Démocratisation des élections : la lutte entre l’ancien et le nouveau au Venezuela et en Amérique Latine

On savait la droite vénézuélienne divisée entre courants “accumulation de forces” (tendance Enrique Capriles Radonski) et “coup d’État” (tendance Maria Corina Machado). Voici qu’elle se déchire sur les élections législatives qui auront lieu en 2015. Pourquoi ? Tout comme son adversaire le Parti Socialiste Unifié du Venezuela, elle va organiser des primaires dans quelques semaines (1). Sauf que les deux camps ont suivi des méthodes diamétralement opposées.

Du côté de la droite (regroupée dans la MUD, Mesa de la Unidad Democrática), chacun des aspirants-candidats aux primaires du 17 mai devait réunir 1 % des signatures du registre électoral, payer 150.000 bolivars soit 26 fois le salaire minimum, et ne disposait que d’une semaine pour ce faire (du 10 au 17 mars). Conséquence, on ne trouve parmi les 110 candidats retenus que très peu de citoyens de base et… beaucoup d’entrepreneurs privés (comme Braulio Jatar Alonso, Luis Alberto Silva, Franciovy Hernández, Ylidio Abreu, Vestalia San Pedro ou Isaac Pérez). « Comment un producteur, un employé, un professeur universitaire ou un syndicaliste auraient-ils pu réunir toutes ces signatures et 150 mille bolivars en une semaine ? Serait-ce que les gens ne travaillent pas ?” s’insurge Claudio Fermin, membre de la MUD, ex-maire de Caracas et dirigeant du parti Acción Democrática. En outre, les militants de base ne pourront s’exprimer que dans 38 des 87 circonscriptions que compte le pays. Le reste des candidatures a été fixé sans les consulter, à travers des pactes entre appareils.

Claudio Fermin

Claudio Fermin

Pour Fermin, “ces pactes relèvent de la plus pathétique politique de salon. Il est vital de combattre l’apathie et l’abstention lors des prochaines élections en promouvant des actions qui suscitent l’intérêt et la participation des vénézuéliens car ce sont ces éléments qui ont octroyé la victoire au chavisme ces dernières années. La MUD n’est qu’une dictature d’appareils et tous ses partis ne font pas 15 % de la population ».

Nombreux sont les dirigeants locaux de la MUD à dénoncer ces pratiques. A Caracas, Carlos Julio Rojas a exigé que les candidats imposés (comme la dirigeante d’extrême droite Maria Corina Machado) paient eux aussi les 150.000 bolivars. Le parachutage d’Ismaël Garcia, à la réputation douteuse, est mal vécu par la base de l’état de Portuguesa mais les plaintes à la direction nationale restent lettre morte. Leonardo Prieto du “Movimiento Gente” de Puerto Ordaz a entamé une grève de la faim face au refus de la MUD d’organiser des primaires, l’accusant de “séquestrer” le droit des citoyens. Dans l’État de Lara le dirigeant et député Eduardo Gomez Sigala s’étonne que “le candidat Henri Falcon soit imposé par la direction sans passer par des primaires (..) sans doute parce qu’il ne les gagnerait pas” et a rejeté l’argument des dirigeants de Caracas pour qui l’organisation d’une consultation eût été “trop coûteuse”. “L’opportunisme ne peut pas faire la loi (..) Nous assistons à une escroquerie qui nie le droit de la base à choisir ses candidats. Pas de démocratie sans primaires ». D’autres dirigeants comme Efrén José Meza Barrios ont annoncé la création d’une coalition parallèle à la MUD, baptisée “Lara Entera por el Cambio y las Primarias” (2). Dans l’État de Mérida la droite locale proteste en organisant elle-même la consultation des militants.

Pour le député d’opposition Andrés Velásquez, cette manière d’organiser les primaires constitue une “grave erreur stratégique”. “Nous avons perdu une occasion en or. Ces primaires nous auraient permis d’élargir notre espace, de construire une base plus large. Les aspirations de nombreuses personnes dans plusieurs états du pays ont été purement et simplement ignorées. Il est temps de mettre un point final à cette habitude des cercles de dirigeants de partis de confisquer les opinions des citoyens”. Velásquez a réclamé une cohérence entre le discours de la MUD qui se dit “plurielle” et “démocratique” mais qui ne se traduit pas dans la pratique dès qu’il s’agit de se répartir des sièges de députés.

Dirigeants de la MUD (opposition vénézuélienne). Dernier à droite du premier rang, le député Andrés Velásquez.

Dirigeants de la MUD (opposition vénézuélienne). Deuxième à partir de la gauche du premier rang, Antonio Ledezma, impliqué dans le coups d’État de 2002 et les tentatives de 2014 et 2015. Dernier à droite, le député Andrés Velásquez.

Ces dissensions n’auraient sans doute pas pris une telle ampleur sans l’inévitable comparaison avec la méthode suivie par le Parti socialiste Unifié du Venezuela, le PSUV, principal parti de la révolution bolivarienne.

Alors que les 110 candidats de la droite sont plutôt des hommes âgés, riches, blancs, qu’on n’y trouve pratiquement aucune femme (1 sur 10) ni de jeunes (pas même les étudiants de droite qui servirent, médiatiquement, à faire passer les violences de 2014 et 2015 pour une “révolte populaire”), la base du PSUV a organisé 13.682 assemblées à travers tout le pays avec la participation d’environ 900.000 citoyen(ne)s, sans la moindre discrimination de race, de sexe ou de classe sociale, et a désigné 1.152 candidat(e)s pour les primaires, soit dix fois plus que ceux de la droite. 60 % des candidats du PSUV sont des femmes, et la moitié a entre 21 et 30 ans. En tout, 83% ont moins de 50 ans. Pour garantir une campagne équitable les frais des candidat(e)s sont pris en charge par les cotisations des militants : “chacun aura droit à la même quantité d’affiches, à la même quantité d’espaces radio et TV” explique Jorge Rodriguez, un des dirigeants du Parti Socialiste Unifié.

Une assemblée de militants du Parti Socialiste Unifié (PSUV) choisit les candidats aux primaires de juin 2015.

Assemblées de militant(e)s du Parti Socialiste Unifié (PSUV) choisissant les candidats aux primaires de juin 2015.

POSTULACIONES-DEL-UBCH-C

Un champ politique nouveau

Un jour j’interrogeai un vénézuélien pauvre : ”Pourquoi votez-vous pour Chavez ? » … « Parce que je ne veux pas redevenir invisible ».
Eduardo Galeano (1940-2015) dans “Chavez, un drôle de dictateur”.

 

La comparaison des deux méthodes révèle deux projets de société. Le champ politique vénézuélien ne se caractérise pas tant, comme le martèlent les grands médias, par une “polarisation” “pour ou contre Maduro” ou “pour ou contre la révolution”, mais par une contradiction plus profonde, historique : entre l’exclusion, la discrimination, l’humiliation et le besoin majoritaire de dignité, de respect et de participation. La caste nostalgique qui espère encore voir poindre le drapeau salvateur des GI’s  – qu’incarne parfaitement Maria Corina Machado, télégénique survivante du seizième siècle (3) – voit sa propre base militante réclamer son droit de participer. Effet d’entraînement d’une révolution qui a su dynamiter l’apartheid des années 80 pour ouvrir le champ politique à de nouveaux acteurs – organisations féministes populaires ou mouvements d’auto-constructeurs de logements. La constitution bolivarienne est un bon exemple, qui donne aux citoyens le droit d’organiser un référendum révocatoire à mi-mandat (qu’il s’agisse d’un maire ou d’un président). Approuvée par référendum en décembre 1999, elle fut d’abord dénoncée par la droite comme “totalitaire”. Jusqu’au jour où celle-ci comprit l’avantage politique qu’elle pouvait en tirer et se l’appropria comme outil de lutte… contre la “dictature bolivarienne”.

Bien qu’elle possède la majorité des médias comme dans le reste de l’Amérique Latine, la droite vénézuélienne n‘a pas réussi, pour l’heure, à capitaliser le mécontentement d’une population qui subit la guerre économique depuis deux ans. Sa difficulté reste qu’elle ne peut sauter par-dessus ses propres murs, renoncer à son rêve néo-libéral et socialement raciste (4). La firme privée de sondages Hinterlaces confirme qu’actuellement, le chavisme reste la seule force sociale, culturelle et symbolique de caractère populaire face à une opposition divisée, sans message et sans projet, élitiste et absente des mouvements sociaux et de la rue (5).

Assemblée du PSUV pour postuler des candidats aux primaires de juin 2015.