SENEGAL : DECLARATION DE LA CONFEDERATION POUR LA DEMOCRATIE ET LE SOCIALISME DU 1er MAI

 
 

Confédération pour la Démocratie et le Socialisme

(CDS)

Déclaration du 1er mai 2015

A l’occasion de la commémoration, ce premier mai 2015, de la Fête internationale du Travail, la CDS exprime toute sa fierté aux travailleurs et à leurs organisations syndicales, d’avoir confirmé, encore une fois, leur volonté d’unité, par l’organisation commune d’un grand défilé, et de diverses autres manifestations,

leur détermination à défendre leur dignité dans l’entreprise, la République et la Démocratie dans notre pays.

Aux travailleurs du secteur privé et para public, en lutte pour sauver leurs entreprises en difficulté et leurs emplois, et aux travailleurs de l’éducation, de la santé et des collectivités locales, pour la défense de leurs statuts et du service public, et à tous les travailleurs et leurs organisations syndicales, mobilisés pour défendre le pouvoir d’achat et le travail décent, la CDS proclame son soutien total et sa volonté inébranlable d’être à leurs côtés pour des solutions appropriées aux problèmes économiques et sociaux auxquels notre pays est confronté.

Vous êtes parvenus, grâce à la promotion de l’unité d’actions de vos organisations syndicales, avec l’avènement des « Intersyndicales » dans les entreprises et autres secteurs d’activités, et au niveau national, à contourner efficacement les effets nocifs à vos luttes, des politiques de division syndicale des décennies durant.

Cela vous a valu l’obtention des avancés appréciables dans vos revendications, comme celles contenues dans les « Cahiers de Doléances de 2013 », et dans le secteur de l’Education nationale, que la CDS salut hautement.

La CDS exprime son soutient aux accords que vous venez de signer avec le gouvernement et l’invite à leur respect strict.

Conformément à vos traditions de lutte pour la défense des entreprises et des emplois, et de notre souveraineté nationale, la CDS vous exhorte à relever, en rapport avec vos camarades de la CEDEAO, le défi de la non ratification des Accords de Partenariat Economique (APE) que l’Union Européenne cherche à imposer à nos Etats, pour résoudre ses propres problèmes économiques et sociaux sur le dos de nos peuples.

C’est donc dans votre unité d’actions d’aujourd’hui, et organique demain, que réside non seulement l’efficacité de vos luttes dans les entreprises et services, mais aussi, celle de votre rôle indispensable dans les luttes pour l’édification d’une République démocratique et citoyenne, pour un Etat de Droit qui ne saurait s’arrêter aux portes de l’entreprise.

Le mouvement syndical sénégalais a su admirablement utiliser les avancées démocratiques du peuple pour institutionnaliser le « Dialogue social », entre le Gouvernement, le Patronat et les Organisations des travailleuses et des travailleurs, en l’élargissant au Parlement et au Conseil Economique, Social et Environnemental.

Cet acquis dans la prise en charge de la défense des revendications des travailleuses et des travailleurs au niveau national, devrait être consolidé au niveau des entreprises, par la mise en oeuvre effective de l’article 5 du Code du Travail qui instaure leur « participation » à la gestion de celle-ci, et dans les services publics, par la codification concertée de « la gestion démocratique » du personnel.

Cependant, pour consolider ce tournant historique et faire prendre leurs intérêts dans la définition et la mise en oeuvre des Politiques publiques, les travailleurs et leurs organisations syndicales ont besoin d’un soutien d’une organisation politique comme la CDS, que les forces de Gauche du Sénégal viennent de mettre en place lors de leurs Assises du 21 et 22 février 2015 à Dakar.

De par son orientation, sa nature sociale et ses objectifs politiques, la CDS, dans le respect de l’indépendance des organisations syndicales, se veut être au service des travailleurs des entreprises, des services, du monde rural et des couches populaires, pour leur émancipation économique, sociale et culturelle. Cela, afin qu’ils occupent toutes leurs places dans le parachèvement de notre indépendance nationale, la construction d’ un Etat Républicain, démocratique et citoyen, et l’avènement de l’Unité Africaine sous régionale et continentale.

La CDS exprime toute sa solidarité aux travailleurs et aux peuples d’Afrique et du monde, en lutte contre les agressions économiques, sociales et militaires des grandes puissances occidentales, empêtrées dans la crise du système capitaliste financier mondialisé, avec à leur tête la France et les USA, pour un monde de paix, de fraternité, de solidarité et de coopération entre les Etats et les peuples.

Vive le 1er mai !

Vive la solidarité

Vive la paix

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau