TURQUIE : LE DESPOTE ERDOGAN SUBIT UN GRAVE REVERS ELECTORAL

 
Après treize ans de règne sans partage, le parti du président turc Recep Tayyip Erdogan a perdu sa majorité absolue au Parlement, lors des élections législatives de dimanche.

Vent frais sur le paysage politique turc. Les élections législatives ont été remportées dimanche  par le parti islamo-conservateur AKP, mais ce n'est qu'une victoire enLégislatives en Turquie: grave revers électoral pour Erdogan. demi-teinte. En effet, la formation d’Erdogan, qui règne sans partage sur le pays depuis 2002, a perdu sa majorité absolue au Parlement. Et un nouveau parti va y faire son entrée: le parti kurde HDP.

Selon les résultats définitifs, le Parti de la justice et du développement (AKP) n'a recueilli que 40,7 % des suffrages et 255 sièges de députés sur 550. Par rapport aux dernières élections législatives, le parti a passé de 49 % à 40,7 % des suffrages et devrait perdre entre 50 et 60 députés. Il recule dans toutes les provinces.

Lourde défaite

Pour Erdogan, c'est en effet une lourde défaite. Il s'était fortement impliqué dans cette campagne avec plus d'une dizaine de meetings, alors que la constitution le place en théorie au-dessus des partis. L'AKP avait utilisé sans discrétion les moyens de l'Etat, transformant des commémorations officielles en meetings politiques.

Erdogan espérait changer la constitution et passer à un régime présidentiel. Il devra abandonner ce rêve. Son parti ne pourra pas gouverner seul. Il devra soit former une coalition - éventualité écartée par les trois autres partis représentés à l'Assemblée -, soit convoquer des élections anticipées.

Celui qui a tiré son épingle du jeu, c'est le parti kurde HDP (Parti démocratique du peuple), qui a raflé 12,9 % des voix, passant allègrement la barre des 10 % nécessaires pour être représenté au Parlement. Il obtient ainsi 80 sièges.

Scènes de liesse dans le Kurdistan

Diyarbakir, la capitale du Kurdistan de Turquie, a éclaté de joie à l'annonce des résultats préliminaires. Dans les rues, applaudissements, feux d'artifices et klaxons.

«Nous avons remporté une grande victoire (...) ceux qui veulent la liberté, la démocratieLégislatives en Turquie: grave revers électoral pour Erdogan. et la paix ont gagné, ceux qui veulent l'autoritarisme, qui sont arrogants et qui se considèrent comme les seuls détenteurs de la Turquie ont perdu», s'est exclamé le chef de file du HDP, Selahattin Demirtas, lors d'une conférence de presse.

Le HDP comptait jusque-là 29 sièges dans l'Assemblée sortante, élus sous l'étiquette indépendante pour contourner le seuil des 10 %. Ces députés n'avaient retrouvé leurs couleurs et formé un groupe qu'une fois en fonction.

Les deux autres principaux concurrents du parti au pouvoir, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) et le Parti de l'action nationaliste (MHP, droite), obtiennent respectivement 25,1 % et 16,45 % des voix, soit 133 et 82 sièges.

Le scrutin, malgré l'inquiétude à la hauteur des enjeux, s'est déroulé dans le calme. Le taux de participation gagne deux points, un massif 85%. Les incidents ont été très rares, à part dans la province d'Urfa, dans le sud du pays, où des militants locaux se sont brièvement affrontés.

Les autorités avaient déployé pour les élections un dispositif policier particulièrement massif: plus de 400.000 membres de force de l'ordre ont été déployés sur le territoire, pour assurer la tenue d'un scrutin où quelque 53 millions de personnes étaient appelées à voter.

Source: agences et rédaction
08-06-2015 | 10:17
 
 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau