du PCV, mais aussi celle de la diversité des organisations qui font partie de l'APR. Cependant, la campagne du gouvernement et du PSUV s'est poursuivie. Ces derniers mois, le comportement autoritaire du président de l'Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, visant à empêcher le PCV et l'APR de s'exprimer, et menaçant maintenant de retirer le droit de parole pendant un mois, est devenu évident. Lorsque le député communiste prend la parole à l'Assemblée nationale, la chaîne de télévision parlementaire suspend la transmission. C'est la logique anticommuniste de Maduro, dont M. Rodriguez est un triste instrument.

Aujourd'hui, les attaques contre les droits et libertés démocratiques progressent lorsqu'une fois de plus, sur instruction du gouvernement, l'enregistrement de la candidature à la mairie de Caracas d'Eduardo Samán, soutenu par l'ARP et les secteurs sociaux et populaires et inscrit sur la carte électorale du Parti communiste du Venezuela, est empêché. C'est un acte inadmissible que nous condamnons.

Comme l'a démontré le Parti communiste vénézuélien, les Dialogues de Mexico, parrainés par Lopez Obrador, entre le gouvernement de Maduro et l'opposition dirigée par Guaidó visent à configurer un nouveau Pacte de Puntofijo qui avait entre autres caractéristiques celle d'être un mécanisme anticommuniste.

Nous exprimons notre entière solidarité au Parti communiste du Venezuela, à l'Alternative populaire révolutionnaire et nous exigeons le respect du droit de la classe ouvrière à présenter ses candidats aux élections de cette année,

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Le Comité central du Parti communiste du Mexique

source : http://solidnet.org/article/CP-of-Mexico-Basta-ya-de-atentados-de-Maduro-contra-los-derechos-democraticos-del-Partido-Comunista-de-Venezuela-y-la-APR/

Tag(s) : #PCM#PCV#Communiste#Venezuela#Mexique

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : DECES DE FERMIN TORO JIMENEZ, REVOLUTIONNAIRE ET PERE DU DROIT INTERNATIONAL VENEZUELIEN

Par Le 10/09/2021

9 Septembre 2021

Décès de Fermín Toro Jiménez, révolutionnaire et père du droit international vénézuélien
Écrit par Enio Melean le 09/09/2021. Posted in News

Le départ physique ce 8 septembre de l'ambassadeur et professeur d'université, Fermín Toro Jiménez, laisse un grand vide dans le domaine du droit international, dans lequel il est considéré comme le père de cette discipline dans le pays, et aussi dans les rangs du militantisme révolutionnaire, qui a caractérisé ses actions en politique tout au long de sa vie.

Le diplomate et enseignant est né le 26 octobre 1933. Docteur en droit, défenseur passionné de la souveraineté nationale et de la thèse de l'immunité juridictionnelle des États, co-rédacteur du chapitre international de la Constitution de 1999 de la République bolivarienne du Venezuela et auteur de plusieurs textes sur le droit international public et les organisations internationales.

Sa longue carrière dans des postes publics et universitaires a commencé en 1958-1959, lorsqu'il a été conseiller de la délégation vénézuélienne auprès des Nations unies (ONU) à Genève, en Suisse. En 1959, il a commencé à enseigner en tant que professeur titulaire à la faculté des sciences juridiques et politiques de l'université centrale du Venezuela (UCV).

Des années plus tard, entre 1994 et 1999, il a été directeur de l'Instituto de Altos Estudios Diplomáticos "Pedro Gual".

Pendant la période de la révolution bolivarienne, l'ambassadeur Toro Jiménez a été conseiller juridique de la présidence de la République de 2002 à 2003, directeur des relations présidentielles internationales et agent de l'État pour les droits de l'homme devant le système international de 2003 à 2004, et ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela auprès de l'ONU, à New York, aux États-Unis, de 2004 à 2006.

Au niveau académique, il a également étendu sa vocation éducative à l'Université bolivarienne du Venezuela (UBV), où il est resté en tant que professeur titulaire à l'École d'études politiques de 2007 jusqu'à son départ physique.

Le professeur Fermín Toro Jiménez a toujours agi sur la base de ses principes révolutionnaires droits, engagés dans les luttes justes des peuples, et de l'esprit internationaliste pour la cause de l'humanité.

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/09/09/fallece-fermin-toro-jimenez-padre-derecho-internacional/

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE CONSEIL NATIONAL ELECTORAL TENTE DE BLOQUER LA CANDIDATURE COMMUNISTE A LA MAIRIE DE CARACAS

Par Le 07/09/2021

6 Septembre 2021

 

Le Conseil national électoral tente de bloquer la candidature du Parti communiste à la mairie de Caracas
9/6/21 9:39 AM
 Le Conseil National Electoral tente de bloquer la candidature du Parti Communiste à la Mairie de Caracas.

 

Le Parti communiste du Venezuela informe que le dimanche 5 septembre, le Conseil national électoral a annoncé que la candidature d'Eduardo Saman à la mairie du Libertador de Caracas était "rejetée". 

L'annonce a été faite une heure après la clôture de la deuxième prolongation des postulations pour les élections du 21 novembre, ce qui signifie que l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) se retrouve sans candidat dans la capitale. 

Face à cette situation, le PCV a substitué le nom de Saman dans le système de postulation électorale pour garantir cet espace. 

Nous exigeons que le pouvoir électoral explique cette décision qui, à première vue, semble être une nouvelle tentative d'affaiblir la candidature de l'APR sur le ticket du PCV à Caracas. 

Nous appelons le mouvement révolutionnaire populaire de Caracas à être vigilant face à cette nouvelle attaque qui n'est que la dernière d'une longue liste d'attaques institutionnelles contre l'ARP et le PCV. 

Nous ratifions notre engagement à construire une véritable alternative qui affronte le pacte entre les élites qui se développe actuellement.

 

Nous sommes avec le peuple pour construire un nouvel espoir !

 

Oscar Figuera

Secrétaire Général du Comité Central du PCV 

Adelaida Zerpa

Secrétaire politique de la Commission de réorganisation du PCV à Caracas.

 

Caracas, le 5 septembre

https://prensapcv.wordpress.com/2021/09/05/denuncia-cne-intenta-bloquear-la-candidatura-de-eduardo-saman-a-la-alcaldia-de-caracas/

source : http://solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-DENOUNCEMENT.-National-Electoral-Council-tries-to-block-the-Communist-Partys-candidature-to-the-Caracas-Mayorship/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LE MEXIQUE VALIDENT L’UTILISATION DU VACCIN CUBAIN CONTRE LE COVID-19

Par Le 02/09/2021

2 Septembre 2021

Pour Cuba, l'obtention de plusieurs vaccins contre le coronavirus dans les conditions d'un blocus hostile représente un jalon scientifique, mais cette approbation augmente l'intérêt suscité dans le monde entier par ses médicaments

Auteur: José LLamos Camejo | informacion@granmai.cu

Auteur: Nuria Barbosa Leon | informacion@granma.cu

1er septembre 2021 11:09:27


Production du vaccin Abdala dans les laboratoires cubains. Photo: Ricardo López Hevia

La vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodriguez, a dénoncé le fait que le blocus « entrave considérablement la vaccination » (contre le COVID-19) dans son pays et à Cuba, tout en soulignant que « nous sommes toujours là ».

En abordant cette question, la dirigeante bolivarienne a salué les progrès réalisés par Cuba dans le processus d'obtention de vaccins contre le SARS-CoV-2, ainsi que les progrès du Venezuela dans la vaccination de sa population, malgré le caractère criminel du blocus, et a souligné que « rien ne nous a arrêtés ».

Elle a critiqué le fait que, contrairement à une poignée de nations privilégiées, la plupart des pays du monde n'ont pas eu accès aux vaccins contre le nouveau coronavirus ; « l'iniquité, le déséquilibre, les caractéristiques du monde capitaliste ont été imposés au processus de vaccination et au contrôle de la pandémie ».

Delcy Rodriguez a également annoncé que depuis le début de cette semaine, le Venezuela accélère le processus de vaccination, dans le but d’immuniser 22 000 000 de Vénézuéliens (70 % de la population) dans les plus brefs délais. À cette fin, a-t-elle ajouté, le nombre de points de vaccination situés dans les centres de diagnostic intégral (CDI) sera porté à 179, sans affecter les autres services fournis par ces institutions. Elle a également annoncé l'ouverture de 452 sites de vaccination supplémentaires dans différents centres de santé et autres établissements du pays.

Le Mexique approuve le vaccin cubain Abdala

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a annoncé que le vaccin cubain Abdala a reçu un avis favorable de la Commission fédérale de protection contre les risques sanitaires (Cofepris) de son pays.

Il a expliqué que la prochaine étape consiste en l'évaluation des dossiers par la société pharmaceutique Neuronic Mexicana S.A. de C.V. et le Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB), de Cuba, afin d'obtenir une autorisation sanitaire.

Selon le chef de la diplomatie mexicaine, cité par l’agence Prensa Latina, cette action répond à l'engagement de soutenir la production de médicaments anti-COVID-19 parmi les membres de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), dont son pays assure le secrétariat pro tempore.

Il a reconnu qu'il s'agit du premier vaccin anti-COVID-19 d'origine latino-américaine à être autorisé par des spécialistes mexicains et à obtenir un avis technique favorable sur les exigences de qualité, de sécurité et d'efficacité, qui sont essentielles lorsqu'on envisage d'utiliser un produit biologique chez les êtres humains.

Cofepris a signalé que le Comité des nouvelles molécules a émis des critères positifs sur l'autorisation d'utilisation d'urgence d'Abdala, et a expliqué que l'immunogène cubain est composé d'une protéine recombinante du domaine de liaison au récepteur du virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19.

Pour Cuba, l'obtention de plusieurs vaccins contre le coronavirus, dans des conditions de blocus hostile, représente un jalon scientifique, mais cette approbation augmente l'intérêt suscité dans le monde entier par ses médicaments.
source : http://fr.granma.cu/mundo/2021-09-01/le-venezuela-et-le-mexique-valident-lutilisation-du-vaccin-cubain-contre-la-covid-19

Tag(s) : #Cuba#Venezuela#Mexique

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE UNE ATTAQUE MULTIFORME DES ETATS-UNIS ET DE LEURS ALLIES

Par Le 31/08/2021

31 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-30 16:59:06

 

 

Caracas, 30 août (RHC) Le Venezuela remet une fois de plus en question les sanctions des États-Unis et de leurs alliés contre Caracasi, en particulier dans le contexte de la pandémie de  COVID-19, sanctions qu’il qualifie d’illégales et de violations du droit international.

Dans une interview avec le programme, ‘Ici Avec Ernesto Villegas' qui diffuse Venezolana de Televisión (VTV), le ministre vénézuélien du Pouvoir Populaire pour les Relations Intérieures, Justicia y Paz , Remigio Ceballos, a affirmé que Caracas a affronté des assauts impériaux et des groupes économiques qui prétendent s’emparer des ressources de la nation sud-américaine.

Remigio Ceballos, qui est également, le vice-président du gouvernement vénézuélien pour la sécurité citoyenne a déclaré que ces aspirations impérialistes ne se sont pas matérialisées parce qu’il y a au Venezuela une force armée nationaliste et consciente et un peuple révolutionnaire.

Enfin, il a demandé au peuple vénézuélien et à toutes les institutions du pays bolivarien de maintenir l’unité face à de tels complots de l’impérialisme.

Par ailleurs, le Ministère des relations extérieures du Venezuela a accusé la Colombie de créer de faux conflits au lieu de résoudre les crises par la coordination.

Dans un communiqué publié dimanche, le ministère vénézuélien des Affaires Étrangères a réfuté les accusations portées contre elle par la Colombie, qui a affirmé le même jour que des militaires vénézuéliens auraient arraisonné de manière "arbitraire" une embarcation qui naviguait sur un fleuve colombien frontalier avec le Venezuela en violation du Traité sur la démarcation des frontières et la navigation des fleuves communs signé en 1941.

"Le Venezuela rejette le communiqué incohérent du ministère colombien des Affaires Étrangères qui cherche à accroître les tensions entre les deux pays, générant de faux conflits dans des interactions qui peuvent être résolues par la coordination des autorités locales", lit-on dans le texte.

Il a également évoqué la situation sociale complexe à la frontière entre les deux pays, appelant Bogota à mener des négociations et à "coordonner la diplomatie" afin de résoudre les crises.

Il a toutefois ajouté que "le fait que le Gouvernement colombien ne soit pas disposé à établir des voies de communication rend plus difficile de travailler plus efficacement en faveur de la légalité à la frontière".

Cela alors que le Gouvernement vénézuélien, présidé par Nicolas Maduro, respecte tous les traités internationaux et, en outre, est prêt à coopérer pour régler les conflits et établir la sécurité et la stabilité garanties aux frontières communes avec la Colombie, a-t-il précisé.

Partageant 2200 kilomètres de frontière, Caracas et Bogota entretiennent une confrontation tendue ces dernières années. Les deux pays ont rompu toutes leurs relations diplomatiques en 2019, après que la Colombie, suivie des États-Unis, a reconnu le chef de l’opposition Juan Guaidó comme le "président par intérim" du Venezuela.

Les tensions entre Bogota et Caracas se sont intensifiées au début du mois de mai 2020, lorsque le Gouvernement vénézuélien a dénoncé avoir démantelé une incursion mercenaire, appelée opération Gédéon, orchestrée par Washington et Bogota, dans le but d'"assassiner" Maduro.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/268544-le-venezuela-denonce-une-attaque-multiforme-des-etats-unis-et-de-leurs-allies

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : DES TRAVAILLEURS HUMANITAIRES CUBAINS TRAVAILLENT DANS LES ZONES LES PLUS TOUCHEES PAR LES FORTES PLUIES

Par Le 28/08/2021

27 Août 2021

Des travailleurs humanitaires cubains travaillent dans les zones les plus touchées par les fortes pluies au Venezuela
AUG
26
2021

Ce matin, un groupe de trente collaborateurs cubains des secteurs de la santé et de l'électricité est parti pour les États vénézuéliens les plus touchés par les fortes pluies de ces derniers jours, qui ont fait jusqu'à présent 20 morts, plusieurs disparus et d'importants dégâts matériels. 

Ce groupe porte à 92 le nombre total de travailleurs humanitaires servant dans les zones où l'état d'urgence a été décrété par le gouvernement vénézuélien, avec plus de 35 600 personnes touchées.

L'État de Mérida, situé dans la partie nord des Andes, a été l'un des plus durement touchés par les pluies. La présence de montagnes et d'abondants courants d'eau a provoqué des glissements de terrain, de gros rochers et des coulées de boue. 

Pour Cuba, c'est un devoir de répondre à l'appel d'un pays frère lorsqu'il est dans le besoin. Il y a eu de nombreuses années de collaboration mutuelle ininterrompue, fondée sur des idéaux altruistes de solidarité et de fraternité.

Nous, Cubains, continuerons à offrir toute notre aide au peuple et aux gouvernements bolivariens en ces temps difficiles, avec la certitude que toutes les adversités seront surmontées.

EmbaCuba Venezuela

source : http://misiones.minrex.gob.cu/es/articulo/colaboradores-cubanos-laboran-en-zonas-mas-afectadas-por-intensas-precipitaciones-en

Tag(s) : #Cuba#Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO PROMET UNE CROISSANCE ECONOMIQUE EN 2021

Par Le 28/08/2021

28 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-27 16:37:07

      

Caracas, 28 août (RHC) Le président du Venezuela Nicolas Maduro a insisté sur le fait que cette année sera celle de la croissance de l’économie, la même promesse qu’il a faite auparavant, mais sans parvenir à réduire l’hyperinflation.

Dans des déclarations depuis le Palais de Miraflores, siège de l’exécutif, Maduro a rappelé qu’il y a quelques années, quand on parlait de l’économie vénézuélienne, on ne pensait qu’au pétrole, et non à une économie comme un fait social qui intègre tout le territoire.

Mais maintenant, selon le président, le produit intérieur brut du Venezuela sera en croissance réelle grâce au passage de l’économie pétrolière à une économie véritable qui produit des biens, des aliments, des produits et des intrants de la part des entreprises nationales.

Il a ainsi indiqué que le Venezuela est en train de construire une économie libre, indépendante et à vocation exportatrice, une économie post-pétrolière et post-capitaliste qui est en voie de construction avec l’union de tout le pays.

Au cours de ses déclarations, le chef d’état a rappelé que la brutale persécution économique du régime impérial qui gouverne les États-Unis a obligé les secteurs productifs vénézuéliens à cesser de dépendre du flux pétrolier des années précédentes, pour travailler réellement à la production nationale.

Il a averti qu’il faut faire face avec créativité, avec des essais et avec des propositions à la persécution impériale, aux mesures coercitives brutales et illégales du régime nord-américain et de ses alliés dans le monde contre le Venezuela. Le chef de l’Etat bolivarien a affirmé qu’il "n’y a pas de dogme" dans la politique économique vénézuélienne, de sorte que même des "experts" opposants ont reconnu à contrecœur que le Venezuela est sur le point de voir son produit intérieur brut croître progressivement chaque année.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/268310-maduro-promet-une-croissance-economique-en-2021-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : CONTRE L’ACCORD SIGNE A MEXICO, LE PARTI COMMUNISTE APPELLE A CONSTRUIRE UNE ALTERNATIVE A CARACTERE POPULAIRE ET REVOLUTIONNAIRE

Par Le 28/08/2021

Venezuela: Contre l'accord signé à Mexico, le Parti Communiste appelle à construire une alternative à caractère populaire et révolutionnaire

731-24/08/2021 Les parlementaires du Venezuela ont approuvé le 13 août dernier l’accord négocié à Mexico sous l’égide de la Norvège entre le gouvernement

du président Nicolas Maduro et des représentants de l’opposition. Cet accord s'il reconnait la légitimité du président Nicolas Maduro, engage à renoncer à la violence et demande que les sanctions des USA frappant le Venezuela soient levées, n'en constitue pas moins la formation d'une alliance entre les forces social-démocrates représentées par le Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV) du président Maduro et une fraction de la droite vénézuélienne. Ce processus politique d'unité d'une grande partie de la bourgeoisie doit se poursuivre du 3 au 6 septembre prochain.
Dans notre Hebdo N°704 du 17 février, nous avions noté que la signification des vigoureuses attaques du pouvoir contre le Parti Communiste du Venezuela (PCV) avaient pour objectif :" d'organiser un virage en direction des forces de droite et du patronat et pour cela, il faut que le PCV soit sacrifié sur l'autel de la "réconciliation nationale" parce qu'il lutte de manière intransigeante contre le capitalisme, l'impérialisme et la corruption qui ronge le pays et sape les bases de la "révolution bolivarienne" (1). La signature de l'accord de Mexico confirme totalement cette appréciation.
Face à cette situation, le bureau politique du Comité central du PCV, vient de publier le 17 août une déclaration qui analyse le caractère de cet accord et appelle à la formation d'une alternative populaire et révolutionnaire :"Aujourd'hui plus que jamais, nous, travailleurs, devons être unis pour lutter contre l'offensive que le pacte bourgeois du Mexique imposera contre nos droits et la souveraineté du pays. Hier, c'était le pacte de Punto Fijo(2) ; aujourd'hui ce sera le Pacte du Mexique. Avec des acteurs nouveaux et anciens, mais toujours contre les intérêts des travailleurs et de la patrie. La classe ouvrière, la paysannerie et les forces populaires doivent construire l’Alternative à caractère populaire et révolutionnaire face à la nouvelle alliance des élites".

Le bureau politique du PCV dans sa déclaration(3) se livre à une analyse de classe de l'accord de Mexico: " Les représentants politiques des deux fractions les plus importantes de la bourgeoisie nationale sont parvenus à un accord au Mexique afin d'établir les bases pour donner une continuité à un processus de négociations politiques qui se développe depuis un certain temps et donne des résultats concrets au profit de la ennemis du peuple Vénézuélien. D'un côté, nous avons le gouvernement de Nicolás Maduro et la direction de la capitulation du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), représentant les intérêts des nouveaux riches puissants formés à l'ombre des entreprises d'État. De l'autre côté, l'aile droite, dirigée par Juan Guaidó, Henrique Capriles et les partis sociaux-démocrates, représentant la bourgeoisie nationale traditionnelle et les intérêts des groupes monopolistes transnationaux américains et européens" et d'ajouter :" Le protocole d'accord du Mexique est basé sur des accords économiques antérieurs, visant à fournir des garanties aux capitaux privés. Tant le gouvernement que l'opposition de droite s'accordent sur l'ajustement économique néolibéral actuel imposé par la politique de libéralisation des prix, la dollarisation de facto de l'économie, la privatisation des biens publics, le retour des entreprises publiques et des terres agricoles au capital privé et aux grands propriétaires terriens, politiques de flexibilité fiscale, ouverture aux capitaux privés dans le secteur pétrolier, politique de destruction des salaires et de dérégulation des relations de travail. Ainsi que les promesses importantes aux capitaux privés nationaux et étrangers de profits juteux avec les Zones Economiques Spéciales et les attentes d'une réforme de la Loi Hydrocarbures avec laquelle il est prévu de privatiser le business pétrolier et de réduire la capacité de l'Etat à capter les rentes pétrolièrses. C'est pourquoi la classe ouvrière, la paysannerie et les secteurs populaires ne peuvent pas être trompés par les dialogues de la bourgeoisie au Mexique. Ce ne sont pas nos intérêts et nos besoins qui comptent dans l'agenda des représentants politiques de la rapace bourgeoisie nationale et transnationale. Bien au contraire : c'est au sacrifice de nos conquêtes et de nos droits, et portant sur nos épaules tout le poids de la crise et des sanctions impérialistes illégales, qu'aujourd'hui ces deux forces politiques de la bourgeoisie se serrent la main et aspirent à signer le " calumet de la paix »".
Devant cette situation, plus que jamais, le peuple vénézuélien et son Parti Communiste ont besoin d'un soutien internationaliste de classe. Le nôtre leur est acquis dans leur lutte pour la levée du blocus illégal engagé par l'impérialisme et tout particulièrement celui des USA, l'indépendance nationale, le respect des conquêtes et des droits sociaux acquis par la lutte.

Imprimer cet article

(1) https://www.sitecommunistes.org/index.php/monde/monde/1314-venezuela-mali-italie-haiti-catalogne-turquie
(2) Ce pacte a été conclu en 1958 entre les trois grands partis vénézuéliens de l'époque, l'Action Démocratique un parti social-démocrate, , le Comité d'organisation politique électorale indépendante un parti social-chrétien et l'Union Républicaine Démocratique un parti social-libéral. Ce pacte, alors que la dictature de Marcos Pérez Jiménez s'achevait, visait à établir un pouvoir d'où serait exclu les communistes du PCV
(3) https://prensapcv.wordpress.com/2021/08/17/comunicado-bp-pcv-el-pacto-de-elites-se-consolida-en-mexico/

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA SALUE LA VOLONTE DU PEROU D’ACCOMPAGNER LE PROCESSUS DE DIALOGUE ENGAGE AU MEXIQUE

Par Le 26/08/2021

26 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-25 17:44:57

 

 

Caracas, 25 août (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a salué aujourd’hui la volonté du Pérou d’accompagner le processus de dialogue engagé au Mexique entre le gouvernement bolivarien et la Plateforme unitaire de l’opposition.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de la diplomatie vénézuélienne a souligné cette proposition comme une occasion de resserrer les liens entre les deux nations, tout en souhaitant que le nouveau ministre péruvien des Affaires étrangères, Óscar Maúrtua,  réussisse dans ses fonctions.

Nous saluons la volonté du Pérou d’accompagner le dialogue politique qui se déroule entre Vénézuéliens. C’est une position qui ouvre une nouvelle étape de rapprochement avec notre pays frère. Nous souhaitons plein succès à l’ambassadeur et collègue Maúrtua dans ses fonctions de ministre des Affaires Étrangères', a indiqué Plasencia sur la plate-forme de communication.

Le Ministre des affaires étrangères du Pérou a indiqué la veille aux délégations diplomatiques accréditées à Lima que le Pérou offrait son appui au processus de dialogue au Venezuela pour le faire aboutir, ainsi que la possibilité d’accueillir alternativement les négociations.

Les délégations du Gouvernement et de l’opposition ont signé le 13 août dernier le mémorandum d’entente qui régira les pourparlers au Mexique, menés avec la médiation de la Norvège et l’accompagnement de la Russie et des Pays-Bas.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, les négociations viseront à conclure des accords dans le domaine des droits politiques, des garanties électorales et du calendrier pour des élections observables.

De même, les parties s’efforceront d’obtenir la levée des mesures coercitives unilatérales mises en œuvre contre le Venezuela, de rétablir le droit sur les fonds gelés à l’étranger, de renoncer à la violence, de donner réparation aux victimes, et de garantir leur mise en œuvre ainsi que le suivi et la vérification de ce qui a été convenu.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/268099-le-venezuela-salue-la-volonte-du-perou-daccompagner-le-processus-de-dialogue

 

Tag(s) : #Venezuela#Pérou

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : L’ALTERNATIVE POPULAIRE REVOLUTIONNAIRE PRESENTE EDUARDO SAMAN COMME CANDIDAT A LA MAIRIE DE CARACAS

Par Le 26/08/2021

26 Août 2021

L'Alternative Populaire Révolutionnaire présente Eduardo Samán comme candidat à la mairie de Caracas.
5 août 2021
Tribuna Popular

Caracas,5/8/2021 (Redacción TP-APR) Le leader révolutionnaire Eduardo Samán est le candidat de l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR), qui s'exprimera sur la plateforme du Parti Communiste du Venezuela (PCV), au poste de maire de la municipalité de Libertador lors des prochaines méga-élections du 21 novembre.

La coalition de gauche vénézuélienne, au sein de laquelle on retrouve différents courants et mouvements tels que Izquierda Unida (IU), Corriente Lucha de Clases, Corriente PPT Uzcátegui, Partido Revolucionario del Trabajo (PRT), Corriente Tupamaro José Pinto, Voces Antiimperialistas, entre autres, a également annoncé des candidats régionaux, dont le leader Antonia Muñoz, dans l'État de Portuguesa.

Oswaldo Ramos, du Bureau politique du Parti communiste du Venezuela, était chargé d'annoncer les cadres et les combattants proposés pour Barinas, La Guaira, Miranda et Delta Amacuro.

À Barinas, le candidat de l'APR est le dirigeant syndical Aldemaro Sanoja, avec une trajectoire reconnue dans la défense des droits des travailleurs dans cet État ; pour La Guaira, le professeur Nerio Galbán, général à la retraite et président de la Société bolivarienne du Venezuela ; à Delta Amacuro, l'enseignant et communicateur José Gascón ; à Miranda, le dirigeant d'Izquierda Unida et combattant social, Félix Velásquez.

Pour la municipalité de Sifontes, dans l'État de Bolívar, le candidat sera l'ancien dirigeant ouvrier sidérurgique Daniel Romero.

Ramos a indiqué que la plupart des candidats sont le résultat d'un large accord avec différents secteurs et ne sont pas des militants de la APR, mais des travailleurs, des personnes honnêtes, identifiées aux problèmes subis et subis par la majorité des secteurs populaires, avec lesquels ils sont d'accord sur la nécessité de chercher des solutions à la crise sans abandonner le peuple.

L'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) continuera avec l'objectif stratégique de construire une option réelle à la crise sociale, économique et politique du pays face à la capitulation, au-delà de l'électoralisme "ce que nous cherchons est de promouvoir le sauvetage des droits de notre peuple aujourd'hui piétinés par des politiques économiques qui ne favorisent que quelques-uns".

M. Ramos a également dénoncé le fait qu'aujourd'hui même, alors qu'il faisait ces annonces, le Conseil national électoral (CNE) a émis une résolution refusant le droit à la carte à l'organisation Izquierda Unida, qui fait partie de l'APR, en utilisant un argument absurde "uniquement pour refuser la participation aux partis de gauche tout en faisant ouvertement plaisir aux organisations de droite et à la social-démocratie".

Enfin, le dirigeant communiste a souligné que les accords et les consensus se poursuivent dans toutes les régions avec les forces indépendantes, et pas seulement avec les militants de l'APR. "Nous recherchons les meilleurs, les personnes honnêtes du peuple", a-t-il conclu.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2021/08/05/alternativa-popular-revolucionaria-lanza-a-eduardo-saman-para-alcaldia-de-caracas/

Tag(s) : #APR#PCV#Communiste#Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO CONFIRME LE DIALOGUE COMME VOIE POUR CONSOLIDER LA PAIX

Par Le 23/08/2021

23 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-22 18:31:30

F

 

Caracas, 22 août (RHC) Le président Nicolás Maduro a ratifié aujourd’hui que les mécanismes de dialogue établis entre le gouvernement du Venezuela et l’opposition sont le moyen de consolider la paix dans le pays.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le président a souligné l’échec de l’agenda interventionniste des États-Unis et de leurs alliés pour provoquer un changement de régime dans la nation sud-américaine par des voies anticonstitutionnelles.

'Avec la force de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela, de la démocratie et de tout le peuple, nous avons écrasé la stratégie interventionniste de l’impérialisme et de ses laquais. Le dialogue entre Vénézuéliens est la voie pour consolider la paix', a écrit le chef de l’État sur la plate-forme de communication.

Le Gouvernement vénézuélien et la Plate-forme unitaire de l’opposition ont signé le 13 août un mémorandum d’accord dans le cadre des négociations engagées au Mexique en vue de conclure des accords dans le domaine des droits politiques; garanties électorales et calendrier des élections observables.

Les discussions porteront en outre sur la levée des mesures coercitives unilatérales mises en œuvre contre le pays, la restauration du droit des actifs, le renoncement à la violence et la réparation des victimes, et les garanties de mise en œuvre, suivi et vérification de ce qui a été convenu.

'Nous avons persévéré sur la voie du dialogue et, sur cette voie, nous nous maintiendrons maintenant au Mexique et ensuite', a souligné le Président lors d’une récente conférence de presse avec les médias internationaux.

Maduro a également plaidé pour l’établissement de contacts directs avec le gouvernement des États-Unis afin d’aborder les questions bilatérales dans une position de reconnaissance et de respect de la souveraineté.

'Tout serait facilité s’il y avait un peu de sagesse dans les élites qui gouvernent les Etats-Unis', a souligné le chef de l’Etat, en envisageant d’inclure à la table de dialogue au Mexique l’ouverture d’une négociation directe avec l’administration de Joe Biden.

Par ailleurs, dans un autre twitt, le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a déclaré que l’usurpation dont parlait Juan Guaidó s’est terminée par la signature du document au Mexique avec l’opposition.

"Ce que voulait Guaidó, nous l’avons fait, l’usurpation du prétendu gouvernement intérimaire a cessé avec la signature du document au Mexique qui reconnaît la légitimité du gouvernement que je préside; Gouvernement de transition, Nous sommes ici dans la transition vers le socialisme avec de nouveaux ministres ", a déclaré Maduro lors de la prestation de serment de six nouveaux ministres de son cabinet exécutif.

De même, le dirigeant vénézuélien a souligné que les dialogues avec l’opposition, qui supposent une reconnaissance de la légitimité du gouvernement chaviste, ont été victorieux face aux attaques constantes que l’opposition avec le soutien des États-Unis menait contre le Venezuela.

Expliquant sa position, Maduro, après avoir rapporté la victoire de son gouvernement en défaisant ceux qui niaient la légitimité de l’exécutif, a réaffirmé que les élections des gouverneurs et des maires auront lieu le 21 novembre.

Le 13 août, les représentants de l’exécutif vénézuélien, présidé par le président de l’AN, Jorge Rodriguez et ceux de la Plate-forme unitaire, qui rassemble de grands partis d’opposition, ont entamé la première phase des négociations politiques à Mexico, où les deux parties se sont entendues sur un "mémorandum d’accord" garantissant la paix.

Ces dialogues visent la levée des sanctions illégales contre l’économie vénézuélienne, la reconnaissance des autorités légitimes et constitutionnelles, et la cessation des actes de violence et de conspiration de la part de la droite, selon les autorités de Caracas.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/267727-le-president-du-venezuela-confirme-le-dialogue-comme-voie-pour-consolider-la-paix

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE SOUTIEN DES ETATS-UNIS A L’OPPOSITION MONTRE LA DECADENCE DE L’EMPIRE, SON DECLIN

Par Le 23/08/2021

23 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-22 18:23:58

 

 

Caracas, 22 août (RHC) Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino, a déclaré que le soutien des États-Unis à l’opposition montre la décadence de l’empire, et appelle les Vénézuéliens à aimer la patrie.

Sur Twitter, Vladimir Padrino López s’en est pris aux États-Unis pour avoir instrumentalisé l’opposition vénézuélienne pour s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, ce qui est une autre preuve du déclin de leur empire.

"L’arrogance n’est jamais une bonne conseillère. L’erreur de ceux qui, aux États-Unis, ont encouragé l'"intérim" de Juan Guaidó  est un autre exemple de ce que nous avons annoncé : UN EMPIRE EN DÉCLIN. Le mal est fait, mais ceux qui aiment le Venezuela se félicitent du retour de la politique et de la cessation de la stupidité, a-t-il déclaré.

Le ministre de la Défense a ainsi répondu à l’ancien représentant des États-Unis pour les affaires du Venezuela Elliott Abrams, qui dans un article publié samedi, a demandé à l’administration de Joe Biden d’appuyer le chef de l’opposition Juan Guaidó, au cas où celui-ci déciderait de participer aux élections du 21 novembre.

Malgré le changement de pouvoir aux États-Unis et l’arrivée du démocrate Biden à la Maison Blanche, les hostilités contre le Venezuela n’ont pas cessé, avec une série de mesures allant des embargos aux opérations pour renverser ou tuer le président vénézuélien, Nicolas Maduro.

Lors des élections régionales du 21 novembre, les Vénézuéliens se rendront aux urnes pour élire 23 gouverneurs, 335 maires, 251 membres des conseils législatifs et 2459 membres des conseils municipaux.

Les élections se dérouleront dans le cadre d’un processus de dialogue entre le Gouvernement et l’opposition, qui exige la tenue d’élections présidentielles avec observation internationale, en échange d’un soutien à la levée des sanctions économiques contre le Venezuela.

Source Hispan TV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/267726-venezuela-le-soutien-des-etats-unis-au-dit-president-interimaire-montre-leur-declin

 

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET CUBA COMMEMORENT LA SIGNATURE DE LEUR ACCORD SUR LA SANTE

Par Le 22/08/2021

22 Août 2021

Le Venezuela et Cuba commémorent la signature de leur accord sur la santé
 
Caracas, 21 août (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolás Maduro a célébré aujourd'hui le 16e anniversaire de l'Engagement Sandino, un accord sanitaire signé avec Cuba pour traiter les malvoyants en Amérique latine.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le président a rappelé l'empreinte humaniste des leaders révolutionnaires Fidel Castro (1926-2016) et Hugo Chávez (1954-2013) dans la conception du programme d'assistance pour donner une portée internationale à la "Mission Miracle".

L'engagement de Sandino, signé par les commandants Fidel et Chávez, exprime la volonté inébranlable de garantir le droit à des soins de santé gratuits et de qualité pour les peuples du monde. Le rêve de la nouvelle humanité, nous allons le réaliser", a écrit Maduro sur la plateforme de communication.

Par cette initiative, les présidents vénézuéliens et cubains de l'époque ont ratifié leur solidarité avec le reste des peuples d'Amérique latine, ainsi que leur volonté de promouvoir un développement intégral fondé sur un soutien complémentaire entre les gouvernements du continent.

Les dirigeants révolutionnaires ont promu un plan d'assistance médicale qui permettrait de soigner des millions de personnes dans toute l'Amérique latine.

Le programme porte le nom du lieu de sa conception, la ville de Sandino, dans la province cubaine occidentale de Pinar del Río, qui a accueilli, le 21 août 2005, une émission spéciale du programme Aló Presidente, animée par Chávez en compagnie de Fidel.

Dans le cadre de cet accord, plus de six millions de patients d'Amérique latine et des Caraïbes ont reçu des soins ophtalmologiques par l'intermédiaire de Misión Milagro.

ga/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=470751&SEO=conmemoran-firma-de-convenio-de-salud-entre-venezuela-y-cuba

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : L’ACCORD ENTRE LES ELITES S’EST CONSOLIDE AU MEXIQUE

Par Le 20/08/2021

19 Août 2021

Parti Communiste du Venezuela :  l'accord entre les élites s'est consolidé au Mexique
19/08/21 13H50
L'accord entre les élites s'est consolidé au Mexique

Les représentants politiques des deux fractions les plus importantes de la bourgeoisie nationale sont parvenus à un accord au Mexique. Cet accord semble jeter les bases du reste des négociations politiques qui se préparent depuis un certain temps et qui ont abouti à des actions concrètes au profit des ennemis du peuple vénézuélien. 

D'une part, le gouvernement de Nicolas Maduro et la direction traîtresse du Parti socialiste unifié (PSUV) qui représente les intérêts des puissants nouveaux riches nés des contrats d'État. De l'autre, la droite dirigée par Juan Guaido, Henrique Capriles et les partis sociaux-démocrates qui représentent la bourgeoisie nationale traditionnelle et les intérêts des monopoles transnationaux américains et européens. 

Il est nécessaire de rappeler que la fraction de l'opposition agit en subordination ouverte aux intérêts de l'impérialisme américain et européen. En tant que telle, sa force pour forcer les pourparlers provient de l'impact néfaste des sanctions coercitives, unilatérales et illégales imposées par les puissances impérialistes contre notre pays. 

Étant donné cette composition de classe des deux forces politiques qui se sont rencontrées au Mexique, il est clair que le contenu des soi-disant "pourparlers de paix" tournera autour de leurs intérêts. C'est pourquoi, lorsque les porte-parole parlent de négociations pour la stabilité ou pour le salut national, ils font référence à la création de conditions pour garantir leur propre stabilité et leur propre salut, au détriment des intérêts du pays et des travailleurs de la ville et de la campagne.

Le protocole d'accord signé au Mexique se base sur les accords économiques précédents et cherche à fournir des garanties au capital privé. Tant le gouvernement que l'opposition de droite sont d'accord sur l'agenda économique néolibéral actuel imposé par la libéralisation des prix, la dollarisation de fait, la privatisation des biens publics, la restitution des entreprises publiques et des terres agricoles au capital privé et foncier, la flexibilité fiscale, l'ouverture au capital privé dans le secteur pétrolier, la destruction des salaires et la dérégulation des relations de travail. Ces politiques s'ajoutent aux importantes promesses de profits juteux pour le capital privé national et étranger avec les zones économiques spéciales et aux attentes d'une réforme de la loi sur les hydrocarbures, avec laquelle il est prévu de privatiser l'industrie pétrolière et de réduire la capacité de l'État à capter la rente pétrolière. 

C'est pourquoi la classe ouvrière, les campesinos et les secteurs populaires ne peuvent être trompés par le dialogue de la bourgeoisie au Mexique. Nos intérêts et nos besoins ne sont pas les questions importantes à l'ordre du jour des représentants politiques de la bourgeoisie nationale et transnationale rapace. Bien au contraire, c'est le sacrifice de nos conquêtes et de nos droits, et le fait de faire peser sur nos épaules le poids de la crise et des sanctions impérialistes illégales que ces deux forces politiques de la bourgeoisie se serrent la main et aspirent à signer aujourd'hui le "calumet de la paix". 

Un autre exemple de cette réalité est que, alors que le dialogue a offert des résultats rapides dans la libération de personnalités de droite impliquées dans des agressions étrangères contre le pays, de nombreux travailleurs continuent d'être emprisonnés en raison d'une politique croissante de persécution et de criminalisation des luttes ouvrières, syndicales, sociales, paysannes ou féminines.  

Mais les preuves vont plus loin : alors que le dialogue génère des réponses rapides aux demandes des employeurs de payer moins d'impôts et de libérer les prix, les demandes des travailleurs pour un salaire égal au panier alimentaire de base et contre les licenciements illégaux sont rejetées. 

Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste vénézuélien (PCV) rejette et condamne cette farce de dialogue qui a été imposée en tournant le dos aux demandes et aux besoins réels des travailleurs de la ville et de la campagne. 

Nous dénonçons devant le peuple vénézuélien que l'objectif des pourparlers mexicains est de consolider le pacte bourgeois de répartition des richesses du pays entre les capitalistes nationaux et étrangers, tout en imposant un paquet d'ajustement économique anti-populaire. Tout cela, en plus, en garantissant une impunité grotesque à ceux qui ont amassé de grandes fortunes et sont protégés par la corruption, ainsi qu'à ceux qui ont promu des sanctions étrangères illégales contre le pays et se sont appropriés les ressources de la nation.

Aujourd'hui, plus que jamais, les travailleurs doivent être unis pour lutter contre l'offensive que le pacte bourgeois du Mexique va imposer à nos droits et à la souveraineté du pays.   

Hier, c'était le pacte de Punto Fijo ; aujourd'hui, ce sera le pacte du Mexique. Avec des acteurs nouveaux et anciens, mais toujours contre les intérêts des travailleurs et de la Patrie.  

La classe ouvrière, les campesinos et les forces populaires doivent construire l'Alternative Populaire Révolutionnaire face au nouveau pacte entre les élites.

 Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV)

 Caracas, le 17 août 2021
source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-The-Deal-between-Elites-has-been-Consolidated-in-Mexico/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LA COUR SUPREME DE JUSTICE DU VENEZUELA REJETTE LES ACCUSATIONS PORTEES CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 19/08/2021

18 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-17 18:20:00

      

Caracas, 17 août ((RHC) La Cour suprême de justice (TSJ) du Venezuela a rejeté aujourd’hui des accusations formulées par l’ex-procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, concernant des crimes qui auraient été commis dans le pays relevant de la compétence de cet organe.

Selon un communiqué publié par la Cour suprême, les appréciations de l’ancienne fonctionnaire se sont révélées subjectives car elles ne correspondaient ni à la réalité ni à la collaboration de l’État vénézuélien et de ses institutions à l’examen préliminaire mené par la CPI dans l’affaire concernant le pays sud-américain.

Les autorités vénézuéliennes se sont même rendues auprès du Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale afin d’y consigner tous les documents nécessaires à leur évaluation, sans que le président du bureau de douane ait procédé à une quelconque mise en demeure ou notification des faits analysés, a indiqué la plus haute instance judiciaire.

De même, les activités des institutions vénézuéliennes se sont avérées importantes, et diverses enquêtes sur les droits de l’homme ont été menées à bien afin de déterminer le non-respect des paramètres juridiques qui sous-tendent les fonctions policières et militaires, a souligné la Cour de justice.

Il a également réaffirmé l’engagement de travailler et de collaborer avec le nouveau procureur de la CPI, Karim Khan, pour fournir toutes les informations nécessaires à l’analyse préliminaire des plaintes déposées auprès de son bureau.

Auparavant, le ministère public vénézuélien avait rejeté les accusations formulées par l’ancienne procureure de la Cour pénale internationale, qui avait affirmé que la justice vénézuélienne ne faisait rien pour poursuivre et punir les auteurs présumés de crimes contre l’humanité.

Le procureur général Tarek William Saab a affirmé que les actes de l’ancienne fonctionnaire avaient été menés de manière unilatérale et sans tenir compte ni de la collaboration effective des autorités vénézuéliennes, ni des documents présentés sur l’activité incontestable d’enquête du ministère public et du pouvoir judiciaire.

 

SOURCE HISPANTV

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/267305-la-cour-supreme-rejette-les-accusations-portees-contre-le-venezuela

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA RECOIT UN PREMIER LOT DE VACCINS ABDALA CONTRE LE COVID-19

Par Le 25/06/2021

25 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-24 16:46:56

      

«dans chaque ampoule , notre sentiment de fraternité et de solidarité» a signalé l'ambassadeur de Cuba au Venezuela, Dagoberto Rodríguez.

La Havane, 24 juin, (RHC)- Le Venezuela a reçu ce jeudi le premier lot de vaccins cubains Abdala contre le Covid-19.

La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodríguez, a annoncé que Cuba livrera au Venezuela un total de 12 millions de doses au cours de la cérémonie de réception à Caracas de la première cargaison de l’immunogène envoyé par le gouvernement cubain.

La vice-présidente vénézuélienne a souligné l’efficacité prouvée de 92,28% du candidat vaccin cubain au terme des essais cliniques de l’antigène, peu après la signature de l'accord passé entre les deux pays pour la fourniture des vaccins cubains.

En présence de Dagoberto Rodríguez, ambassadeur de Cuba au Venezuela, Delcy Rodríguez a salué l’exemple de notre pays dans la lutte contre la pandémie et le développement de cinq candidats vaccins contre la maladie malgré les difficultés découlant du blocus nord-américain.

Elle a également mis en avant la victoire diplomatique remportée par Cuba à l’assemblée générale de l’ONU sur la politique hostile de Washington.

«Aujourd'hui, Cuba donne au monde des leçons éthiques, morales, scientifiques et technologiques face à l'impact des mesures coercitives unilatérales», a souligné la vice-présidente vénézuélienne.

L'ambassadeur cubain a déclaré à son tour que cet accord de fourniture du vaccin Abdala témoigne de l'étroite relation entre les deux nations; «dans chaque ampoule vient notre sentiment de fraternité et de solidarité», a-t-il dit.

Source: Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/261798-le-venezuela-recoit-un-premier-lot-de-vaccins-abdala-contre-le-covid-19

Tag(s) : #Cuba#Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE LE TERRORISME ECONOMIQUE AMERICAIN CONTRE CUBA

Par Le 23/06/2021

23 Juin 2021

 

Le Venezuela condamne le terrorisme économique américain contre Cuba
Nations Unies, 23 juin (Prensa Latina) Le représentant permanent du Venezuela auprès des Nations Unies, Samuel Moncada, a condamné aujourd'hui la politique de terrorisme économique menée par les États-Unis contre Cuba et d'autres pays du monde pour affirmer leurs intérêts hégémoniques.

S'exprimant devant l'Assemblée générale lors du débat sur la résolution présentée par l'île sur la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier de Washington, M. Moncada a demandé aux États-Unis de mettre fin à cette politique, qui viole le droit international.

Le diplomate vénézuélien a déclaré que le peuple cubain subit depuis plus de six décennies les effets d'une agression illégale, inhumaine et criminelle, soulignant la cruauté calculée de ces actions, visant à générer de la douleur et de la souffrance dans la population civile.

Il a également averti que les mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par le gouvernement américain ont un impact plus important en pleine pandémie de Covid-19.

Les États-Unis sont devenus un promoteur du terrorisme économique, qui utilise la situation de pandémie comme un moyen de faire avancer ses intérêts mesquins et ses ambitions de domination coloniale, a averti l'ambassadeur Moncada.

Le représentant vénézuélien auprès de l'ONU a également souligné que la nation nord-américaine est la principale menace pour l'humanité, car elle utilise la violence économique comme arme privilégiée pour étendre sa guerre perpétuelle contre le reste du monde.

De même, il a souligné la solidarité de Cuba qui soutient la lutte contre la pandémie dans plus de 35 pays en envoyant des brigades médicales, malgré les effets causés par le blocus économique, commercial et financier.

Le diplomate a également salué le succès du développement du vaccin candidat Abdala par une institution scientifique de l'île, avec une efficacité de plus de 92% contre le Covid-19, une réussite qu'il a qualifiée de grande leçon pour la communauté internationale.

L'humanité a besoin de plus de vaccins, pas de plus de blocus", a souligné M. Moncada, qui a réitéré son soutien à la résolution contre la politique hostile de Washington et son attachement au droit international, à la souveraineté et à l'autodétermination des peuples.

mem/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=457503&SEO=venezuela-condena-terrorismo-economico-de-eeuu-contra-cuba

Tag(s) : #Venezuela#Blocus#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE L'INTENTION DES USA DE CONTROLER SON PETROLE

Par Le 21/06/2021

21 Juin 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-20 18:13:43

      

Caracas, 20 Jun (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, a mis l’accent sur le fait que le gouvernement des États-Unis cherche, par des sanctions, à s’emparer du pétrole du pays bolivarien.

Dans son intervention au Forum diplomatique d’Antalya, en Turquie, Arreaza a déclaré que l’administration dirigée par Joe Biden, utilisant des mesures "coercitives unilatérales", veut faire plier le Gouvernement vénézuélien, pour s’emparer du pétrole de ce pays sud-américain.

Les plus de 20 ans de Révolution bolivarienne ont coïncidé avec différentes administrations américaines, a déclaré le chef de la diplomatie vénézuélienne pour ensuite affirmer que "peu importe qui est à la tête du gouvernement des États-Unis, ils changent les tactiques, mais pas les stratégies". Arreaza a également souligné que le Venezuela possède les plus grandes réserves prouvées de pétrole, en plus du gaz, du charbon, de l’énergie éolienne et hydraulique, ce qui en fait le garant de l’énergie dont les Etats-Unis ont besoin et plusieurs pays d’Amérique latine. "Le modèle capitaliste a besoin de ces ressources", a-t-il souligné, en référence à Washington.

Dans une autre partie de ses déclarations, Jorge Arreaza a précisé que si Washington veut investir dans le pétrole vénézuélien, il est le bienvenu, mais "s’il veut rester agressif envers notre pays, il doit savoir qu’il ne pourra jamais contrôler notre pétrole" –a-t-il souligné-.

Le Venezuela est l’un des pays agressés par les États-Unis qui, en ligne avec ses politiques impériales, prétend ignorer la volonté et la souveraineté des Vénézuéliens, incitant à un coup d’État pour renverser le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Dans une tentative infructueuse pour concrétiser son plan, Washington a eu recours à diverses mesures, allant du vol et de la vente illégale de Citgo, filiale de la S.A. la Compagnie des Pétroles du Venezuela (PDVSA) aux États-Unis, au blocage et au gel des fonds de la nation, jusqu’à la complicité dans des attaques terroristes.

Les autorités vénézuéliennes qualifient les embargos du pays nord-américain de "terrorisme économique", car ils entravent la lutte contre le nouveau coronavirus.

 

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/261330-le-venezuela-denonce-lintention-des-etats-unis-de-controler-son-petrole

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO RATIFIE LA POLITIQUE DE SOUTIEN A LA JEUNESSE

Par Le 21/06/2021

21 Juin 2021

 

Le président vénézuélien ratifie la politique de soutien à la jeunesse
 
Caracas, 20 juin (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a ratifié aujourd'hui l'engagement du gouvernement bolivarien envers les politiques mises en œuvre pour soutenir le développement professionnel et éducatif des jeunes.

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le président a célébré le quatrième anniversaire de la Gran Misión Chamba Juvenil, destinée à promouvoir le placement et la poursuite des études des jeunes désengagés.

'Un 20 juin (de 2017), au milieu de la violence fasciste qui tentait de briser la paix, j'ai décidé de créer la Gran Misión Chamba Juvenil pour renforcer l'énergie et la capacité de travail des jeunes de la patrie. Comptez sur ma protection et mon soutien pour garantir l'avenir", a écrit M. Maduro dans la plateforme de communication.

Fin mai, l'Assemblée nationale (Parlement) du Venezuela a approuvé l'instrument juridique visant à renforcer la mise en œuvre de ce programme gouvernemental, dans lequel plus de 1,8 million de jeunes Vénézuéliens se sont inscrits à ce jour.

L'objectif de la loi Gran Misión Chamba Juvenil est d'incorporer les citoyens âgés de 15 à 35 ans dans une activité productive et de travail, ainsi que de promouvoir une culture du travail pour le développement intégral du pays basé sur la croissance des forces productives.

ga/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=456833&SEO=presidente-de-venezuela-ratifica-politica-de-respaldo-a-la-juventud

Tag(s) : #Venezuela#Maduro

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA, CUBA ET LE NICARAGUA REPRESENTENT UN EXEMPLE POUR L’HUMANITE DANS LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE

Par Le 14/06/2021

13 Juin 2021

 

Sacha Llorenti : le Venezuela, Cuba et le Nicaragua représentent un exemple pour l'humanité dans la défense de la démocratie
Écrit par Nohemí Trejo le 12/06/2021. Posted in News

Le secrétaire exécutif de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique - Accord commercial entre les peuples (ALBA-TCP), Sacha Llorenti, a assuré que le Venezuela, Cuba et le Nicaragua sont des exemples tangibles de ce que signifient les principes bolivariens.

Dans ce sens, il a souligné la solidarité de Cuba et du Venezuela face aux besoins des pays frères, malgré les 243 mesures coercitives unilatérales imposées à leur encontre pour intensifier le blocus impérial. Dans le cas du Venezuela, il a souligné l'envoi d'oxygène à la République fédérative du Brésil, tandis que dans le cas de Cuba, il a souligné l'envoi de professionnels de la santé dans différentes parties du monde pour faire face au COVID-19 en première ligne.

"Ces pays sont des exemples tangibles de ce que signifient les principes bolivariens qui coulent dans les veines de l'Alliance (...) l'ALBA démontre par des faits qu'un autre type d'intégration est possible", a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les relations avec d'autres pays en dehors de la région, le secrétaire exécutif a déclaré que l'ALBA - TCP est en contact permanent avec différentes nations du monde, parmi lesquelles : la Fédération de Russie, la République populaire de Chine, la République de Turquie, la République islamique d'Iran et la République de l'Inde, entre autres.

"Il est essentiel que nous unissions nos forces, non seulement en raison des principes, mais aussi parce que les menaces sont désormais mondiales (...) La pandémie nous a appris que nous sommes unis et qu'un seul ne peut pas, ne doit pas, être sauvé", a-t-il déclaré.

À cet égard, il a regretté que les Nations unies, en tant qu'organe chargé d'unir le monde, traversent une "crise résultant de la logique impériale consistant à tenter de résoudre toutes les questions par l'unilatéralisme dans un monde aussi diversifié".

En ce qui concerne les élections mexicaines qui ont eu lieu récemment, il a indiqué que "le fait que le Mexique regarde vers le Sud est très important pour tout le monde (...) Je veux souligner les actions du président Andrés López Obrador, par exemple en sauvant Evo Morales, après le coup d'État. Cette seule décision a contribué au fait que la Bolivie, quelques mois plus tard, a retrouvé sa démocratie.

D'autre part, il a souligné que l'alliance entre l'Argentine et le Mexique représente la construction d'un réseau interne grâce auquel l'Amérique latine et les Caraïbes pourront résoudre leurs problèmes par eux-mêmes, sans l'interférence d'organismes tels que l'OEA.

Il a déclaré que le capitalisme et le néolibéralisme tentent de détruire toute instance de coopération et de solidarité pour n'imposer que celles qui servent leurs intérêts, en l'occurrence l'OEA.

"L'OEA est le fer de lance de l'application de la doctrine Monroe, qui vise à faire de l'Amérique latine et des Caraïbes l'arrière-cour, la filiale, le subordonné des États-Unis pour s'emparer de ses ressources naturelles ; à faire de l'Amérique latine un marché pour ses produits, pour avoir une main-d'œuvre bon marché", a-t-il déclaré.

Il a expliqué que cette union entre l'Argentine et le Mexique est le signe que l'Amérique latine est loin de devenir l'arrière-cour d'un quelconque pays. Dans ce sens, il a souligné que le Venezuela, Cuba et le Nicaragua représentent un exemple pour l'humanité dans la défense de la démocratie, de la souveraineté et de l'indépendance.

Il a condamné le fait que "les États-Unis, leurs alliés et l'OEA ont utilisé la pandémie comme une arme de destruction massive contre ces peuples. Ils pensaient que la pandémie allait provoquer un désastre dans le système de santé de ces pays, mais ils ont fait preuve de la meilleure gestion de la pandémie.

Il a déclaré qu'en ces moments difficiles pour l'humanité, l'ALBA est en train d'écrire les "pages les plus merveilleuses de l'histoire de la solidarité grâce au leadership de ses dirigeants et à la volonté de ses peuples".

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/06/12/llorenti-venezuela-cuba-nicaragua-ejemplo-humanidad-defensa-democracia/

Tag(s) : #ALBA

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA EXIGE LA LIBERATION DES 5 DIRIGEANTS SYNDICAUX INJUSTEMENT EMPRISONNES A ZULIA

Par Le 12/06/2021

11 Juin 2021

Parti communiste du Venezuela : Liberté pour les syndicalistes injustement emprisonnés à Zulia
6/11/21 4:44 PM
Liberté pour les syndicalistes injustement emprisonnés à Zulia

 

Le Parti communiste du Venezuela (PCV) exige la libération des cinq dirigeants syndicaux illégalement emprisonnés à Zulia et condamne la politique persistante de criminalisation des luttes des travailleurs dans le pays.

Luis Valles, secrétaire général de la Fédération nationale bolivarienne de l'industrie de la construction, José Guerrero (syndicat de la construction de Zulia), Richard Ortega (syndicat de réserve), Jean Carlos Bracho (syndicat unique des travailleurs de l'industrie de la construction de l'État de Zulia) et Eduardo Barroso (Fédération unie des travailleurs de la construction et assimilés) ont été détenus illégalement par les Faes le 25 mai à Maracaibo.

Accuser une direction syndicale dont la responsabilité est de représenter la classe ouvrière et d'exiger le respect de ses droits d'"agavillamiento y asociación para delinquir", c'est revenir aux temps les plus arriérés de la conduite de l'État. Des temps comme ceux de Juan Vicente Gómez, où le droit à l'organisation syndicale, à la négociation collective et à la grève, conquis de haute lutte tout au long du XXe siècle et incorporé à la Constitution bolivarienne à l'époque du président Hugo Chávez Frías, n'existait pas dans la législation.

Cette affaire s'inscrit dans le cadre du recul que présente l'administration du président Nicolás Maduro, dans laquelle la judiciarisation des luttes syndicales et l'arrestation et la poursuite des dirigeants syndicaux sont devenues une pratique habituelle.

Nous condamnons cette pratique réactionnaire et anti-ouvrière, en même temps que nous exigeons la libération immédiate des syndicalistes injustement et illégalement emprisonnés. Nous exigeons la libération des cinq dirigeants syndicaux illégalement emprisonnés à Zulia et condamnons la politique persistante de criminalisation des luttes des travailleurs dans le pays.

https://prensapcv.wordpress.com/2021/06/09/libertad-para-los-sindicalistas-injustamente-encarcelados-en-zulia/


source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Libertad-para-los-sindicalistas-injustamente-encarcelados-en-Zulia/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA DENONCE LE BLOCAGE DES PAIEMENTS POUR LES VACCINS ANTI-COVID-19

Par Le 11/06/2021

10 Juin 2021

Le Venezuela dénonce le blocage des paiements pour les vaccins contre le Covid-19
Caracas, 10 juin (Prensa Latina) La vice-présidente exécutive du Venezuela, Delcy Rodriguez, a dénoncé aujourd'hui le blocage des transactions visant à payer les engagements pris par le pays auprès du fonds d'accès mondial aux vaccins contre le Covid-19 (Covax).

S'exprimant lors de la clôture de la conférence académique Mesures coercitives unilatérales, non-respect du droit international et génération de graves conséquences humaines, la vice-présidente a déclaré que les dernières ressources transférées au programme ont été bloquées par une banque étrangère pour une prétendue enquête.

Nous avons reçu une notification selon laquelle les ressources déposées pour l'achat de vaccins ont été bloquées et font l'objet d'une enquête", a déclaré  Rodriguez, qui a réitéré la condamnation de l'ensemble des actions punitives mises en œuvre par les États-Unis contre la nation sud-américaine.

Le Venezuela a été exclu du système financier international et a été victime de l'agression de cette politique prédatrice contre la validité des droits de l'homme dans notre pays", a déclaré le dignitaire.

Elle a également affirmé que les mesures coercitives et unilatérales constituent un crime terrible pour les peuples qui sont victimes de ces actions, entraînant de graves conséquences humaines.

Le blocus économique, commercial et financier ne limite pas seulement le dépassement de la pandémie de Covid-19, mais générera également de plus grandes vicissitudes sanitaires, a souligné la vice-présidente vénézuélienne.

À cet égard, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a réaffirmé par le biais du réseau social Twitter que l'État bolivarien a payé tous ses engagements envers le mécanisme Covax, soit un total de 120 millions de dollars pour l'acquisition de 11 millions de doses convenues.

Cependant, la Banque a arbitrairement bloqué les derniers paiements et une enquête est en cours. Un crime", a dénoncé le chef de la diplomatie vénézuélienne sur la plateforme de communication.

Les autorités sanitaires vénézuéliennes ont entamé en février de cette année le processus de vaccination du personnel de santé et d'autres secteurs prioritaires de la population, grâce aux accords établis avec la Russie et la Chine pour l'acquisition des antigènes Sputnik V et Sinopharm, respectivement.

Dans le but d'achever cette année la protection d'au moins 70 % des Vénézuéliens, l'exécutif bolivarien a intensifié la semaine dernière la campagne de vaccination, après l'arrivée récente dans le pays de 1,3 million de doses en provenance de la nation asiatique et d'une autre cargaison envoyée par Moscou.

La nation sud-américaine prévoit également l'arrivée en juillet des cinq premiers millions de vaccins par l'intermédiaire du Covax, à l'instar des accords établis avec les gouvernements russe et chinois, ainsi qu'avec Cuba, pour l'acquisition et la production d'antigènes développés contre l'agent pathogène SRAS-CoV-2.

msm/wup

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=454818&SEO=venezuela-denuncia-bloqueo-de-pagos-para-vacunas-contra-covid-19

Tag(s) : #Venezuela#Blocus

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO SOULIGNE LES REALISATIONS DES PROJETS SOCIAUX

Par Le 08/06/2021

7 Juin 2021

Caracas, 7 juin (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a souligné aujourd'hui les réalisations des projets sociaux entrepris par le gouvernement bolivarien au cours des 20 dernières années.

Dans son compte sur le réseau social Twitter, le président a déclaré lundi que "les bases des missions socialistes sont l'expression du protagonisme du pouvoir populaire et de la capacité d'un gouvernement à transformer les besoins du peuple en réponses opportunes, en le protégeant du pire assaut impérial jamais commis contre la patrie".

Le chef de l'État a également souligné sur le réseau social lui-même les contributions du programme d'accouchement humanisé, dirigé par le ministère de la Femme et de l'Égalité des sexes, qui fournit des soins aux femmes dès les premiers jours de la grossesse et le suivi du nouveau-né, avec le soutien des prestations sociales à la famille.

Si nous voulons construire une humanité aux valeurs nouvelles, il faut le faire dès le ventre de la mère. En tant que fidèle défenseur des droits de la femme, je ratifie en ce jour mon engagement à garantir un système de soutien intégral avant et pendant l'accouchement", a souligné M. Maduro.

Le système national des missions est un ensemble de programmes sociaux développés au Venezuela après l'arrivée au pouvoir d'Hugo Chavez (1999-2013), qui sont toujours en vigueur dans le gouvernement actuel et ont été maintenus, malgré les limitations imposées par le blocus économique des États-Unis et de ses alliés.

jcm/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=454051&SEO=presidente-de-venezuela-resalta-logros-de-proyectos-sociales

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : UN DEPUTE REFUSE LE DIALOGUE SECRET AVEC L’EXTREME DROITE

Par Le 06/06/2021

6 Juin 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-06-04 17:04:57

      

Caracas, 5 juin (RHC) Le vice-président de la Commission de Dialogue, Paix et Réconciliation de l’Assemblée Nationale (AN) du Venezuela, Luis Eduardo Martinez, a rejeté aujourd’hui le caractère très secret dont l’extrême droite veut imprégner du dialogue proposé.

'Il est inacceptable de négocier sur l’avenir des Vénézuéliens en cachette, au dos au pays, en territoire étranger, en limitant les acteurs à quelques politiciens et sans que les médias aient la possibilité de couvrir en temps réel ce qui est discuté et décidé', a également souligné le chef du groupe d’opposition Action Démocratique (AD).

Les déclarations du député interviennet après que l’ancien président du Parlement, Juan Guaidó, a annoncé que les pourparlers avec le gouvernement se dérouleraient à l’étranger et à huis clos.

Martinez s’est interrogé sur les raisons que pourrait avoir cette fraction radicale pour ne pas délibérer publiquement sur des questions d’intérêt collectif, qui, a-t-il dit, existent pour ne pas mener les négociations au Venezuela.

Il s’est demandé aussi qui paierait les hôtels, les billets, les déplacements internes, les salles de réunion, les repas des délégations dont le nombre est encore indéterminé.

Il a ensuite critiqué les efforts déployés pour que les discussions se déroulent à l’étranger afin d’éviter la participation d’autres secteurs tels que les chefs d’entreprise, les universitaires, les représentants de femmes, les jeunes et les dirigeants communautaires, des églises, au moins en qualité d’observateurs, en privilégiant les étrangers sur les nationaux.

Enfin, il a appelé tous les Vénézuéliens attachés à l’avenir du pays à exiger la transparence et l’inclusion dans tout dialogue sans secret ni conditions qui portent atteinte à leur participation.

 

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/259676-un-depute-venezuelien-refuse-le-dialogue-secret-avec-lextreme-droite

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA ET LA BOLIVIE REVOIENT LEUR PROGRAMME DE COOPERATION COMMERCIALE, POLITIQUE ET SOCIALE

Par Le 02/06/2021

2 Juin 2021

Le Venezuela et la Bolivie revoient leur programme de coopération commerciale, politique et sociale

Écrit par Enio Melean le 31/05/2021. Posted in News

Le vice-ministre de l'Amérique latine du ministère populaire des Affaires étrangères, Rander Peña, a rencontré lundi l'ambassadeur de l'État plurinational de Bolivie accrédité au Venezuela, Sebastian Michel, avec lequel il a passé en revue l'agenda bilatéral de coopération et de solidarité que les deux pays entretiennent dans divers domaines commerciaux, politiques et sociaux.

Le diplomate vénézuélien a déclaré qu'ils ont également coordonné des actions visant à renforcer davantage l'importante relation bilatérale, comme la réalisation de la Commission mixte binationale Bolivie-Venezuela, et ont passé en revue les questions en suspens entre les deux nations, qui comprennent les questions d'énergie et d'éducation.

Au cours de la réunion, ils ont également discuté de la participation de la Bolivie au Congrès bicentenaire des peuples du monde, qui se tiendra au Venezuela du 21 au 24 juin, dans le cadre de la commémoration du 200e anniversaire de la bataille de Carabobo.

Après la fracture générée pendant le gouvernement de facto qui a usurpé le pouvoir en Bolivie après le coup d'État contre Evo Morales en 2019, le Venezuela et le pays andin, unis par de profondes racines bolivariennes, ont repris de bonnes relations diplomatiques avec le triomphe du président Luis Arce en 2020, qui a commencé par la réouverture des ambassades respectives à Caracas et à La Paz.

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/05/31/venezuela-bolivia-revisan-agenda-cooperacion/

Tag(s) : #Venezuela#Bolivie

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : 18 ORGANISATIONS POLITIQUES AUTORISEES A SE PRESENTER AUX ELECTIONS

Par Le 30/05/2021

30 Mai 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-05-29 08:37:08

      

Caracas, 28 mai, (RHC)- Le Conseil National Electoral  vénézuélien a autorisé 18 organisations politiques à désigner des candidats pour les élections régionales et municipales de novembre prochain.

Les autorités électorales ont analysé les propositions présentées par la Commission de la participation et du financement politique, qui ont été approuvées à l'unanimité, a indiqué le Conseil National Electoral dans un communiqué.

Le CNE a également approuvé une série de mesures visant à élargir la participation des organisations politiques à l'événement démocratique, y compris celles qui n'ont pas obtenu le pourcentage minimum légal de voix lors des dernières élections, tenues en décembre dernier.

Le pouvoir électoral a approuvé la semaine dernière les règles spéciales du système électoral pour l'événement démocratique du 21 novembre, au cours duquel 23 gouverneurs, 335 maires et membres des conseils législatifs et municipaux seront élus.

Selon le règlement approuvé, 60 % des législateurs régionaux et municipaux seront élus à la représentation proportionnelle, en fonction des voix obtenues par chaque parti, et le reste sera élu par appel nominal.

Le processus de dialogue promu depuis 2019 par le gouvernement vénézuélien et diverses forces d'opposition a conduit au récent renouvellement de la directive du CNE par l'Assemblée Nationale.

 Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/258947-18-organisations-politiques-autorisees-a-se-presenter-aux-elections-au-venezuela

Tag(s) : #Venezuela#Elections

Dans VENEZUELA

LE MINISTRE VENEZUELIEN DE LA CULTURE EXHORTE L’ONU A PLAIDER POUR LA FIN DES BLOCUS

Par Le 23/05/2021

23 Mai 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-05-22 09:16:38

      

Caracas, 22 mai (RHC) Le ministre de la Culture du Venezuela, Ernesto Villegas, a demandé aujourd’hui à l’Assemblée générale des Nations Unies de plaider pour la levée totale et immédiate des mesures coercitives unilatérales qui affectent l’humanité.

Prenant la parole lors d’un événement virtuel de haut niveau de l’ONU, Villegas a condamné les mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis et d’autres nations contre plus d’un tiers de l’humanité, dont 30 millions de Vénézuéliens, au milieu de la pandémie qui frappe le monde.

Il a également plaidé pour le renforcement des avancées multilatérales en faveur de la diversité culturelle et les efforts globaux de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans ce sens.

'Le Venezuela s’engage à promouvoir un monde caractérisé par la diversité, le respect et la coopération internationale en mettant l’accent sur l’essence de nos histoires communes et diverses', a assuré le ministre au cours de son intervention.

Nous sommes certains, a-t-il dit, qu’il est possible d’avancer vers des espaces supérieurs de coexistence solidaire et respectueuse entre des civilisations diverses, animées par la coopération et le dialogue culturel, au lieu de la soumission, de l’extermination ou de la domination.

Il a souligné que l’éducation, la science et la culture sont des domaines où les gouvernements et les peuples peuvent avancer résolument vers ce que le chanteur populaire vénézuélien Ali Primera a défini comme une 'Humanité Humaine'.

À cet égard, il a cité l’exemple de la coopération entre les gouvernements vénézuélien et allemand qui a permis le rapatriement de la Grand-mère Kueka, pierre sacrée du peuple autochtone Pemón, et il a souligné à cet égard, 'nous profitons de l’occasion pour revendiquer la juste valeur des manifestations culturelles comme pivots du progrès et de la spiritualité des peuples'.

Il a expliqué que dans cette nation sud-américaine, les cultures populaires, la démocratie participative et protagoniste, l’inclusion et la diversité, le retour aux valeurs ancestrales et à la pensée originelle font partie intégrante de l’ordre juridique, politique, économique et social de la nation.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/258176-le-ministre-venezuelien-de-la-culture-exhorte-lonu-a-plaider-pour-la-fin-des-blocus

Tag(s) : #Venezuela#Blocus

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA SE SOUVIENT DE L’HERITAGE DE JOSE MARTI, LE HEROS NATIONAL CUBAIN

Par Le 22/05/2021

20 Mai 2021

 

Le Venezuela se souvient de l'héritage du héros national cubain 
 
Caracas, 19 mai (Prensa Latina) Le président vénézuélien Nicolás Maduro a souligné aujourd'hui la transcendance et l'héritage du héros national cubain José Martí à l'occasion de l'anniversaire de sa chute au combat.

Dans son compte sur le réseau social Twitter, le président a déclaré : "représente pour les peuples d'Amérique : l'espoir, la dignité et la grandeur présents dans les luttes révolutionnaires. À 126 ans de son passage à l'immortalité, nous envoyons notre accolade au peuple cubain, à Raul et au président Diaz-Canel. Nous sommes des Martianos en action !".

Pour sa part, le secrétaire exécutif de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique - Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), Sacha Llorenti, a également rappelé mercredi celui qui est reconnu comme le plus universel des Cubains, dont la validité de sa pensée et de son action survit dans la lutte des peuples d'Amérique latine.

La lumière avec laquelle José Martí continue d'éclairer le chemin des nouvelles générations ne s'éteindra jamais car elle émane de la passion irrépressible de la liberté.

De l'@ALBATCP, tous nos hommages, notre Alliance est aussi bolivarienne qu'elle est martienne", a exprimé Sacha dans son message sur le microblogging.

L'apôtre de l'indépendance de Cuba, mort à Dos Rios, en 1895, juste après le début de la guerre dite nécessaire (1895-1898), organisée par lui et d'autres dirigeants indépendantistes, a également été le fondateur du Parti révolutionnaire cubain, guide dans la nouvelle étape de la lutte contre la colonie espagnole.

Sa pensée anti-impérialiste et latino-américaniste a servi d'exemple, non seulement dans le processus révolutionnaire cubain, mais aussi dans de nombreux mouvements de libération et d'indépendance vécus par les peuples de la région depuis plus d'un siècle.

mem/ycv
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=450048&SEO=recuerdan-en-venezuela-legado-de-heroe-nacional-de-cuba-video

Tag(s) : #Venezuela#Cuba

Dans VENEZUELA

LE VENEZUELA PRESENTE DEVANT LA CPI DES PREUVES DES INTENTIONS DES USA

Par Le 20/05/2021

20 Mai 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-05-19 09:00:25

      

Caracas, 19 mai (RHC) Le ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a annoncé la présentation à la Cour pénale internationale (CPI) d’éléments prouvant les intentions des États-Unis d’asphyxier le peuple vénézuélien par le blocus.

Dans un message sur le réseau social Twitter, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la veille, un exemplaire du livre L’Art des Sanctions et l’article Evaluation de l’Approximation des Sanctions de l’administration Trump : Venezuela, a été remis à cet organisme tous deux du chercheur américain Richard Nephew, conseiller de l’ancien président Barack Obama et de l’actuel président Joe Biden.

'Les conclusions des deux publications démontrent le caractère criminel des mesures coercitives unilatérales, dont le but, comme l’auteur l’avoue, est de faire souffrir. Nephew loue l’administration Trump pour sa politique de sanctions contre le Venezuela, mais reconnaît qu’elles n’ont pas abouti', a écrit le diplomate dans un autre tweet.

Arreaza a souligné dans son tweet que le droit international ne protège pas les actes unilatéraux qui engendrent la mort et la douleur, et que ces mesures constituent donc une violation des droits de l’homme, comme le gouvernement bolivarien tente de le démontrer devant la CPI.

'Je partage les links des deux publications, pour que le peuple vénézuélien et le monde connaissent rigoureusement ces aveux', a souligné le ministre des Affaires étrangères dans un autre de ses messages.

Le 1 mai dernier, le ministère public du Venezuela a demandé au Bureau du Procureur de cette instance législative internationale une évaluation impartiale de la gestion du Gouvernement bolivarien en matière de défense des droits de l’homme, à la suite d’un rapport de l’entité sur des violations présumées.

Dans un communiqué présenté par le procureur général Tarek William Saab, il expose l’envoi à cette instance d’un rapport explicite sur la gestion de l’État vénézuélien à cet égard, Ils invitent l’organe judiciaire à formuler ses observations sur les engagements concrets pris par le Venezuela à cet égard.

Caracas a fait état du manque de transparence du processus du Bureau du Procureur de la CPI dans la conduite de l’examen préliminaire pour évaluer cette nation sud-américaine, sans condamner ni analyser les violations des droits de l’homme commises par Washington dans le pays.

Source Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/257782-venezuela-presente-devant-la-cpi-des-preuves-des-intentions-des-usa

Tag(s) : #Venezuela

Dans VENEZUELA

VENEZUELA : EN 48 HEURES DEUX MILITANTS COMMUNISTES ABATTUS A TACHIRA

Par Le 15/05/2021

14 Mai 2021

Jeudi 13 mai 2021
Venezuela : Deux membres du Parti communiste ont été abattus en 48 heures à Táchira


En 48 heures, deux communistes, membres du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de son aile jeunesse, la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV), ont été brutalement assassinés dans l'État de Táchira, près des frontières avec la Colombie. Les noms des camarades assassinés sont Oscar Rankel et Tony Rojas.

Le camarade Rankel, également connu sous le nom de Cachú, membre de la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) dans la municipalité de Bolivar, a été abattu par des individus armés en pleine rue. Le mode opératoire de l'assassinat laisse supposer l'activité de groupes paramilitaires.
 
Oscar Rankel avait participé au repoussage de la tentative d'invasion par des mercenaires colombiens et américains lors de l'opération "Gideon" en 2019 qui visait à renverser le gouvernement Maduro.

Le deuxième homicide a eu lieu au milieu d'une autoroute dans la municipalité de Rubio Junin le lundi 10 mai. La victime était Tony Rojas, 37 ans, membre du parti communiste.

Dans un communiqué, le Bureau politique du CC du Parti communiste vénézuélien dénonce l'activité des bandes criminelles, paramilitaires et de leurs hommes de main au sein de l'appareil d'État. 
"Le PCV a déposé d'innombrables plaintes publiques et devant différentes institutions de l'État, évoquant des menaces de mort contre nos camarades de la région. Nous avons exigé l'ouverture d'une enquête sur divers assassinats sélectifs de dirigeants et dirigeantes, sur le déplacement forcé de paysans, de petits et moyens producteurs, sur les accusations de vaccins, d'extorsions et d'enlèvements, sans aucune réponse de la part de ces entités étatiques", peut-on lire dans le communiqué.

Le Parti communiste exige une enquête exhaustive et approfondie qui identifie et punit avec toute la rigueur de la loi les instigateurs et leurs complices de ce meurtre odieux. 

source : https://www.idcommunism.com/2021/05/venezuela-two-communist-party-members-shot-dead-within-48-hours-in-tachira.html

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

Dans VENEZUELA

ROMAIN MIGUS : CHRONOLOGIE DES ACTIONS MILITAIRES CONTRE LE VENEZUELA

Par Le 14/05/2021

Chronologie des actions militaires contre le Venezuela - Romain MIGUS

Romain Migus Romain Migus | May 03, 2021

Le Venezuela est en guerre. Une guerre hybride où se mêle plusieurs fronts: institutionnel, diplomatique, psychologique, économique et militaire. Sur ce dernier front, le Venezuela est constamment harcelé par des groupes irréguliers composés de déserteurs, de mercenaires, de membres de la pègres, et de services spéciaux étrangers. Nous avons précédemment décrit les stratégies militaires à l'oeuvre au Venezuela depuis quelques années. En complément, nous avons élaboré une chronologie de ces actions militaires visant à renverser le gouvernement de la Révolution bolivarienne. Ce sont ici des faits bruts, incontestables et que vous ne lirez dans aucun média dominant. Les 2 Rives

10 juin 2013: Neuf paramilitaires ont été capturés à Coloncito (Táchira) et Guanare (Portuguesa), membres de Los Rastrojos, liés au chef paramilitaire colombien José María Barrera, alias « Chepe Barrera », armés de fusils d’assaut, de grenades et de pistolets. Les autorités ont trouvé une boîte noire prête à être utilisée pour un faux positif dans un accident d’avion. Les paramilitaires capturés auraient dit qu’un troisième groupe se trouvait déjà dans la capitale avec des armes de sniper. Ils avaient prévu de se rendre dans la capitale de l’État, où ils se verraient confier une mission à accomplir à Caracas : assassiner le président Maduro.

25 mars 2014: Un groupe de généraux de l’aviation militaire a été capturé, qui possédaient des liens directs avec les secteurs de la droite. Ils ont eux-mêmes déclaré que « cette semaine était décisive ». Ils préparaient un plan de soulèvement militaire, dénoncé par des officiers de rang inférieur. Il s’agissait du général de brigade (Av) José Daniel Machillanda Díaz, du général de division (AV) Oswaldo Hernández Sánchez et du général de brigade Carlos Alberto Millán Yaguaracuto. Le capitaine (r) Juan Carlos Nieto Quintero (qui réapparaît avec Jordan Goudreau dans une vidéo le dimanche 5/3/2020, lors de l' »Opération Gédeon »), de la Garde Nationale Bolivarienne, a été capturé début avril.

28 avril 2014 : Eliezer Otaiza, ancien directeur du renseignement, président en fonction du conseil municipal de Caracas et personnage clé de la Révolution bolivarienne est enlevé, torturé et assassiné dans les alentours de Caracas.

1 octobre 2014 : Le jeune député à l’Assemblée Nationale, Robert Serra et son assistante parlementaire Maria Herrera sont assassinés par un groupe de paramilitaires ayant à leur tête le colombien Leiver Padilla. Robert Serra est le deuxième dirigeant de la Révolution bolivarienne assassiné en quelques mois après le meurtre d’Otaiza.

12 février 2015: Les autorités vénézuéliennes démantèlent une tentative de coup d’État, baptisée « Coup d’Etat bleu » ou « Opération Jéricho ». Le plan consistait à doter d’artillerie un avion Tucano et à attaquer le palais de Miraflores, ou tout autre lieu où le président participerait aux « Journées de la jeunesse ». Ce projet avait été planifié par un groupe de responsables vénézuéliens de l’aviation militaire et du gouvernement états-unien. Lors de cette journée, le siège du ministère de la défense, de l’intérieur ainsi que celui de la chaine latino-américaine Telesur devaient aussi être bombardés.

17 janvier 2016 : Le leader du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos, Walter Raul Silva (alias « Cara de vieja ») est abattu par les forces de sécurité vénézuélienne dans l’État du frontalier de Tachira. Après la mort de leur chef, le cartel Los Rastrojos passe sous le commandement de Wilfredo Torres Gomez, alias Necocli.

12 et 13 février 2016: Un plan a été démantelé dans lequel cinq militaires et trois civils étaient impliqués opérationnellement : José Gregorio Delgado, Ruperto Chiquinquirá Sánchez, Juan Carlos Nieto Quintero, César Orta Santamaría, Víctor José Ascanio, Nery Adolfo Córdoba, Andrés Thompson Martínez, Laided Salazar et José Acacio Moreno, respectivement. L’idée était d’attaquer les points stratégiques des institutions de l’État par voie aérienne ; cela comprenait aussi des opérations contre les civils. Une tentative de coup d’Etat militaire basé sur la doctrine du choc. La capture d’Antonio Ledezma a été dérivée de ce plan, grâce au suivi des renseignements militaires.

3 mai 2016 : Jose Antonio Tovar, alias El Picure, est abattu par les services de sécurité du Venezuela. Ce chef d’une des bandes du crime organisé au Venezuela était en guerre ouverte contre l’État pour le contrôle des voies stratégiques dans le centre du pays. Étonnamment, plusieurs membres de l’opposition ont dénoncé cette mort qui intervient pourtant lors d’un affrontement.

20 juillet 2016 : Joshua Anthony Holt, un citoyen des États-Unis, est arrêté avec sa compagne dans la ville nouvelle de Ciudad Caribia au Venezuela, en possession d’armes de guerre (un fusil AK47 et un fusil M4), des grenades et des munitions. Holt est accusé d’espionnage au profit des États-Unis.

Premier trimestre 2017: L’opération « Epée de Dieu » avait pour principaux membres Angel Vivas et Raul Baduel, respectivement ancien général de brigade et ancien général des Forces Armées Bolivariennes, qui avaient recruté des officiers subalternes afin de perpétrer un assassinat contre le président Maduro. L’État a réussi à capturer différents membres appartenant à cette opération, tous accusés de subversion ; cependant, à la fin de cette année-là, certains d’entre eux se sont échappés de la prison de Ramo Verde (Miranda). Le suivi réalisé par un agent infiltré a été la clé du démantèlement du plan.

Avril 2017: Opération Bouclier de Zamora. Eduardo Ventacourt et Johan Peña, anciens responsables de la DISIP (renseignements), ainsi que le colonel (r) Zomacal Hernández, devaient exécuter « l’opération Bouclier de Zamora” . Ce dernier s’est vu confisquer 32 kilogrammes d’explosifs C4 et d’autres armes qui seraient utilisés dans un plan de coup d’État. Parmi les planificateurs figuraient les hommes politiques Roberto Enriquez, Oswaldo Alvarez Paz (tous deux de COPEI, démocratie chrétienne) et Julio Borges (Primero Justicia, extrême-droite), directement impliqués dans l’insurrection de certains responsables des Forces Armées.

Juin 2017: L’opération Victoria est démantelée par les services de renseignement militaire. Un groupe de mutins prétendaient prendre le contrôle de la caserne Paramaconi dans l’État de Monagas.

27 juin 2017: L’ancien policier Oscar Perez – du Corps scientifique d’enquêtes criminelles et pénalistes (CICPC) – a détourné un hélicoptère, survolé plusieurs sites à Caracas, mitraillé et tenté d’attaquer différentes institutions de l’État vénézuélien, dont le bâtiment de la Cour Suprême de Justice et le Ministère de l’intérieur. Ce fanatique de l’Ordre Nouveau, se déclarant « envoyé de Dieu », a tenté d’attenter à la vie des personnes se trouvant dans les bâtiments des institutions sur lesquelles il a tiré, y compris des enfants, avant de prendre la fuite.

6 août 2017: Ce jour-là, un affrontement militaire a eu lieu au Fort Paramacay (Carabobo) : la soi-disant « Opération David », dans laquelle il y a eu un vol d’armes et des appels à l’insurrection avec d’autres opérateurs non militaires, dirigée par Juan Caguaripano de la 41e Brigade blindée de Valence. Il a été neutralisé par les Forces Armées qui a capturé la plupart des membres. Les quelques personnes impliquées dans la tentative et qui ont réussi à s’échapper ont emporté les armes suivantes : 500 fusils AK-103 et 500 chargeurs de ce type de fusil ; 50 lance-grenades multiples de 40 mm ; 140 grenades de 40 mm ; 80 baïonnettes, 60 pistolets. Ce matériel de guerre a été placé dans un véhicule Toyota portant des plaques militaires et volé dans l’installation militaire correspondante.

18 décembre 2017: Pendant l’opération « Genesis », un groupe de mercenaires, de paramilitaires et d’anciens fonctionnaires de la sécurité de l’État, dirigé par Oscar Perez, a attaqué un poste de la Garde Nationale Bolivarienne à Laguneta de la Montaña (Miranda), où ils ont volé 26 fusils d’assaut et des munitions. Dans une vidéo, Perez apparaît lors de l’opération au cours de laquelle une poignée de sujets habillés en contre-espionnage militaire (DGCIM) ont attaqué le poste de la GNB. Lors de l’opération, les faux agents de la DGCIM ont également dérobé 26 fusils AK-103 de marque Kalachnikov ; 3 pistolets de 9 mm ; 108 chargeurs AK-103 ; 3 chargeurs de pistolets ; 3 240 munitions de fusil AK-103 et 67 munitions de 9 mm, selon les rapports de presse.

15 janvier 2018: La DGCIM (renseignement militaire) a retracé la localisation de la cellule terroriste d’Oscar Pérez à El Junquito (Caracas). Après le travail du corps de sécurité et de renseignement, avec le déploiement de plusieurs brigades et de fonctionnaires du CONAS, du SEBIN, de la DGCIM, de la GNB, de la FAES de la PNB et de Policaracas, l’« Opération Gedeon » a été mise en œuvre, du nom des institutions policières-militaires, où plusieurs membres de l' « Opération Genesis » ont été tués, parmi lesquels le très médiatisé « héros » Oscar Perez.

Mars 2018: Depuis le début de ce mois, un plan de coup d’État a été détecté au sein des FANB, appelé « Mouvement de transition vers la dignité du peuple« , dans lequel l’ancien général Miguel Rodríguez Torres était impliqué. Parmi ses membres figuraient le lieutenant colonel Iver Marín Chaparro, le lieutenant colonel Henry Medina Gutiérrez, le lieutenant colonel Deivis Mota Marrero, le lieutenant colonel Eric Peña Romero, le lieutenant colonel Victoriano Soto Méndez, le lieutenant colonel Juan Carlos Peña Palmatieri, le premier lieutenant Yeiber Ariza, le sergent Julio Carlos Gutiérrez et le sergent Yuleima Medina. Au milieu du mois, il a été démantelé par la DGCIM (renseignements).

Avril 2018: L’opération « Gédeon II » des autorités de l’État, rapportée par le ministre Néstor Reverol le 18 avril, a réussi à démanteler une cellule terroriste impliquée dans des actes déstabilisateurs destinés à provoquer l’anxiété de la population et à empêcher les élections du 20 mai. L’opération était la continuation d’une enquête exhaustive qui a conduit au démantèlement de la cellule terroriste d’Oscar Pérez. Dix personnes ont été arrêtés, dont Alonso José Mora, Erick Anderson Villaba et Stephanie Madelein, membres actifs d’un groupe d’affrontement armé qui a participé aux insurrections de l’extrême droite de 2017. Dans la cellule se trouvait également Carlos Miguel Aristimuño, qui appartenait au DISIP et était pilote d’hélicoptère, engagé pour la formation des instructeurs.

Mai 2018: Nouvelle tentative de coup d’État menée par le général (r) Oswaldo Garcia Palomo de Colombie, dans le cadre des élections présidentielles, appelé « Opération Constitution » . Les services de renseignement et de contre-espionnage de l’État ont mis ce plan en échec et démantelé le groupe. Garcia Palomo a également été impliqué dans un autre plan de coup d’État au début de 2019. Il a été appréhendé fin janvier 2019 par les autorités vénézuéliennes.

Mai 2018 (bis): En même temps que l' “Opération Constitution”, l' “Opération Armageddon” était menée par du personnel militaire et civil et dirigée par le capitaine Luis Humberto de la Sotta Quiroga. Neuf membres de l’armée ont été accusés de trahison envers le pays, d’incitation à la rébellion militaire, d’instigation à la mutinerie. Cette fois, la tentative de coup d’État militaire visait à contrecarrer les élections présidentielles. L’opération était en cours depuis 2017 et consistait à reprendre la base aérienne de La Carlota (Caracas) et même d’assassiner le président Maduro. Le plan a été démantelé par la DGCIM (renseignements). L’enquête a montré que des militaires, Oswaldo Alvarez Paz (du parti COPEI) et des financements des États-Unis et de la Colombie étaient impliqués.

4 août 2018: Ce jour-là, une tentative d’assassinat a eu lieu contre le président (“Opération David contre Goliath”), certains ministres et membres du haut commandement militaire à Caracas lors d’un événement marquant le 81e anniversaire de la GNB. Là, des explosifs ont été déclenchés, dirigés par des drones, pour assassiner le président Maduro. Le travail des civils, des militaires et des forces de police dans leur ensemble a fait échouer l’opération.

Les autorités ont arrêté Argenis Ruiz, le pilote du drone, et Juan Carlos Monasterio, coordinateur de l’attaque et ancien de la GNB. Plus tard, en janvier 2019, le général (r) Oswaldo García Palomo a admis que le lieutenant-colonel Ovidio Carrasco, qui faisait partie de la garde d’honneur présidentielle, avait été capté par Julio Borges en 2013 et avait participé à la planification de l’assassinat. Outre Julio Borges, d’autres hommes politiques vénézuéliens étaient également impliqués : Fernando Albán et le député d’extrême droite Juan Requesens.

26 septembre 2018 : Interrogé au sujet du Venezuela, le président des États-Unis, Donald Trump déclare : "Toutes les options sont sur la table, y compris les plus fortes. Et vous savez ce que j'entends par fortes". L’option de l’intervention militaire étrangère contre le Venezuela est donc une réalité contemplée à la Maison Blanche.

29 novembre 2018 : Le président Maduro dénonçe lors d’une allocution télévisée la constitution d’un bataillon de 734 mercenaires sur les bases militaires d’Eglin en Floride et de Tolemaida en Colombie pour agresser le Venezuela.

10 janvier 2019 : Un entrepôt de 22.000 m2 appartenant à l’Institut Vénézuélien de Sécurité Sociale est ravagé par un incendie criminel. Les pertes dans le domaine de la santé sont incalculables et sont venus frapper de plein fouet un pays qui affronte un féroce blocus de la part des États-Unis, et pour qui les importations dans ce domaine restent difficiles.

21 janvier 2019 : Un groupe de 27 gardes nationaux volent des véhicules blindés et prennent d’assaut le poste de sécurité urbaine de Petare à Caracas pour y dérober 51 fusils AK-103. Puis ils essaient d’occuper la caserne située à Cotiza dans le centre-nord de la capitale vénézuélienne. Ils seront soutenus dans cette opération par des groupes de choc civils liés au parti de Leopoldo Lopez, Voluntad Popular. Les mutins seront arrêtés, les armes seront récupérées.

23 janvier 2019: L’autoproclamation de rue de Juan Guaido comme « président intérimaire » reconnu comme président par 46 pays donne le coup d’envoi de très violents affrontements entre les Forces Spéciales de la Police et des cellules de la pègre vénézuélienne à Caracas et dans certaines villes de provinces. Ces groupes liés au crime organisé prétendaient mettre la ville à feu et à sang comme «contribution» au soulèvement organisé par Guaido.

23 janvier 2019 (bis): Le siège du Psuv (parti au pouvoir) dans l’Etat du Monagas est réduit en cendres lors d’une attaque criminelle.

13 février 2019 : Le ministre des affaires étrangères de la République de Cuba dénonce le déplacement de Forces Spéciales des États-Unis sur les bases de Porto Rico et en République Dominicaine dans le but d’agresser le Venezuela.

22 février 2019 : Le gouvernement russe par la voix de Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères de ce pays dénonce que « les États-Unis et leurs alliés de l'Otan étudient actuellement la possibilité d'acquérir dans un pays d'Europe de l'Est d'un lot important d'armes et de munitions destinés aux opposants vénézuéliens. Il s'agit de mitrailleuses lourdes, de lance-grenades intégrés et automatiques, de missiles sol-air portables, de différentes munitions pour armes à feu et de pièces d'artillerie. Cette cargaison devrait être transportée au Venezuela via le territoire d'un pays voisin à l'aide d'avions-cargos de l’entreprise d’État ukrainienne Antonov »

23 février 2019 : Sous couvert d’aide humanitaire, une opération politico-militaire est organisée aux frontières avec le Brésil et la Colombie. Des affrontements armés ont lieu contre des groupes du crime organisé à la frontière brésilienne. Dans l’État du Táchira, l’ancien général Cliver Alcala prétendait prendre d’assaut le poste frontière de San Antonio. Aidé par les paramilitaires membres du cartel Los Rastrojos, l’opposition vénézuélienne va déclencher une bataille de plus de 16 heures, connu sur le nom de « la bataille des quatre ponts ». 

Pour appuyer cette offensive, l’opposition a fait circuler de nombreux appels à la désertion, promettant même 20.000 dollars à chaque soldat qui abandonnerait le gouvernement légitime. La récompense augmentant selon le grade. Cette opération avait un but précis : construire médiatiquement l’image d’une armée de vénézuéliens prête à en découdre avec le président Maduro. Une sorte «d’Armée Vénézuélienne Libre», construite sur le modèle déjà testé en Syrie. Il s’agissait d’entrer au Venezuela, s’établir dans l’État frontalier du Táchira comme base permanente pour déclencher une guerre sur le sol vénézuélien. Grâce à la résistance héroïque du Peuple vénézuélien, présent à la frontière, l’opération échoue.

27 février 2019 : Un entrepôt d'aliments destinés à être distribués à la population via les systèmes publiques de distribution Clap part en fumée lors d’un sabotage. Plusieurs dizaines de tonnes d’aliments sont perdus.

5 mars 2019 : Les centrales hydro-électriques situés sur le fleuve Caroni, dans l’État du Bolivar, sont victimes d’un sabotage (hacking). Durant cinq jours, le pays est paralysé : plus d’électricité, plus d’eau (les pompes fonctionnant à l’électricité), plus de connexion internet. Le but recherché était que la population se soulève contre le gouvernement bolivarien. L’opération échoue une fois de plus.

14 mars 2019 : Un attentat détruit trois cuves de diluant naphta, indispensable pour mélanger le pétrole extra-lourd vénézuélien. Ce même jour, l’entreprise indienne Reliance Industries Ltd avait dû céder aux pressions des Etats-Unis, et refuser de vendre du naphta au Venezuela.

23 mars 2019 : Le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, annonce que 48 mercenaires recrutés au Salvador, au Honduras et au Guatemala sont rentrés sur le territoire vénézuélien, dans le but d’y commettre des attentats contre les hautes autorités du pays, ainsi que des actes de sabotages, et d’opérations sous fausses bannières. Selon les services de renseignement du Venezuela, ces mercenaires avaient été recrutés par Roberto Marrero, bras droit de Juan Guaido.

23 mars 2019 (bis) : Wilfredo Torres Gomez, alias Necocli, leader du cartel colombien Los Rastrojos est arrêté par la police vénézuélienne dans la ville de Valencia. Son arrestation a été rendu possible par l’examen du contenu du téléphone portable de Roberto Marrero, directeur de cabinet de Guaido, arrêté le 20 mars 2020, qui était en contact permanent avec lui.

Avril 2019 : Le fondateur de la compagnie de sécurité privée BlackWater, Erick Prince, aurait pris contact avec Juan Guaido dans le but de lever une armée de 5000 mercenaires pour aller combattre au Venezuela.

4 avril 2019 : Un oléoduc dans l’est du pays est pris pour cible d’un attentat, et explose, coupant l’approvisionnement de brut dans les régions orientales du Venezuela.

7 avril 2019 : Le sergent major Paul Rivero est assassiné alors qu’il est de garde dans un centre de production d’électricité, dans l’État de Bolivar.

30 avril 2019: La « phase finale » de l’« opération Liberté » a eu lieu avec Juan Guaidó, Leopoldo López, Cristopher Figuera (directeur des services de renseignement) et des militaires, dont Ilich Sánchez et Juvenal Sequea.

Le mouvement cherche à chasser du pouvoir le président Nicolas Maduro, en commençant par la prise de contrôle de la base aérienne de La Carlota, qui n’a jamais été prise. L’opération n’a duré que quelques heures le matin et a été démantelée par la DGCIM.

4 mai 2019 : La permanence du Psuv (Parti au pouvoir) dans le quartier de San Agustin (Caracas) est victime d’un incendie criminel.

6 mai 2019 : Le général d’aviation Jackson Silva, directeur de l’École de formation des troupes professionnelles, ainsi que quatre autres officiers trouvent la mort dans une embuscade tendue par le gang du Tren de Aragua. Quatre autres militaires ont été blessés lors du combat qui les opposa aux membres de ce syndicat du crime.

20 mai 2019 : Au vu des échecs successifs de l’opposition pour s’emparer du pouvoir, Juan Guaido envoie son représentant au États-Unis, Carlos Vecchio se réunir avec les gradés du SouthCom et des officiels du département d’État pour planifier une opération militaire des États-Unis contre le Venezuela.

Juin 2019: Après 14 mois de contre-espionnage par la DGCIM, l’opération « Vuelvan caras » a été démantelée. Parmi ses membres figuraient le général à la retraite Ramón Lozada Saavedra, le général Miguel Sisco Mora, le colonel Miguel Castillo Cedeño, le major à la retraite Pedro Caraballo, le premier lieutenant Carlos Eduardo Lozada Saavedra et les commissaires José Valladares Mejías et Miguel Ibarreto.

C’est un coup d’État militaire qui visait à assassiner le président et à prendre le palais de Miraflores, la base aérienne de La Carlota et la Banque centrale du Venezuela, dans lesquels Josnars Adolfo Baduel, fils de Raúl Baduel, était également impliqué.

9 juillet 2019 : Dans l’État du Tachira, à la frontière avec la Colombie, l’armée vénézuélienne arrête 5 paramilitaires colombiens dans la localité d’Ureña en possession de 3 têtes humaines découpés, et destinés à être jetées devant le siège de la police, de l’armée et de la gendarmerie.

28 juillet 2019 : 6 militants paysans de la Corriente Revolucionaria Bolivar y Zamora sont assassinés par un commando cagoulé dans l’État du Barinas. Selon l’organisation, ce massacre aurait été commis par des paramilitaires colombiens en lien avec la pègre vénézuélienne.

Août 2019: L’opération terroriste « Force et liberté » était une tentative d’attaque du siège de la FAES (police) à Propatria, du bloc 40 de la paroisse 23 de Enero et du Palais de Justice (Caracas). Il a été démantelé par la DGCIM (renseignements). Il s’agissait d’une action militaire pour tenter un coup d’Etat et un assassinat impliquant l’huissier du Palais de Justice, Ronnel Guevara, et Luis Ricardo Gómez Peñaranda, un citoyen colombo-vénézuélien qui a été arrêté alors qu’il transportait des explosifs.

A l’époque, le ministre Jorge Rodríguez avait dénoncé que Clíver Alcalá était en Colombie pour coordonner la formation de plus de 200 terroristes dans trois camps : à Maicao, Santa Marta et Riohacha.

13 août 2019 : L’armée vénézuélienne annonce la capture de 49 paramilitaires colombiens du cartel Los Rastrojos (les alliés de Juan Guaido) dans l’État du Tachira. Plusieurs armes sont saisis.

15 août 2019 : Le Ministère des affaires étrangères russe révèle que plusieurs dizaines de vénézuéliens reçoivent une formation militaire sur une base britannique situé au Guyana dans le but de réaliser des actes d’espionnage et de sabotage contre la République Bolivarienne du Venezuela.

26 août 2019 : L’explosion d’une usine de remplissage de bombonne de gaz à usage domestique fait un blessé à Ocumare del Tuy dans l’État du Miranda. Le gouverneur Hector Rodriguez accuse après enquête des membres du Parti d’opposition Primero Justicia. L’usine dévasté a une conséquence grave : priver les quartiers populaires de bombonnes de gaz ou rendre plus difficile leur approvisionnement.

11 septembre 2019 : L’Organisation des États Américains (OEA) réactive le Traité Inter-américain d’Assistance Réciproque dans le cas du Venezuela. Cette alliance militaire permet d’activer une force armée régionale conjointe pour une intervention militaire contre un pays menaçant un membre du TIAR. Il ne s’agit en réalité que de la construction d’une ordonnance légale pour pouvoir intervenir militairement au Venezuela.

Novembre 2019: Les services de sécurité déjoue l’Opération « Honneur et Gloire » qui prétendaient donner l’assaut à des casernes dans l’État de Sucre. Pour la partie civile, cette opération était coordonné par Yaneth Fermin et Fernando Orozco, membres du parti Voluntad Popular et proches collaborateurs de Juan Guaido.

Décembre 2019: Le matin du dimanche 29 décembre, une vidéo a été diffusée dans laquelle un groupe de militaires se soulevait, appelant à la rébellion, à un coup d’État et à un assassinat. Ils ont revendiqué le vol d’armes lors de l’attaque d’un détachement de la GNB le 22 décembre dernier dans la municipalité de Gran Sabana (Bolivar), dans le cadre de ce qu’ils ont appelé « l’opération Aurora ».

Il s’agit du lieutenant Josué Abraham Hidalgo Azuaje, du tireur d’élite José Angel Rodríguez Araña et du sergent-major Darwin Balaguera Rivas.

Directement impliqué dans l' “Opération Aurora”, Gilber Caro, arrêté lors de l’agression du 22 décembre, a bénéficié du soutien public de l’ex-policier Ivan Simonovis, un membre de l’équipe de Juan Guaidó des États-Unis et proche de Donald Trump. En janvier 2020, le ministère public a inculpé 18 personnes qui ont participé à l’opération.

24 janvier 2020 : Plus de 100 parachutistes de la 82e division aéroportée de l'armée des États-Unis arrivent en Colombie pour réaliser une opération conjointe à la frontière colombo-vénézuélienne avec le commandement des opérations spéciales des forces militaires colombiennes.

8 février 2020:  Un incendie dans les hangars Flor Amarillo des entreprises de télécommunications publiques Cantv y Movilnet, dans l’État de Carabobo, a ravagé du matériel stratégique de télécommunication, pour un valeur de 275 millions de dollars. Cinq personnes ont été arrêtées et placées sous les verrous.

10 février 2020 : Une patrouille de l’armée vénézuélienne tombe dans une embuscade de paramilitaires colombiens dans le secteur Las Cachameras dans l’État frontalier du Táchira. Durant l’affrontement, 6 paramilitaires seront abattus, et des armes seront saisis.

7 mars 2020 : Un incendie criminel ravage les hangars du Centre National Électoral, dans l’est de Caracas. 49.408 machines électroniques de vote, et une quantité importante de matériel partent en fumée. Cet incendie intervient au moment où le chavisme et une partie de l’opposition étaient en train de trouver un accord pour réaliser des élections parlementaires. Juan Guaido et son Gang s’oppose au renouvellement des députés, pourtant prévu par la loi.

9 mars 2020 : Début de l’Opération Vita. L’opération Vita  un opération militaire réalisée entre la Joint Task Force Bravo (JTS-Bravo) de l’Armée des États-Unis et l’armée colombienne. Elle a lieu du 9 au 20 mars dans la zone de la Guajira, frontalière avec le Venezuela. Tout comme les exercices militaires conjoint du 24 au 27 janvier 2020 réalisés sur une autre frontière colombo-vénézuélienne, ces entrainements visent à se préparer à des scénarii de guerre contre le Venezuela.

14 mars 2020 : Un incendie a ravagé les cellules d'alimentation électrique de la station de pompage d’eau potable Taguacita, dans la Vallée du Tuy, état de Miranda. Plusieurs secteurs de Miranda et le District de la Capitale ont été privés d'eau pendant des jours et bien que le rétablissement du service ait commencé graduellement le dimanche 17 mars, il a fallu plusieurs jours pour que le service soit rétabli dans certaines zones.

20 mars 2020 : Une explosion a lieu sur le site pétrolier de El Carito, dans l’État de Monagas. L’attentat a détruit une partie importante de l’infrastructure pétrolière et gazifière de la région. L’incendie est contrôlé et on ne reportera par de blessés.

24 mars 2020 : La police routière colombienne intercepte un convoi d’armes de guerre destinée à des groupes terroristes vénézuéliens situés dans la péninsule de La Guajira en Colombie. Les terroristes sont logés sur la propriété de Elvis Lopez, alias « Doble Rueda » un narcotrafiquant colombien, qui finance en partie l’opération. Le chef du groupe, l’ex général Cliver Alcala donnera le jour même une interview à la radio colombienne W Radio dans laquelle il annonce que son groupe militaire répond à un contrat entre Juan Guaido et un conseiller états-unien (il s’agira de Jordan Goudreau).  

26 mars 2020 : Le procureur général des États-Unis, William Barr, a mis à prix la tête de Nicolas Maduro et de hauts dignitaires de l’État vénézuélien pour « narco-terrorisme ». Récompense : 15 millions de dollars pour le président vénézuélien, 10 millions pour les autres. Cette décision digne d’un mauvais far-west vise à stimuler les chasseurs de prime du Venezuela et du monde entier.

31 mars 2020 : Le navire brise-glace Resolute, battant pavillon portugais, emboutit et coule par le fond la frégate militaire Naiguata dans les eaux territoriales vénézuéliennes. Le Resolute fuira et trouvera refuge dans l’ile hollandaise de Aruba. Les autorités vénézuéliennes suspecte alors que le bateau ait pu transporter des mercenaires. Que faisait un navire brise-glace dans la mer des Caraïbes ?

1 avril 2020 : A la suite de la mise à prix du président Maduro pour « narco-terrorisme », le président des États-Unis, Donald Trump, lance une opération anti-drogue dans les caraïbes. Cette opération qui mobilise à la fois les réservistes de la Garde Nationale de USA et les pays vassaux dans la région a pour objectif de faire augmenter la pression militaire contre le Venezuela.

21 avril 2020 : Un assaut contre la caserne de Puerta Morocha dans la ville de Los Teques dans le but de dérober des armes est déjoué par les services vénézuéliens

24 avril 2020 : Juan Montero Buitrago, responsable des finances du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) est arrêté par les forces de sécurité vénézuéliennes sur leur territoire.

Mai 2020: Une incursion de mercenaires armés (« Opération Gedeon« ) à Macuto (La Guaira) et dans d’autres régions de la côte vénézuélienne a été neutralisée par l‘union civile-militaire (« Opération Negro Primero ») depuis le dimanche 3 mai. La DGCIM a traité les données relatives à l’opération, notamment la localisation des camps en Colombie où se déroulait la formation et la coordination dirigée par Clíver Alcalá.

Juan Guaidó, J.J. Rendón, Sergio Vergara et l’avocat Manuel Retureta avaient signé un contrat avec la société mercenaire américaine Silvercorp, appartenant à Jordan Goudreau, pour effectuer une incursion armée, exécuter un plan de capture et d’assassinat du président Maduro, et à l’aide d’un armement très sophistiqué déclencher une intervention visant à éliminer les dirigeants chavistes, les sympathisants des bases populaires et abroger la Constitution de facto de la République Bolivarienne.

Comme on peut le lire dans le contrat mis en ligne par le Washington Post, la réalisation de « l’objectif premier » était de « capturer/détenir/éliminer Nicolás Maduro, éliminer le “régime” actuel et installer le président fantoche Juan Guaidó. Venait ensuite la participation de Silvercorp à une période de 450 jours -prolongée- de « rétablissement de la stabilité dans le pays ».

La « stabilisation du pays » signifiait que le contractant militaire participerait à l’attaque et à la persécution des « éléments non militaires du commandement et du contrôle du régime précédent », aux répressions, aux détentions, à l’application des couvre-feux, aux contrôles aux frontières, avec l’autorisation de « recourir à la force, jusqu’à et y compris la force mortelle, pour éliminer la menace ».

Tout est écrit dans une annexe de 41 pages avec des détails sur, par exemple, quand et comment utiliser les mines antipersonnel M18A1 claymore, les chaînes de commandement, les formes de paiement, où, en cas d' « insolvabilité monétaire », Silvercorp facturerait « en barils de pétrole ».

L’opération a été financé en partie par Juan Guaido et par des narco-trafiquants colombiens (notamment par Elkin Lopez, alias «doble rueda», chef du cartel de la Guaijira).

12 mai 2020 : Un incendie a eu lieu dans le système d'électricité de la station de pompage Nº 32 d'Hidrocapital, située dans le secteur Caujarito, sur la route nationale Charallave-Santa Teresa. Cet incendie a affecté la cellule de l'interrupteur numéro 6 et a obligé à prendre des mesures de sécurité comme la suspension temporaire du service électrique dans cette station de pompage, à la Chara et dans l'usine de potabilisation de Caujarit, privant plusieurs milliers de personne d’accès à l’eau potable pendant plusieurs jours.

20 mai 2020 : Un des lieutenants du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido), Moisés Contreras Santana, est arrêté à Coloncito, dans l’État frontalier du Táchira.

24 mai 2020 : Un incendie s'est produit dans les environs de la station de pompage Nº 33 d'Hidrocapital, située dans le secteur de Sabaneta de Los Anaucos, près de Caracas. Ce sont les fonctionnaires du Corps de Pompiers de l'état de Miranda qui se sont occupés de ce troisième sinistre en moins d'un mois qui a provoqué la suspension momentanée du service d'eau potable dans la Capitale.

28 mai 2020 : 800 fantassins des forces spéciales des États-Unis arrivent en Colombie pour entraîner et conseiller les forces militaires colombiennes. En moins de six mois, c’est le troisième exercice conjoint entre les forces armées étatsuniennes et colombiennes, avec le Venezuela en ligne de mire.

14 juin 2020 : Un campement du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) est démantelé dans le municipio Catatumbo, dans la zone située au sud du lac de Maracaibo. Des uniformes, des explosifs et du matériel de guerre ont été saisis par l’armée vénézuélienne.

17 juin 2020 : Un groupe du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos (allié à Juan Guaido) attaque une colonne de l’armée vénézuélienne dans l’État du Zulia. 2 paramilitaires seront abattus lors de l’affrontement. Plusieurs armes ont été saisis.

23 juin 2020 : Le Venezuela proteste contre l’entrée du destroyer USS Nitze du SouthCom dans ses eaux territoriales.

16 juillet 2020 : Le Venezuela exprime son vif rejet de l'entrée du bateau de guerre des USA, le USS Pinckney (DDG-91) dans ses eaux territoriales.

14 septembre 2020 : Un agent des USA a été capturé au Venezuela et une cellule terroriste démantelée. Le groupe terroriste planifiait des actes de sabotages contre des installations militaires, et des industries stratégiques (pétrole, électricité). Lors de leur arrestation, ils étaient en possession d’un lance-grenades AT4, de calibre 84 mm, d’une mitraillette modèle UZI de calibre 9 mm, et de quatre pièces rectangulaires de matière explosive (C4).  

18 septembre 2020 : Le secrétaire d’État des USA, Mike Pompeo, commence une tournée dans les pays voisins du Venezuela (Guyana, Brésil, Colombie). Le but déclaré de ces visites officiels est d’isoler le Venezuela et de trouver des solutions à la « crise » dans ce pays. Les options militaires étant sur la table, comme l’a déclaré Donald Trump, la visite de Pompeo n’a pu éluder cette question.

19 septembre 2020 : Un affrontement a lieu entre une colonne de l’armée vénézuélienne et un groupe narco-paramilitaire venu de Colombie qui a établi trois camps situés dans les secteurs de Tres Esquinas, Mata de Bambú et Las Palmitas, tous dans la municipalité de José Antonio Páez dans l'état d'Apure. L’affrontement va se solder par la mort de quatre officiers de l’armée vénézuélienne, et quatre blessés graves. Tous les paramilitaires ont été arrêtés, cinq fusils d'assaut, trois pistolets automatiques, d'abondantes cartouches de différents calibres, des uniformes camouflés, du matériel audiovisuel et téléphonique, ainsi que divers équipements de guerre ont été saisis. 

22 septembre 2020 : L'armée brésilienne a dépensé 6 millions de dollars en carburant et en transport uniquement pour simuler une guerre contre le Venezuela en Amazonie. La simulation a eu lieu entre le 8 et le 22 septembre et a impliqué 3 600 militaires dans les villes de Manacapuru, Moura et Novo Airão, dans l'État d'Amazonas.

Plusieurs moyens militaires ont été utilisés, tels que des véhicules, des avions (avions et hélicoptères), des radeaux, des bateaux, des ferries, des pièces d'artillerie, le système de lancement de fusées, des pièces d'artillerie de l'armée, des canons, des mitrailleuses, des obus Oto Melara et des mortiers de 60, 81 et 120 mm, en plus de véhicules et camions spéciaux.

24 septembre 2020 : Lors d’une allocution via zoom, Juan Guaido, invoque la Responsabilité de Protéger (R2P) et demande indirectement aux États-Unis et à leurs alliés de déclencher une opération militaire contre le Venezuela.

1 octobre 2020 : La République bolivarienne du Venezuela dénonce les intentions d'intimidation du Commandement Sud des États-Unis, par la présence du destroyer de missiles guidés USS William P. Lawrence (DDG-110) de la classe Arleigh Burke de la marine américaine, dans la zone contiguë vénézuélienne, à une distance de 16,1 milles nautiques des côtes vénézuéliennes.

10 octobre 2020 : Le secrétaire général de l’OEA annonce avoir nommé Jared Genser, un avocat de Leopoldo Lopez, comme conseiller spécial pour imposer la « responsabilité de protéger » (R2P) contre le Venezuela. Sous ce vocable, il ne s’agit, ni plus ni moins, que d’échafauder les stratégies militaires contre le pays caribéen.

11 octobre 2020 : Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, dénonce le fait que des actions sont organisées en Colombie pour saboter les élections législatives du 6 décembre 2020.  Dans une opération destinée à « saboter le climat politique et électoral » du Venezuela, il a révélé que plus de 1 000 mercenaires sont entraînés par l’armée colombienne et les services de renseignement.

13 octobre 2020 : Le général de brigade de la Garde Nationale Bolivarienne, Sergio Nerin, est assassiné dans l’État du Carabobo. Il se déplaçait vers l’État frontalier d’Apure pour y occuper le poste de responsable de la Zone Opérative de Défense Intégrale, qui chapeaute les organismes de défense de la Nation. Les assassins du général Nerin ont déposé une barricade sur l’autoroute où circulait le général et son garde du corps. Lorsque leur véhicule a ralenti, ils les ont assassinés.

27 octobre 2020 : Un missile tiré depuis un drone (ou une embarcation navale) détruit la tour nº4 de la principale raffinerie du Venezuela, Amuay. Cette attaque contre les installations industrielles du Venezuela intervient alors que le pays caribéen était en train de reprendre sa production d'essence.

30 octobre 2020 : Le président de Pdvsa, Tareck El Aisseimi, dénonce 87 attaques contre les installations électriques du pays ces dernières semaines.

11 décembre 2020 : Deux vénézuéliens, Francisco Javier Pacheco Pérez et César Antonio Guevara Díaz, sont arrêtés en possession de matériel explosif (plusieurs détonateurs, des mèches ainsi que 27kg d’explosif Muster). Leur objectif était de détruire l’oléoduc principale de la raffinerie d’El Palito, ainsi des installations pétrolières. Selon les autorités vénézuéliennes, l’attentat manqué aurait été planifié depuis la Colombie par des groupes terroristes vénézuéliens présent sur ce territoire.

20 décembre 2020 : Deux employés du palais présidentiel (un serveur et une hôtesse d’accueil) sont arrêtés en possession d’1,2kg d’explosif (C4), de mèches, ainsi que de détonateurs. Les autorités suspectent la préparation d’un attentat contre le président Maduro. L’enquête suit son cours pour déterminer les auteurs intellectuels ainsi que les financiers derrière cette tentative d’attentat.

30 décembre 2020 : La ministre de l’intérieur vénézuélienne annonce que les services de sécurité vénézuélien ont démantelé une opération militaire (« Opération Boycott ») visant à empêcher l’installation de la nouvelle Assemblée Nationale élue le 6 décembre 2020. Cette opération visait aussi à des actes de sabotages contre la raffinerie d’Amuay, la plus importante du pays, ainsi que contre la Centrale Hydroélectrique du Guri. Le plan prévoyait l’assaut du bataillon 825 situé dans l’État d’Aragua et comptait assassiner le procureur général de la Nation, des députés élus, ainsi que des membres des familles de hauts responsables de l’État vénézuélien.

Selon les révélations de terroristes arrêtés, l’opération Boycott aurait été planifié en Colombie lors de la rencontre entre Leopoldo Lopez et l’ancien président de ce pays, Alvaro Uribe. Des membres du renseignement colombien, des paramilitaires, ainsi que des déserteurs de l’armée vénézuélienne ont participé à cette tentative d’opération terroriste.

5 janvier 2021 : La vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez, dénonce une attaque contre le système électrique nationale qui a affecté plusieurs régions du pays.

9 janvier 2021 : Une opération militaire maritime conjointe entre les États-Unis et le Guyana se déroule près de la zone maritime en réclamation entre le Venezuela et le Guyana. Cette zone est riche en pétrole off-shore. Il s’agit là d’une provocation militaire contre la souveraineté du Venezuela.

20 janvier 2021 : La police colombienne saisit six fusils d'assaut Anderson AM-15 et sept chargeurs de munitions de calibre 5,56. Les armes, transportées de Bogotá à Riohacha à la frontière vénézuélienne, étaient destinées à des groupes terroristes vénézuéliens.

23 janvier 2021 : Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, révèle qu’un attentat terroriste a eu lieu contre un gazoduc dans l’ouest du pays. Malgré l’incendie, l’objectif de couper l’approvisionnement des citoyens en gaz n’a pas été atteint. La guerre de l’ombre continue.

27 janvier 2021 : Le département de contre-espionnage militaire (DGCIM) a neutralisé l'opération Octobre Rouge, qui avait entre autres objectifs d'attaquer le système d'antennes de communication de l’armée, et d’assassiner des hauts fonctionnaires et politiciens de l’État du Tachira, frontalier avec la Colombie comme les membres du parlement régional Yhon Luna et José Belisario ainsi que le préfet Freddy Bernal.

L’opération, piloté par le Gang de Guaido, comptait sur la participation du spécialiste en cyber-attaques étasunien, Ben Smith Benson. De son vrai nom, Luis Alberto Medina Guzmán alias El Gringo, ce dernier a participé à des opérations aux cotés d’Israël, mais aussi contre des installations pétrolières en Iran mais aussi à des opérations de déstabilisation en Équateur et en Bolivie. El Gringo est rattaché à la Brigade d'élite de la Division 82 de la base de Tolemaida, base étatsunienne en Colombie d’où sont formés de nombreux mercenaires et terroristes pour attaquer le Venezuela.

Sur la base des enquêtes, la DGCIM a capturé deux citoyens identifiés comme Karelys Silva, alias la Negra, et Jean Carlos Roa, alias el Porky.

31/01/2021 : Le président de l'Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, a annoncé que les services de renseignement ont réussi à capturer un individu qui avait l'intention de perpétrer un attentat terroriste au siège du Palais législatif fédéral.

L’enquête a montré que ce plan avait été planifié par l'extrémiste et fugitif de la justice, Leopoldo Lopez, qui se trouve en Espagne.

L'action terroriste devait être exécutée au cours d'une session ordinaire du Parlement vénézuélien.

08/02/2021 : Les forces de sécurité vénézuéliennes saisissent dans un appartement situé à La Guaira (principal port du pays et entrée à Caracas) 9 pistolets 9 mm, un pistolet de calibre .40, une mitrailleuse 9 mm, une mitraillette, deux silencieux, une grenade, quatre chargeurs de fusil ARI 5,56MM. Ils ont également trouvé 1 040 cartouches de fusil de calibre 7,62 et 320 cartouches de 9 mm.

09/02/2021 : La Colombie annonce la création d’une unité spéciale au sein de ses forces armées pour lutter contre les « guérilleros » supposément protégé par le Venezuela. Cette mesure absurde renforce la pression militaire contre le Venezuela.

17/02/2021 : Les Forces armées nationales bolivariennes du Venezuela ont annoncé avoir saisi du matériel explosif appartenant au groupe paramilitaire Autodefensas Gaitanistas de Colombia, ou Clan del Golfo, avec lequel ce groupe criminel avaient l'intention de "commettre des actes de sabotage et des attaques" contre les installations frontalières et stratégiques du pays.

10/03/2021 : Selon des renseignements des Forces Armées Bolivariennes du Venezuela, la Direction Centrale du Renseignement de la Colombie a cherché à corrompre 600 gradés vénézuélien, à voler de l’armement et des systèmes de défense au Venezuela et à chercher à provoquer un casus belli pour déclarer la guerre au pays bolivarien.

14/03/2021 : La Garde Nationale Bolivarienne a saisi du matériel de guerre qui était transporté dans un véhicule portant une chargeuse-pelleteuse. L'inspection a été réalisée à El Sombrero, dans État de Guárico. Pendant l'inspection, les militaires ont détecté un compartiment caché dans le véhicule et ont trouvé de grandes quantités de matériel militaire

28 fusils AK-103 avec des numéros de série classés et avec des boucliers FANB, 7 fusils AK-47, 8 pistolets Browning PGP, 1 pistolet Pietro Beretta, 1 revolver de calibre 38, 97 chargeurs AK-103, 34 chargeurs de fusil FAL,12 000 cartouches Cal. 7.62x39 (AK-103), 6 844 cartouches Cal. 7,62x51 (FAL).

Ce matériel saisi provenait de la ville de Maracay à destination de El Callao, dans l'État de Bolivar. La procédure a été notifiée au contre-renseignement militaire (DGCIM) et au bureau du procureur militaire de l'État de Guárico.

15 mars 2021 : 5 policiers de la police régionale de l’État d’Aragua ont été blessés lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade tendue par une bande du crime organisé.

16 mars 2021 : Le parquet de Colombie détermine que l’Opération Gédéon (invasion du Venezuela par des mercenaires) a été planifiée depuis Bogota par le Gang de Guaido.

19 mars 2021 : Des membres du crime organisé de la banque criminelle El Coqui, situé dans le quartier de la Cota 905, attaque la caserne de la Garde Nationale d’El Paraiso à Caracas dans le but de dérober une batterie de missiles anti-aériennes. Après des affrontements, les leaders de la bande criminelle ont assassiné quatre de leurs membres et les ont jeté au pied de la caserne en guise de paix. Trois gardes nationaux qui avait été kidnappés ont été libérés dans la foulée. Cette attaque donne crédit aux dénonciations du de l’armée vénézuélienne sur le rôle de la Colombie dans des tentatives de vol de système de défense, réalisés le 10 mars 2021. 

21 mars 2021 : Le ministre vénézuélien du pétrole, Tareck El Aissami, a dénoncé une attaque terroriste contre un gazoduc de la compagnie nationale Petroleos de Venezuela SA (PDVSA).

El Aissami a dénoncé que l'événement s'est produit sur une section de gazoduc à El Tejero, une ville située dans la municipalité Ezequiel Zamora, au nord de l'État vénézuélien de Monagas. L'usine qui a subi l'attaque est chargée de comprimer le gaz pour l'injecter à haute pression dans les puits pétroliers situés à El Tejero, La Leona et Urica.

22 mars 2021 : Des affrontements avec des narcotrafiquants colombiens dans l'État d'Apure à la frontière avec la Colombie, dans le secteur de La Coromoto, municipalité José Antonio Páez, ont fait 2 morts chez les militaires et un chez les narcos, en plus de plusieurs blessés. Au cours de cette action, 32 personnes ont été capturées et des armes, de la drogue, des explosifs et des véhicules ont été saisis. Six camps de narcos ont été détruits.

24 mars 2021 : Le poste de douane de La Victoria, dans l’État d’Apure est réduit en poussière par des charges explosives déposées par des narcotrafiquants colombiens. Cette action s’inscrit dans les combats qui on eut lieu deux jours auparavant.

25 avril 2021 : L'assassin fugitif de justice vénézuélienne, Ivan Simonovis (conseiller en "sécurité" de Guaido), a reconnu que les agressions qui ont eu lieu dans l'état d'Apure par des groupes irréguliers colombiens et les actes de violence par des membres de la pègre à la Cota 905 à Caracas, n'ont rien de fortuit et visent à instaurer le chaos dans le pays.

"Il y a un dénominateur commun entre les événements d'Apure il y a un mois et les événements qui se sont produits aujourd'hui à Cota 905, ou ceux qui se sont produits à Cota 905, le dénominateur commun s'appelle le chaos. Il s'agit d'une guerre hybride dont l'objectif final est de rendre le pays dysfonctionnel jusqu'à ce que tout s'effondre. Rien n'est fortuit, tout obéit à un plan bien structuré depuis plusieurs années". Confession du Mr Sécurité du Gang de Guaido qui confirme que ce dernier cherche à mettre le pays à feu et à sang pour s'emparer du pouvoir.

 

Romain MIGUS

Article actualisé chaque mois. Nous avons repris dans cette chronologie certains éléments décrits par l'équipe d'investigation de Mision Verdad. 

Source: Les 2 Rives

 

Venezuela