VENEZUELA : LARA TVE, DE LA TELE COMMUNAUTAIRE A LA TELE COMMUNALE

Lara TVe, de la télé communautaire à la télé communale

Willians Sivira, de Lara Tve

Willians Sivira, de Lara Tve

Thierry Deronne : Willians, peux-tu nous expliquer l’origine de Lara Tve, première « télévision communale » du Venezuela ?

William Sivira : je travaille à Lara Tve dans les domaines du montage, de l’enregistrement et de la programmation. Je suis pluridisciplinaire, j’anime des ateliers de sérigraphie dans la communauté. A l’origine, lorsque je me suis rapproché de ce collectif, Lara Tve était pourvue d’une structure traditionnelle, avec son président, son vice-président, etc. Enfin, comme on peut envisager le fonctionnement normal de ce type de structure. Parallèlement je suivais les ateliers de  »Voces urgentes », un collectif de communication populaire qui voulait occuper cet espace, mais n’avait pas beaucoup d’incidence sur les programmes.  »Voces urgentes » apportait bien des reportages, mais la direction n’en faisait qu’à sa tête. Il n’y avait pas de prise en compte des débats émanant du gouvernement de la commune.

Et puis, il y a eu une assemblée de la commune du fait des rumeurs : face au succès de l’organisation communale, la direction s’employait à se débarrasser des équipes en place. La commune a donc décidé d’occuper cet espace. Puis le processus a pris du temps parce que le MINCI (Ministère de l’Information et de la Communication) et Conatel (Commission nationale des Télécommunications) ne comprenaient pas qu’un espace communautaire soit pris en charge par la commune. Cela leur paraissait contradictoire. Au sein de ces institutions, il y a des gens qui ne saisissent pas toujours le sens de la lutte. Ils ne le comprennent pas, parce qu’ils ne font pas partie du pouvoir populaire. Malgré tout, nous sommes allés au fond des choses, on a fait en sorte qu’ils comprennent que le noyau précédent se débrouillait mal. Contrairement aux apparences, ce dernier ne construisait pas un projet communautaire. C’est pourquoi de nouvelles élections ont été organisées. Mais à ce moment, on ne pensait pas créer une entreprise de production sociale, telle qu’elle existe aujourd’hui, même si la commune existait déjà.

comuna-ataroaCe qu’on voulait, c’était faire notre travail et avancer. Pour commencer, on a procédé à un nouvel enregistrement légal de la fondation, avec sa nouvelle direction. Cela s’est fait lentement, parce que l’équipe dirigeante d’avant est tout bonnement partie avec le matériel ! Sans oublier de saboter le transmetteur ! Malgré tout, on a poursuivi notre tâche. Et c’est avec un financement de l’État, que la relance de la télévision a été possible. On a revu les lignes éditoriales. Une nouvelle manière de faire de la télévision est née, s’inspirant clairement du travail de formation qu’a mené l’ANMCLA (organisation de médias alternatifs à l’échelle nationale). Peu à peu, la communauté nouvellement créée a trouvé sa place. Cependant, une partie des camarades a dû partir, ou s’investir dans d’autres activités, par nécessité économique. Certains ont rejoint la presse institutionnelle. Il fallait bien manger, peu de gens sont restés.

Quant à moi, qui ne faisais pas partie encore directement partie de Lara Tve, occupé par mes ateliers de sérigraphie, j’ai décidé de réagir face à cette situation, et d’accroître ma participation en épaulant les deux camarades qui poursuivaient le travail et qui m’ont aidé à me former. J’ai appris d’eux, de manière désintéressée. J’ai assimilé tout ce que je pouvais, convaincu de la justesse de cette lutte. Parce que même sans argent, il faut faire les choses. Être clair. Apprendre, pour enseigner au peuple. La communication est une forme de pouvoir. Il faut transférer ces outils au peuple. Ceci dit, je ne pense pas m’éterniser ici. Non pas parce que cela ne m’intéresse pas, mais parce qu’on passe tous par des cycles. Et il faut que d’autres se forment. Il faut laisser la place aux jeunes, pour passer à autre chose. Nous, en tant qu’adultes on doit retourner à la terre et semer. Tout cela pour qu’ils poursuivent la lutte à leur tour, pendant que ous travaillons pour donner à manger aux jeunes et ainsi maintenir le processus. C’est nécessaire, c’est comme un cycle.

TD : peux-tu nous parler des organisations qui s’articulent autour de Lara Tve ?

William Sivira : dans l’État de Lara, au sein de la communauté et jusque dans le monde entier, on connaît la commune Ataroa. C’est grâce à la radio communautaire  » Crepuscular », et à la station de télévision Lara Tve. On a retracé toutes les étapes menant à la création de la commune. Il y a des archives, les images sur toutes les élections des conseils communaux. Tout cela a été largement diffusé, pour que les gens puissent connaître la nature du processus en cours.lara_tvlogo

Toutefois, vu de l’extérieur, il y a des gens qui pensent que ceux qui font de la télévision, le vivent comme un hobby. Comme s’ils avaient attrapé le virus de la télé. En fait, ils ne se rendent pas compte que c’est un travail au moins aussi conséquent que le maniement d’une truelle. D’ailleurs on a effectivement participé à des activités de construction ! Nous participons aux entreprises de production sociale. La commune est de toutes ces initiatives, elle participe pleinement au processus en cours. Nous avons pris part à des chantiers. Nous avons animé des ateliers. Nous avons formé des gens dans tous les domaines. Il faudrait cependant, que les communautés, les conseils communaux comprennent que la communication est un outil crucial. On l’a bien vu en avril 2002 (date du coup d’État contre le président Chavez), le coup d’État a été co-organisé par les médias. Participer à la télévision communautaire est aussi important que de participer à la gestion populaire de la santé publique.

TD : comment concevez-vous l’économie communale ?

William Sivira : en plus de la télévision et de la radio communautaires, une société de distribution de gaz a été mise sur pied, pour appuyer les familles des communautés de la Caruciena. Une entreprise de transport a vu le jour. Sans parler de la briqueterie communale, qui produit 1000 à 2000 briques par jour. Sa capacité de production est bien plus grande mais avec les problèmes de livraison du ciment et du sable, c’est une lutte incessante et qui est loin d’être terminée, parce qu’il y a une structure bureaucratique qui fait que la bonne réception des matériaux dont on a besoin, est aléatoire. C’est le cas du sable. Parfois on en reçoit, parfois non. Il y a bien une sablière sur le territoire de la commune. On a même été confrontés à des moments où la construction de logements était bloquée, du fait de la pénurie de sable. Le problème est le suivant : la sablière en question appartient à une entreprise privée. C’est une des luttes de la commune depuis un bon bout de temps. Nous souhaitons que cette entreprise soit partie intégrante de la commune, qu’elle se mette au service de toutes les communautés et des conseils communaux.

poligonal_ataroaNous nous heurtons à un autre écueil : le pouvoir de la famille Reyes Reyes (Ndt: Ex-gouverneur bolivarien jusqu’en 2012), avec ses investissements . Au niveau de CorpoLara (Structure publique en charge du développement des États de Lara, Yaracuy et Portuguesa), il y a des membres de la famille de Reyes Reyes qui sont aux commandes, parallèlement à l’ancien propriétaire de la structure privée. De ce fait, ils pilotent les choses entre eux. C’est pour cela, qu’il nous est difficile d’acquérir un réel contrôle territorial de cet espace. Nous sommes en train de voir si au niveau national, on nous accorderait une concession sur cette sablière.

Historiquement, il y a une catégorie de travailleurs qui en vit : les « paleros »(ouvriers qui extraient le sable). Quant il pleut, le sable afflue. Et par conséquent, ils peuvent travailler d’une manière artisanale. Par contre, l’entreprise tirant profit de la sablière entend l’exploiter sur des bases industrielles. Autre problème, puisqu’on sait que l’eau est également issue de ce secteur, la vallée du Turbio. Donc, qui dit poursuite des excavations, dit pollution du cours d’eau. Et c’est toute la communauté qui en pâtit. C’est pour cela que nous voulons prendre le contrôle de la sablière et l’exploiter selon des méthodes exclusivement artisanales, tout en préservant l’environnement. On ne peut pas se permettre de perdre cette source d’eau.

Willians Sivira (gauche)

Willians Sivira (gauche)

TD : et le travail avec les jeunes ?

William Sivira : depuis quelques années déjà, on organise des activités de vacances pour les jeunes. Les camarades ont mis sur pied une véritable entreprise récréative. En plus de cela, depuis quelque temps déjà, on récupère les rebuts de légumes du marché périphérique qui se situe dans le secteur de la Caruciena, pour transformer le tout en engrais. Tous les samedis, on rassemble les restes que le marché rejette -c’est un vrai attrape-mouches- et on le convertit en engrais organique. Tout cela, c’est fait par les jeunes qui s’investissent dans les activités de la station de télévision, de la radio. Ils réalisent également des fresques murales. D’une manière ou d’une autre, ils font œuvre de révolution. Pour en revenir à l’engrais, on est en train de donner forme à une projet qui consiste à mécaniser notre activité . Cela nous permettra de parachever le processus de transformation de cette matière, afin de pouvoir la commercialiser.

Il y a aussi un terrain que quelques camarades sont en train de transformer en parcelle collective (« conuco »). L’obtention de cette parcelle collective, on la doit à un crédit alloué par l’État. A cela il faut ajouter d’autres terrains rachetés. On y trouve un hangar et quelques têtes de bétail. On produit de la viande. Quelques arpents ont été ensemencés. Ils sont occupés par des arbres fruitiers, des plantations productives et des citrouilles. Les participants sont des jeunes aux études ou qui les ont arrêtées. Dans tous les cas, ils ont un lieu de rencontre à leur disposition. On les appuie en leur offrant une formation. La question des semailles, les arbres fruitiers. Il faut penser aux problèmes de sécheresse et aux conditions climatiques. On plante des néfliers, des tamariniers, des avocatiers, des manguiers, des papayers., des arbres à mamones. A partir de 2 ans, ils peuvent se défendre seuls. Cela permettra de passer à autre chose. Nous bénéficierons de l’ombre des arbres. On repère d’autres lieux pour étendre le secteur des plantations. Dans un futur proche, on pourra aussi en faire commerce, puisqu’un jeune arbre, on peut espérer le vendre 100 bolivares. On pourrait aussi planter 100 pousses de tamariniers. Pour cela, on aura besoin de beaucoup d’eau durant les 3 premières années. Cela peut représenter une rentrée d’argent, dont la station de télévision, la radio, pourront profiter. Sans oublier les jeunes qui s’investissent tout à la fois dans les activités télévisuelles et l’entretien de la parcelle collective.

TD : peux-tu nous parler de la programmation de Lara Tve ?

William Sivira : dès la relance de la télévision (https://es-es.facebook.com/LaraTve) avec sa nouvelle équipe de direction, des programmes ont été repris. C’est le cas de  »Reporte en la calle » qui parle des luttes populaires invisibles dans les grands médias:

et de l »’Informativo comunal » qui concerne la construction de la commune dans son ensemble, et qui sort tous les 15 jours :

 

Quant au programme intitulé  »Por todas nuestras luchas », c’est une synthèse des discussions issues des activités du parlement communal, qui est soumise aux téléspectateurs et aux auditeurs (radio communautaire), tous les mardis ou mercredis. Il est également visible sur YouTube, sur le canal d’Ataroa.

Aujourd’hui, nous produisons un programme réalisé par un étudiant de l’Université Bolivarienne, qui concerne la fabrique de bière industrielle Brahma. C’est une usine qui a été reprise par les travailleurs, les anciens patrons sont partis sans les payer. (1) En ce moment, la production du programme est ralentie pour des raisons d’ordre logistique mais il est maintenu :

Nous proposons également une émission intitulée  »Tiempo de canto ». C’est le collectif  »Jesus Gordo Paez » de l’État de Lara, qui visiblise non pas la musique commerciale mais les vies des groupes de ce que nous appelons la « chanson nécessaire » :

Il faut également prendre en compte, les diverses programmations que nous puisons sur internet, et sur d’autres stations de télévision communautaire, et une co-réalisation avec la chaîne publique Vive dont le titre est  »Agenda popular ». Pour se faire, nous mettons en commun nos dépêches respectives. Il faut ajouter que nous prenons appui sur cette dernière programmation, pour animer un atelier de formation. Pourvus d’une expérience supérieure à la nôtre, les camarades de Vive transmettent ainsi leur savoir à nos propres animateurs. Ceci dit, nous sommes hors antenne depuis 3 ou 4 semaines, parce qu’il nous manque le système d’air conditionné. On a tenté d’en obtenir par le biais de personnes en charge de ces systèmes mais les lourdeurs bureaucratiques sont telles que nous avons décidé de vendre le produit de nos récoltes (légumes) au marché, pour en faire nous-mêmes l’acquisition. Toutefois, si les structures institutionnelles finissent par nous donner ce matériel nous l’accepterons volontiers !

TD : quels sont les problèmes qui ont surgi dans le cadre des activités du collectif, et quelles sont les solutions ?

William Sivira : dans le cadre de l’assemblée, lorsque des décisions sont à prendre, c’est l’opinion majoritaire des adultes -dotés de plus d’expérience et d’une solide formation idéologique- qui prédomine. On ne prend pas suffisamment en considération les projets des jeunes. Il y a comme un choc de points de vue. Par ailleurs, il y a la question pendante de la production. Il en est ainsi parce que nous nous situons en milieu urbain. Par conséquent, nous ne sommes pas des producteurs de produits alimentaires au sens premier du terme. Notre projet prioritaire, c’est la création d’une commune de distribution de produits alimentaires.

0 (1)En ce qui concerne les projets futurs, on aimerait pouvoir obtenir le contrôle de terres se situant sur le territoire de la commune. Ce sont des terrains à vocation agricole que l’on pourrait transformer en champs cultivés. Il y a les questions de délinquance. Je ne parle pas de « voyous ». Je songe aux jeunes gens victimes de la violence du système et qui ont été tenus en marge des projets politiques qui ont déjà vu le jour. Cela motive leurs agissements, comme s’ils étaient tributaires d’un héritage. C’est pourquoi nous cherchons avec les camarades, à créer une interface qui nous permettra de leur donner une formation, de les rapprocher de la communauté sur les bases d’un respect mutuel, tout en tenant compte de leur propre espace de vie. En fait, on va chercher à poursuivre la mise en valeur de ce territoire avec leur concours. On pourrait envisager de créer une lagune artificielle pour les cachamas (poissons d’élevage en eau douce) ou de donner la priorité à une plantation quelconque.

Bon, il y a des gens qui pourraient penser  »ça va être difficile ». Pourtant nous pensons que lorsque ces jeunes verront que l’un des problèmes qui se posent à la communauté est en voie d’être résolu, grâce à nos efforts conjoints; et que l’on va assurer la sécurité alimentaire de notre communauté (car au final, ils sont partie intégrante de la sécurité apportée à la communauté) ils commenceront à voir cette question sous un nouvel angle. Et ils nous considèreront comme leurs alliés. C’est pour toutes ces raisons que nous croyons pouvoir entamer un travail avec eux. D’autres personnes pourraient penser  »bon, on va recourir à la police, à la garde » pour ces camarades. Nous ne pensons pas que cela soit la bonne solution, parce que nous ne les considérons pas comme des délinquants. Nous croyons que ce sont des victimes de la violence sociale. Et que c’est d’une aide dont ils ont besoin.

TD : quel est le modèle télévisuel que défend Lara Tve, et que proposez-vous au sujet de la démocratisation des ondes ?

William Sivira : sur le plan juridique, les télévisions ou radios communautaires sont des « fondations à but non lucratif ». Bien que notre télévision communautaire relève de cette catégorie, on ne fonctionne pas ainsi. Par contre, la gestion antérieure fonctionnait sous ce statut.

Lors des dernières assemblées auxquelles Lara Tve a participé et au regard des propositions de l’ANMCLA- (Association nationale des médias communautaires, libres et alternatifs) nous avons décidé que la station de télévision communautaire devait abandonner son statut actuel et devenir une entreprise de production sociale directe. Parce que c’est le modèle qui correspond à celui de la commune, à l’État communal, et qui entre en résonance avec les paroles du président Chavez :  »La Commune ou Rien ». Chavez a parlé de la sorte parce qu’il en avait assez de changer de ministres, l’un par ici, l’autre par là. Il a dit non, cette manière de faire ne peut pas durer. Cet État, il faut l’abolir au profit de la Commune, de l’auto-gouvernement communal. C’est la raison pour laquelle nous estimons que nous devons relever de la production sociale directe. Et Conatel (Commission nationale des Télécommunications du Venezuela) a du boulot en perspective. Parce qu’elle reproduit la même bureaucratie, elle s’appuie sur le même système qui était en vigueur sous la droite. Dans ce domaine, on n’a pas avancé d’un iota.2_captura_de_pantalla_2015-01-05_a_las_13.11.370On est en train de réactiver le projet de loi sur la communication populaire. Nous avons été partie prenante de ces débats. Un de nos camarades de Lara Tve a soumis le projet de loi à l’Assemblée Nationale, il y a deux ans. En fait, il a été mis en sommeil. La députée Blanca Eekhout a avancé un autre projet de loi dont on n’a pas discuté le contenu au niveau des communautés. C’est celui qui est en vigueur pour le moment. Le nôtre ne paraît pas avoir retenu l’attention des députés, sinon il aurait été adopté. On a l’impression que quelque chose freine là-bas. Il y a quelque temps, on a organisé diverses mobilisations et marches à ce sujet, pour obtenir une visibilité. Les revendications tournent autour de ces chiffres : 50/50.

TD : tu veux dire 50% des ondes radios et des canaux de télévision pour les médias communautaires et 50% pour les médias publics et privés ?

William Sivira : oui. Si nous sommes le gouvernement et si nous savons que la guerre est médiatique, si nous savons que la violence mais aussi une quantité de problèmes auxquels nous sommes confrontés, ont pour origine la guerre des ondes qui est menée, alors nous devons profiter de notre majorité de députés pour légiférer. Les camarades qui siègent à l’Assemblée devraient avancer ce type d’argument, pour que nous puissions engager une véritable révolution, ne pas en rester à une révolution d’apparence.

TD : tu souhaites ajouter quelque chose ?

William Sivira : oui. L’actuelle loi sur la communication populaire, aborde uniquement la question des médias télévisuels et des radios. Alors qu’il y a tout un éventail de communications populaires, telles que celles qui recourent aux tee-shirts, aux affiches, aux arts muraux. Il est donc nécessaire de les inclure au texte de loi. Pourquoi en est-il ainsi ? Rappelons-nous que le muralisme a occupé une place immense dans le cadre de la révolution chilienne. Il en est de même ici, au Venezuela. Il y a une grande quantité d’artistes muralistes qui réalisent un travail important. Même si l’électricité était coupée, les murs eux, continueraient à parler, et la communication se poursuivrait. C’est pourquoi il est fondamental de ne pas oublier tous ces camarades qui exercent ce type d’activité.

Entretien réalisé à Acarigua (Venezuela) le 11 juin 2015

Traduction : Jean-Marc del Percio

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-1Yl


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau