COREE : A QUEL JEU DANGEREUX JOUE L'ONCLE SAM?

 

Corée : Washington joue un jeu dangereux

Région :
 
 
Corée : Washington joue un jeu dangereux 

Dans la péninsule coréenne, l’administration Obama joue au jeu dangereux de « qui se dégonflera le premier ? » et cela pourrait se terminer dans la guerre. La Corée du Nord a répondu aux opérations militaires bilatérales provocantes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud au large de ses côtes en pilonnant l’île voisine de Yeonpyeong qui se trouve dans des eaux contestées. Les tirs d’artillerie du Nord ont fait quatre morts et un grand nombre de blessés [sur cette île]. Les officiels américains et sud-coréens ont condamné fermement cette attaque et ont promis, la prochaine fois, de riposter su un tel incident devait se reproduire.

Les médias ont contribué à enflammer les passions et ont exigé que « la monnaie de la pièce soit rendue ». Les prospectus de propagande ont inondé toute la Zone Démilitarisée (ZDM), dont certains sont parvenus jusqu’à Pyongyang. Selon le quotidien coréen JoongAng, un officiel du ministère sud-coréen de la défense nationale aurait déclaré : « Le Sud est prêt à diffuser la propagande le long de la ZDM et le ministère ‘réfléchit au bon moment pour le faire’. […] Des haut-parleurs sont déjà installés dans 11 zones le long de la ZDM en vue de nouvelles attaques de propagande ». (« La guerre de propagande s’intensifie ; l’utilisation de haut-parleurs est à l’étude », JoongAng Daily.)

Dans un article publié dans CounterPunch, « Menacer la Corée du Nord », le journaliste Grégory Elich donne une explication sur les détails qui ont entouré cet incident :

« En réponse à l’annonce d’un exercice d’artillerie imminent par la Corée du Sud, la Corée du Nord a téléphoné à l’armée sud-coréenne dans la matinée du 23 novembre, l’exhortant à annuler ses projets de tirs d’artillerie sur ce que le Nord considère comme ses eaux territoriales. Le Nord a prévenu que si l’exercice avait lieu, ils y répondraient en « ripostant par une frappe physique et résolue ».

« Néanmoins, l’exercice d’artillerie a bien eu lieu et, quatre heures plus tard, l’artillerie nord-coréenne a frappé cette l’île. Dans la première salve, 150 obus ont été tirés, dont 60 ont fait mouche. Puis, une deuxième salve de 20 obus supplémentaires a été tirée. En tout, il y a eu quatre morts 18 blessées sur cette île. »

Les jeux de guerre US/Corée du Sud sont une provocation délibérée, pas différents d’une armada qui serait envoyée par la Chine ou la Russie pour mener des opérations à 5 km du Cap Cod. Malgré tout, la Maison Blanche se sert de cet incident pour mettre la pression sur la Chine, afin qu’elle contraigne la Corée du Nord à accéder aux diktats étasuniens. Jusqu’à présent, la Chine a joué un rôle constructif en appelant à des pourparlers à 6, mais cela n’a pas calmé l’administration Obama. Ce que Washington veut est un changement de régime et, pour atteindre leur objectif, les USA ont renforcé les sanctions et haussé le ton. Voici un autre passage paru dans le JoongAng Daily, qui expose le plan des Etats-Unis en vue d’une escalade :

« Les chefs d’état-major interarmes US et sud-coréen se sont mis d’accord pour changer leurs défenses contre les attaques de la Corée du Nord hier, avec la Corée du Sud qui aura le rôle principal dans des représailles immédiates et les Américains en soutien.

Cet accord a été passé alors que l’Amiral Mike Mullen, le président de l’état-major interarmes américain, a rendu une visite inattendue à Séoul hier pour réaffirmer l’engagement des Etats-Unis à son alliance avec la Corée du Sud. Mullen a parlé, hier matin, avec son homologue sud-coréen, Han Min-koo, de la Corée du Nord.

« Les attaques de la Corée du Nord deviennent de plus en plus audacieuses », a dit Han. « S’ils décident de frapper à nouveau, ils seront sévèrement punis et la Corée du Nord paiera un prix très élevé ». (« Les hauts-gradés étasuniens discutent d’une nouvelle stratégie de représailles », JoongAng Daily.)

Les Etats-Unis veulent que la Chine montre qu’elle est une « actrice responsable » dans la région, ce qui veut dire qu’elle doit se plier aux objectifs américains de politique étrangère. Mais la Chine a d’autres idées et ne se laissera pas être utilisée comme un bâton pour battre les ennemis de Washington. En fait, jeudi, une délégation de hauts-fonctionnaires chinois a rencontré Kim Jong-Il, le dirigeant nord-coréen, pour faire étalage de son soutien. La Chine a contrarié le plan d’Obama d’isoler un peu plus le Nord ou de donner un plus grand rôle aux Etats-Unis pour façonner la politique régionale.

L’administration [Obama] n’a montré aucun intérêt pour la diplomatie, les négociations ou le respect de ses obligations en vertu du 1994 Agreed Framework [Cadre Convenu de 1994] (qui est toujours la principale pomme de discorde). Soit les Etats-Unis remplissent leur partie des obligations, soit il n’y aura pas de paix dans la péninsule. Un accord est un accord.

D’autres manœuvres US/sud-coréennes sont prévues avant la fin du mois de décembre, suggérant que les hostilités puissent se déclencher à n’importe quel moment. Les Etats-Unis sont convaincus qu’ils peuvent contrôler ce conflit d’une façon qui serve leurs intérêts, mais cela pourrait ne pas être le cas. Après tout, les dirigeants nord-coréens ne se font aucune illusion sur ce qu’une guerre avec les Etats-Unis signifierait. Ils n’ont pas oublié les 3 millions de Coréens qui ont perdu la vie au cours de la guerre, ni les atrocités perpétrées par l’armée américaine qui les avait envahis. Pour les lecteurs qui ne se souviennent pas bien des détails, voici de quoi se rafraîchir la mémoire. Extrait de l’article « Un nouveau regard sur la Guerre de Corée », de John H. Kim, les anciens combattants pour la paix :

« Le massacre des civils coréens

L’armée de terre, de l’air et la marine américaines ont été directement impliquées dans le massacre d’environ trois millions de civils coréens – sud et nord confondus – dans de nombreux endroits de toute la Corée, dont Masan, Sachon, Tanyang, Iksan, Changyong, Wegwan, Ducksung, Sinchun, Wonsan, Pyongyang, etc. Des centaines de civils réfugiés ont été mis en pièces lorsque l’armée américaine a fait sauter les ponts de Wegwan et de Ducksun en Corée du Sud. […] Parmi les diverses branches de l’armée américaine, l’US Air Force porte probablement la plus lourde responsabilité pour le nombre gigantesque de morts civils, à cause de ses tirs généralisés et des bombardements de réfugiés, de villages et de villes, en violation des Conventions de La Haye. A la fin de la guerre, pratiquement toutes les villes de Corée du Nord avaient été rasées par des tapis de bombes, dont Pyonyang, Najin, Shiniju, Wonsan, Hungnam, etc. Il a été rapporté que les Etats-Unis, durant la Guerre de Corée, ont largué quelques 650.000 tonnes de bombes, dont 43.000 tonnes de bombes au napalm. »

Pour couronner le tout, des barrages majeurs et des réserves d’eau ont été bombardés, des centrales hydroélectriques ont été détruites, des raffineries de pétrole, des ponts, des hôpitaux, des entrepôts alimentaires ont été réduits en poussière. Pendant dix ans, le Nord s’est retrouvé face à misère noire et à la famine, à cause des attaques sur les infrastructures et les réserves vitales. De plus – de façon similaire à ce qui s’est à Falluja [au Kurdistan irakien] – « les avions de combat américains ont largué des bombes chimiques sur les positions militaires nord-coréennes, ainsi que sur plusieurs villages, causant la mort de centaines de civils nord-coréens. Les Etats-Unis ont également expérimenté des armes biologiques, au Nord, avec l’aide active des criminels de guerre japonais qui avait été impliqués dans des expérimentations sur l’homme durant la 2ème GM. »

Ça vous rappelle quelque chose ?

La Corée du Nord a de solides notions sur la manière dont les Etats-Unis livrent leurs guerres. C’est pourquoi elle pourrait ne pas être persuadée qu’un “engagement limité” serait la bonne façon d’y aller. Kim pourrait tout simplement frapper un grand coup et se servir de tous les instruments à sa disposition – y compris l’arme nucléaire – pour protéger son peuple d’un oppresseur irrationnel et impitoyable. Les risques sont simplement trop énormes pour agir autrement.

Mike Whitney

Article original en anglais : Korea: Washington is Playing a Dangerous Game, publié le 9 octobre 2010.

Traduction : JFG pour Questions Critiques, 13 décembre 2010

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau