LA CHUTE DE D. ROUSSEFF PROVOQUEE POUR STOPPER L’ENQUETE PETROBRAS?

Brésil:la chute de Mme Rousseff organisée pour mettre fin à l’enquête Petrobras?

 

L’équipe du site

La destitution de Dilma Rousseff aurait-elle été planifiée pour couper court à l'enquête sur les détournements de fonds au sein du groupe Petrobras ?

Selon l'AFP, un enregistrement téléphonique d'un ministre du gouvernement intérimaire semblerait le confirmer.

C’est le quotidien Folha de Sao Paulo qui a lâché, lundi 23 mai, une véritable bombe politico-médiatique en publiant la transcription de l'enregistrement d'une conversation datant du mois de mars, entre le ministre intérimaire de la planification Romero Juca et un ancien sénateur de son parti, Sergio Machado.

Dans cet échange téléphonique, les deux hommes s’inquiètent de l’avancée inexorable de l’enquête sur les détournements de fonds au sein du groupe public Petrobras qui éclabousse la classe politique brésilienne.

Romero Juca propose alors «un pacte», passant par la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff pour étouffer l’affaire Petrobras dans laquelle il est lui-même visé : «La destitution est nécessaire. Il n’y a pas d’autre issue. Il faut résoudre toute cette m--e. Il faut changer le gouvernement pour stopper l’hémorragie.»

«Il faut un accord, mettre Michel Temer au pouvoir, un grand accord national», lui répond le sénateur, qui a semble-t-il enregistré cette conversation à l’insu de son interlocuteur pour nouer un futur accord de collaboration avec la justice en échange d’une remise de peine.


Romero Juca a tenté lundi matin de se justifier en affirmant qu'il se référait par "hémorragie" à la crise économique et non à l'enquête Petrobras.  Mais nulle part dans la conversation, publiée par la suite en version longue, il ne fait allusion à la sévère récession économique qui plombe le géant émergent d'Amérique latine.
   
Le sénateur Romero Juca a été l'un des principaux articulateurs politiques de cette procédure de destitution, dénoncée par Mme Rousseff comme un "coup d'Etat" institutionnel ourdi par le vice-président Temer. Elle a été écartée du pouvoir le 12 mai pour un maximum de six mois en attendant son jugement par le Sénat pour maquillages budgétaires.
   
M. Juca est un proche de Michel Temer (75 ans). Il a assumé récemment à sa place la présidence du grand parti centriste PMDB qui avait précipité la chute de Mme Rousseff en claquant la porte de la coalition gouvernementale fin mars.
   
Le PMDB est éclaboussé au plus haut niveau par le scandale Petrobras, au même titre que le Parti des travailleurs (PT, gauche) de Mme Rousseff avec qui il a dirigé le pays depuis 2003.

Michel Temer, est également épinglé par le scandale Wikileaks : l'actuel chef de l'Etat brésilien aurait fourni en 2006 des renseignements sur le monde politique brésilien au Conseil national de sécurité des Etats-Unis.
 

Sources: AFP, RT
 

 

Source: Agences

24-05-2016 - 18:13 Dernière mise à jour 24-05-2016 - 19:14 | 108 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=304940&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=493&s1=1

 



 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau