VENEZUELA

LES USA, ASSOIFFES DE PETROLE VENEZUELIEN, APPELLENT TOUS LES PAYS A REFUSER LES AVIONS RUSSES A DESTINATION DU VENEZUELA

Les USA appellent tous les pays à refuser les avions russes à destination du Venezuela

 Depuis 12 heures  20 avril 2019

Morgan Ortagus

Morgan Ortagus

 Amérique et Europe - Russie

 

Les États-Unis prennent en exemple le gouvernement de Malte, qui a refusé son espace aérien aux avions cargo russes en provenance de Syrie et à destination du Venezuela, et appellent tous les pays à faire de même afin de stopper, selon eux, l’aide du Kremlin au gouvernement vénézuélien.

La porte-parole du département d’État des États-Unis, Morgan Ortagus, a appelé tous les pays à suivre l’exemple de Malte qui a récemment refusé le passage de deux avions russes à destination du Venezuela par son espace aérien pour livrer de l’aide humanitaire.

«Nous applaudissons le gouvernement de Malte d’avoir refusé de permettre aux avions russes d’utiliser son espace aérien pour approvisionner l’ancien régime brutal au Venezuela. Nous demandons à tous les pays de suivre l’exemple de Malte pour mettre fin au soutien du Kremlin au dictateur Maduro», a-t-elle écrit sur Twitter.

Auparavant, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait souligné lors d’un point de presse que Moscou prendrait en compte ce refus lors des prochains contacts avec Malte.

«Malgré le fait que la prise de telles décisions relève du droit souverain de chaque État, la décision des autorités de Malte se démarque de la pratique généralement acceptée et porte en elle une connotation hostile. Nous pouvons le dire. Elle sera certainement prise en considération par la Russie dans le cadre des relations bilatérales avec La Valette.»

La Russie avait demandé à Malte l’autorisation pour un aller-retour de deux avions cargo en provenance de la Syrie à destination du Venezuela, entre le 16 et le 19 avril. Mais le gouvernement de Malte l’a refusée sans donner d’explication.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1332454


 

LES USA TENTENT D'EMPECHER LES VOLS DIRECTS IRAN-VENEZUELA

Les USA tentent d’arrêter les vols directs Iran-Venezuela

 Depuis 7 heures  20 avril 2019

mahan_air_caracas

 Amérique et Europe - Venezuela

 

Rédaction du site

L’annonce du premier vol direct iranien reliant Téhéran à Caracas inquiète décidément les Américains. Depuis des officiels US se succèdent pour affirmer qu’ils feraient tout pour entraver cette décision.

Un secrétaire d’État américain a prétendu que ces vols n’avaient pas que des objectifs commerciaux et que Washington et ses partenaires feraient tout pour mettre fin à la liaison directe Téhéran-Caracas.
Selon Washington, ces vols serviraient de prétexte pour transférer les militaires du Corps des Gardiens de la révolution islamique à Caracas.

Dans un rapport concernant les vols commerciaux directs entre Téhéran et Caracas, le site CGRI est revenu sur les sanctions occidentales imposées à la compagnie aérienne Mahan Air :
« Le 8 avril 2019, la compagnie iranienne Mahan Air a lancé des vols commerciaux directs entre Téhéran et Caracas, la capitale du Venezuela. Depuis octobre 2011, la société iranienne privée est soumise à des sanctions américaines pour son implication présumée dans le transport d’aides logistiques aux forces iraniennes en Syrie. […] Cette année, l’Allemagne et la France ont également exclu la compagnie aérienne de leur territoire. »

Le site d’information a déclaré qu’en janvier 2019, le département du Trésor américain a imposé des sanctions à Fars Air Qeshm, qui est lié à Mahan Air.
Reza Jafarzadeh, chef de l’Organisation de l’aviation civile iranienne, a confirmé l’ouverture de vols directs entre l’Iran et le Venezuela et a ajouté que le premier vol avait conduit une délégation du personnel du ministère des Affaires étrangères et de la compagnie aérienne Mahan Air à Caracas afin de discuter du maintien de cette liaison. « Cette liaison sera établie quoi que fassent les Américains », a-t-il assuré.

L’Iran a exprimé son plein soutien au Venezuela contre les tentatives américaines pour le déstabiliser et renverser son président Nicolas Maduro. Tentatives qui se sont soldées par un échec.
Les analystes relèvent la crainte des USA de voir se former au Venezuela un front de combat réunissant à la fois l’Iran, la Russie et la Chine. Soit le front qui a mis à l’échec les USA en Syrie.

Source: Avec Press Tv

http://french.almanar.com.lb/1332806


 

OSCAR FORTIN : L'INVASION DU VENEZUELA SIGNERA LA FIN DE L'EMPIRE US ET LA HONTE DE SES ALLIES

L’invasion du Venezuela signera la fin de l’Empire et la honte de ses alliés

Par Oscar Fortin

Mondialisation.ca, 16 avril 2019

Humanisme

Région : 

Thème: 

Analyses: 

Le Venezuela n’est pas que le Venezuela, il est également porteur de l’aspiration de tous les peuples de l’Amérique latine et des Caraïbes ainsi que de nombreux autres peuples d’à travers le monde. Le socialisme, humaniste, chrétien et anti-impérialiste, porteur d’une démocratie participative, faisant du peuple le maitre du pouvoir, rejoint les aspirations de la grande majorité de ces peuples. Le jeu des grands et des puissants est de plus en plus mis à nue et les mensonges-vérités sont vite retransformés en vérités-mensonges. La grande tricherie et les manipulations qui l’accompagnent n’arrivent plus à convaincre les peuples, toujours plus conscients de cette dernière.

Le Venezuela n’est pas l’Irak de Saddam Hussein, ni la Libye de Kadhafi, ni la Syrie de Bachar El Assad.  De ces derniers, il a tiré des leçons tant au niveau de la façon de faire des envahisseurs que de la préparation nécessaire pour les vaincre. Si au Moyen Orient, LES ENVAHISSEURS ont pu saccager des pays entiers et y massacrer des millions de personnes, il ne saurait en être de même avec le Venezuela et l’Amérique latine. Cette fois, ce sont les peuples qui s’organisent. Ces derniers ont des alliés internationaux, tels la Russie, la Chine, l’Iran, la Turquie, entre autres, qui sont prêts à répondre à l’appels des peuples.

Le gouvernement et le peuple du Venezuela ont déjà lancé cet appel qui a été très bien entendu et reçu par les pays alliés concernés. Pour certains d’entre eux, ils arrivent avec l’expérience de cette guerre du Moyen-Orient où ils ont vu les divers stratagèmes utilisés par l’envahisseur et ont pu mesurer sa capacité de manipuler l’opinion publique en utilisant des faux-positifs comme l’usage d’armes chimiques, de casques blancs et de terroristes, répondant tous au même commandement.

Si les autorités gouvernementales de la Colombie, du Brésil, du Chili, du Canada se joignent à cette opération d’intervention militaire au Venezuela, ce sera le soulèvement des peuples de ces pays vassauxet une réplique sans merci du Venezuela et de ses alliés à ces attaques. Le sang ne coulera pas que d’un côté et les envahisseurs devront inévitablement faire marche arrière. L’Empire connaitra ses dernières heures et ses vassaux  devront s’expliquer devant leurs peuples. Les épiscopats catholiques, alliés des envahisseurs, devront faire leur mea culpa et se retirer dans des couvents pour y saisir l’horreur des crimes auxquels ils auront contribués.

POURQUOI LE VENEZUELA CHAVISTE EST-IL DEVENU LA CIBLE À ABATTRE ?

1- Le prétexte de la démocratie

La propagande, utilisée par ceux qui veulent y mettre fin, en fait un pays non démocratique, alors qu’il a à son compte, depuis les 19 dernières années, plus d’élections que tous les autres pays de l’Amérique latine. Pour eux, il s’agit d’un prétexte qui leur permet de transformer leurs interventions criminelles en interventions salvatrices de la démocratie. Ils s’introduisent comme les libérateurs du peuple vénézuélien, soumis à un dictateur tyran. Ce fut d’abord Chavez, puis c’est maintenant, Maduro. Que le peuple vénézuélien ait voté majoritairement pour ses dirigeants, cela ne compte pas. Nicolas Maduro a été élu président du Venezuela, le 20 mai dernier, après des semaines de campagne électorale, mettant en lutte des candidats de diverses tendances politiques. Cette élection s’est déroulée sous le regard vigilant d’observateurs internationaux  qui en ont reconnu toute la légitimité. Il en fut de même pour le Conseil national électoral tout comme pour le Pouvoir suprême de justice. Maduro a gagné avec plus de 68% des voix. Il faut dire que l’opposition, l’épiscopat et les gouvernements ralliés à Washington avaient boycotté cette élection et firent campagne pour que le peuple n’aille pas voter. Le gouvernement canadien, qui se fait promoteur de démocratie, avait refusé au Conseil électoral national vénézuélien (CEN) de placer des urnes de votation à l’ambassade du Venezuela ainsi que dans ses consulats pour que les Vénézuéliens et Vénézuéliennes, vivant au Canada, puissent aller voter. (À ce qu’on dit, une interdiction qui va l’encontre du droit international)

En dépit de tout cela, plus de 8.603.936 personnes sont allées voter. Maduro a obtenu 5.823.728 votes, soit près de 68% des voix. On comprend que la campagne de mobilisation pour que le peuple n’aille pas voter a à voir avec ce taux d’abstention. Par contre, il n’est pas rare,  dans certains pays de l’A.L. qu’il y ait des taux d’abstention élevés, comme c’est souvent le cas au Chili. Au dernier mandat de Michelle Bachelet, l’abstention avait été de plus de 60%. Elle avait gagné son élection à la présidence avec 23% de l’électorat chilien. Ceci n’avait pas empêché les médias de qualifier son élection de grande victoire électorale.

Tout ce scénario se comprend à partir du moment qu’on prend en compte l’accord auquel en était arrivé les représentants du gouvernement vénézuélien et de l’opposition en présence du Président de la République dominicaine et de l’ex président espagnols Zapatero. Ils en étaient arrivés, selon les témoins, à une entente pour des élections anticipées au 22 avril 2018. Au moment où ils allaient en faire l’annonce, un appel en provenance de Colombie où était de passage un haut dignitaire de Washington, mis au fait de cette entente, donna l’ordre de ne pas la signer. Sans doute avait-il l’information qu’une élection anticipée donnerait Maduro vainqueur et qu’il ne saurait être question de donner suite à une telle élection.

Ceci dit, le gouvernement a tout de même décidé d’anticiper les élections pour réaffirmer le caractère démocratique du Venezuela.  Ces élections auraient lieu le 20 mai 2018. 

Tout ceci explique la campagne pour que le maximum de personnes n’aillent pas voter ou ne puissent pas aller voter. De quoi leur permettre de contester par la suite une élection à faible taux de participation. Toujours est-il que Maduro a été élu en pleine conformité avec la Constitution et les pouvoirs en place. Le 10 janvier dernier, il a été assermenté et reconnu officiellement comme Président du Venezuela  par les Nations Unies et la grande majorité des États membres de l’Assemblée générale. Washington et ses alliés qui peuvent totaliser environ 50 États se refusent à reconnaître Maduro comme Président. Ils demeurent dans la logique de la non participation de ceux qui auraient dû participer…

 2- Le prétexte de la crise humanitaire

Il ne fait aucun doute que le peuple vénézuélien connait des moments difficiles tant au niveau de la subsistance qu’au niveau de l’instabilité politique et économique. Pareille situation ne peut être comprise qu’en analysant les principaux facteurs, tant ceux du gouvernement que ceux  en provenance de l’extérieur. Les critiques ne manquent pas et souvent, avec raison, pour attribuer au gouvernement des décisions qui n’ont pas facilité les développements espérés. Ceci dit, on ne peut taire les interventions de certains acteurs internationaux dont les objectifs sont de faire en sorte que l’économie ne puisse fonctionner normalement. Il suffit de penser à cette guerre économique menée depuis Washington ainsi que toutes les sanctions mises en place pour que le Venezuela ne puisse utiliser son argent,  l’argent du peuple pour acheter les médicaments et tous les biens extérieurs nécessaires au développement de ses industries. On calcule à plus de 37 milliards de dollars, les sommes gelées par Washington. Cet argent ne peut pas être utilisé par le gouvernement de Nicolas Maduro. Par contre, il peut être utilisé par leur faux président autoproclamé Guaido pour commettre des actes de déstabilisation du gouvernement.

3- Le prétexte du mauvais exemple pour les pays de l’A.L. »

Ce prétexte est moins bien connu. Il faut savoir que la révolution bolivarienne accorde une place importante à l’habitat, à l’éducation, à la santé. Plus de 2.5 millions de logements ont été créés depuis l’arrivée de cette révolution. Dans les secteurs de la santé et de l’éducation, tout est gratuit du début à la fin. Cet exemple de la gratuité dérange beaucoup les pays voisins qui répriment ceux qui réclament de tels politiques au logement, à la santé et à l’éducation. Les investissements sociaux ne sont pas leur priorité bien que ce soit la volonté de leurs peuples.

4-Le premier et plus important de tous les prétextes, c’est la reprise de contrôle de l’État et de ses richesses. Nous savons tous que l’État vénézuélien disposent des réserves de pétrole les plus importantes au monde, que ses mines d’or et de diamant font l’envie de bien des États. Cet objectif s’impose à tous les prétextes antérieurs. La démocratie et la crise humanitaire ne sont là que pour humaniser une action qui n’a rien d’humanitaire : s’emparer des richesses d’un pays et dominer ses pouvoirs d’État. L’Empire demeure l’empire et ses intérêts passent avant tous les autres.

CONCLUSION

La machine à propagande et à manipulation n’abordera jamais ces éléments qui justifient cet acharnement d’intervention au Venezuela qui n’ont rien à voir avec la démocratie et l’aide humanitaire.

Le peuple vénézuélien se prépare à l’affrontement, appuyé en cela par des alliés de premiers plans. En attaquant, l’Empire jouera ses dernières cartes, en laissant, sur son passage destruction et morts. Son sort sera encore plus terrible que celui qu’il aura connu au Vietnam.

Que les peuples retrouvent leur dignité et sachent se faire respecter. Ce sera la leçon que ces derniers auront donnée à l’empire.

Oscar Fortin

 

 

La source originale de cet article est Humanisme

Copyright © Oscar FortinHumanisme, 2019

https://www.mondialisation.ca/linvasion-du-venezuela-signera-la-fin-de-lempire-et-la-honte-de-ses-allies/5632711


 

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO BRAVE LES SANCTIONS US

Venezuela/Banque Centrale vénézuélienne : les impacts des sanctions US seront négligeables

Fri Apr 19, 2019 9:54AM

  1. Accueil
  2. Amériques

Nicolas Maduro s'exprimant devant des militaires, dans l'État de l'Aragua, le 29 janvier 2019. ©AFP

Nicolas Maduro s'exprimant devant des militaires, dans l'État de l'Aragua, le 29 janvier 2019. ©AFP

Le département du Trésor américain a imposé de nouvelles sanctions à la Banque centrale du Venezuela (BCV) afin de durcir les pressions économiques sur ce pays des Caraïbes, mais le président Maduro estime que le Venezuela s'en sortira haut la main. 

La mesure a été annoncée par le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, lors d’un discours prononcé hier jeudi, 18 avril en Floride.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro a déclaré que les nouvelles sanctions américaines qui limitent la capacité de Caracas à gérer les transactions financières internationales, rendront encore plus fort le pays. 

« «Ils ont pris à nouveau un ensemble de sanctions unilatérales, totalement illégales et immorales, contre une institution sacrée telle que la Banque centrale du Venezuela. Laissez-moi vous dire, Monsieur l'impérialiste John Bolton, que vos sanctions vont nous donner encore plus de force », a déclaré ce jeudi le président Maduro dans une allocution télévisée.

Selon le dirigeant vénézuélien, la Banque centrale du Venezuela sera en mesure de surmonter ces sanctions.

Première victoire du Venezuela ?

Première victoire du Venezuela ?

L’approfondissement des relations entre le Venezuela et les différents pays du monde neutralise les sanctions américaines contre ce pays.

Maduro accuse les États-Unis d’avoir essayé de déclencher un coup d’État au Venezuela pour y installer leur marionnette, Juan Guaido et pour tenter de prendre ainsi le contrôle des ressources pétrolières du pays. La Russie, la Chine, Cuba, la Bolivie, la Turquie, l’Iran ainsi que plusieurs autres États au monde ont exprimé leur soutien à Nicolas Maduro, le seul et l’unique président élu, légitime et légitimé du Venezuela.

Russie au Venezuela: 1ère riposte US ?

Russie au Venezuela: 1ère riposte US ?

Venezuela: comme en Syrie, face à la perspective d'une défaite annoncée, les USA multiplient les fronts de combat et s'en prennent à Cuba.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/19/593800/Venezuela--Maduro-brave-les-sanctions-US



 

VENEZUELA : LES USA PREPARENT LA GUERRE

USA : réunion secrète consacrée à l’intervention miliaire au Venezuela

Mon Apr 15, 2019 12:59PM

Le président colombien Ivan Duque (C), le vice-président américain Mike Pence (D) et Juan Guaido au ministère des Affaires étrangères de la Colombie à Bogota le 25 février 2019. ©France 24

Le président colombien Ivan Duque (C), le vice-président américain Mike Pence (D) et Juan Guaido au ministère des Affaires étrangères de la Colombie à Bogota le 25 février 2019. ©France 24

Un groupe de réflexion américain a organisé une réunion secrète pour évaluer la faisabilité de « l'action militaire au Venezuela ». Étaient présents à cette réunion, des personnalités militaires et civiles américaines et sud-américaines de très grande importance.

Max Blumenthal, journaliste d'investigation du journal russe Russia Today a annoncé que le groupe de réflexion « Centre d'études stratégiques et internationales » (CSIS) a organisé une réunion secrète au Venezuela au cours de laquelle des responsables américains et sud-américains ont discuté de « l'utilisation de la force militaire » au Venezuela.

Le site d'information portail Grayzone, a publié pour la 1re fois samedi deux rapports qui donnent quelques détails sur cette réunion secrète.

Par la suite, Blumenthal a accédé à la liste des personnes ayant participé à cette table ronde appelée « Évaluation de l'utilisation de la force militaire au Venezuela » organisée par le groupe de réflexion américain du Centre des études stratégiques et internationales.

Venezuela : Cuba se prépare à la guerre!

Venezuela : Cuba se prépare à la guerre!

En réaction aux menaces brandies par son homologue américain, le président cubain a ordonné de renforcer les secteurs de la défense et de l’économie du pays.

Selon le rapport, cette table ronde a eu lieu le 10 avril.

Blumenthal qui a eu des entretiens avec certains des membres présents à la réunion a rapporté à RT, hier, dimanche : « les participants étaient très angoissés par le fait qu'un média connaisse l'existence d'une telle cérémonie. C'était une réunion de très haut niveau et il y avait essentiellement des personnalités importantes venues de Washington pour tracer pour Trump la politique à mener au Venezuela et ces personnes voulaient garder au maximum secrètes les informations relatives à la réunion ».

« Cela montre que les options militaires font actuellement l'objet d'une enquête sérieuse et que, dans l'ensemble, les mécanismes jusque-là mis en œuvre par Trump ont apparemment échoué ».

Selon le rapport, d'anciens et actuels responsables militaires et civils américains et sud-américains, des représentants de l'Agence américaine pour le développement international et de l'Organisation des États américains ainsi que des analystes de divers groupes de réflexion étaient présents à ce panel secret.

Selon certaines informations, de nombreuses marionnettes proposées par le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido étaient également présentes à la réunion.

Juan Guaido s’est autoproclamé président du Venezuela le 3 février 2012 et l’administration américaine l’a reconnu en tant que telle en moins d’une demi-heure.

Depuis lors, Trump a imposé de multiples sanctions économiques et politiques sur le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro.

Ce n'est pas la première fois que des efforts américains sont déployés pour lancer une action militaire contre le Venezuela. Un peu plus tôt, le président brésilien Jaïr Bolsonaro a explicitement annoncé son intention de travailler avec les États-Unis pour créer un gouffre au sein de l'armée vénézuélienne afin de déposséder Maduro du pouvoir.

Par la suite, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors de son voyage en Amérique latine, a insisté sur les sanctions américaines contre ce pays et sur le fait qu’il ne renoncerait pas à la bataille US à mener au Venezuela.

Récemment, le département du Trésor américain a annoncé avoir ajouté plusieurs sociétés et navires sur la liste des entités à sanctionner pour cause du Venezuela, sous prétexte de liens supposés entre ces derniers et le gouvernement vénézuélien. Une liste est publiée sur le site du Trésor et figure parmi ces entités, trois sociétés libériennes et une italienne.

Malgré le fait que les États-Unis et nombre de leurs alliés tentent de renverser Maduro, la Russie, l'Iran et Cuba continuent de soutenir ce président élu par le peuple vénézuélien.

Venezuela: la Résistance débarque...

Venezuela: la Résistance débarque...

Face aux complots des États-Unis, le Venezuela profite aussi bien des soutiens de ses voisins anti-impérialistes, tels Cuba et la Bolivie, que de l’expérience des Syriens faisant partie de l’axe de la Résistance.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/15/593488/Venezuela-les-USA-prparent-la-guerre


 

VENEZUELA : LES MILICES BOLIVARIENNES CREEES PAR HUGO CHAVEZ FONT DESORMAIS PARTIE DE L'ARMEE DU PAYS

Colectivos, milices pro-gouvernementales vénézuéliennes

Les milices bolivariennes deviennent une partie des Forces armées du Venezuela

© AP Photo / Rodrigo Abd

INTERNATIONAL

URL courte

3161

Le Président vénézuélien Maduro a annoncé sa décision de modifier la législation pour accorder un statut officiel aux milices créées par Hugo Chavez, lesquelles feront désormais parties des Forces armées du pays.

Les «colectivos», milices bolivariennes du Venezuela, seront intégrées aux Forces armées vénézuéliennes, a annoncé ce dimanche 14 avril le Président Nicolas Madurodont l’allocution a été diffusée sur Twitter.

«Le commandant Chavez a toujours rêvé de milices grandes et puissantes. À présent, elles auront un statut constitutionnel en tant que partie des Forces armées du pays», a indiqué M.Maduro.

​Selon lui, cela implique une modification de la législation en vigueur au Venezuela.

 

militaires vénézuéliens

© AFP 2019 JUAN BARRETO

Cet ultimatum que Juan Guaido a lancé à l’armée du Venezuela

Le Président a confirmé que les milices, créées par Hugo Chavez en 2008, compteraient 3 millions de volontaires d’ici la fin 2019 et opéreraient sur l’ensemble du territoire du Venezuela.

 

À l’heure actuelle, les effectifs des «colectivos» se chiffrent à 2,1 millions de personnes.

Le bras de fer se poursuit au Venezuela entre le Président, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition, Juan Guaido. En effet, ce dernier s’ést autoproclamé le 23 janvier «Président en exercice» du pays, prêtant serment dans la rue au lendemain de son renvoi du poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême.

Plus d'une cinquantaine de pays, les États-Unis en tête, l'ont reconnu comme chef d'État légitime. Le Président réélu, Nicolas Maduro, a, quant à lui, dénoncé une tentative de coup d'État orchestrée par l'opposition avec le soutien de Washington. La Russie, la Chine, la Turquie et plusieurs autres pays ont apporté leur soutien à Nicolas Maduro en tant que Président légitime.

https://fr.sputniknews.com/international/201904141040739882-venezuela-milices-maduro-armee/


 

VENEZUELA : LA PRESENCE DES RUSSES, DES CHINOIS ET DES IRANIENS IRRITE LES USA

Venezuela : la présence des Russes, Chinois et Iraniens secoue la doctrine US de Monroe

 Depuis 1 jour  13 avril 2019

Un avion iranien au Venezuela (Press TV)
Un avion iranien au Venezuela (Press TV)

 Amérique et Europe - Venezuela

 

Rédaction du site

L’administration Trump est manifestement bien gênée depuis que des appareils iraniens, russes et chinois se sont posés sur les pistes de l’aéroport international de Simon Bolivar à seulement quelques kilomètres de la capitale du Venezuela.

Selon le site francophone de la télévision iranienne Press TV, le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a lancé cette semaine un avertissement sévère aux pays considérés comme des obstacles à l’influence de Washington sur l’Amérique latine.

Interrogé par l’animateur de radio Newsweek, Hugh Hewitt, sur l’arrivée des avions russes, chinois et iraniens pour soutenir le gouvernement de Nicolas Maduro au Venezuela, Bolton a répondu :
« Le président Trump est déterminé à ne pas voir le Venezuela tomber sous l’emprise de puissances étrangères. »

Toujours selon Press TV, l’alter ego de Trump a ensuite évoqué la doctrine Monroe, qui a été créée sous le cinquième président des États-Unis, James Monroe, au début du XIXe siècle.
Cette doctrine avait été utilisée pour limiter l’influence européenne dans les Amériques et a été à la base de la plupart des politiques de Washington dans cette région du continent américain.

« Si la doctrine de Monroe échoue, si la Chine et la Russie, ainsi que Cuba, établissent leur domination sur le Venezuela, je pense que les intérêts stratégiques américains seront lésés », a déclaré Bolton.
« Et comme je l’ai dit au début, le peuple du Venezuela sera pris au piège de cette dictature. Nous voyons ici la preuve palpable de huit années d’erreurs dans la politique de l’administration Obama ».
Tout en arguant préférer une transition pacifique du pouvoir au Venezuela, Bolton a réitéré une fois de plus que pour les États-Unis «toutes les options sont sur la table ».
« Regardez, notre objectif est une transition pacifique du pouvoir à Juan Guaidó et à l’opposition », a poursuivi Bolton. « Mais n’oublions pas que nous avons entre 40 000 et 50 000 citoyens américains au Venezuela. »
« Nous avons des pays, comme vous l’avez mentionné, la Colombie et le Brésil à la frontière avec des millions de réfugiés vénézuéliens qui sont passés par là. Des organisations terroristes comme l’ELN (Armée de libération nationale) et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) menacent la Colombie, a-t-il déclaré. Ajoutant : “Nous allons protéger les intérêts nationaux américains, et Maduro doit savoir que le président Trump est très sérieux quand il dit que toutes les options sont sur la table.”

http://french.almanar.com.lb/1321476


 

ECHEC DE LA TENTATIVE DE COUP D'ETAT AU VENEZUELA

La tentative de coup d’État au Venezuela a échoué

 Depuis 3 heures  9 avril 2019

venez

 Amérique et Europe - Venezuela

 

La tentative de coup d’État au Venezuela a échoué, constate Carlos Rafael Faria Tortosa, ambassadeur vénézuélien en Russie, au quotidien Izvestia.

Les derniers rassemblements organisés par l’opposant vénézuélien Juan Guaido ont perdu de leur ampleur, le coup d’Etat n’a pas eu lieu, d’après l’ambassadeur vénézuélien en Russie interviewé par Izvestia.

Dans le même temps, les troubles politiques au Venezuela n’ont pas affecté le travail de Moscou et de Caracas, note Vladimir Jabarov, premier vice-président de la commission pour les affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe). La coopération entre les deux États se poursuit normalement: la semaine dernière, 11 accords stratégiques ont été signés dans le cadre de la commission intergouvernementale russo-vénézuélienne à Moscou.

Le casse-tête vénézuélien
Selon Carlos Rafael Faria Tortosa, ambassadeur vénézuélien en Russie, le soutien dont bénéficie réellement le président de l’Assemblée nationale Juan Guaido, qui s’est autoproclamé Président, est largement inférieur à ce que le politicien affirme sur les réseaux sociaux.

«Le fait que les partisans de Juan Guaido ne sortent pas le soutenir lors des rassemblements indique que la tentative de coup d’État a échoué. On nous montre des photos et des vidéos qui datent d’une époque où les manifestations étaient réellement importantes», remarque le diplomate.

Samedi 6 avril, Juan Guaido a annoncé le début de l’opération «Liberté» dont l’objectif est de renverser le gouvernement en place. Selon l’opposant, des rassemblements se sont déroulés «dans 358 endroits, qui seront bientôt mille». Le Président du pays Nicolas Maduro n’est pas resté les bras croisés: selon lui, dans le cadre de l’opération lancée en réponse «Pour la protection de la liberté», près de 5 millions de personnes ont participé le jour même aux manifestations progouvernementales.

«Nous assistons à un match nul dans la lutte pour le pouvoir entre le gouvernement en place et l’opposition», déclare Vladimir Soudarev, professeur à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO). Selon lui, d’une part, le régime constitutionnellement élu reste aux commandes, et de l’autre, ses opposants soutenus par les États-Unis engagent des démarches visant à déstabiliser le pays. Et cette situation pourrait durer assez longtemps, a expliqué l’expert.

Juan Guaido est sous la menace constante d’une arrestation depuis début mars quand, malgré l’interdiction de partir à l’étranger décrétée par la Cour suprême, l’opposant est parti chercher de l’aide humanitaire en Colombie. Il aurait pu se faire arrêter à son retour au Venezuela, mais il a été protégé par son immunité parlementaire.

Début avril, se référant à cette violation, la Cour suprême a exigé de priver le politicien de son immunité. L’Assemblée constitutionnelle, contrôlée par les partisans de Nicolas Maduro, a ordonné de poursuivre l’enquête pénale sur l’opposant. L’ambassadeur vénézuélien en Russie n’a pas confirmé l’information selon laquelle Juan Guaido serait arrêté. Les États-Unis et les pays du Groupe de Lima ont déclaré que l’arrestation de l’opposant serait la «dernière erreur de Maduro».

(…)

Source: Avec Sputnik

http://french.almanar.com.lb/1316746


 

VENEZUELA : LE PRESIDENT MADURO DESIGNE LES RESPONSABLES DE L'ATTAQUE CONTRE LE RESEAU ELECTRIQUE

Residents cross a street in the dark after a power outage in Caracas, Venezuela, Thursday, March 7, 2019. A power outage left much of Venezuela in the dark early Thursday evening in what appeared to be one of the largest blackouts yet in a country where power failures have become increasingly common. Crowds of commuters in capital city Caracas were walking home after metro service ground to a halt and traffic snarled as cars struggled to navigate intersections where stoplights were out.

Maduro désigne les responsables de l'attaque contre le réseau électrique au Venezuela

© AP Photo/ Eduardo Verdugo

INTERNATIONAL

URL courte

208915

Nicolas Maduro a déclaré samedi que des attaques contre le système électrique du Venezuela étaient menées depuis le Chili et la Colombie avec le soutien du gouvernement américain.

Le pouvoir chaviste au Venezuela attribue aux Etats-Unis la responsabilité des coupures massives de courant qui frappent le Venezuela ces dernières semaines.

«Nous avons découvert de nouvelles sources d'attaque depuis le Chili, depuis la Colombie, ils ont effectué des attaques cybernétiques soutenues par le gouvernement des Etats-Unis pour endommager le système électrique du peuple du Venezuela», a annoncé M. Maduro à une foule de ses partisans rassemblés devant le palais présidentiel de Miraflores à Caracas.

 

Nicolas Maduro

© REUTERS / MANAURE QUINTERO

Maduro appelle le monde entier à stopper «la folie et la haine» US contre le Venezuela

Le Président avait notamment accusé les Etats-Unis le 7 mars d'avoir déclenché à distance une attaque «cybernétique» et «électromagnétique» contre la centrale hydroélectrique de Guri, située dans le sud du Venezuela et qui fournit au pays 80% de son énergie électrique.

 

Il a déclaré samedi que des enquêtes avaient révélé «l'introduction de virus dans les systèmes électriques du Venezuela, dans les systèmes informatisés», des virus qui relèvent selon lui d'«autres sources d'attaque».

Juan Guaido et des experts attribuent pour leur part les récentes coupures d'électricité, qui ont affecté la quasi-totalité du territoire vénézuélien, à un défaut d'entretien des infrastructures.

En raison de la répétition de ces pannes géantes, M. Maduro a annoncé le 31 mars l'instauration immédiate d'un rationnement de l'électricité pendant 30 jours, dont la capitale Caracas est exclue.

«Nous sommes dans une véritable urgence électrique, dans une vraie urgence nationale», a déclaré M. Maduro.

https://fr.sputniknews.com/international/201904071040645663-venezuela-maduro-attaque-electricite/


 

GRACE A L'ALLIANCE RUSSIE-CHINE, PERMETTANT D'EVITER LE BLOCUS CRIMINEL, LE VENEZUELA VA RECEVOIR CHAQUE MOIS 99 CONTENEURS DE MEDICAMENTS

Le Venezuela va recevoir 99 conteneurs de médicaments par mois
Écrit par Patricia Martínez le 03/04/2019. Publié dans Actualités

Le ministre de la Santé populaire Carlos Alvarado a rapporté qu'une moyenne de 99 conteneurs de médicaments arriveront chaque mois au Venezuela en 2019, grâce à l'alliance avec la Russie et la Chine qui permet d'éviter le blocus criminel de la nation bolivarienne.

"Il y a assez de médicaments pour approvisionner le système de santé tant que nous pouvons le faire entrer en temps voulu", a déclaré le responsable de l'émission "Al Aire" diffusée par Venezolana de Televisión (VTV).

M. Alvarado a souligné que la droite créole et internationale, dirigée par les États-Unis, a imposé un blocus criminel dans sa tentative d'empêcher l'arrivée de médicaments, de vaccins et de matériel médical.

Le Venezuela dispose déjà d'importantes quantités de vaccins et de rétroviraux, entre autres médicaments, qui sont arrivés par avion de Russie et de Chine, avec lesquels les demandes sont satisfaites, a-t-il expliqué.

"Nous avons encore des achats internationaux bloqués", a averti le ministre, faisant référence à l'isolement des comptes avec plus de 16 millions d'euros pour payer des lots déjà négociés et achetés, mais non expédiés en raison du refus de la banque internationale de transférer des fonds aux fournisseurs.

Aussi, une autre façon de bloquer les lots qui sont sur leur chemin est par la mer. Les navires sont détenus dans différents ports et leur arrivée dans le pays d'origine est retardée de plusieurs mois, ce qui est criminel, a-t-il dit.

Pour rendre effectives les alliances avec l'Inde, la Turquie, la Palestine, la Russie et la Chine, les cargaisons sont acheminées par voie aérienne : " le blocus n'est pas une invention, comme certains le disent, c'est une réalité ", se lamente-t-il.

En ce qui concerne l'urgence électrique et hydrique après le coup d'État terroriste contre le Système électrique national (SEN), Alvarado a averti que l'attaque était planifiée, "absolument orchestrée".

Presse télévisée vénézuélienne

source :  http://mppre.gob.ve/2019/04/03/venezuela-recibira-99-contenedores-de-medicamentos-mensuales/

Tag(s) : #Venezuela#Russie#chine

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2019/04/le-venezuela-va-recevoir-99-conteneurs-de-medicaments-par-mois.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail