STEINMEIER CRITIQUE LA POLITIQUE BELLICISTE ANTI RUSSIE DE L’OTAN

Steinmeier critique la politique belliciste de l’Otan à l’égard de la Russie

Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a critiqué les exercices militaires internationaux de l’OTAN dans l’Europe de l’Est, baptisés Saber Strike, et appelé au dialogue et à la coopération avec la Russie.

Diplomatie allemande à l’OTAN: au lieu de brandir des armes, dialoguez avec la Russie.

«Maintenant, on ne doit pas aggraver la situation par un fort cliquetis des armes et par la rhétorique guerrière. Celui qui pense que les parades militaires symboliques des chars à la frontière est de l’OTAN augmentent le niveau de la sécurité, se trompe», a déclaré le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, dans une interview accordée au journal Bild am Sonntag.

Il a aussi précisé que la concertation sur «l’aspect militaire» et sur la «politique de dissuasion» ne mènerait qu’au «danger mortel» et à «la nouvelle confrontation».

«L’histoire montre qu’il faut être toujours prête au dialogue et à la coopération. […] Les membres de l’OTAN doivent négocier le désarmement et la maîtrise des armes», a-t-il souligné.

De plus, le ministre des Affaires étrangères allemand a mis en évidence que l’alliance atlantique devait entamer de nouveau le dialogue avec la Russie car on avait plusieurs intérêts communs.

«La prévention de l’exploitation des bombes nucléaires en Iran, la lutte contre l’islam radical au Moyen-Orient, la stabilisation de la situation en Libye sont des exemples les plus récents», a-t-il conclu.

Depuis le début de l’année 2016, Frank Walter Steinmeier souligne la nécessité de bonnes relations entre l’OTAN et la Russie. En mai, à l'issue de négociations avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie allemande a mis en évidence qu’il faudrait reprendre des contacts car cela «conformerait aux intérêts des deux parties».

Pourtant, les chefs de l’OTAN restent sourdes. Depuis plusieurs années, la Russie leur appelle à ne pas poursuivre le renforcement de l’alliance en Europe de l'Est, expliquant que de tels mouvements pouvaient déstabiliser la région sur le plan sécuritaire. Mais l’OTAN ne cesse de mener des exercices militaires près des frontières russes sous prétexte du renfoncement des pays d’Europe de l’Est face à «l’agression russe».

La prétendue agression russe serait illustrée par l’exemple de la Crimée, qui a fait sécession de l’Ukraine après le coup d’Etat de Kiev en 2014. La région, précédemment ukrainienne, avait voté en 2014 par référendum son rattachement à la Russie, ce qui avait été immédiatement qualifié par Kiev et ses alliés étrangers d’«annexion illégale» obtenue par la force militaire.

Moscou avait rejeté ce raisonnement, estimant que l’alliance profitait de la crise politique en Ukraine pour justifier son existence en jouant la carte habituelle de la menace russe.

Ce juin, l’alliance atlantique a entamé deux séries des manœuvres dans l’Europe de l’Est. Saber Strike a débuté en Lettonie, en Lituanie et en Estonie le 27 mai et se poursuivra jusqu'au 22 juin. En somme, 13 Etats membres y prennent part.  

En parallèle, l’OTAN mène les manœuvres BALTOPS qui réunissent plus de 6 000 militaires de 15 pays membres de l’alliance ainsi que des soldats suédois et finlandais pour une période allant du 3 au 19 juin. D’après les déclarations de leurs organisateurs, ces exercices maritimes ont pour but de préparer la défense de la région balte de potentielles menaces.

Source: agences et rédaction

18-06-2016 | 12:53

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=18976&cid=321#.V2VkNriLQ2w


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau