ILES SALOMON : CONSTRUIRE LA GUERRE DES ETATS-UNIS CONTRE LA CHINE

tourtaux-jacques Par Le 07/06/2022 0

Dans International

6 juin 2022

Îles Salomon : construire la guerre des États-Unis contre la Chine

Le correspondant socialiste

La nation des îles Salomon dans le Pacifique – à 2000 kilomètres au nord-est de l’Australie – a osé affirmer sa propre politique étrangère indépendante après des décennies passées sous tutelle étrangère. Le Premier ministre Manasseh Sogavare a salué un accord entre son pays et la Chine – y compris un pacte de sécurité – comme un « jalon ». Il a déclaré : « Nous devons diversifier les relations du pays avec d’autres partenaires. Quel est le problème avec ça ? » La Chine ne faisait pas pression sur son pays pour qu’il signe le pacte, a-t-il insisté, ajoutant que « les îles Salomon elles-mêmes ont demandé le traité ».

Les États-Unis et l’Australie menacent néanmoins d’intervenir militairement pour empêcher la signature de l’accord.

Le problème est une éventuelle présence militaire chinoise aux Salomon – en vertu d’un accord qui permettrait aux navires chinois de visiter et « d’effectuer le réapprovisionnement logistique » et permettrait à la police chinoise d’aider « au maintien de l’ordre social » dans le pays.

« Nous avons du respect pour la souveraineté des Îles Salomon, mais... »

Même si Sogavare a assuré à l’Occident qu’il n’y aurait pas de base militaire chinoise aux îles Salomon, Daniel Kritenbrink, le chef de la diplomatie étasunienne pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, a proféré cette menace voilée : « Bien sûr, nous respectons la souveraineté des îles Salomon, mais nous voulions également leur faire savoir que si des mesures étaient prises pour établir de facto une présence militaire permanente, des capacités de projection de puissance ou une installation militaire, nous aurions alors des inquiétudes importantes, et nous répondrions très naturellement à ces inquiétudes » ( Le Guardian, 26 avril 2022).

L’Australie a averti que toute base chinoise sur les Salomon représenterait une « ligne rouge ». Le nouveau Premier ministre travailliste Anthony Albanese et sa ministre des Affaires étrangères Penny Wong ont accusé le gouvernement précédent d’avoir commis « le pire échec de la politique australienne depuis la Seconde Guerre mondiale » (Le Guardian, 23 mai) en autorisant l’accord des Îles Salomon avec la Chine. L’oligarque des médias David Llewellyn-Smith (Macrobusiness, 25 mars 2022) a proféré des menaces explicites : « Il n’y a aucun moyen pour l’Australie de permettre à cet accord de se poursuivre. Si c’est le cas, la nation devrait envahir et capturer Guadalcanal de manière à ce que nous organisions un changement de régime à Honiara... Si nous ne répondons pas à cela – il faut que ce soit nous et Washington – alors mon pote, c’est fini... La Chine aura la liberté de la mers avec sa marine dans tout le Pacifique Sud. Comme l’a dit le journal australien, l’accord "pourrait difficilement être plus important sur le plan géopolitique pour le défi qu’il présente à l’hégémonie américaine de longue date dans la région ».

L’importance stratégique des Salomon

C’est la position des Salomon dans le sud-est du Pacifique qui rend le pays si stratégiquement important pour la future guerre des EU contre la Chine. Le pays pauvre de 700 000 habitants possède plusieurs ports et voies maritimes en eau profonde que l’Australie et les États-Unis contrôlent actuellement et sont déterminés à conserver. Les îles Salomon ont été historiquement colonisées par les Britanniques, puis les Japonais, et sont devenues un champ de bataille clé pendant la Seconde Guerre mondiale lorsque les EU ont chassé le Japon du pays lors de la bataille de Guadalcanal qui a duré six mois en 1942-43. Cette bataille a été vitale pour la victoire des États-Unis contre le Japon, qui a établi la domination étasunienne sur le Pacifique jusqu’à présent.

Après que les Salomon ont obtenu leur indépendance de la Grande-Bretagne en 1978, la supervision occidentale est passée principalement à l’Australie, la Nouvelle-Zélande étant un partenaire en second. À la suite d’une guerre civile de faible intensité de 1998 à 2003 suite aux demandes de sécession de l’île la plus pauvre et la plus peuplée de Malaita, l’Australie a occupé le pays avec une force de 2 000 soldats et policiers en tant que « gardiens de la paix », imposant l’austérité du FMI au secteur public. La présence de l’Australie de 2003 à 2017 n’a fait qu’attiser les rivalités entre Malaita et l’île principale des Salomon, Guadalcanal, où se trouve la capitale Honiara.

Changeur de jeu

Le changement de jeu s’est produit en 2019 lorsque les Salomon ont transféré la reconnaissance diplomatique de Taïwan à la République populaire de Chine après 36 ans. En réponse, le sénateur républicain étasunien Marco Rubio a menacé, lors d’une visite, que les États-Unis couperaient l’accès des Salomon aux marchés financiers mondiaux.

L’année suivante, les États-Unis ont donné 25 millions de dollars en soi-disant "aide" à Malaita – un montant bien plus important que l’aide aux îles Salomon dans leur ensemble. Ces pots-de-vin étasuniens à Malaita et les menaces contre le gouvernement national faisaient partie d’une stratégie orchestrée visant à utiliser les demandes de sécession malaïtiennes comme un bâton diviser pour régner pour forcer le gouvernement national à revenir dans le giron occidental. Encouragé par les États-Unis, le groupe séparatiste de droite Malaita 4 Democracy a exigé l’expulsion immédiate de tous les ressortissants chinois de l’île.

Puis, en 2021, environ 1 000 séparatistes, encouragés par le Premier ministre malaitien Daniel Suidani, se sont rendus sur l’île principale de Guadalcanal, ciblant les commerces de détail chinois et attaquant les habitants chinois. Les émeutiers ont fait flotter un drapeau israélien et incendié le bâtiment du gouvernement dans ce qui était en fait une révolution de couleur orchestrée par les États-Unis et l’Australie. Mais ils n’ont pas réussi à renverser le gouvernement ; un vote de censure ultérieur au parlement a également été rejeté. La Chine a depuis déployé une douzaine de policiers pour former les forces locales.

La domination occidentale a signifié la pauvreté

La pauvreté et le chômage de masse sont à la base des troubles en cours dans les Salomon. Les îles Salomon ont l’indice de développement humain le plus bas et le deuxième taux d’électrification le plus bas de tous les petits États du Pacifique, selon la Banque mondiale. Il n’est pas étonnant que le gouvernement des Salomon tente de libérer le pays de la domination occidentale. Liu Ze, secrétaire général du Solomon Islands Chinese Business Council, a expliqué : « La structure économique des Îles Salomon n’a fait aucun progrès au cours des 15 dernières années, ce qui a fait comprendre au parti au pouvoir que la coopération avec l’Occident n’aboutissait pas au développement. Ils ont maintenant trouvé une grande puissance alternative en Chine qui peut offrir des règles du jeu équitables (Global Times, 25 mai 2022). La Chine est désormais la plus grande destination d’exportation des Îles Salomon, recevant 65% des exportations des Îles Salomon, principalement du bois, et les investissements et le tourisme chinois ont augmenté massivement dans le cadre de l’initiative "la Ceinture et la Route".

Mais la présence économique croissante de la Chine est entravée à chaque tournant. Un important contrat avec Huawei pour la pose d’un câble à fibre optique des Salomon à l’Australie a été annulé en 2018 après que l’Australie a poussé à un vote de censure contre le gouvernement des Salomon, accusant Sogavare de corruption dans le cadre de l’accord.

L’aide au développement de la Chine

Pourtant, les liens de la Chine avec les îles du Pacifique progressent néanmoins, contribuant au développement d’une région pauvre du monde. La Chine espère signer un accord majeur avec près d’une douzaine de pays insulaires du Pacifique couvrant la coopération en matière de sécurité, de commerce et de communication de données. Kiribati, une petite nation insulaire du Pacifique qui a transféré la reconnaissance diplomatique à la République populaire de Chine avec les Salomon, doit signer un accord accordant à la Chine des droits de pêche spéciaux dans l’une des plus grandes zones marines protégées du monde. Vanuatu a récemment signé un contrat avec la Chine pour la construction d’une nouvelle piste d’aéroport pour donner accès à des avions gros porteurs. L’avantage pour ces pays est que la Chine, contrairement aux puissances occidentales, ne cherche pas à exploiter leurs vulnérabilités. Chen Hong, président de l’Association chinoise des études australiennes, a expliqué : « La Chine estime que les pays, qu’ils soient grands ou petits, doivent être traités de la même manière – ils ne sont pas là pour que quiconque les convainc et les contrôle ».

Maintien de l’impérialisme

Pendant ce temps, les puissances occidentales font tout ce qu’elles peuvent pour endiguer la perte de leur hégémonie. Sur le front diplomatique, ils pressent les cinq États insulaires du Pacifique restants qui reconnaissent toujours Taïwan de ne pas suivre le puissant exemple des Salomon (en tant que nation insulaire du Pacifique la plus peuplée et la plus influente) en reconnaissant la République populaire de Chine.

Les mesures prises par l’Occident pour étouffer la politique étrangère indépendante des Îles Salomon sont un aspect de la lutte plus large pour maintenir le contrôle impérialiste sur le Pacifique, qui comprend le rapprochement de l’Australie avec les États-Unis. Le développement de l’Australie en tant que "point d’ancrage sud" de la puissance militaire étasunienne – renforcée par le pivot d’Obama vers l’Asie qui a vu une importante base américaine établie à Darwin, dans le nord de l’Australie – la place en première ligne d’une guerre avec la Chine.

AUKUS

La nucléarisation de l’Australie s’est rapprochée dangereusement avec le récent accord AUKUS entre elle, les États-Unis et le Royaume-Uni. AUKUS a déchiré le Traité de non-prolifération des Nations Unies en fournissant des armes nucléaires à l’Australie sous la forme d’au moins huit sous-marins nucléaires construits par les États-Unis et du savoir-faire technologique qui l’accompagne. Les sous-marins d’une valeur de 100 milliards de dollars auront une autonomie bien plus longue que les sous-marins français que l’Australie avait accepté d’acheter, et seront utilisés pour imposer un blocus naval étasunien des voies de navigation du Pacifique sur lesquelles la Chine dépend pour les matières premières et les marchandises. En effet, AUKUS représente une extension de l’OTAN dans l’océan Pacifique.

Le Premier ministre des Îles Salomon, Sogavare, s’est plaint que son pays et d’autres dans la région "auraient dû être consultés pour s’assurer que le traité AUKUS soit transparent car il affectera la famille du Pacifique en autorisant les sous-marins nucléaires dans les eaux du Pacifique". Mais bien sûr, ils ont été contournés, tout comme les Français ont été trompés par leurs rivaux impérialistes.

Malgré l’étroite alliance américano-australienne, il est clair que les États-Unis sont mécontents de la performance de l’Australie en tant que gendarme des Salomon. La fermeture de son ambassade aux Salomon en 1993 et ​​l’externalisation de sa sécurité vers l’Australie ont été critiquées par l’ancien haut diplomate étasunien James Carouso, qui a déclaré qu’il s’agissait d’une "erreur". Maintenant, les États-Unis envisagent de rouvrir leur ambassade dans la capitale Honiara pour reprendre le contrôle direct. Voilà pour le respect de la souveraineté nationale – une idée fréquemment invoquée pour promouvoir la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie.

Le « Backyard » est « où nous nous soulageons »

Non pas que l’Australie soit meilleure, avec ses fréquentes références aux Salomon comme "notre arrière-cour" (Daily Mail, 4 mai 2022). Ce terme insultant a été condamné par Sogavare qui a déclaré qu’une arrière-cour était un endroit « où les ordures sont ramassées et brûlées », et « où l’on se soulage » (4 mai 2022). Comparez cela à l’opinion de la Chine selon laquelle les îles du Pacifique ne sont « ni l’arrière-cour d’aucun pays ni une arène pour des jeux de grande puissance » (CGTN, 19 avril 2022). Tarcisius Kabutulaka, un universitaire salomonien de l’Université d’Hawaï, a observé que la position occidentale était de faire la loi et de dire « vous ne pouvez pas avoir ce genre de relation avec la Chine. L’ironie est que nous pouvons et nous le faisons. »

L’insistance des puissances occidentales à conserver le contrôle des Salomon n’est pas un problème lointain pour nous en Grande-Bretagne ; elle représente plutôt un danger clair et présent pour la paix mondiale. Le récent revirement impromptu de Biden (22 mai) de la politique des EU de longue date d’une seule Chine à l’égard de Taïwan montre que les États-Unis sont mortellement sérieux dans leur intention d’empêcher la montée de la Chine – et les menaces occidentales d’envahir les Îles Salomon font de ce pays un des points chauds où la guerre des EU contre la Chine pourrait commencer.

URL de cet article 38056

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire