COMMENT DAESH RECRUTE DE JEUNES MEDECINS ET INGENIEURS?

 
  Comment Daech attire de jeunes médecins et ingénieurs?
 

Ils viennent de France, de Tunisie ou d'Australie et sont médecins, ingénieurs ou responsables administratifs. Ils ont répondu à l'appel de Daech, qui à coup de propagande, cherche à attirer les étrangers qualifiés pour «construire le califat».
 
Les rangs de Daech ne sont pas uniquement composés de combattants et de candidats au martyr. Des médecins, des ingénieurs, des informaticiens et des étudiants prennent aussi la route des groupes terroristes, répondant aux appels lancés par Daech.

Dès son premier discours en juin 2014, le chef de Daech Abou Bakr al-Baghdadi avait invité les «savants» et les «experts» à rejoindre les territoires contrôlés par Daech pour aider à «construire le califat». Un appel réitéré quelques mois plus tard dans le troisième numéro de Dabiq, version anglophone du magazine de propagande de l'EI.

Les métiers recherchés

Pour mener à bien son «projet», Daech recrute dans tous les corps de métiers: des médecins pour soigner leurs miliciens blessés, des ingénieurs pour gérer des raffineries de pétrole ou mettre au point des explosifs, des journalistes et communicants pour diffuser au plus grand nombre la propagande du groupe terroriste ou encore des responsables administratifs pour assurer le fonctionnement bureaucratique de «l'État».

Les quatre années de conflit en Syrie et la progression de Daech ont entraîné l'exode des Syriens et Irakiens instruits et qualifiés. «Il y a eu une fuite des cerveaux», résume Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes. La Syrie, qui ne comptait que neuf psychiatres avant le conflit, les avait déjà tous vus partir à l'étranger en 2012, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). La moitié des médecins de Homs avaient également fui le pays à cette date. La progression de Daech n'a fait qu'accentuer les départs.

Une propagande ciblée

Pour pallier cette pénurie, Daech s'est lancé dans une campagne de recrutements ciblés. Sur les réseaux sociaux, des vidéos et des photos vantent par exemple la qualité de ses équipements hospitaliers et de ses écoles de médecine.

En avril 2015, un médecin australien ayant rejoint Daech faisait ainsi la promotion du « djihad » dans une vidéo de propagande: «Quand je suis arrivé ici (en mars 2015, NDLR), j'étais très heureux d'avoir pris cette décision (…) J'aurai même dû venir plus tôt», affirmait-il, en blouse bleue, stéthoscope autour du cou. Les autorités australiennes ont confirmé le départ de Tareq Khamleh, qui travaillait dans un hôpital d'Adélaïde.


Extrait du magazine Dabiq de Daech, appelant les volontaires qualifiés à rejoindre le groupe terroriste.

 

Les compétences des femmes sont tout aussi précieuses. «Beaucoup ont des diplômes de haut niveau, des doctorats, des masters, des licences, elles occupent de hauts postes dans l'administration», raconte à France Inter Haya Al-Ali, une jeune syrienne de 27 ans, aujourd'hui réfugiée politique en France. «D'autres femmes se sont ralliées à Daech pour apporter leur expertise dans le journalisme, la communication, dans la propagande, la gestion des réseaux sociaux», ajoute celle qui avait tourné en 2014 un documentaire en caméra cachée à Raqqa, fief de l'EI.

Qu'en est-il en France?

Dans l'Hexagone, quelques cas ont été médiatisés. On peut citer celui de Mohamed Belhoucine, proche d'Amedy Coulibaly. Ce Franco-Algérien avait étudié à l'École des mines à Albi (Tarn) avant de se radicaliser et de mourir en Syrie. Il y a aussi Raphaël, 22 ans, étudiant en 5e année en informatique dans le sud de la France. Parti de Lunel dans l'Hérault à l'été 2014, il serait décédé quelques mois plus tard dans un bombardement de l'armée syrienne. Plus récemment, L'Obs a raconté l'histoire de Sophie, cette étudiante en deuxième année de classe préparatoire littéraire, partie à Raqqa en Syrie avec son mari, fiché salafiste radical. Depuis six mois, ses parents sont sans nouvelle d'elle.

Combien de jeunes Français, comme Sophie, sont partis? Si les études sur Daech et le phénomène de radicalisation sont de plus en plus nombreuses, aucune ne se penche en particulier sur le niveau de diplôme des candidats au soi-disant « djihad » et encore moins sur cette «fuite des cerveaux».

Même le groupe terroriste, pourtant devenu adepte des rapports et des statistiques sur son «État», n'a diffusé aucun élément à ce sujet. Rien non plus de la part du ministère de l'Intérieur français, habitué à communiquer sur le nombre de personnes parties en Syrie et en Irak.

«Il ne faut pas oublier que la France est dans une lutte de contre-propagande», rappelle l'islamologue et agrégé d'arabe Mathieu Guidère. «Le gouvernement connaît parfaitement les profils mais préfère montrer que Daech attire des jeunes paumés, sans bagage intellectuel, plutôt que des diplômés».

Le phénomène resterait toutefois marginal car «la majorité des djihadistes français sont issus de milieux populaires et peu instruits», assure le spécialiste Romain Caillet. De son côté, Mathieu Guidère dit avoir identifié une dizaine de cas mais pense qu'il y en a beaucoup plus, essentiellement des profils scientifiques et techniques. Il répartit ces diplômés en trois catégories:

1) Ceux qui n'ont pas trouvé de travail. «Daech leur dit “faites votre hijra et vous serez bien payés”», rapporte l'islamologue. Les meilleurs informaticiens peuvent toucher jusqu'à 7000 dollars par mois, selon l'enseignant.

2) Ceux qui ont un emploi mais sont dans la précarité. «Daech les valorise et leur fait miroiter de meilleures perspectives d'évolution».

3) Ceux qui se sentent discriminés. «Daech les incite à faire leur hijra pour mieux vivre», détaille le spécialiste. «Ils partent rejoindre un pays où ils pensent être mieux acceptés».

De la Grande-Bretagne à l'Australie, en passant par la Tunisie

Autre capture d'écran d'une vidéo de propagande de Daech, mettant en scène un médecin australien venu grossir les rangs du groupe terroriste en mars 2015.


Australie, Canada ou Grande-Bretagne, le problème préoccupe davantage dans les pays anglo-saxons. Outre-Manche, les autorités britanniques semblent même prendre le problème très au sérieux.

Au moins 17 jeunes médecins britanniques ont rejoint le ministère de la Santé de Daech en 2015, selon le quotidien The Guardian. Tous faisaient leurs études à l'université de Khartoum (UMST), où ils auraient été endoctrinés et recrutés par un radical nommé Mohammed Fakhri.

Un Américain, un Canadien et deux Soudanais auraient aussi fait le voyage vers «le Califat». Inquiète, la Grande-Bretagne a envoyé une délégation, accompagnée d'un imam début janvier, afin de dissuader d'autres candidats potentiels de partir depuis le Soudan.

Finalement, la majeure partie des «cerveaux» viendraient surtout des pays arabes, toujours selon Romain Caillet. Notamment des pays du Golfe, du Maroc mais aussi de Tunisie. En juillet 2015, Badra Gaaloul, professeur de sociologie militaire, estimait à 1200 le nombre d'étudiants tunisiens ayant rejoint Daech.

D'autres cas ont été rapportés en Jordanie, au Ghana, au Sénégal, en Ouzbékistan ou encore en Inde.


Comment Daech parvient-il à capter ces cerveaux?

Ces départs «d'intellos» ne sont pas à prendre à la légère, selon Mathieu Guidère. «Il faut quand même s'interroger, insiste-t-il, pourquoi des étudiants, à qui on a enseigné les ressorts du terrorisme et de la violence politique, rejoignent une telle organisation? C'est tout simplement le symbole d'un manque d'offre idéologique et de projet politique en France», estime l'enseignant.

«Al-Baghdadi a réussi à universaliser un discours contre-révolutionnaire destiné à tous ceux qui sont déçus du système, les jeunes désœuvrés à la marge comme les insatisfaits du système sur le plan intellectuel», analyse pour sa part Myriam Benraad*, chercheuse à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Urenan), à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Les leviers d'endoctrinement sont multiples: Daech joue sur le sentiment de discrimination ethnique, raciale et religieuse. Promet d'offrir aux volontaires une existence «pure» dans un État qui les accepte. «Il ne faut pas oublier qu'on leur propose une aventure exaltante», ajoute Romain Caillet. «On leur propose de rentrer dans l'histoire en bâtissant un État et en mettant leurs capacités au service d'un projet».

Le recrutement de ces élites est désormais un enjeu. «Daech a compris qu'au-delà du plan militaire, sa survie se trouvait sur le plan des idées», enchaîne Myriam Benraad. «Un combat d'idées qu'ils veulent mener contre les programmes gouvernementaux, les contre discours des universitaires, des blogueurs ou des philosophes».

 

*Auteur de l'ouvrage Irak, la revanche de l'histoire. De l'occupation étrangère à l'État islamique, aux éditions Vendemiaire. Février 2015.

Avec Le Figaro

 

Source: Sites web

16-02-2016 - 12:11 Dernière mise à jour 16-02-2016 - 12:11 | 288 vus

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=286328


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau