GRECE : LES OUVRIERS CONTINUENT DE MOURIR SUR L'AUTEL DU CAPITALISME

Les ouvriers continuent de mourir pour les intérêts du capital

Jusqu'à présent trois ouvriers ont perdu leurs vies parmi les six qui ont été blessés la semaine dernière à la raffinerie d’ELPE (Hellenic Petroleum).

Le crime des patrons, que les syndicats de classe ont dénoncé, est dû à la réduction du personnel permanent, aux mesures inadéquates de sécurité, à l'intensification du travail, aux heures épuisantes de travail, à l'utilisation croissante du travail des sous-traitants.

Il est clair que cette situation, qui a été créée dans les années récentes, n'a pas du tout changé avec le gouvernement de "gauche" de SYRIZA qui lui-même est subordonnée à la nécessité d'accroître les profits capitalistes.

Dans ses déclarations, le KKE note que "la situation sur les lieux de travail a atteint un point de crise en raison de l'absence complète de supervision des conditions atroces du travail, l'intensification du travail, l'absence de mesures de sécurité. Le gouvernement et les patrons sont responsables du sang des travailleurs et les atroces conditions qui sont prédominantes sur les lieux de travail.

La classe ouvrière doit réagir, à travers son organisation et sa solidarité, sa lutte à l'intérieur et à l'extérieur des lieux de travail, afin qu'elle ne permette pas que d'autres vies soient perdues sur l'autel de la compétitivité et de la rentabilité des capitalistes. Ils doivent accroître leur militantisme et leur lutte de classe pour la vie qu'ils servent et dont ils sont privés."

Le Parti communiste de Grèce a présenté une question au Parlement européen sur la question des crimes du patronat sur les lieux de travail et le 20 mai il a organisé une réunion dans les raffineries, sur les questions de la sécurité sur le lieu de travail.

21.05.2015

 

http://fr.kke.gr/fr/articles/Les-ouvriers-continuent-de-mourir-pour-les-interets-du-capital/

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau