54 000 COMPTES TWITTER PIRATES PAR DES HACKERS SOUTENANT DAESH

 

 

Des hackers du groupe «Cyber Caliphate» soutenant «Daech» ont eu accès à près de 54.000 comptes Twitter et ont publié les données de leurs propriétaires, rapporte dimanche The Daily Mail.

Ils ont également publié les numéros de téléphone des chefs de l'Agence centrale de renseignement (CIA), du Bureau fédéral d'enquête (FBI) et de l'Agence nationale de la sécurité Des hackers soutenant «Daech» piratent 54.000 comptes Twitter(NSA) des Etats-Unis.

D'après The Daily Mail, les hackers extrémistes comptaient se venger de l’élimination de l'un de leurs compagnons Junaid Hussain en Syrie. Cependant, il n'est pas indiqué quand et pendant combien de temps les hackers ont collecté ces données.

Selon l'édition, les extrémistes avaient l'intention d'utiliser les comptes pour propager les idées de «Daech». Toutefois, les motifs pour lesquels les numéros de téléphones ont été publiés restent flous.

Des précédents

Ce n'est pas la première fois que ce type d'opération est mené par des «cyber-extrémiste». En mars dernier, des hackers se réclamant aussi du «Daech» avaient publié une liste de 100 militaires américains à abattre. De la même manière, ce groupe qui se présentait comme la «Division des hackers de l'État islamique» affirmait avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement. A l'époque, une source militaire interrogée par le New York Times avait indiqué que les informations publiées étaient accessibles au public et que les serveurs du gouvernement n'avaient pas été piratés.

En janvier, un groupe se réclamant du «Cyber Caliphate» avait réussi à pirater les comptes Twitter et Youtube d'un centre de commandement de l'armée américaine. Ils affirmaient y révéler des documents confidentiels. La Maison-Blanche et les représentants américains du ministère de la Défense avaient reconnu que ces comptes avaient été détournés mais que les informations publiées ne constituaient pas une menace pour la sécurité des États-Unis.

Source : agences et rédaction

 
 

Des hackers du groupe «Cyber Caliphate» soutenant «Daech» ont eu accès à près de 54.000 comptes Twitter et ont publié les données de leurs propriétaires, rapporte dimanche The Daily Mail.

Ils ont également publié les numéros de téléphone des chefs de l'Agence centrale de renseignement (CIA), du Bureau fédéral d'enquête (FBI) et de l'Agence nationale de la sécurité Des hackers soutenant «Daech» piratent 54.000 comptes Twitter(NSA) des Etats-Unis.

D'après The Daily Mail, les hackers extrémistes comptaient se venger de l’élimination de l'un de leurs compagnons Junaid Hussain en Syrie. Cependant, il n'est pas indiqué quand et pendant combien de temps les hackers ont collecté ces données.

Selon l'édition, les extrémistes avaient l'intention d'utiliser les comptes pour propager les idées de «Daech». Toutefois, les motifs pour lesquels les numéros de téléphones ont été publiés restent flous.

Des précédents

Ce n'est pas la première fois que ce type d'opération est mené par des «cyber-extrémiste». En mars dernier, des hackers se réclamant aussi du «Daech» avaient publié une liste de 100 militaires américains à abattre. De la même manière, ce groupe qui se présentait comme la «Division des hackers de l'État islamique» affirmait avoir piraté ces informations sur des serveurs, bases de données et emails du gouvernement. A l'époque, une source militaire interrogée par le New York Times avait indiqué que les informations publiées étaient accessibles au public et que les serveurs du gouvernement n'avaient pas été piratés.

En janvier, un groupe se réclamant du «Cyber Caliphate» avait réussi à pirater les comptes Twitter et Youtube d'un centre de commandement de l'armée américaine. Ils affirmaient y révéler des documents confidentiels. La Maison-Blanche et les représentants américains du ministère de la Défense avaient reconnu que ces comptes avaient été détournés mais que les informations publiées ne constituaient pas une menace pour la sécurité des États-Unis.

Source : agences et rédaction

 

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau