NEGOCIATIONS DE HAUT NIVEAU ENTRE LES DEUX COREES

Des soldats nord-coréens et sud-coréens dans le village frontalier démilitarisé de Panmunjom

Négociations entre les deux Corées: quel bilan?

© Sputnik
 
International
 
URL courte
 
Relations entre les deux Corées (36)
 
124100

Les négociations visant à réduire les tensions entre les deux pays se sont déroulées aujourd'hui dans le village frontalier démilitarisé de Panmunjom à 18h locales (9h GMT).

 

Les hauts représentants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud ont mené des négociations pendant plus de deux heures, a rapporté la chaîne de télévision sud-coréenne YTN. Pourtant, leur bilan ne sera rendu public que pendant une conférence de presse qui se tiendra prochainement à Séoul.

 

Le Sud était représenté par son ministre de l'Unification Hong Young-pyo et le conseiller à la Sécurité nationale Kim Kwan-jim.

 

Le Nord a pour sa part envoyé son haut responsable de la Défense, Hwang Pyong-so, considéré comme le numéro deux du régime, et le secrétaire du parti des Travailleurs Kim Yong-gon, en charge des relations avec le Sud.
Les négociations se sont déroulées à huis clos dans une zone démilitarisée.

Néanmoins, en dépit des pourparlers, les troupes des deux pays sont toujours en état d'alerte et prêtes aux combats.

Il est à noter que près de 15.000 habitants des régions situées près de la zone démilitarisée ont été évacués et logés dans les abris anti-bombardement.

 

La décision de lancer un dialogue entre les deux Corées a été prise à deux heures de l'expiration d'un ultimatum de Pyongyang, qui avait menacé son rival d'une "guerre totale" s'il ne cessait pas sur-le-champ ses opérations de propagande.

 

La situation s'est détériorée jeudi, quand la Corée du Sud a tiré des dizaines d'obus en territoire nord-coréen après avoir détecté des tirs d'artillerie à partir de la Corée du Nord à travers la frontière fortement militarisée qui divise la péninsule. Pyongyang a par la suite adressé un ultimatum de 48 heures à Séoul pour démanteler ses haut-parleurs diffusant des messages de propagande à la frontière, faute de quoi la Corée du Sud s'exposerait à des actions militaires. Les deux pays se sont par la suite accusés de "provocations".

http://fr.sputniknews.com/international/20150822/1017713267.html


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau