LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA SUR LA GUERRE EN UKRAINE

tourtaux-jacques Par Le 04/03/2022 0

Dans VENEZUELA

3 Mars 2022

3 mars, 2022
La Tribune du Peuple


Le Bureau politique du Comité central du Parti communiste du Venezuela (PCV) exprime sa préoccupation face à l'escalade du conflit militaire entre la Russie et l'Ukraine, qui est stimulé et utilisé par les puissances capitalistes occidentales afin de justifier les plans de déploiement et d'expansion des forces de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) dans la région et d'approfondir l'application des sanctions économiques contre la Russie, dans le cadre de la concurrence mondiale féroce entre les puissances impérialistes et capitalistes pour le contrôle des marchés, des ressources naturelles, des routes commerciales et des avancées scientifiques et techniques.

Tant l'expansion agressive de l'OTAN vers l'Europe de l'Est - après le triomphe de la contre-révolution en Union soviétique - que la volonté croissante de la Russie capitaliste de reprendre le contrôle de son ancienne zone d'influence, sont des expressions politiques de cette concurrence et de ce différend croissants entre les différentes capitales et bourgeoisies nationales représentées par leurs États-nations respectifs : la Russie d'une part et l'Ukraine et les pays de l'OTAN, dirigés par les États-Unis, d'autre part.

Après la chute du mur de Berlin à la fin de 1989, la Russie s'est retirée de tous les pays du Pacte de Varsovie sur la promesse faite par les États-Unis que l'OTAN ne s'étendrait pas en Europe de l'Est. Dix ans plus tard, au mépris de ces accords et du droit international, l'OTAN a attaqué et démembré la Yougoslavie et bombardé plusieurs pays du Moyen-Orient avec la complicité du "monde occidental civilisé".

La guerre en Ukraine a été fondamentalement provoquée par ces conflits entre les grandes sociétés monopolistes capitalistes et la politique belliciste et d'ingérence des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN pour imposer les intérêts de leurs monopoles dans cette région. En 2014, ils sont intervenus en faveur du coup d'État contre le gouvernement ukrainien et, depuis lors, ils ont contribué à renforcer un régime ouvertement anti-russe aux penchants nazis-fascistes, qui est le seul responsable de la guerre civile qui a depuis coûté la vie à 14 000 Ukrainiens, de la persécution des organisations communistes et ouvrières, ainsi que des crimes systématiques contre les populations de Lougansk et de Donetsk.

Ces régions russophones de l'est de l'Ukraine ont résisté au coup d'État des forces fascistes et ont subi des attaques massives d'artillerie et d'avions sous le regard complice de l'OTAN et le silence de la soi-disant "communauté internationale".

L'avancée des capitalistes occidentaux sur l'Ukraine par l'imposition d'un gouvernement réactionnaire, antidémocratique et fasciste - sur le modèle de ceux de la Pologne, de la Lituanie et de l'Estonie - a représenté un revers majeur pour les intérêts capitalistes de la Russie et ses projets de construction d'un marché commun des pays d'Eurasie, où l'Ukraine jouerait un rôle important en raison de sa situation géographique et de son statut de principale route commerciale pour l'exportation du gaz russe vers le reste de l'Europe.

Comprenant l'importance de prendre le contrôle total de l'Ukraine, les forces impérialistes américaines et européennes ont incité et soutenu le non-respect des accords de Minsk par le régime ukrainien, préparant ainsi les conditions de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN et le déploiement ultérieur de bases militaires et d'armées sur son territoire.

Comme on pouvait s'y attendre, les capitalistes russes et leur État-nation n'attendraient pas sans rien faire la réalisation des plans de contrôle de l'Ukraine de leurs rivaux occidentaux et, sur la base de la reconnaissance de l'indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk, ont déployé une offensive militaire contre le gouvernement ukrainien qui poursuit des objectifs allant au-delà de la protection de la vie des citoyens de ces territoires.

Les tensions croissantes, générées par la compétition entre les puissances impérialistes et capitalistes, placent l'humanité dans le danger imminent de nouvelles guerres dévastatrices où ce seront les travailleurs qui sacrifieront leur vie au nom des intérêts des autres. Il est une fois de plus clair que la lutte pour la paix est un slogan vide si elle n'est pas comprise comme étant liée à la nécessité pour la classe ouvrière mondiale d'avoir une stratégie indépendante des intérêts et des plans de la bourgeoisie dans leurs pays respectifs.

Le PCV condamne fermement les plans d'agression et d'ingérence des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN en Europe de l'Est et plus particulièrement en Ukraine. En outre, nous rejetons l'hypocrisie de la soi-disant "communauté internationale", qui s'indigne de l'offensive militaire russe en Ukraine, mais qui a gardé le silence pendant huit ans de bombardements et de massacres systématiques contre la population de la région du Donbass, de la même manière qu'elle ferme les yeux quand Israël et l'Arabie saoudite bombardent les peuples de Palestine, du Yémen et de Syrie.

Nous réitérons notre solidarité avec les populations de Lougansk et de Donetsk, victimes de l'agression systématique du gouvernement nazi-fasciste, ainsi qu'avec tous les travailleurs d'Ukraine, le Parti communiste d'Ukraine et toutes les forces qui résistent.

Le PCV, conformément à ses principes, condamne toute forme de guerre qui vise les intérêts du grand capital. Nous appelons les forces anti-impérialistes et révolutionnaires, le mouvement ouvrier mondial et les organisations pacifistes à renforcer la solidarité et l'unité mondiale afin d'arrêter la folie guerrière à laquelle les puissances impérialistes et capitalistes tentent de nous conduire dans leur compétition acharnée.

source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/03/03/el-pcv-sobre-la-guerra-de-las-potencias-imperialistas-y-capitalistas-en-ucrania/

Tag(s) : #PCV#Ukraine#Communiste

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire