Mainmise sur l’Afrique par la démocratie occidentale


Par Thomas C. Mountain – Le 7 septembre 2016 – Source Katehon

L’Occident utilise la «démocratie», c’est-à-dire les élections, pour contrôler l’Afrique. Ce qui a eu pour effet d’engendrer un demi-siècle de meurtres et de troubles, dans la mesure où tout pays africain est constitué d’une combinaison de diverses ethnies et nationalités, du fait du «tribalisme» prépondérant dans les sociétés africaines.

Les élections impliquent des vainqueurs tribaux et des vaincus tribaux, sans demi-mesure ni gouvernance basée sur un consensus. Une formule qui aboutit au désastre du conflit tribal depuis la fin de la domination coloniale directe par l’Occident et l’instauration du néocolonialisme après la Seconde Guerre mondiale.

On appelle cela diviser pour régner et, en la matière, la démocratie à l’occidentale a connu un grand succès en Afrique pour la Pax Americana et ses larbins occidentaux.

Plus récemment la «gestion de crise» a constitué la politique de facto, consistant à fabriquer une crise (un conflit tribal dans la perspective d’une élection) puis de la gérer afin d’assurer un viol et un pillage plus aboutis des ressources africaines. Tant que les «tribus autochtones» s’entretuent, la possibilité d’une forme quelconque de «front uni contre l’Impérialisme», constitué de gouvernements nationalistes africains indépendants exigeant un partage équitable des ressources de l’Afrique, reste faible.

La «démocratie» occidentale ne vise qu’à maintenir l’Afrique sous contrôle au bénéfice de l’Occident, ce qui est essentiel pour assurer les dirigeants occidentaux du soutien de leurs populations à travers leur capacité à garantir les bénéfices sur le plan économique en termes de niveaux de vie.

Il importe peu aux élites occidentales d’en passer par l’achat, le truquage ou le vol en ce qui concerne les élections africaines, du moment que la victoire systématique de «mes bâtards» fait parfaitement l’affaire. Les violences «tribales»suscitées par les élections sont tellement convenues que lorsqu’un scrutin est établi sans effusion ni carnage, les médias occidentaux s’en émerveillent. Les«élections» sont la toute première chose que la Pax Americana et ses vassaux exigent à l’issue d’une crise africaine. Et bien évidemment, une nouvelle crise est en gestation.

La «démocratie» occidentale est véritablement la «démocratie» américaine pour ce qui est du système en vigueur en Europe, ainsi que dans la majeure partie du reste du monde ; ce système a germé au sein des États-Unis d’Amérique. C’est par un remarquable travail de lavage de cerveaux qu’il a été possible de convaincre à la fois les Américains et leurs acolytes, que la démocratie américaine a toujours été d’une façon ou d’une autre quelque chose de progressiste.

La réalité historique est que la guerre pour l’indépendance menée par les colonies britanniques en Amérique du Nord consistait en une contre-révolution ayant pour but le maintien de l’esclavage. Mais oui, Washington, Jefferson et consorts luttaient pour l’indépendance des colonies britanniques afin de préserver la traite d’esclaves, le crime contre l’humanité le plus criminel, barbare et inhumain que le monde ait jamais connu, l’exploitation des Africains dans une servitude inhumaine.

Grâce à des historiens de pointe tels que le docteur Gerald Horne, parmi d’autres, on dispose des preuves historiques irréfutables pour incriminer les pères fondateurs des États-Unis d’avoir lancé une guerre dans le but de maintenir l’esclavage, ce qui fut pérennisé avec l’appui de l’aristocratie française propriétaire d’esclaves, pour encore presque un siècle aux États-Unis.

La Grande-Bretagne avait proscrit l’esclavage dans les Îles Britanniques et Washington, Jefferson et autres pressentaient que leur mode de vie basé sur l’exploitation et l’avilissement barbares des Africains ne pouvait être conservé qu’à la faveur d’une indépendance vis-à-vis des Britanniques. Ils ont donc formé le Congrès colonial et accompli leur contre-révolution visant à préserver leur barbarie, le système esclavagiste qu’ils ont si cruellement établi pouvant être difficilement considéré comme civilisé.

Le récit historique de la forme de barbarie exercée par les dirigeants propriétaires d’esclaves des États-Unis fraichement émancipés est illustré d’une façon des plus éloquentes par ce qui constitue probablement le seul compte-rendu de première main fiable, de la façon dont le «fondateur de la démocratie américaine» Thomas Jefferson traitait ses Africains.

Après le dîner, le maître [Jefferson] et moi sommes allés voir les esclaves planter des pois. Leurs corps d’une couleur plutôt brunâtre que noire, leurs haillons sales, leur misérable et hideuse nudité partielle, leurs visages hagards, cette atmosphère énigmatiquement anxieuse, les regards craintifs et haineux, tout cela me submergea d’un sentiment initial de terreur et de tristesse qu’il me fallait dissimuler. Leur indolence à retourner la terre avec la houe était extrême. Le maître [Jefferson] prit un fouet pour les effrayer, et il s’ensuivit bientôt une scène comique. Situé au milieu de la clique, il menaça et tournoya de long en large de tous côtés. À présent, tandis qu’il tournait la tête, un par un, les Noirs changeaient leur attitude ; ceux qu’il regardait directement travaillaient mieux, ceux qu’il ne voyait qu’à moitié travaillaient moins, et ceux qu’il ne voyait pas du tout s’arrêtaient de travailler de concert ; et s’il faisait volte-face, la houe était levée à portée du regard, mais sinon elle restait inactive derrière son dos. – La citation précédente est issue de L’hydre aux multiples têtes.

Le compte-rendu de première main provient d’un membre fondateur de la«Société pour l’amitié avec les Noirs» française, la première organisation française contre l’esclavage. Il s’appelait Constantin Volney et se trouvait être l’auteur de ce travail d’histoire classique dédié à l’Afrique, Les ruines, ou Méditation sur les révolutions des empires en 1791. C’est un compte-rendu fascinant sur sa visite de la vallée du Nil en Afrique, en tant que membre de l’équipe scientifique de Napoléon, avant que ne commence la dernière grande profanation.

Étant un honnête historien anti-raciste, Volney était convaincu, en s’appuyant sur ce qu’il avait vu de ses propres yeux dans les tombes et les temples égyptiens, que la civilisation avait débuté en Afrique sur les berges du Nil.

Selon ses propres mots, «C’était là qu’un peuple, oublié depuis, découvrit les éléments de la science et de l’art, à une époque où les autres hommes étaient des barbares, et qu’une race, désormais considérée comme le déchet d’une société au motif que les cheveux de ses représentants sont crépus et que leur peau est sombre, explora à travers les phénomènes de la nature, ces systèmes civils et religieux qui ont depuis lors tenu l’espèce humaine en admiration».

Les Ruines ont été une des publications historiques les plus largement prisées de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècles. Elles furent publiées en six langues à travers plus de quinze éditions.

Volney fut finalement chassé des États-Unis par une loi préfigurant celle sur les étrangers indésirables, votée par un Congrès de propriétaires d’esclaves toujours en proie à des insomnies hantées par les songes d’une révolution à Haïti et le massacre de leurs semblables propriétaires d’esclaves, de la main même de leurs anciens captifs, Toussaint et ses compagnons africains.

Thomas Jefferson fut l’auteur de la Constitution des États-Unis d’Amérique, qui est censée, avec ses mots trempés d’hypocrisie «tous les hommes naissent égaux», être le modèle pour la gouvernance des sociétés africaines.

C’est déjà suffisamment déplorable que les Blancs et les Asiatiques acceptent cette imposture, mais faut-il pour autant que nous fassions de même en Afrique ?

Est-il surprenant que la «démocratie» occidentale ait amené autant de meurtres et de carnages en Afrique ? Qu’un système qui fut créé par une société qui exploita les Africains d’une façon si barbare n’entraîne que la barbarie en Afrique lorsqu’il s’impose aux populations locales ?

Il est plus qu’ironique que la structure même employée pour gouverner les États-Unis, indépendants depuis peu et dominés par la traite esclavagiste, ait été plagiée aux dépens de la Ligue des Iroquois, la fédération des Nations indiennes d’Amérique, dont le grand conseil et les procédés démocratiques furent adoptés presque sans aucune variation par l’auteur originel de ce qui devint la Constitution des États-Unis, Benjamin Franklin, le mentor de Thomas Jefferson.

Peut-on me citer quiconque, parmi les érudits ou les profanes des États-Unis, ou leurs acolytes à l’internationale, qui soit informé du fait que les Indiens d’Amérique prétendûment barbares furent précisément le peuple dont la méthode de gouvernance fut adoptée et pervertie pour devenir la base du système de gouvernance connu sous le nom de «démocratie» américaine ?

La Ligue des Iroquois était composée d’«États»-nation qui se trouvaient dotés d’une juridiction ne concernant que l’«État». Chaque «État» avait son propre organe législatif élu qui, ainsi que dans la Constitution de Franklin, choisissait un nombre d’«électeurs» destinés à la Ligue «fédérale» des Iroquois. Ces«électeurs» correspondaient à chaque «État» en se basant sur la population de chacun d’entre eux. Les «électeurs» se rencontraient régulièrement dans la salle sacrée pour leurs délibérations. Ce «grand conseil» (le nom que Franklin utilisa dans la première ébauche de la Constitution pour ce qui vit le jour en tant que Congrès des États-Unis) était unicaméral, tout comme le «conseil» originel des colons blancs de Franklin, plus tard devenu le Congrès, des anciennes colonies britanniques.

Ce Grand Conseil de la Ligue des Iroquois déclarait la guerre et négociait les traités de paix, envoyait et recevait des ambassadeurs, décidait des nouveaux membres rejoignant la Ligue et se comportait généralement comme un«gouvernement» fédéral dont les décisions primaient sur celles des «États» dans les affaires de la «nation».

Ainsi que dans la Constitution de Franklin, les électeurs au sein de la Ligue des Iroquois ne pouvaient servir dans l’armée s’ils étaient en poste. Dans les deux cas un corps électoral choisissait les électeurs et pouvait revenir sur son choix à loisir. L’une des principales différences entre les structures des deux«démocraties» était que dans la Ligue des Iroquois, les postes d’électeurs étaient réservés aux hommes mais les femmes les élisaient. Eh oui, dans la Ligue des Iroquois les femmes élisaient les dirigeants, chose bien plus «démocratique» que la véritable minorité d’hommes qui a composé l’électorat aux États-Unis.

La Ligue des Iroquois a préservé un État national qui s’est étendu de la Nouvelle Angleterre à la rivière du Mississippi et qui a subsisté dans les conditions d’une paix intérieure pendant un millier d’années, si ce n’est plus.

Les Africains, à l’instar des Amérindiens, pratiquaient traditionnellement une forme plus consensuelle de démocratie, pas un système de gagnants et de perdants basé sur le diviser pour mieux régner. L’introduction de la«démocratie» américaine était primordiale pour le succès du néo-colonialisme en Afrique et son implantation tient la part de responsabilité la plus grande dans le conflit et la destruction qui ravagent l’Afrique de nos jours.

La «démocratie» occidentale − un système adopté par des propriétaires d’esclaves et redessiné dans le but de garantir la perpétuation d’un système de barbarie, maintenu par la force et la violence − qui a été imposée à l’Afrique, cette infection étrangère se révèle subséquemment cruciale dans l’asservissement durable du continent africain par les pouvoirs occidentaux.

Il est toujours question de contrôler l’Afrique avec les «démocraties» occidentales et, tout comme Cuba en Amérique Latine, il n’y a qu’un seul pays sur le continent africain qui rejette ce système d’exploitation, la petite nation dévastée par le désastre climatique qu’est l’Érythrée. Ici bas, en Érythrée, nous préférons construire notre propre système de «démocratie» fondé sur une guerre de libération populaire de 30 ans et une culture d’unité, en dépit de différences religieuses et ethniques, qui a surmonté l’invasion, les sanctions et le désastre climatique, sans fléchir dans notre engagement à construire une «riche Érythrée sans riches Érythréens», en d’autres mots le socialisme. Pour ce que ça nous regarde, nous les Érythréens, l’Ouest peut bien se contenter de sa prétendue«démocratie».

Thomas C. Mountain

Traduit par François, vérifié par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 1 326

http://lesakerfrancophone.fr/main-mise-sur-lafrique-par-la-democratie-occidentale