YEMEN : LA 1ère DEFAITE DES AL-SAOUD. L'IRAN SALUE UN PAS EN AVANT.

Yémen: la 1ère défaite des Al-Saoud
 

Après 27 jours de frappes intensives fauchant la vie d’environ 3 000 Yéménites civils, dont des centaines de femmes et d’enfants, et après la destruction de l’infrastructure de ce pays le plus pauvre de la péninsule arabe, l’Arabie s’est résigné face à la persévérance du peuple yéménite.

Ryad a étrangement annoncé l’arrêt de l’offensive militaire sous prétexte que les frappes aériennes sont parvenues "avec succès à éliminer les menaces pesant sur la sécurité de l'Arabie saoudite et des pays voisins".

Qu’est ce qui a obligé Ryad à prendre cette décision

Selon des sources citées par le quotidien libanais Al Akhbar, les derniers développements sur le terrain qui ont marqué ces dernières 24 heures ont obligé Ryad à prendre cette décision qui est plutôt proche d’une trêve.

1-L’Iran a alerté plusieurs pays européens, qui ont à leur tour informé les Etats-Unis et l’Arabie, qu’il ne restera pas indifférent face à l’usage excessif de la violence à l’encontre des civils. Téhéran a envoyé vers la mer rouge un convoi de 9 navires, dont deux patrouilleurs de type militaire.

2-Les services de renseignements militaires des pays de la coalition arabe et de certains pays étrangers ont été informés de l’échec de 15 tentatives d’assassinat visant des dirigeants d’Ansarullah, dont à leur tête Abdel Malek Al Houthi.

3-Les forces révolutionnaires yéménites ont mené une attaque éclair à la frontière avec l’Arabie des Saoud, tuant plusieurs soldats saoud. Ryad a imposé un black out total sur cet incident, au moment où le ministère saoudien de l’intérieur parlait d’un état d’alerte maximale pour contrer toute confrontation terrestre.  

4-Mardi matin, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a téléphoné à son homologue iranien Mohammad Jawad Zarif pour l'informer que Washington est prêt à convaincre l’Arabie des saoud de stopper la guerre et veut une coopération dans la relance du processus politique au Yémen.

5-A midi, les Iraniens ont reçu  des confirmations selon lesquelles l’Arabie a accepté de stopper les raids et l’arrêt de son offensive baptisée « tempête décisive », mais Ryad serait obligé de bombarder les attroupements des Houthis au sud vu qu’il est engagé à faire retourner (à Aden) le président démissionnaire en fuite Abed Rabbo Mansour Hadi.

 

Réaction des Houthis

A peine l’arrêt de la tempête décisive annoncé par Ryad, Ansarullah a informé le sultanat d’Oman que cette démarche est un arrêt d’une agression menée unilatéralement de la part de l’Arabie, et nous ne sommes engagés à rien offrir en échange. « Ce que les Saoudiens n’ont pas pu prendre par la force, ils ne le pourront pas par les négociations politiques ».

Ansarullah a réitéré son refus total à toute ingérence dans le dialogue inter-yéménite qu'il prône depuis plusieurs années.

La coalition annonce le début d'une nouvelle phase

Peu avant, le porte-parole de la coalition pro-Saoud, le général Ahmed al-Assiri, a annoncé à Ryad la fin de l'opération "Tempête décisive", lancée le 26 mars, "à la demande du gouvernement et du président du Yémen".

Il a annoncé le début d'une nouvelle phase, baptisée "Restaurer l'espoir" et portant sur la reprise du processus politique au Yémen, la fourniture d'aides humanitaires et la "lutte contre le terrorisme" dans un pays où Al-Qaïda est très actif.

Le général saoudien n'a cependant pas exclu que la coalition puisse intervenir pour empêcher les mouvements des « rebelles ». Il a en outre ajouté que le blocus maritime serait maintenu.

 

L’Iran salue "un pas en avant" 

Entre-temps, l'Iran a salué mardi l'annonce de la fin des frappes aériennes de la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite contre le Yémen, affirmant que c'était un "pas en avant" vers une résolution politique du conflit.

"La mise en place d'un cessez-le-feu et l'arrêt des tueries contre une population innocente et sans défense est un pas en avant", a déclaré la porte-parole de la diplomatie, Marzieh Afkham, citée par l'agence officielle Irna et l'AFP.

Il n'y a "pas de solution militaire" au conflit yéménite, a-t-elle ajouté, espérant que des mesures rapides pour l'acheminement de l'aide humanitaire soient prises et que les conditions soient réunies pour l'établissement d'un dialogue entre les différents partis et groupes yéménites en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale, selon Irna.

 

Traduit à partir d’AlAkhbar + AFP

 

Yémen : le fiasco de la "tempête décisive"

 

Après 27 jours de raids sans répit, l'opération de la "tempête décisive" a pris fin tandis que les Saoud crient leur victoire et la réalisation de leurs objectifs!!

L'Arabie des Saoud a lancé le jeudi 26 mars l'opération de la "tempête décisive", à la suite de l'avancée des forces de l'armée yéménite et d'Ansarallah au Yémen et le retrait des forces partisans d'Abd-Rabbo Hadi Mansour, Président démissionaire puis revenant sur sa démission et en fuite du Yémen.

Aussitôt après le début de cette agression, la télévision saoudienne Al-Arabiya a prétendu que dix pays dont ceux du Conseil de Coopération du golfe Arabo-persique, le Pakistan, l'Algérie, la Jordanie, la Turquie, l'Egypte et le Soudan ont assisté à cette opération et que 185 chasseurs ont collaboré à l'attaque contre le Yémen dont 100 avions saoudiens, 30 chasseurs émiratis, 15 bahreïnis, 15 koweïtiens, 10 qatariotes et 6 marocains. Tout au long de ces 27 derniers jours, l'Arabie des saoud a tout fait pour réaliser ses objectifs. 2 415 frappes aériennes ont eu lieu laissant dans leur sillage plus de 3 000 morts et blessés.

Or, l'Arabie des saoud n'a pas pu non seulement faire retourner Mansour Hadi au Yémen qui n'a pas osé rester au milieu de ses combattants en déroute, mais encore, elle n'a pas réussi à stopper la progression des Houthis et des forces populaires. Les Saoud on fini par annoncer, lundi soir, la fin de leurs attaques vu la réalisation de leurs buts et objectifs.

Mais est-ce que les Saouds sont les vrais gagnants de cette opération ?

Selon le porte-parole de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, les chasseurs saoudiens ont bombardé et détruit les dépôts d'armes et de missiles d'Ansarallah et la menace a été ainsi repoussée des frontières saoudiennes.

Est-ce que ce sont là vraiment les objectifs que cherchait l'Arabie des Saoud via cette intervention? Non, bien évidemment. Aucun changement ne se constate dans la donne politique ou la situation intérieure du Yémen d'autant plus que Mansour Hadi se trouve toujours en fuite.

Pas un signe de son retour au Yémen... Ansarallah et ses alliés restent donc actuellement le seul acteur des évolutions du Yémen dans la mesure où il n'a pas été affaibli par les complots, tergiversations et attaques.

Le nord du Yémen n'a pas été évacué des forces révolutionnaires qui ont, par contre, pris en main le contrôle de Sanaa et d'Aden.

L'Arabie des saoud n'a pas enregistré une victoire quelconque, s'entachant par contre d'un scandale honteux qui reste à jamais gravé dans les annales de l'Histoire: le massacre de milliers d'nnocents pour rien....

La mémoire universelle n'oubliera jamais ce crime inhumain, un autre d'ailleurs, qui s'ajoute à la liste des crimes des Saoud...

 

Avec Irib


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau