LES BRICS LIBERENT PEU A PEU L'AFRIQUE

Thierry Mbepgue

Thierry Mbepgue: "les BRICS libèrent peu à peu l'Afrique"

Sputnik France
 
Points de vue
 
URL courte
 
Mikhail Gamandiy-Egorov
 
14441414

Thierry Mbepgue est activiste patriote et souverainiste camerounais. Il est en outre président fondateur du Mouvement Africain pour la Libération du Continent (MALCON), secrétaire général adjoint du Réseau Mondial des Défenseurs de la Cause Africaine (RMDCA).

Il est aussi fondateur du projet UNIRTA, destiné à rassembler les différents mouvements panafricains, aussi bien en Afrique qu'au-delà. Entretien.

 

Sputnik: Comment est la situation politique actuelle au Cameroun? Quel regard portez-vous sur les prochaines élections présidentielles qui auront lieu dans votre pays?

 

Thierry Mbepgue: Le Cameroun est justement à un tournant décisif de son histoire. Mis à part le fléau de la secte Boko Haram et toutes les victimes que cela a causé, ainsi que les projets obscurs dévoilés de certains opposants zélés pro-impérialistes qui continuent de croire que c'est l'Occident qui va les installer au détriment du peuple, on peut dire que la situation politique est relativement stable. Les Camerounais savent où ils vont, nul ne viendra décider à leur place pour ce qui est bon pour eux. Mon pays est non seulement à deux pas de sa libération totale du joug colonial mais également à deux pas d'une recolonisation qui s'annonce farouche si rien n'est fait par les patriotes camerounais. Le chef de l'Etat a déjoué tous les pronostics faits sur sa succession par les opposants et certains de ses collaborateurs. Vu le poids de son âge, sera-t-il candidat aux prochaines élections? Va-t-il céder le fauteuil à quelqu'un d'autre, si oui à qui? Comment va se passer cette transition? Telles sont les questions que plusieurs Camerounais se posent actuellement. Loin des calculs politiciens égoïstes que font les petits esprits, j'ai compris depuis 2013 qu'il ne fallait pas attendre l'approche des prochaines élections pour se préparer, raison pour laquelle mon équipe et moi avions commencé depuis la mobilisation dans tout le pays, et ceci dans le but de mettre sur pied une force démocratique qui va influencer sur les prochaines élections présidentielles. Le mouvement dont je suis le fondateur n'a pas encore les moyens financiers nécessaires pour présenter un candidat, mais il soutiendra le candidat qu'il va juger proche du peuple camerounais.

Sputnik: Qu'en est-il de votre opinion sur les futures élections en Côte d'Ivoire, pays dont la souveraineté a été ouvertement bafouée en avril 2011 par une intervention armée occidentale directe et qui a marqué l'esprit de nombreux panafricanistes?

Thierry Mbepgue: Je ne cesserai de le dire, la date du 11 avril 2011 en Côte d'Ivoire est la date de la mort de la France en Afrique. Nous avons assisté à une intervention honteuse de l'armée française soutenue par les casques bleus de l'ONU qui, après plusieurs jours de bombardement du palais présidentiel de la Côte d'Ivoire, a arrêté le président de la République Laurent Gbagbo pour le remettre aux forces rebelles d'Alassane Ouattara. Mon opinion en ce qui concerne les élections présidentielles prochaines en Côte d'Ivoire est la suivante: tout chien renifleur de l'analyse politique en Afrique sent l'odeur d'un danger qui plane sur ce pays. On n'a pas encore donné les résultats définitifs des élections présidentielles passées de 2010 qu'on veut déjà faire une nouvelle élection. Qui a gagné les élections en 2010? La réponse à cette question résoudra peut-être tous les problèmes de la Côte d'Ivoire et la conduira à la réconciliation. Dans tout cela, il faut aussi se demander quelle est la position de la France qui avait installé le régime actuel? Cela m'amuse quand même de voir certaines personnes ou intellectuels présentés comme étant de grands démocrates africains terrés dans un silence assourdissant lorsqu'il faut parler de respect de la constitution en Côte d'Ivoire. Je crois qu'il risque de ne pas y avoir d'élection en octobre comme prévu.

 

Саммит стран-участниц БРИКС
Fotohost agency
 
 
 
Sputnik: Parlons maintenant des relations BRICS-Afrique. On sait que de plus en plus d'Africains souhaitent vivement le renforcement des relations entre les pays du continent africain et des nations BRICS, d'autant plus qu'un pays africain, la République d'Afrique du Sud, fait partie de l'alliance. Selon vous, qu'est ce qui doit encore être fait pour que cet objectif de renforcement soit atteint?

 

Thierry Mbepgue: La présence des nations BRICS libère peu à peu l'Afrique, c'est une présence salvatrice. Il a fallu que certains pays africains regardent du côté des BRICS pour enfin amorcer leur processus de développement. L'Afrique du Sud qui aujourd'hui fait partie de cette alliance est première productrice d'or, de platine, de chrome, de vanadium et deuxième productrice de manganèse et de titane. Avec tout cela, elle devrait être à mon avis le reflet d'une Afrique qui tire l'essentiel de ses ressources dans les matières premières. Voilà pourquoi je souhaite par conséquent que ce pays soit comme un wagon exemplaire au sein des BRICS. Elle y est depuis 2011, avec quel impact sur les autres pays africains? Qu'elle inspire les autres Etats africains à développer des mécanismes plus intéressants pour capitaliser leurs ressources naturelles. Je pense qu'il faut aller au delà de ce qui lie l'Afrique à ces nations actuellement, en renforçant les relations par les échanges culturels et industriels. Il faut faciliter les voyages et faire en sorte que chacun se sente à l'aise chez l'autre. Je dirai enfin que le renforcement de cet objectif va aussi passer par la capacité des nations du BRICS à maintenir leur politique actuelle basée sur le respect des pays africains en tant qu'Etats indépendants et souverains.

Sputnik: Les élites occidentales sont radicalement opposées à l'alliance des BRICS avec l'Afrique, de peur de voir leurs intérêts néocoloniaux réduits à zéro. Que faire pour barrer la route à leurs plans malsains?

Thierry Mbepgue: L'Afrique est-elle leur propriété privée? Les Occidentaux sont pratiquement les seuls qui se plaignent à tout moment de nos choix de partenaires comme si nous n'étions pas libres de choisir avec qui faire chemin. Connaissant bien ces Occidentaux pour avoir subi leur caprice pendant plus d'un siècle, nous ne pouvons que constater que leurs pleurnichements annoncent la fin de leur hégémonie en Afrique. Tant que les BRICS renforceront leur présence et respecteront les Africains, les Occidentaux ne se sentiront pas à l'aise. Certaines personnes vont certainement me demander pourquoi tant d'espoirs placés en nos nouveaux partenaires. Je les appelle simplement à faire la comparaison entre 100 ans de coopérations avec nos partenaires historiques et 15 ans avec les pays du BRICS. Pour barrer la route à leurs plans malsains, il faut que les pays du BRICS soient prompts à venir au secours des pays, des dirigeants ou même des personnes persécutées par les Occidentaux pour leurs idéaux en Afrique, il faut qu'ils s'imprègnent de la réalité africaine, qu'ils se rapprochent des souverainistes, des panafricanistes et des vrais patriotes africains pour comprendre leur combats.

 

Sputnik: Vous avez déjà dit que grand nombre de problèmes et crises en Afrique sont dus à la mauvaise interprétation des textes de la constitution. Qu'est-ce que cela signifie? Et d'autre part, la longévité au pouvoir est-elle un obstacle à la démocratie? Surtout dans le cas où un leader a réellement le soutien de la majorité de sa population?

 

Thierry Mbepgue: La quasi-totalité des crises politiques en Afrique porte la signature de "non-respect ou mauvaise interprétation de la constitution". Si ce n'est pas un étranger qui veut se présenter comme candidat dans un pays qui n'est pas le sien, ce sera un dirigeant qui refuse de se plier aux exigences de la constitution ou même un dirigeant qui veut modifier la constitution par voie illégale. La longévité au pouvoir n'est en aucun cas un obstacle à la démocratie du moment qu'un leader demeure au pouvoir parce que le peuple le souhaite. Je prends le cas d'un chef d'Etat africain qui décide de modifier la constitution de son pays pour se représenter à sa propre succession, le problème qui se posera ne sera pas celui de savoir s'il en a le droit ou pas, mais plutôt comment va-t-il la modifier? Ladite constitution le plus souvent exige que tel projet soit soumis à un referendum, c'est cela la démocratie, il faut laisser le peuple décider. Les Africains aiment à convoquer le principe traditionnel de règlement de conflit qui est l'arbre à palabre. Avec nos sociétés modernes, on pourrait réactualiser cet arbre à palabre au travers d'un minimum de respect consensuel dégagé autour de la constitution que le professeur Gamberge définit comme le respect des lois du jeu qu'on s'est fixé! Cela nous éviterait des crises.

Sputnik: Les élites occidentales possèdent pourtant une longévité au pouvoir plus qu'évidente (les Clinton et Bush aux USA pour ne citer qu'eux, bien souvent les mêmes visages aussi en Europe occidentale). Pourquoi se mêlent-ils alors constamment des affaires des autres? Et qu'est-ce qu'un pouvoir « légitime et légal » selon les Occidentaux?

 

Thierry Mbepgue: D'après eux, ils sont les maitres du monde. Ce qui est bon c'est pour eux et ce qui est mauvais c'est pour les Africains. Les premiers à ne pas appliquer la démocratie, ce sont les élites occidentales. La preuve regardez tous ces pays où ils sont venus installer la "démocratie" en Afrique. Regardez la Libye, regardez la Côte d'Ivoire, regardez la Centrafrique. Ce sont là des pays désormais "démocratiques" pour eux. Dommage que certains Africains ne comprennent pas jusque là. Un pouvoir légitime et légal selon les Occidentaux est un pouvoir soumis à leur diktat, à la tête duquel est tapis un pantin adoubé d'un potentat dangereux pour son propre peuple. Méfiez-vous de tous les pouvoirs en Afrique dont les élites occidentales chantent tous les jours les louanges et soutenez ceux qui sont persécutés car c'est parce qu'ils refusent de vous vendre qu'on les persécute.

 

Sputnik: On assiste en ce moment à une page fortement intéressante dans les relations russo-camerounaises, y compris sur le plan militaire. Qu'est-ce que cela vous inspire? Quels sont les domaines dans lesquels les deux pays peuvent encore étendre leur coopération?

Thierry Mbepgue: Il était temps pour le Cameroun de se mettre à l'abri d'une invasion militaire comme au Mali (car il faut dire sans faux fuyant que le but final de cette campagne était l'installation d'une base militaire au Mali pour contrôler le nord du pays) ou d'une éventuelle agression comme en Côte d'Ivoire où nous avons vu les chars et avions français bombarder la résidence présidentielle avec à l'intérieur le chef de l'Etat et toute sa famille. Je souhaiterais que cette relation Russie-Cameroun s'étende sur le plan du domaine de la santé, du commerce et de l'industrie, et surtout sur le plan socioculturel. Il faut vraiment que des échanges aient lieu via des journées d'échanges culturels entre les deux pays. Il faut que des investisseurs russes pensent également venir investir au Cameroun et vice-versa.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150702/1016820745.html


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau