REACTIONS MONDIALES A L'EXECUTION DU CHEIKH AL-NIMR

 
 

 

IRIB – L’exécution du Cheikh Nimr Baqer al-Nimr par le régime des Âl-e Saoud a provoqué de vastes réactions à l’échelle régionale et internationale.

Dans un communiqué officiel, le Ministère saoudien de l’Intérieur a annoncé que le cheikh Baqer al-Nimr, religieux et activiste politique, et 47 autres personnes, avaient été exécutés, pour des activités portant atteinte à la sécurité du royaume. A peine quelques heures après l’annonce de cette nouvelle, différents groupes, instances et personnalités aux quatre coins du monde ont condamné cet acte criminel, pour dire que la poursuite de la politique de répression intensifierait les protestations anti-gouvernementales en Arabie saoudite et affaiblirait le royaume des Saoud.

Entre autres, le Premier ministre irakien Haydar Al-Abadi a affirmé que cette mesure serait porteuse des conséquences négatives pour la région. « Etouffer la voix des opposants ou les éliminer sous de faux prétextes n’aura d’autre résultat que plus de destructions », a rappelé le Premier ministre irakien. De même, la responsable de la diplomatie européenne Federica Mogherini a annoncé dans un communiqué que l’exécution du cheikh Nimr soulève de sérieuses inquiétudes sur la liberté d’expression et le respect des droits civils et politiques de base. Mogherini a aussi affirmé que cette mesure exacerberait en fait les tensions dans la région et surtout en Arabie saoudite. Dans des communiqués séparés, les Ministères allemand, britannique et américain des Affaires étrangères ont exprimé leur inquiétude liée à l’exécution du Cheikh Nimr, et demandé au gouvernement de Riyad de respecter les droits de l’Homme et la liberté d’expression. En RII, aussi, les responsables politiques et les personnalités religieuses dont les sources d’imitation ont publié des communiqués condamnant l’exécution du religieux combattant saoudien Cheikh Nimr, et de préciser qu’avec ces mesures, l’Arabie saoudite ne pourra pas occulter ses échecs régionaux. A cette même occasion, de vastes rassemblements et manifestations ont eu lieu dans différentes régions de l’Iran, du Pakistan, de l’Irak, du Liban, de Bahreïn, de la Grande Bretagne et dans plusieurs autres villes européennes. Les manifestants scandaient des slogans contre le gouvernement des Saoud et appelaient les milieux internationaux à réagir envers les crimes de l’Arabie saoudite. Le Cheikh Nimr, 56 ans, était détracteur chevronné du gouvernement saoudien et la figure de proue du mouvement de protestation de 2011 dans l’Est de ce pays. Habitant la province pétrolifère Ach-Charquiya, la communauté chiite en Arabie saoudite se plaint contre la discrimination pratiquée par le régime au pouvoir et le Cheikh Nimr a été toutes ces années l’unique voix réclamant les justes revendications des habitants de cette région face à la dictature saoudienne.

Jan 03, 2015 06:52 UTC
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau