LA PAIX EST AVEC LES FEMMES, OU ELLE NE LE SERA PAS.

tourtaux-jacques Par Le 02/05/2022 0

Dans International

1 Mai 2022

XVIIe Congrès mondial de la Fédération démocratique internationale des femmes
La paix est avec les femmes, ou elle ne le sera pas.
Malgré les difficultés et les obstacles, les possibilités et les avantages de la paix sont plus grands. C'est pourquoi la FIDM appelle toutes les parties et tous les acteurs impliqués à ne pas se décourager, à continuer avec dévouement et engagement et avec la vision qu'un avenir meilleur se profile à l'horizon pour tous.
Fédération démocratique internationale des femmes - FDIM / vendredi 29 avril 2022
Dans le cadre de cet événement transcendantal des femmes activistes et combattantes pour l'émancipation qui convergent dans la Fédération historique, dans le développement de son congrès tenu à Caracas, la délégation colombienne a présenté cette proposition de résolution, que nous partageons dans son intégralité en raison de sa dimension politique et de sa pertinence.

Préambule

Considérant que l'Accord final pour la fin du conflit et la construction d'une paix stable et durable conclu entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie-EP, signé le 24 novembre 2016, est un jalon historique d'un grand impact sur la réalité politique, sociale, culturelle et économique du pays ; Il a marqué un tournant dans l'histoire de l'Amérique latine, ouvrant des voies d'espoir et reconnaissant toutes les expressions de mobilisation inlassable pour la paix qui, pendant des décennies, ont fait entendre leur voix en Colombie et dans le monde, dans lesquelles les femmes et leurs organisations ont été des protagonistes et des porte-étendards.

Réaffirmant le grand succès de l'Accord de Paix dans l'étude d'un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de l'approche de genre, qui au niveau national est réalisé par l'Instance Spéciale de la Femme et au niveau international par le FDIM, ce qui en fait une opportunité sans précédent pour que les femmes soient rigoureusement protagonistes de la réalisation d'un rêve de paix inclusif et participatif.

Soulignant que cet accord de paix contient un élément axé sur l'égalité des sexes, ce qui représente une étape sans précédent au niveau mondial dans l'application des normes internationales relatives à l'égalité des sexes dans la consolidation de la paix.

Reconnaissant que sans le soutien, l'appui et le suivi de la mise en œuvre par les différents organes créés par l'Accord de paix, ainsi que par la communauté internationale, il n'aurait pas été possible de réaliser les quelques avancées qui ont été faites cinq ans après la signature de l'Accord, ni de rendre visibles les difficultés, les défis et les lacunes dans la matérialisation de ce qui a été convenu entre l'insurrection et l'État colombien.

Dénonçant que le gouvernement national utilise un double discours concernant sa responsabilité dans la mise en œuvre, au niveau international il affirme sa volonté de se conformer à la mise en œuvre et au niveau interne il n'a pas la volonté politique d'avancer dans la mise en œuvre, par exemple, il présente comme une conformité formelle avec les engagements de l'accord final, des actions politiques qui faisaient déjà partie des programmes de politique publique ou qui ne correspondent pas strictement à ce qui a été défini dans l'accord.

Rejeter les politiques hostiles à l'encontre de la République bolivarienne du Venezuela, de la République de Cuba, qui ont joué un rôle important en tant que garants de l'Accord, et à l'encontre des pays progressistes du continent, qui considèrent notre nation comme une menace pour la paix dans la région en étant des "partenaires mondiaux" de l'OTAN.

Exhorter la communauté internationale à continuer d'entourer l'accord de paix, sa défense et sa mise en œuvre.

En gardant à l'esprit que :

L'escalade de la violence en Colombie s'accélère, ce qui suscite de grandes inquiétudes au niveau national et international.

La paix exige une volonté politique et des transformations sociales.

Depuis la signature de l'accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC-EP, 1 116 leaders sociaux ont été assassinés, 311 signataires de la paix, dont 6 femmes, sans compter l'escalade de la violence qui touche la population civile dans la plupart des régions de Colombie.

Que l'État colombien a l'obligation de respecter et de protéger la vie des signataires de la paix, des leaders sociaux et environnementaux, des défenseurs des droits de l'homme et de la contestation sociale et populaire.

Que, cinq ans après la signature de l'Accord final, les progrès dans la mise en œuvre n'ont pas été ceux escomptés et que la transformation des conditions de vie et la pleine participation des femmes prévues dans l'Accord final se font toujours attendre.

que la mise en œuvre doit être globale et inclure une approche transversale et structurelle du genre, et que les actions isolées et ciblées ne permettent pas d'obtenir l'impact nécessaire pour améliorer la qualité de vie des femmes.

Ainsi, la lutte contre le militarisme et pour la paix dans le monde a été l'une des références de la FDIM.

Que, engagés dans le mandat de la FDIM stipulé au point 6.4.2 de l'accord de paix, dans lequel elle est désignée comme faisant partie de la composante internationale pour le suivi de la mise en œuvre de l'accent sur le genre dans l'accord, un mandat approuvé par le secrétariat mondial, nous avons pleinement respecté nos actions d'accompagnement.
Secrétariat mondial que nous avons pleinement rempli par nos actions d'accompagnement.

Résolu :

1. demander au gouvernement colombien des garanties pour la protection de la vie des anciens guérilleros, des dirigeants, des défenseurs des droits de l'homme et des garanties pour la promotion, la protection et la jouissance effective des droits de l'homme et des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux - DESCA, pour les femmes et les personnes LGBTI afin de rendre possible la construction d'une paix stable et durable.

2. Demander au gouvernement colombien d'adopter des mesures efficaces pour faire face à la situation de risque et de vulnérabilité dans laquelle se trouvent les communautés des territoires, ainsi que les femmes, les leaders sociaux et les défenseurs des droits humains.

3. demander le renforcement de l'intégration de la dimension de genre dans les plans de travail, les instruments de planification territoriale, les plans de développement, et avec des ressources définies afin de parvenir à la réalisation des objectifs avec cette approche.

4. Demander au Système de Vérité, Justice, Réparation et Garanties de Non-Répétition (SIVJRN) d'ouvrir un macro cas de violence sexuelle dans le cadre de la Juridiction Spéciale pour la Paix.

5. Attirer l'attention sur le retard persistant dans l'inclusion de la dimension de genre dans la mise en œuvre de l'Accord final, ce qui rend difficile l'amélioration des conditions de vie des femmes, comme le prévoit l'Accord final.

6. Réaffirmer l'engagement du FDIM en faveur de la paix en Colombie et dans la région en poursuivant sa mission de suivi de la mise en œuvre de l'approche genre.

Malgré les difficultés et les obstacles, les possibilités et les avantages que la paix apporte sont plus grands. C'est pourquoi le FDIM appelle toutes les parties et tous les acteurs impliqués à ne pas se décourager, à poursuivre avec dévouement, engagement et avec la vision qu'un avenir meilleur se profile à l'horizon pour tous.

"Les femmes du monde unies pour éliminer les inégalités et la violence, pour la paix et la santé de la planète".

source : https://www.prensarural.org/spip/spip.php?article27953

Tag(s) : #FDIM#colombie

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire