PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA : CE GOUVERNEMENT N'EST PAS SOCIALISTE

tourtaux-jacques Par Le 02/02/2022 0

Dans VENEZUELA

2 Février 2022

Parti Communiste du Venezuela : Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint.
2/2/22 5:34 PM
"Ce gouvernement n'est pas socialiste et dans notre pays, le socialisme n'a jamais été atteint". Entretien avec Pedro Eusse, membre du Bureau politique du CC-PCV

 

Au sein de la politique vénézuélienne, les partis, notamment ceux de gauche qui critiquent le système de gouvernement actuel, doivent relever de nombreux défis.

Parmi ces partis se trouve le Parti Communiste avec sa voix critique et qui fait face actuellement aux contradictions d'un pays qui peut être lu à partir de diverses réalités.

Pour analyser le contexte du parti, Contrapunto a interviewé Pedro Eusse, membre du Bureau politique du Comité central du PCV et secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical.

Les défis du parti communiste

Interrogé sur les défis du PCV pour 2022 et la situation actuelle au Venezuela, Eusse a assuré que de nombreuses contradictions doivent être discutées lors du prochain XVIe Congrès du parti.

"C'est l'année du XVIe Congrès du PCV, que nous tiendrons au milieu d'un aiguisement croissant des contradictions de classe dans le monde et au Venezuela, qui proviennent généralement d'une crise profonde du capitalisme mondial dans sa phase impérialiste, aggravée par la pandémie prolongée et les prétentions du capital monopoliste transnational à imposer un ordre mondial absolument sous sa domination, ce qui conduit à l'aiguisement des contradictions intercapitalistes et interimpérialistes", a-t-il souligné.

Le PCV face à la crise

De même, le secrétaire national du Mouvement ouvrier et syndical a déclaré que le principal défi de son parti, de sa direction et de son militantisme, est de faire face à la crise dans laquelle le Venezuela est plongé.

"Au Venezuela, nous, les communistes, avons le grand défi d'affronter la grave crise nationale, de renforcer le PCV en tant qu'instrument révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs, de surmonter les faiblesses idéopolitiques et organisationnelles, d'avancer efficacement dans la construction d'une alternative révolutionnaire populaire capable de faire face à l'offensive de l'impérialisme américain et de ses laquais. L'impérialisme américain et ses laquais de l'opposition d'extrême droite, ainsi que la direction du gouvernement PSUV qui impose des politiques contraires aux intérêts de la classe ouvrière et des masses populaires, des politiques qui ne servent que le capital et les élites de la bureaucratie corrompue et qui sont mises en œuvre par le biais d'un nouveau pacte oligarchique".

 

Capacité politique

Pedro Eusse a souligné que l'un des défis les plus importants auxquels le PCV et son militantisme sont confrontés est d'avoir la capacité politique, organique et logistique d'agir avec une indépendance de classe absolue face aux pouvoirs économiques et politiques.

De même, il considère qu'il est vital "de mener les batailles nécessaires, sur n'importe quel terrain", pour défendre ce qu'il considère être les intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs de la ville et de la campagne, en accumulant des forces pour conquérir une solution révolutionnaire à la crise.

Selon lui, ce sont des moments dans lesquels le Parti communiste doit exiger une grande force organique et un militantisme de lui-même avec une solide formation théorique et politique, avec une claire conscience de classe, patriotique et internationaliste, avec une discipline consciente et de fer, étroitement liée aux travailleurs, aux campesinos et aux masses populaires en général ; en condition d'agir comme une authentique avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière et des travailleurs. 

Où est le socialisme dans ce gouvernement ?

"Nulle part, parce que ce gouvernement n'est pas socialiste et que dans notre pays le socialisme n'a jamais été atteint, sa construction n'a même pas commencé. Il est vrai que dans la propagande officielle, les clichés du "socialisme", de la "révolution" du "gouvernement des travailleurs" sont utilisés, mais en réalité, les politiques économiques et du travail, en particulier depuis 2018, ont une orientation clairement néolibérale, c'est-à-dire qu'elles imposent la tyrannie du "libre marché" et créent les conditions d'un profit capitaliste maximal, tendant à réduire le rôle régulateur de l'État dans l'économie, tout en sacrifiant les travailleurs avec la destruction des salaires, le démantèlement des conventions collectives et l'extrême précarité de l'emploi, imposant une dérégulation et une flexibilisation sauvage du travail. "

"De cette façon, le gouvernement présidé par Nicolás Maduro administre la crise et les criminelles "sanctions" impérialistes, en présentant aux capitalistes étrangers et à la bourgeoisie parasitaire locale (appelée à tort "bourgeoisie révolutionnaire") des "avantages comparatifs" tels que l'exonération d'impôts et la main-d'œuvre la moins chère du continent et peut-être du monde. À cette fin, ils ont élaboré la loi erronément appelée "loi anti-blocage" et la loi des zones économiques spéciales, entre autres instruments juridiques qui fournissent des facilités et des privilèges aux capitaux étrangers".

Un socialisme inachevé

Il assure que le socialisme n'a pas été réalisé depuis l'arrivée au pouvoir de feu Hugo Chávez. "Bien que faisant honneur à la vérité, la prédication d'un faux socialisme n'a pas commencé avec ce gouvernement, mais plutôt avec le président Chávez, lorsqu'il a avancé la thèse fallacieuse du "socialisme du XXIe siècle" qui renferme une conception réformiste (non révolutionnaire) et qui n'est pas basée sur la lutte des classes, typique de la théorie marxiste, mais sur la conciliation des classes, typique de la social-démocratie bourgeoise".

 

De même, il a souligné ce que signifiait pour lui un processus de réformes progressives : "Pendant le mandat de Chávez, avec ses limites, le peuple vénézuélien a connu un processus de réformes progressives, de redistribution des revenus et de renforcement de la souveraineté nationale ; tandis qu'avec le gouvernement actuel, au milieu d'accords de haut niveau avec l'opposition de droite, presque toutes les avancées progressistes ont été démantelées et un processus de réformes néolibérales régressives a été mis en œuvre, avec des reprivatisations, des dérégulations, la surexploitation, l'autoritarisme de l'État, la violence contre les travailleurs, les campesinos et les militants révolutionnaires, l'antidémocratie, un élitisme accru et une corruption effrénée".

Idéologie et véritable conception révolutionnaire

"Le PCV apporte, fondamentalement, sa conception révolutionnaire du monde, l'application d'une théorie scientifique au service de la classe ouvrière et des travailleurs, pour la connaissance intégrale et dialectique de la réalité et pour nous guider vers une véritable transformation révolutionnaire de la société, le marxisme-léninisme ; une théorie du socialisme scientifique qui s'oppose aux thèses idéalistes et trompeuses prônées par le réformisme pseudo-progressiste, ce prétendu "socialisme" dépourvu de support scientifique, qui désarme la classe ouvrière pour qu'elle ne puisse pas remplir son rôle révolutionnaire, la subordonnant aux élites qui administrent les intérêts de la bourgeoisie depuis les postes d'État", a affirmé Eusse.

Selon lui, à partir de l'application des principes du socialisme scientifique, il sera possible d'esquisser une stratégie de développement planifié des forces productives avec la souveraineté nationale et le progrès social, donnant des réponses aux besoins de l'industrialisation à grande échelle sous la direction de la classe ouvrière, en alliance avec la paysannerie et le mouvement communal et populaire, utilisant nos ressources naturelles et tout le potentiel productif non pas pour l'exploitation des élites capitalistes étrangères et nationales, mais pour la satisfaction des besoins matériels et immatériels de notre peuple.

"Le Venezuela dans une dérive néolibérale".

De l'avis du communiste, le Venezuela subit une "dérive néolibérale". Celle-ci se conjugue avec la crise profonde du capitalisme dépendant et l'effondrement du rentierisme pétrolier, sous l'encerclement et le siège brutal de l'impérialisme américain.

" Le peuple travailleur vénézuélien se trouve au milieu d'un feu croisé : d'une part, la crise structurelle du mode d'accumulation du rentiérisme dépendant, d'autre part les agressions impérialistes qui nous frappent de plein fouet, d'autre part un gouvernement engagé dans la bourgeoisie et les nouveaux riches, qui ne voit d'autre issue que de livrer le pays au capital étranger et de soumettre les travailleurs à de cruels sacrifices et, d'autre part, la pandémie qui fait rage au milieu de l'hyperinflation et de l'effondrement presque total des services de santé publique. "

" Une stratégie d'industrialisation souveraine n'a jamais été assumée, ni à l'époque du "Puntofijismo" ni au cours des deux décennies du soi-disant processus bolivarien, malgré les tentatives initiales. Les revenus du pétrole, dans une large mesure et par différents moyens, sont allés dans les coffres du grand capital international et sur les comptes des mafias importatrices", a-t-il souligné.

A cela s'ajoute le pillage criminel et dépravé commis par les Etats-Unis et leurs partenaires, employant des mercenaires locaux qui agissent en toute impunité. En conséquence de tout ce qui précède, la classe ouvrière vénézuélienne vit actuellement la pire situation économique et sociale qu'elle ait connue depuis de nombreuses années. Pendant ce temps, le caractère despotique, anti-démocratique, anti-ouvrier et anti-communiste de l'élite dirigeante s'accentue, et le pire est que, comble du cynisme, ils le font au nom du "socialisme".

Que faut-il faire pour remettre le pays sur les rails ?

Pour Eusse, un véritable gouvernement révolutionnaire est nécessaire. "Nous avons besoin d'un véritable gouvernement révolutionnaire. Un gouvernement exercé par les bases ouvrières, paysannes, communales et populaires. Pour le conquérir, nous avons besoin d'une corrélation de forces favorables à la classe ouvrière et aux travailleurs de la ville et de la campagne".

En conséquence, il assure qu'il est nécessaire d'organiser et d'unifier les luttes des travailleurs, des paysans, des communautés organisées et du peuple en général, pour rétablir et défendre nos droits, mais dans la perspective de prendre le pouvoir politique avec un programme au service des travailleurs, qui propose de sauver les conquêtes obtenues pendant la période du président Chávez, mais qui transcende les limites réformistes du processus bolivarien et avance vers le triomphe d'une authentique Révolution socialiste.

"Mais dans l'immédiat, comme approche tactique, nous appelons la classe ouvrière et le peuple en général à se lever dans la lutte pour le sauvetage du salaire, des pensions et des prestations sociales, en promouvant par initiative législative populaire et avec la mobilisation ouvrière et populaire, deux projets de loi : la loi d'échelle mobile des salaires indexée sur le panier familial de base et la loi de sauvetage et de revalorisation des prestations sociales".

De même, il souligne qu'il est nécessaire de renforcer la lutte contre la criminalisation et la judiciarisation des luttes ouvrières et populaires pour obtenir dans l'immédiat la pleine liberté de dizaines de travailleurs, y compris des dirigeants ouvriers combatifs, qui restent injustement emprisonnés et poursuivis ; ainsi que pour obtenir justice dans les cas de disparitions et d'assassinats de combattants populaires et de militants révolutionnaires (dont trois communistes).

"Tout cela, dans la dynamique d'un processus soutenu d'accumulation de forces quantitatives et qualitatives, en faveur du prolétariat et du peuple travailleur vénézuélien", a-t-il conclu.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-This-government-is-not-socialist-and-in-our-country-Socialism-has-never-been-achieved/

Tag(s) : #Venezuela#Communiste#PCV

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire