AFRIQUE_ MADAGASCAR : SE DEBARRASSER D'UNE REPUBLIQUE MAUDITE ?

MADAGASCAR – Se débarrasser d’une République maudite ?

Les chefs d’églises ne s’attendaient sans doute pas à ce que les résolutions prises lors des assises concernant la réconciliation nationale provoquent autant de discussions. Pour le moment, tout reste au stade d’un débat plutôt houleux, à différents niveaux. Il y a eu, quelque part, de la manipulation. Mais cela ne veut pas forcément dire que les résolutions soient inacceptables pour le pays.

C’est une question d’intérêts, à différents niveaux. Ceux qui pensent que leurs intérêts ont été sauvegardés à l’occasion de la rencontre du Centre de conférence internationale d’Ivato défendent bec et ongles les résolutions, et cherchent tous les moyens afin qu’elles soient mises en œuvre.
C’est dans cette optique que les trois présidents qui ont participé au processus, Hery Rajaonarimampianina, Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, avaient procédé à la signature du document relatif à ces résolutions.
Par contre, ceux qui avaient subodoré une victoire d’un adversaire politique ont préféré s’abstenir. Le MAPAR est convaincu que la rencontre d’Ivato a largement contribué à la libération de l’ancien président Marc Ravalomanana. Cela n’est pas du goût des sympathisants d’Andry Rajoelina. Raison pour laquelle ils sont majoritairement très actifs sur le plan médiatique afin de vilipender les résolutions des assises initiées par le FFKM.
Malheureusement, le débat tend souvent à se focaliser sur le cas d’un seul homme, celui de Marc Ravalomanana, et sur une querelle de siège. Pour ce qui est de l’ancien président déchu, l’inquiétude des uns est liée au fait que celui qu’ils ont fait tomber à tout prix, semblent sortir « blanchi » et « libre » de la réunion d’Ivato. L’autre débat concerne la crainte des uns et des autres de devoir abandonner leur strapontin à la faveur d’une nouvelle formation gouvernementale ou d’une nouvelle Assemblée Constituante. Mais là n’est pas la question non plus. Pour l’instant, rien n’indique que l’Assemblée nationale sera dissoute. Des participants aux assises d’Ivato estiment plutôt qu’en cas de mise en place d’une Assemblée Constituante, qui va se pencher sur la révision de la Constitution, les députés élus en fin 2013 pourraient être intégrés automatiquement au sein de la nouvelle Assemblée.
De plus en plus d’acteurs politiques sont convaincus, en effet, que la modification de la Constitution est incontournable. Car celle en vigueur a été taillée sur mesure pour l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, père de la Quatrième République qui devient de plus en plus une épine au pied de l’actuel président. D’ici peu, Hery Rajaonarimampianina sera poussé à modifier la constitution. Certains leaders politiques l’incitent carrément à aller vers une nouvelle République. Une Quatrième République est-elle toujours vouée à l’échec ? En tous cas, nombreux sont ceux qui désirent déjà passer à l’étape suivante. Mais il ne suffit pas de passer d’une République à une autre, il faut savoir réaliser le meilleur choix.

http://www.lanation.mg/article.php?id=19054

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2015/05/06/madagascar-se-debarrasser-dune-republique-maudite/



Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau