LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA REJETTE LA CAMPAGNE DIFFAMATOIRE MENEE CONTRE LUI SUR UNE CHAINE DE TELEVISION PUBLIQUE

tourtaux-jacques Par Le 19/06/2022 0

Dans VENEZUELA

19 Juin 2022

Le PCV rejette la campagne diffamatoire menée contre lui sur une chaîne de télévision publique
17 juin, 2022
Tribune populaire

Caracas, 16/06/2022 (Redacción TP) - Un nouvel épisode de la campagne de diffamation orchestrée contre le Parti communiste du Venezuela (PCV) a eu lieu le 9 juin, lorsque le chef des patrons du métro de Caracas, Edison Alvarado, a accusé le PCV, sans aucune preuve, de recevoir des financements du fugitif de la justice vénézuélienne Rafael Ramírez, lors d'une émission diffusée sur la chaîne de télévision publique Venezolana de Televisión (VTV).

Le secrétaire général du PCV, Oscar Figuera, a rejeté l'incident sur son compte Twitter et l'a décrit comme faisant partie de la "campagne d'infamie et de mensonges" contre El Gallo Rojo.


"C'est maintenant le tour du syndicaliste patronal du Métro (car il n'est pas le patron de la classe ouvrière), Edison Alvarado, qui avec un cynisme débridé a assuré sur VTV que le PCV reçoit des fonds de Rafael Ramírez", a déclaré Figuera.

Le député communiste a averti que "s'ils essaient de faire taire la voix critique du PCV avec une telle bassesse, ils doivent savoir que les communistes vénézuéliens ne reculeront pas dans notre lutte pour la défense des droits des travailleurs".


M. Figuera a également demandé à l'État de canaliser le droit de réponse inscrit dans la Constitution vénézuélienne en vigueur et a annoncé que le PCV envisageait d'engager une action en justice contre cet acte de diffamation.


La Jeunesse communiste du Venezuela (JCV) a également réagi à l'attaque médiatique et a déclaré : "En tant que jeunes communistes, nous réaffirmons notre engagement à lutter aux côtés du PCV ; nous exigeons que la chaîne VTV cesse sa programmation anticommuniste".

"Cynisme, infamie et diffamation sont le cocktail avec lequel les néolibéraux et leurs briseurs de grève serviles tentent d'isoler les communistes vénézuéliens ; preuve évidente de la décadence du gouvernement et de ses acolytes face à la solidité des dénonciations et des luttes du PCV", a indiqué l'organisation de jeunes communistes vénézuéliens.


Pour sa part, le secrétaire général de la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV) et dirigeant du Frente Nacional de Lucha de la Clase Trabajadora (FNLCT), Pedro Eusse, a déclaré : "Le syndicaliste du métro de Caracas est répréhensible et la chaîne gouvernementale qui se prête à faire des déclarations irresponsables devant ses caméras sans aucun soutien est répréhensible".


La censure et la diffamation à l'encontre du militantisme du Parti communiste vénézuélien sont devenues une caractéristique régulière de la programmation de la télévision publique par le biais d'émissions présentées par des dirigeants du Parti socialiste uni du Venezuela, ainsi que d'interviews de porte-parole d'organisations cooptées par le gouvernement national. Pendant ce temps, le silence médiatique règne sur les meurtres de militants communistes, les poursuites judiciaires à l'encontre des travailleurs et les protestations actuelles contre la fraude salariale.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/06/17/pcv-rechaza-campana-difamatoria-en-su-contra-a-traves-del-canal-de-television-del-estado/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire