REFERENDUM EN GRECE : NON A LA TROÏKA NON A SYRIZA !

 
 
 

La Fédération Syndicale Mondiale (FSM) exprime sa solidarité internationale avec la classe ouvrière et le peuple grec qui vivent des moments difficiles parce que:

– Ces derniers jours des milliers de travailleurs ont été licenciés de leur travail

– Plusieurs employeurs imposent du lock-out

– Il y a de manques sérieux de matériel aux hôpitaux publics etc.

– Beaucoup de capitalistes refusent de payer les salaires aux travailleurs. Des entreprises ferment leurs portes.

– L’État refuse de payer la totalité des pensions des retraités et il leur paye seulement une partie extrêmement petite.

– La dignité des travailleurs est bafouée aux stations-service, aux supermarchés, etc. – Les Banques sont fermées.

La situation actuelle en Grèce prouve que l’Union européenne est une union qui sert les intérêts des multinationales et de la bourgeoisie. C’est aussi le cas pour le FMI et la Banque Centrale Européenne. La situation actuelle prouve également que le gouvernement de coalition de SYRIZA et ANEL (extrême-droite) ne veux pas et ne peux pas fournir des solutions en faveur des travailleurs.
Tous les deux, la Troïka et le gouvernement grec proposent, chacun à sa façon, des mesures d’austéritémémorandum antipopulaires.
Le mémorandum proposé par la Troïka s’attaque aux droits des travailleurs et contient des mesures dont le coût pour le peuple sera de 8,5 milliards d’euros ; le mémorandum proposé par le gouvernement grec contient des mesures anti-ouvrières d’in coût de 8 milliards d’euros….. Ensemble les deux proposent:

– Des grandes privatisations généralisées.

– Augmentation de la fiscalité aux frais du peuple.

– Augmentation de la T.V.A, une fiscalité indirecte qui touche essentiellement les milieux populaires.

– Nouvelle baisse des pensions.

– Augmentation de l’âge de la retraite.

– Réévaluation, hausse des prix des articles de base.

La Fédération Syndicale Mondiale souligne que les impérialistes et les transnationales utilisent la crise capitaliste en Grèce pour promouvoir leurs propres plans géostratégiques ; pour conquérir des nouveaux marchés, des nouveaux «satellites», des nouveaux profits plus importants.

Ces compétitions inter-impérialistes sont continuellement intensifiées et les dangers pour des conflits régionaux et généralisés augmentent.

Les développements en Grèce prouvent que les grandes paroles de SYRIZA pour « construire la nouvelle architecture » de UE, qu’il existe des capitalistes  « sains » et que Tsipras transformerait l UE d’ union capitaliste  à une union démocratique… c étaient des paroles pour piéger les travailleurs.

LA FSM SOUTIENT LES PROPOSITIONS DU PAME  
Devant cette situation difficile pour le peuple grec, la FSM soutient les propositions du PAME qui a été à la ligne de front de la lutte des travailleurs.
Nous appuyons les efforts du PAME qui lance un appel aux travailleurs en Grèce en ce qui concerne le référendum:

NON au MEMORANDUM de Troïka  NON au MEMORANDUM de SYRIZA

Qui révèle le caractère impérialiste de l UE et les responsabilités de toutes les parties politiques qui considèrent l UE comme sens unique et qui appelle les travailleurs de Grèce à construire leur propre alliance sociale populaire et de lutter pour une société sans exploitation capitaliste.

LE SECRÉTARIAT

http://www.wftucentral.org/fsm-solidarite-avec-le-peuple-grec/?lang=f

 

 


r

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau