• M. BOUHAMIDI : LE TIMIDE REVEIL DES EGLISES D’ORIENT AU DANGER SIONISTE

Le timide réveil des Eglises d'Orient au danger sioniste L'écho de Tarek Aziz au Synode sur les églises d'Orient

 bouhamidi mohamed 29 Juillet 2016 0 commentaire

Le timide réveil des Eglises d'Orient au danger sioniste L'écho de Tarek Aziz au Synode sur les églises d'Orient

Publié dans La Tribune le 28 - 10 - 2010

Photo : Sceau du Patriarcat de Babylone des Chaldéens.

Mohamed Bouhamidi

Le synode consacré aux chrétiens d'Orient vient à peine de s'achever. Deux jours après sa clôture, un tribunal irakien vient de condamner à mort un chrétien illustre : Tarek Aziz. Fait du hasard, coïncidence, ruse ou facétie de l'histoire, ce jugement vient rappeler à tous qu'il existait, sous Saddam Hussein et bien avant lui, une Eglise en Irak et que des chrétiens y vivaient en paix. Ils pouvaient même avoir une activité politique et occuper des postes stratégiques. Tarek Aziz était vice-Premier ministre. Il appartenait donc au cercle dirigeant de l'Irak, à son noyau dirigeant. Cette condamnation vient donc rappeler qu'une communauté chrétienne vivait en paix en Irak et qu'elle vivait normalement puisqu'elle pourvoyait en éminentes personnalités les élites politiques du pays. Et donc aussi les autres élites. Bien des malheurs ont frappé les chrétiens et l’Église d'Irak depuis l'invasion de ce pays.

Conflits confessionnels et ethniques

Les faits montrent que l'invasion de l'Irak a débouché sur des conflits confessionnels et ethniques inextricables. Ils montrent aussi que les chrétiens furent les premières victimes de ces conflits. Le chaos qui a englouti l'Etat national irakien a d'abord frappé la communauté chrétienne sans qu'on puisse dire qu'il a d'abord frappé la communauté la plus fragile. Ce chaos a été un désastre pour tous les Arabes irakiens de toutes les confessions. Seuls les Kurdes, pour des raisons géographiques et grâce à leurs traditions politico-militaires ont échappé à ce chaos. Nous connaissons aujourd'hui le rôle d'Israël, de ses lobbys et de ses services dans l'invasion de l'Irak. Nous connaissons aujourd'hui leur étroite coopération avec les partis kurdes pour la partition de l'Irak et la planification des provocations et des agressions contre l'Iran. C'est ce rôle d'Israël qui a permis de protéger les Kurdes de ce chaos et d'en faire le fer de lance de la partition. Le cauchemar a plus frappé les chiites et les sunnites dans d'inexplicables attentats confessionnels. Pour beaucoup de gens l'énigme restera entière : comment El Qaïda comptait-elle combattre l'invasion américaine en s'acharnant sur les moquées et les processions chiites ? Comment imaginer une vie commune après tant de sang versé ? Le résultat est là : l'Irak paralysé par ces divisions ne peut même pas désigner un gouvernement. L'idée d'unité ne tient plus la route pour aucun domaine, pas même celui d'un gouvernement d'unité nationale. Les révélations du site Wikileaks sur les tortueuses méthodes américaines n'incitent pas à l'optimisme.

Le sang des églises et aussi celui des mosquées

Dans ce chaos et ce cauchemar, les chrétiens d'Irak ont payé le plus lourd tribut. Cette condamnation à mort de Tarek Aziz donne plus de consistance aux craintes qui ont déterminé la réunion de ce synode. L'exécution de la sentence prendra la signification d'une mise à mort de la communauté chrétienne d'Irak et de son Église. Les gouvernants, fussent-ils des Irakiens installés et téléguidés par le duo États-Unis-Israël, ne décident pas seuls des symboles. Au lendemain de l'invasion de l'Irak, il était déjà difficile de condamner à mort un Tarek Aziz reçu dans toutes les capitales européennes quand Saddam faisait le sale boulot contre l'Iran au profit des Occidentaux et des pays du Golfe, affaiblissant du même coup les deux puissances virtuelles de la région. Il sera encore plus difficile de le tuer aujourd'hui, au lendemain du synode sur les chrétiens du Moyen-Orient. Ce n'était pas du tout la préoccupation de ce synode mais personne ne peut faire comme si cette assemblée ne s'était pas tenue et n'avait pas attiré l'attention sur ces chrétiens et sur cette Église d'Orient. Du coup, Tarek Aziz devient symbolique de sa communauté, de sa tragédie et du destin funeste que lui ont réservé ses frères en religion ; ces chrétiens d'ailleurs, d'Amérique et d'Angleterre, de l'évangélique G. W. Bush au nouveau catholique T. Blair reçu en grande pompe par le pape. Faut-il croire que ces chrétiens d'Orient payent pour le statut d'Arabes ou d'assimilés arabes ? Il faut regarder du côté des évangéliques pour en avoir la mesure. Aux yeux de ces Églises intégristes aux États-Unis –cinquante millions de membres pour cent soixante Églises et associations d’Églises – les chrétiens arabes ne sont pas de bons chrétiens. Cette distinction entre bons et mauvais chrétiens –comme entre bons et mauvais musulmans ou bons et mauvais juifs-est le mécanisme de base de la conduite évangélique comme de toute conduite intégriste. Les sionistes parlent de «haine de soi» pour désigner les «mauvais juifs». Les évangéliques se prennent pour les bons chrétiens et tiennent tous les autres pour de mauvais chrétiens ou des chrétiens égarés à éradiquer. Pas de problème au niveau du langage, c'est le même pour tous les intégristes. Mais les chrétiens arabes ne sont pas mauvais seulement parce qu'ils n'ont pas la «vraie religion» ; ils sont au mauvais endroit. Rappelons qu'en toute démocratie les évangéliques croient littéralement au texte de la Bible et donc à un règne de Dieu annoncé par la venue d'un Messie –en quoi ces évangéliques sont différents des islamistes qui tiennent à un règne de Dieu par la primauté du droit canon et que l'Occident –médias en tête– tient pour des fous dangereux ? Car les évangéliques sont des fous dangereux. le règne de Dieu ne peut advenir que si les douze tribus d'Israël sont réunies sur la «Terre promise» et que se déroule une bataille entre les forces du Bien et celles du Mal sur une colline. C'est la bataille d'Armageddon. La bataille finale. A son issue commencera ce règne de Dieu. Bien sûr, tout le monde peut imaginer que les Arabes seront concrètement la substance des forces du mal puisqu'ils occupent le sol de la Palestine ou ses environs. Ils ne peuvent qu'être la substance des forces du mal puisqu'il faut les déloger pour installer les douze tribus d'Israël. Ils ne sont pas la substance de forces futures du mal. Ils en sont déjà l'incarnation. Passe encore pour les Arabes musulmans, ils sont par définition l'ennemi. Les Arabes chrétiens représentent le double mal d'avoir la «fausse religion» et de tenir, avec les musulmans, à une terre promise par Dieu aux juifs et qu'il faut vite leur rendre afin d'avancer le règne du Seigneur. Les chrétiens arabes appartiennent donc à ces forces qui contrarient les desseins de Dieu.

Une nouvelle idéologie de l'impérialisme ?

Les évangéliques croient réellement aux prophéties de la Bible. Ils attendent l'avènement du Royaume du Seigneur. Ils croient réellement à une vraie bataille d'Armageddon. Et ils se préparent pour la bataille. Comme tous les courants intégristes, ils sont violents. Et comme tous les courants intégristes, ils sont simplistes. Les textes sacrés ne sont pas les lieux des symboles et des métaphores. Face aux textes, ils ne sont jamais dans l'allégorie et toujours dans le sens littéral. Ils sont dans une mort de l'imaginaire, dans une fixation sur le passé. Ils veulent littéralement vivre le voyage biblique vers la Terre promise. Le silence effrayant des médias sur les excès et sur les incitations au crime des évangéliques tient à deux facteurs essentiels. La violence des évangéliques n'est pas le fait direct de leurs associations, mais celui des Etats. L'administration des Etats-Unis accomplit les missions que se seraient données les évangéliques eux-mêmes : assurer l'hégémonie d'Israël et la réalisation du Grand Israël en vue du retour du Messie et soutenir les luttes et la victoire des Eglises évangéliques là où elles se sont constituées en tant que forces locales. Il se trouve que la confluence entre les buts de domination des Etats-Unis coïncide avec les zones prioritaires des évangéliques.

La religion ouvre la voie aux politiques

Ces évangéliques sont sionistes et bien plus nombreux que les juifs eux-mêmes et bien plus lourds sur le plan électoral. Superposez les zones de prosélytisme des évangéliques et les zones d'intérêts des Etats-Unis. C'est frappant : les évangéliques agissent dans cette Amérique latine que l'US-Aid tente d'arracher aux Eglises catholiques et aux théologies de la libération. Ils sont aujourd'hui une force considérable au Brésil et ils continuent de progresser en jouant un rôle politique majeur contre les courants progressistes. Ils se trouvent au Soudan où, depuis des décennies, ils infestent le Sud- Soudan et le Darfour. Au Darfour, ils ont attisé les violences autant qu'ils ont pu et aujourd'hui ils attisent le séparatisme dans un activisme outrancier, dont celui de Clooney. Ils sont actifs dans toutes les zones de difficultés en Afrique du Sahel au Congo. Ils ont été les principaux supporters de la guerre contre l'Irak et les principaux instigateurs de la haine contre l'Iran. Mais ils sont aussi les principaux soutiens du Grand Moyen-Orient dans l'opinion publique. Il faudra bien mesurer un jour ou l'autre quelle est la part des évangéliques dans la force du lobby sioniste par rapport au lobby juif.

La conquête sous la bannière religieuse

Les évangéliques veulent porter partout la parole de Dieu, la vraie parole, la vraie religion. Ils ne suivent pas les politiques et souvent ils les précèdent. Ils suivent les «prescriptions divines» avant celles de Wall Street, sauf que les deux se rejoignent à un moment ou un autre, mais le plus souvent ils sont en avant-garde du dieu Dollar. Dans le post-communisme, l'idéologie évangélique tend à devenir celle de l'impérialisme. Elle tend à en devenir l'idéologie principale. D'une certaine façon, le protestantisme qui offre le socle le plus courant des évangéliques a été l'idéologie du capitalisme et celui des conquêtes, essentiellement celui de l'Amérique du Nord. Nous assistons à une sorte de recyclage des idéologies de la conquête américaine et du génocide des Indiens en idéologie de la reconquête du monde et du génocide des mauvais peuples. Cette idéologie de l'impérialisme a frappé sans pitié et, quand on bombardait Baghdad ou Ghaza, on présentait au monde occidental et chrétien ces zones comme des zones musulmanes exclusives. Personne n'a dit : attention aux Eglises et aux chrétiens. On s'aperçoit bien trop tard de leur existence et des dangers réels de leur disparition. Les Eglises d'Orient voient aussi le danger dans l'islam, religion dominante. Ce discours a aussi été entendu pendant le synode. Les représentants de ces Eglises voient mal. Les conflits d'aujourd'hui ne recoupent pas du tout les confrontations du passé ottoman ou celui des croisades. Il nous reste beaucoup à apprendre de ces époques et des conflits sanglants qui opposaient Eglises d'Orient et d'Occident sur des questions théologiques. Il nous reste beaucoup à apprendre sur les divisions de ces Eglises. Mais le malheur qui frappe le Moyen-Orient aujourd'hui ne relève plus des cultures et des déterminations sociales et politiques médiévales qui ont toujours laissé ouvertes les possibilités d'un vivre ensemble au Moyen-Orient.Comme pour la mondialisation à l'américaine, unificatrice et hostile à la diversité humaine, les Eglises évangéliques et le sionisme sont profondément hostiles à la diversité religieuse. Ils portent dans leurs doctrines l'unicité culturelle comme le capitalisme porte l'unicité du marché. Pendant que l'impérialisme, qui bombardait l'Irak, nous bassinait avec son «dialogue inter religieux» et son «dialogue des cultures», il créait les conditions de la mort de toutes les vieilles cultures de la région au seul profit de la culture du profit, du pétrole et des évangéliques. Que ces derniers croient qu'après la bataille d'Armageddon les juifs deviendront chrétiens évangéliques de la vraie religion ne nous console pas de la mort de la diversité et de toute altérité.

M. B.

In La Tribune le 28 - 10 - 2010

 Catégories : Chaos Moyen Orient

http://bouhamidimohamed.over-blog.com/2016/07/le-timide-reveil-des-eglises-d-orient-au-danger-sioniste-l-echo-de-tarek-aziz-au-synode-sur-les-eglises-d-orient.html


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau