LES LIENS DEVOILES ENTRE BANDAR BEN SULTAN ET LES TERRORISTES DU 11/09

La CNN dévoile les liens entre Bandar ben Sultan et les terroristes du 11 septembre

Par Samer Zoughaib

Le 15 juillet dernier, les autorités américaines publiaient, après quatorze ans de censure, les 28 pages secrètes d’un rapport bipartisan sur les attentats du 11 septembre 2001, commis par dix-neuf terroristes d’«Al-Qaïda», dont quinze Saoudiens. Les médias inféodés ont estimé qu’aucun lien entre les attentats et le royaume wahhabite n’avaient pu être prouvés, et le quotidien français Le Monde écrivait que le «dossier est clos». Mais la chaine de télévision américaine CNN n’est pas du même avis.

Jennifer Rizzo est l’auteure d’une enquête diffusée, le vendredi 5 août, sur la CNN et sur le site de la télévision sous le titre «Le prince et les 28 pages: des liens indirects entre (les attentats) du 11 septembre et un membre de la famille royale révélés».  

La journaliste d’investigation prend donc le contre-pied des affirmations hâtives des médias mainstream, qui ont écarté toute responsabilité de la famille royale et des autorités saoudiennes avec les pires attentats terroristes qui ont frappé les Etats-Unis.

L’enquête de Jennifer Rizzo sur les 28 pages du rapport, qui date de 2004, montre, sans l’ombre d’un doute, l’existence de liens indirects entre le prince Bandar ben Sultan, ancien ambassadeur saoudien à Washington et ex-chef des services de renseignement du royaume, et certains des terroristes qui ont commis les attentats du 11 septembre contre les tours jumelles à New York et le Pentagone.

Relation avec un recruteur d’«Al-Qaïda» 

Décortiquant les 28 pages rendues publiques, l’enquête prouve l’existence de liens entre des membres d’«Al-Qaïda» et une société appartenant au prince Bandar. Ces liens étaient établis par le dénommé Abou Zubaida, arrêté il y a 14 ans par les forces spéciales pakistanaises et présenté comme un recruteur de l’organisation terroriste et un membre du cercle rapproché d’Oussama Ben Laden.

La relation entre Abou Zubaida et Bandar a été établie grâce au carnet téléphonique du terroriste, dans lequel le FBI a découvert des numéros américains, y compris un numéro «caché» d’une société chargée de gérer les biens immobiliers du prince saoudien à Aspen, Colorado. Un autre numéro de téléphone, appartenant à un agent de sécurité ayant travaillé à l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington, a également été découvert.

L’affaire de ces numéros de téléphone n’est pas le seul élément reliant Bandar ben Sultan aux auteurs des attentats du 11 septembre. Un autre élément, tout aussi compromettant, accable le prince des Saoud. Il s’agit d’une relation entre lui et un ancien fonctionnaire de l’ambassade saoudienne à Washington, Oussama Basnane, qui connaissait deux des terroristes du 11 septembre. Basnane vivait à San Diego, dans la même rue que Nawaf al-Hazmi et Khaled al-Mihdar, membres du commando terroriste qui a piraté le vol 77 d’American Airlines, qui s’est écrasé sur le Pentagone.

Virement et chèques suspects

Selon le rapport bipartisan, Basnane aurait reconnu devant le FBI avoir rencontré al-Hazmi et Mihdar alors qu’ils étaient à San Diego, avant de se rétracter. Il y avait pourtant des indices sur l’existence de liens plus étroits entre le fonctionnaire saoudien et les deux terroristes, mais le FBI n’a pas été en mesure d’apporter des preuves concluantes.

La CNN dévoile les liens entre Bandar ben Sultan et les terroristes du 11 septembre

Les 28 pages du rapport dévoilent que l’épouse de Basnane a reçu des dizaines de milliers de dollars d’un fonds de charité saoudien dirigé par la femme de Bandar, la princesse Haïfa al-Fayçal. L’argent aurait été prétendument dépensé pour des «services de soins médicaux», mais les enquêteurs doutent que cela soit vrai, bien que M. Basnane ait insisté, lors de son interrogatoire, sur les «problèmes de santé» de son épouse.

Lors d’une perquisition au domicile de Basnane, le FBI a découvert des souches de reçus d’un montant de 74000 dollars, versés entre 1999 et 2002. Au moins une fois, l’ancien fonctionnaire saoudien a reçu un virement de 15000 dollars, provenant du compte personnel du prince Bandar.

Le FBI a découvert que certains des chèques émis par Bandar ou son épouse à l’intention des Basnane «ont changé parfois de mains». Ils ont été donnés à l’épouse d’un autre saoudien vivant aux Etats-Unis, Omar al-Bayoumi, qui avait des liens directs avec al-Hazmi et Muhdar. Selon la CNN, al-Bayoumi a aidé les deux terroristes à s’installer à San Diego lors de leur arrivée aux Etats-Unis, début 2000. Il a même co-signé leur contrat de location. «L’épouse d’al-Bayoumi a tenté de déposer dans son propre compte trois des chèques versés par la femme de Bandar à la femme de Basnane», peut-on lire dans les 28 pages du rapport.

En dépit des relations entre al-Bayoumi et les deux terroristes, le FBI a conclu, en 2004, que ce dernier n’était pas au courant de l’appartenance d’al-Hazmi et de Muhdar à Al-Qaïda.

Bandar, bailleur de fonds d’«Al-Qaïda»

Le nom Bandar devait être mentionné une nouvelle fois en 2004, lorsque Zakariyya Moussaoui, considéré comme étant le vingtième terroriste du 11 septembre, affirma devant un tribunal américain que le prince saoudien figurait dans la base de donnée des bailleurs de fonds d’Al-Qaïda.

L’ancien sénateur Bob Graham, qui a longtemps plaidé pour que les 28 pages soient déclassifiées, estime qu’il existe assez d’éléments pour aller plus en profondeur dans les investigations concernant le rôle des autorités saoudiennes et de membres de la dynastie des Saoud dans les attentats du 11 septembre. Il réclame, désormais, que les documents du FBI et de la CIA relatifs à cette question soient, à leur tour, déclassifiés.

Source : French.alahednews

 

 

10-08-2016 | 10:30

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19596&cid=324


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau