FACE A LA BELLIQUEUSE OTAN LA RUSSIE ADAPTE SA DOCTRINE NAVALE

La Russie adapte sa doctrine navale
 

Renforcer les positions stratégiques de la marine russe en mer Noire ainsi que maintenir une présence dans l’Atlantique et la Méditerranée figurent parmi les principales orientations de la nouvelle « doctrine navale » de la Russie, actualisée pour tenir compte de l’expansion « inadmissible » de l’OTAN à ses frontières.
 
Diffusé dimanche sur le site Internet du Kremlin, ce document a été rendu public quelques mois après une nouvelle doctrine militaire réagissant déjà au renforcement des capacités de l’Alliance atlantique en Europe centrale, dans un contexte de tensions inédites depuis la fin de la guerre froide entre Moscou et les Occidentaux en raison de la crise ukrainienne.
 
Son pendant naval, long de 46 pages, souligne également « le caractère inadmissible pour la Russie des projets de déplacement des infrastructures militaires de l’Alliance vers ses frontières ».
 

La Crimée
 
Le texte fixe notamment l’objectif de « développer les infrastructures » de la Flotte de la mer Noire en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie. Toujours pour la région de la mer Noire, il prévoit « la reconstitution accélérée et complète des positions stratégiques de la Russie, le soutien à la paix et à la stabilité ».
 
Le vice-premier ministre Dmitri Rogozine a relevé « l’accent mis sur l’Atlantique et l’Arctique ». « Notre attention portée à l’Atlantique se justifie par l’élargissement de l’OTAN à l’Est », a-t-il indiqué aux agences de presse russes.
 
Concernant l’Atlantique, justement, la nouvelle doctrine vise à « garantir une présence militaire navale suffisante de la Russie dans la région ». Le même but est poursuivi en Méditerranée, avec un déploiement « de manière permanente ».
 
Pour l’Arctique, où les autorités russes misent sur la production d’hydrocarbures, il s’agit de « réduire les menaces sur la sécurité nationale et [de] garantir la stabilité stratégique ». Le document prévoit de « développer les forces de la Flotte du Nord ».
 
« Ces changements montrent que la Russie accorde une attention particulière au renforcement de son potentiel naval dans l’Arctique et l’Atlantique pour contrer l’OTAN », a commenté l’expert militaire Alexandre Golts sur la radio Echos de Moscou. Mais « sans renforcement décisif des capacités de la Flotte, tout cela n’a pas de sens », a-t-il cependant nuancé.
 
L’OTAN, qui accuse Moscou d’avoir envoyé des soldats dans l’est de l’Ukraine, a décidé en février de consolider la défense de son flanc oriental en créant une nouvelle force de 5000 hommes rapidement mobilisable, baptisée « fer de lance », et six centres de commandement et de contrôle en Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie.

 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau