LE VENEZUELA REJETTE L'AUTOPROCLAMATION PRÉSIDENTIELLE ILLÉGALE EN BOLIVIE

Le Venezuela rejette l'autoproclamation présidentielle illégale en Bolivie
 

Caracas, 13 novembre (Prensa Latina) Le gouvernement vénézuélien a qualifié de parodie l'autoproclamation illégale d'une parlementaire présidente de la Bolivie devant l'Assemblée législative de ce pays, afin de légitimer le coup d'État perpétré contre Evo Morales.

Dans une déclaration du Ministère des affaires étrangères, le Venezuela a catégoriquement rejeté cet acte d'usurpation et a exprimé sa préoccupation face à "la récurrence de ces formules utilisées par le coup d'État de droite dans la région pour s'emparer du pouvoir politique qu'il n'est pas capable d'obtenir avec les voix de son peuple".

A cet égard, il a rejeté les " interprétations tordues des normes constitutionnelles relatives à l'ascension et à la succession au poste de chef de l'Etat " et, en ce sens, a rappelé les putschistes au Venezuela (2002), au Honduras (2009), au Paraguay (2012) et au Brésil (2016), ainsi que l'usurpation de la viceprésidence de l'Equateur (2018).

Le gouvernement vénézuélien a précisé que cette ligne d'action inclut l'autoproclamation de Juan Guaidó comme président en charge du pays sud-américain en janvier 2019, avec le soutien des Etats-Unis et de leurs alliés, " et enfin l'événement grotesque hier en Bolivie ".

Cette action fallacieuse était publique, notoire et communicationnelle, et ne devait se produire qu'avec la présence d'un tiers seulement des parlementaires, loin du quorum nécessaire pour que l'Assemblée législative puisse siéger légalement ", a déclaré le communiqué.

Le Venezuela a également dénoncé le fait que l'Organisation des États américains était " le principal instrument de l'impérialisme pour exécuter le coup d'État en Bolivie, à travers le développement d'un faux audit électoral et la justification des faits sur la base d'arguments de fraude non fondés ".

L'exécutif bolivarien a rejeté l'usurpation de la présidence de l'État plurinational de Bolivie et appelé la communauté internationale à contribuer au rétablissement de l'ordre constitutionnel et à rejeter la " fraude parlementaire " qui conduit inévitablement à une plus grande instabilité politique et sociale

Par le biais du réseau social Twitter, le président bolivien déchu Evo Morales a dénoncé depuis son asile politique au Mexique que la proclamation de la sénatrice de l'opposition Jeanine Áñez comme présidente intérimaire de la Bolivie constituait la fin du coup d'État.

agp/wup

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=320589&SEO=venezuela-rechaza-ilegal-autoproclamacion-presidencial-en-bolivia


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire