YEMEN

YEMEN

L'ONU ANNONCE QUE 17 MILLIONS DE YEMENITES SONT EXPOSES A UN DANGER DE FAMINE

ONU : 17 millions de yéménites exposés à un danger de famine

Fri Aug 18, 2017 6:20PM

Le secrétaire général adjoint de l’ONU a alerté la communauté internationale sur le risque de famine qui guette 17 millions de Yéménites. (Photo d’archives)

Le secrétaire général adjoint de l’ONU a alerté la communauté internationale sur le risque de famine qui guette 17 millions de Yéménites. (Photo d’archives)

Le secrétaire général adjoint de l’ONU vient d’alerter ce vendredi 18 août la communauté internationale sur le risque de famine qui guette 17 millions de Yéménites.

Selon Fars News, l’ONU a tenu il y a quelques heures une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité consacrée au Yémen.

À l’ouverture de la séance, le secrétaire général adjoint de l’ONU, Stephen O’Brien, a annoncé que 17 millions de Yéménites étaient exposés à un danger de famine en indiquant aussi que ce sont les affrontements, qui se sont accru de 50 % ces derniers mois, qui étaient à l’origine de cette famine et des autres problèmes auxquels sont confrontées quotidiennement les Yéménites.

Selon Sky News, O’Brien a déclaré aussi que le Yémen avait un besoin urgent d’importer des aliments et de l’essence. Selon O’Brien, c’est le manque d’aides financières à ce pays qui est à l’origine de la prolifération du choléra. Le SG adjoint de l’ONU a indiqué aussi que plus d’un quart de la population yéménite n’avait pas de revenus réguliers.

Enfin, Stephen O’Brien a appelé toutes les parties en conflit à revenir à la table des négociations.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/18/532167/17-millions-de-ymnites-exposs--la-famine


 

LE HAUT COMITE REVOLUTIONNAIRE YEMENITE APPELLE A LA MOBILISATION CONTRE LA COALITION SAOUDO-US

Les Yéménites appelés à se mobiliser contre la coalition saoudienne

Fri Aug 18, 2017 5:55PM

Les partisans d’Ansarallah lors d’une manifestation à Sanaa. ©Reuters

Les partisans d’Ansarallah lors d’une manifestation à Sanaa. ©Reuters

Le Haut Comité révolutionnaire yéménite a appelé à la mobilisation et à l’envoi de forces sur les fronts de combat contre l’Arabie saoudite, depuis les places où les citoyens faisaient un sit-in tout au long du soulèvement du 21 septembre.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, le chef du Haut Comité révolutionnaire yéménite, Mohammad Ali al-Houthi, a fixé jeudi prochain comme le jour de la mobilisation des forces depuis les principales places du soulèvement du 21 septembre, afin d’envoyer des convois militaires vers divers fronts de combat avec l’Arabie saoudite et ses alliés.

Mohammad Ali al-Houthi, chef du Haut Comité révolutionnaire yéménite. (Archives)

« Les places d’al-Sabaha, al-Rasoul al-Azam, Bani Hareth et Hamdan dans diverses provinces peuvent se transformer en des places destinées à la mobilisation et à l’envoi d’effectifs vers les fronts de la guerre », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Appelant à la nécessité de représailles et du renforcement des attaques sur fond d’intensification du blocus et des attaques contre le peuple yéménite, il a souligné qu’il fallait neutraliser, grâce à une vigilance accrue, toutes les attaques de la coalition pro-Riyad.

Le chef du Haut Comité révolutionnaire yéménite a également salué le rôle crucial des tribus yéménites dans le soulèvement du 21 septembre, affirmant que, vigilantes et soudées, elles avaient su déjouer tous les complots des ennemis.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/18/532150/Ymen-Arabie-coalition-pro-Riyad-mobilisation-combat


 

LE YEMEN SOUS LES BOMBES A FRAGMENTATION. CES ARMES SONT PROHIBEES

Yémen : Saada et Hajjah sous les bombes à fragmentation de l’Arabie

Fri Aug 18, 2017 12:1PM

Les restes de bombes à sous-munitions de fabrication britannique à Hajjah. ©Amnesty International

Les restes de bombes à sous-munitions de fabrication britannique à Hajjah. ©Amnesty International

Alors que Riyad avait promis de ne plus utiliser des bombes à fragmentation contre le Yémen, des responsables de ce pays annoncent que le régime saoudien continue toujours de larguer des bombes à fragmentation sur les habitants des provinces de Saada et Hajjah.

L’Arabie continue de bombarder des zones résidentielles au Yémen, dans l’indifférence la plus totale de l’ONU qui ne fait rien pour mettre fin à l’agression saoudienne.

Bien que l’Arabie prétende avoir cessé d’utiliser ce type de bombes contre le Yémen, selon le directeur général du Centre de désamorçage des bombes du Yémen, Saada et Hajjah ont récemment fait l’objet de frappes des avions saoudiens, qui ont largué leurs bombes sur ces deux provinces.

Riyad a prétendu avoir fait usage de ces armes en conformité avec le droit international et n’avoir visé que les positions d’Ansarallah. Mais en réalité, plus de 1 000 civils yéménites, y compris un grand nombre de femmes et d’enfants, ont été tués par des bombes à sous-munitions.

L’ONG Human Rights Watch a exhorté en 2008 l’Arabie saoudite à signer la Convention sur les armes à sous-munitions, qui interdit totalement l’emploi, la production, le stockage et le transfert de cette catégorie d’armes.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/18/532131/Le-Ymen-sous-les-bombes--sousmunitions


 

LA RUSSIE DEBARQUE AU YEMEN

Méga deal Saleh/Poutine

Fri Aug 18, 2017 9:3AM

Vue générale de Sanaa, capitale yéménite, le 11 juillet 2016.

Vue générale de Sanaa, capitale yéménite, le 11 juillet 2016.

La Russie se dit être en faveur d’un règlement politique de la crise au Yémen. Une prise de position faisant penser à un levier de pression contre les États-Unis et la coalition saoudienne.

Selon le quotidien Ray al-Youm, " le rôle que vient de jouer la Russie vis-à-vis de la crise au Yémen et son insistance sur une solution politique font penser à ce que Moscou pourrait user du dossier yéménite comme d’un atout destiné à faire pression sur les États-Unis et la coalition saoudienne".

Frustré par le soutien qu’apporte la Russie à l’ancien président yéménite, Ali Abdallah Saleh, le président en fuite Abd Rabbo Mansour Hadi a commencé à s’approcher de Moscou, car il a aussitôt eu vent du faible soutien de Riyad et de la réticence de Washington.

En quête du soutien de la Russie, Abd Rabbo Mansour Hadi a nommé un nouvel ambassadeur à Moscou, poste vacant qui dure plus de six ans.

La Russie s’intéresse évidemment au dossier syrien plus qu’à celui du Yémen. Cependant, tout pas franchi en faveur du dénouement de la crise au Yémen pourrait se transformer en un atout pour Moscou, grâce auquel il aurait la possibilité d’arracher des concessions aux États-Unis et aux pétromonarchies du golfe Persique dans les dossiers syrien, libyen et ukrainien.

Au cas où un cessez-le-feu serait instauré au Yémen, tout comme le souhaite Moscou, la Russie pourrait y implanter une base navale revêtant une importance stratégique remarquable permettant à Moscou d’avoir accès aux points de passage maritimes en Méditerranée et à Bab el-Mandeb.

D’un autre côté, le soutien qu’apporte la Russie à Ali Abdallah Saleh exhorterait l’Arabie saoudite à pousser Mansour Hadi vers un dialogue direct avec le mouvement yéménite d’Ansarallah, en vue de mettre Saleh sous pression. Même cette initiative saoudienne pourrait rendre le terrain propice à l’instauration d’un cessez-le-feu au Yémen, ce qui aboutirait finalement au renforcement de la présence de Moscou et de Téhéran au détriment de la coalition saoudienne et de Washington.

À présent, la position prise par la Russie vis-à-vis du dossier yéménite semble bien impartiale, mais cela pourrait être de courte durée, car il se peut que le Kremlin décide d’en obtenir des concessions. C’est probablement cette hypothèse qui a incité la Maison Blanche à vouloir jouer un rôle plus actif dans le dossier yéménite. D’où les propos de l’ambassadeur américain au Yémen, selon lequel les États-Unis comptent exercer une influence croissante dans ce pays.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/18/532113/Ali-Abdallah-Saleh-Abd-Rabbo-Mansour-Hadi-Moscou-Russie-Ymen-tatsUnis-Arabie-saoudite-Iran-cessez-le-feu


 

YEMEN : UN MEMBRE DE LA FAMILLE EMIRATI BLESSE

Yémen : un membre de la famille émiratie blessé; Sadr convaincu par ben Salmane

 Depuis 2 heures  15 août 2017

zelzal2-1

 Monde arabe - Yémen

 

Un missile « Zelzal-1 » a percuté encore une fois un repaire des mercenaires à la solde de Riyad à l’ouest du Yémen, a annoncé lundi 14 août l’unité balistique de l’armée yéménite et d’Ansarullah.

Une source proche de l’armée yéménite qui a requis l’anonymat, annonce qu’un missile Zelzal-1 a frappé un repaire des mercenaires soudanais de l’armée saoudienne déployés dans le désert de Midi, situé dans la province de Hajjah, à l’ouest du Yémen.

L’unité d’artillerie de l’armée yéménite et d’Ansarullah a aussi violemment pilonné les bases militaires de la coalition saoudo-US dans le nord du désert de Midi.

Un membre de la famille émiratie blessé

emirati-helicoptere

Par ailleurs, le ministre émirati de la Culture a annoncé que le gendre du prince d’Abou Dhabi avait été blessé dans le crash d’un hélicoptère militaire émirati au Yémen.

Des sources émiraties ont confirmé samedi dernier la mort de quatre de leurs militaires dans la province yéménite de Chabwa.

Le ministre émirati a lui aussi affirmé que: « les Émirats ont perdu quatre de leurs militaires. Leur hélicoptère a été ciblé dans la province yéménite de Chabwa. Cette zone contrôlée par al-Qaïda échappe au contrôle des forces de la coalition. Suite à l’attaque, l’hélicoptère a perdu son envol et s’est écrasé au sol. Les passagers de l’hélicoptère étaient des militaires bien formés. Cheikh Zayed Ben Hamdan Ben Zayed al-Nahyan, le petit-fils du père fondateur du pays qui a servi dans la garde présidentielle de la présidence et a été blessé dans cet incident. »

Moqtada Sadr, convaincu par le prince héritier de Riyad ?

sadr-bensalmane

Entre-temps, sur le plan politique, le chef du courant irakien Sadriste, Moqtada Sadre a affirmé, dans une interview avec le quotidien pro-saoudien Asharq al-Awsat, que lors de sa rencontre avec le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, ce dernier lui a fait part de la fin du conflit, au Yémen, en Syrie et dans toute la région.

Ce qui compte surtout pour Moqtada Sadr c’est la situation humanitaire au Yémen qui a empiré en raison de la pauvreté et des maladies.

Se déclarant convaincu par une promesse faite par le prince héritier saoudien, Sadr semble croire que tous ces problèmes existent car « nous sommes allés trop loin », selon le chef irakien.

« Mohammed ben Salmane est décidé à instaurer une réconciliation globale, au Yémen, à Bahreïn et en Irak ; l’Arabie saoudite s’occupe des efforts dans ce sens », a-t-il prétendu.

Moqtada Sadr parle de la « bonne nouvelle » annoncée par Mohammed ben Salmane et de ses inquiétudes personnelles sur la situation humanitaire au Yémen, alors que l’aéroport de Sanaa reste toujours fermé malgré les demandes consécutives des Yéménites, juste parce que la coalition menée par Riyad ne permet pas sa réouverture.

Cette question met en danger la vie des centaines de patients ayant besoin d’aller à l’étranger pour recevoir les traitements médicaux.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que plus de 503 484 personnes sont atteintes de choléra au Yémen où 1 975 personnes, au moins, ont perdu la vie à cause de cette maladie, depuis le début avril.

Dans ce contexte, le site de la chaîne de télévision RT avait auparavant dévoilé dans un rapport le mécontentement de l’opinion publique saoudienne quant à la poursuite de l’agression contre le Yémen qu’elle considère comme une « guerre infertile ».

Le nombre de raids aériens au Yémen supérieur à l’an passé    

Un rapport publié lundi par un organisme lié à l’ONU a affirmé que le nombre de frappes aériennes au Yémen à la mi-2017 a dépassé le nombre de frappes effectuées l’an passé dans ce pays en guerre.

Selon le « Protection Cluster Yemen », qui fait partie du réseau « Global Protection Cluster », dirigé par le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), la moyenne mensuelle du nombre de raids aériens en 2017 est presque trois fois supérieure à celle de 2016, rapporte l’AFP.

La coalition saoudo-US mène depuis mars 2015 des frappes meurtrières contre ce pays le plus pauvre de la péninsule arabe.

 

Avec PressTV + Afp

https://french.almanar.com.lb/532013


 

CREVANT DE PEUR LE ROITELET BEN SALMANE DIT VOULOIR SORTIR DE LA GUERRE QUE SON PAYS A DECLENCHE AU YEMEN

Yémen: Mohammed ben Salmane veut sortir de la guerre

Mon Aug 14, 2017 1:41PM

Mohammed ben Salmane (G) et Donald Trump, le 14 mars 2017, à la Maison Blanche. ©AP

Mohammed ben Salmane (G) et Donald Trump, le 14 mars 2017, à la Maison Blanche. ©AP

À en croire les révélations du groupe Global Leaks, le prince héritier d'Arabie saoudite souhaiterait en finir avec la guerre.

Selon l’agence de presse iranienne Fars qui relate le numéro du lundi 14 août du journal britannique Middle East Eye, des courriels divulgués montrent que le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a confié à deux responsables américains qu’il souhaitait sortir de la guerre que son pays a déclenchée il y a plus de deux ans au Yémen.

D’après les courriels auxquels le journal britannique a pu accéder, l’héritier du trône saoudien s’est confié au sujet de la guerre yéménite, à l'ancien ambassadeur américain en Palestine occupée, Martin Indyk, ainsi qu’à l’ancien conseiller de la sécurité nationale des États-Unis, Stephen Hadley, pour leur dire qu'il était pour une collaboration entre « Washington et l’ennemi de Riyad, à savoir, l’Iran ».

Plus de 10 000 personnes ont été tuées et 40 000, blessées, depuis que Mohammed ben Salmane a lancé la guerre contre le Yémen, pays qui, à cause de la guerre, est également aux prises actuellement avec une épidémie de choléra qui touche 500 000 personnes, précise l’article, ajoutant :

« Deux tiers de la population yéménite, soit plus de 18 millions de personnes, ont besoin d'aide humanitaire et plus de 7 millions souffrent de malnutrition. »

L'ambassadeur des EAU à Washington, Youssef al-Otaiba parle avec Susan Rice, ancienne conseillère pour la sécurité nationale américaine. ©AP

Toujours selon Middle East Eye, le groupe Global Leaks a réussi à accéder aux courriels échangés entre l’ancien ambassadeur américain en Palestine occupée, Martin Indyk, et l’ambassadeur émirati à Washington, Youssef al-Otaiba. Les deux hommes parlent dans ces courriels du «pragmatisme» du prince héritier saoudien.

Le 20 avril 2017, al-Otaiba écrit qu’il trouve « MBS » [Mohamed ben Salmane] beaucoup plus pragmatique qu’il ne le croyait.

En retour, Martin Indyk, l’ancien ambassadeur américain en Palestine occupée écrit qu’il est d’accord, et ajoute :

« Il était tout à fait clair avec Steve Hadley et moi, en ce sens qu’il voulait sortir de la guerre du Yémen et qu'il n’avait aucun problème avec une collaboration entre les États-Unis et l'Iran, tant qu’elle serait coordonnée à l'avance et à condition que les objectifs soient bien clairs. »

« Je ne crois pas que nous puissions voir un leader plus pragmatique que Ben Salmane dans ce pays », écrit à son tour Youssef al-Otaiba, ajoutant que l’actuel prince héritier saoudien est la meilleure option en Arabie pour parvenir à davantage de résultats possibles.

Ces révélations interviennent alors que l’Arabie saoudite n’est parvenue à aucun de ces objectifs à travers la guerre au Yémen. Il semble que les Saoudiens s’enlisent chaque jour un peu plus dans le bourbier yéménite qu’ils ont eux-même créé.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/14/531717/Ymen-Mohammed-ben-Salmane-veut-sortir-de-la-guerre


 

L'EFFICACITE DE LA RESISTANCE YEMENITE FACE A LA COALITION MILITAIRE SAOUDO-US

L’armée du Yémen au faîte de son efficacité face à la coalition militaire de Riyad

Sun Aug 13, 2017 5:3PM

Tir de missile des forces yéménites. (Photo d’archives)

Tir de missile des forces yéménites. (Photo d’archives)

L’éditorialiste Abdel Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien Rai al-Youm, se penche sur les dernières évolutions au Yémen

« La mort de quatre militaires émiratis dans le crash de leur hélicoptère au Yémen, alors qu’ils effectuaient une mission dans le cadre de l’intervention militaire de la coalition arabe dirigée par Riyad, fait monter d’un cran la tension et ouvre un nouveau chapitre de cette guerre d’usure, comme le rappelle le communiqué de l’agence officielle émiratie WAM. Et cette fois, c’est la coalition d’Ansarallah (les Houthis) et de son allié, le parti du Congrès général du peuple, qui met le feu aux poudres.    

Le crash a coïncidé avec l’attaque au missile contre un navire émirati dans les eaux territoriales du Yémen en mer Rouge, depuis une barque qui appartiendrait, à en croire certaines sources, aux Houthis.  

Le communiqué officiel des forces armées des EAU indique que le crash de l’hélicoptère était dû à un dysfonctionnement technique alors que certains rapports font état de la menace “balistique” de la coalition Ansarallah-parti du Congrès qui a accédé à la technologie de fabrication de missiles. En effet, la dernière attaque au missile menée par les forces yéménites et les Comités populaires contre un navire de guerre émirati Swift au large des côtes de Mokha, en date du 30 juillet dernier, s’est soldée par la mort de 12 militaires émiratis.

Or, cette capacité d’attaque au missile pourrait changer la donne et faire pencher l’équilibre des forces en faveur du Yémen. Mais quoi qu’il en soit, plus cette guerre durera, plus la puissance et l’efficacité des forces yéménites sur le champ de bataille augmenteront. 

La coalition arabe est en sous-effectif, c’est pourquoi elle a fait appel à la force d’intervention rapide du Soudan. Cette coopération ne pourra certainement pas influer sur l'équilibre des forces, car une réelle crise frappe les rangs de la coalition. 

Le ralliement des forces d’intervention rapide du Soudan remet surtout en question l’opérationnalité des 5 000 soldats soudanais déployés au début de la guerre au Yémen. Ces derniers ont toujours préféré rester derrière la ligne de front pour rentrer chez eux sains et saufs. 

Les pays membres de la coalition de Riyad ont commis une grave erreur en resserrant le blocus au Yémen et en fermant l’aéroport de Sanaa. Et le bombardement des civils n’a fait qu’empirer la situation. Le peuple entier s’est retourné contre la coalition saoudienne, le parti du président démissionnaire Mansour Hadi est tombé dans le troisième dessous et l’aide internationale aux Yéménites, en proie à un blocus meurtrier et à une catastrophe humanitaire, a afflué. 

Le général Abdallah Saleh, neveu de l’ex-président du Yémen et un des illustres commandants de l’armée, a menacé de tirer des missiles sur les aéroports d’Arabie saoudite et des EAU, si un terme n’était pas mis au blocus imposé à l’aéroport de Sanaa. Menace à prendre au sérieux, avait-il argué. Imaginez les répercussions du bombardement de l’aéroport de Dubaï, de Jeddah ou de Riyad ! Il suffit de rappeler la baisse de 80 % du bénéfice net de la compagnie aérienne émiratie Etihad Airways, qui avait déjà perdu l’an passé 1,8 milliard de dollars.

La coalition Ansarallah-Congrès général du peuple ne pliera pas l’échine, d’autant plus que son réseau, aussi bien au Yémen qu’à l’étranger, se développe. À l’opposé, le réseau de Mansour Hadi se réduit comme une peau de chagrin et rares sont les personnes qui prononcent son nom et veulent son retour au pouvoir. 

Ouvrez l’aéroport de Sanaa et retournez à la table des négociations pour trouver une issue à cette guerre d’usure ! Votre obstination ne mènera à rien, elle nous mène droit dans le mur ! » 

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/13/531640/Lditorialiste-Abdel-Bari-Atwan-se-penche-sur-les-dernires-volutions-au-Ymen-dans-le-quotidien-Rai-alYoum


 

MOKHA : UN 22e NAVIRE DE LA COALITION SAOUDO-US FRAPPE. LES FORCES YEMENITES VONT TRES BIENTOT PASSER A L'OFFENSIVE

Yémen: Un navire de la coalition frappé à Mokha, les forces yéménites passeront à l’offensive dans les prochains jours

 Depuis 3 heures  14 août 2017

Saleh Sammad

Saleh Sammad

 Monde arabe - Yémen

 

La marine de l’armée yéménite et d’Ansarullah ont bombardé samedi un navire de la coalition saoudo-US sur la côte ouest du Yémen.

Une source militaire citée par la chaine yéménite AlMasirah a affirmé que le navire militaire frappé était dans le port de Mokha, au moment où il a été visé. Cette même source n’a pas fourni d’autres détails.

Le 29 juillet 2017, la marine yéménite a également bombardé un navire militaire émirati au large de Mokha.

Rappelons que les forces yéménites ont frappé 22 bateaux et navires militaires depuis le début de l’agression militaire de la coalition saoudo-US contre le Yémen, en mars 2015.

Passage de la défensive à l’offensive

Des soldats yéménites foulant les drapeaux israélien et américain

Des soldats yéménites foulant les drapeaux israélien et américain

Dans ce contexte, le chef du haut conseil politique et commandant en chef des forces armées, Saleh Sammad, a promis que les forces yéménites passeront à l’offensive dans les prochains jours, après avoir fortifié tous les fronts que la coalition a ouvert dans le cadre de la guerre contre le Yémen.

Et d’ajouter : « Les Yéménites n’ont aucune confiance en l’ONU, la Ligue arabe, et l’émissaire du secrétaire général de l’Onu », rapporte AlMasirah. « Nous comptons sur Dieu et vous dans cette guerre », a-t-il dit à l’adresse des nouveaux diplômés des camps d’entraînement militaires.

promo2

Des diplômés des camps d’entraînement militaires

promo3

https://french.almanar.com.lb/530616


 

LA BANQUE DU SANG AU YEMEN MENACEE DE FERMETURE IMMINENTE

Yémen: la banque du sang menacée de fermeture imminente

La banque du sang au Yémen, victime collatérale de la guerre menée depuis plus de deux ans par l’Arabie saoudite, a lancé cette semaine un vibrant appel à l'aide, affirmant qu'elle pourrait fermer prochainement laissant des milliers de patients en détresse.

Yémen: la banque du sang menacée de fermeture imminente

«Nous exhortons toutes les organisations humanitaires de la communauté internationale ainsi que tous les donateurs à soutenir le centre, alors que nos fournitures médicales viennent à manquer», a appelé le directeur du Centre national pour la transfusion sanguine et la recherche à Sanaa, Adnane Al-Hakimi.

«Nous sommes uniquement capables de travailler une semaine de plus. Après cela, si les organisations humanitaires ne se mobilisent pas pour aider le centre, il fermera», a-t-il mis en garde lundi.

La banque du sang yéménite dit traiter quelque 3.000 personnes par mois, atteintes de cancer, d'insuffisance rénale ou de thalassémie, une maladie génétique qui se traduit par une diminution de la taille des globules rouges et provoque une sévère anémie.

Moins de la moitié des hôpitaux du pays fonctionnent dans ce pays pauvre de 27 millions d'habitants, où une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite mène une offensive depuis plus de 2 ans, et a fait au moins 12000 victimes.

La crise humanitaire qui s'aggrave au fil des mois a placé le pays au bord de la famine, selon l'ONU. Plus de 47.700 ont été blessés, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Don de sang

Amina Ali, dont le jeune fils a besoin de transfusions sanguines, fait régulièrement le trajet vers la banque du sang.

«Je passe une commande pour du sang et des plaquettes tous les dix jours», raconte-t-elle à l'AFP.

«Que va-t-il se passer si le centre ferme? L'état de santé de beaucoup d'enfants dont mon fils va se dégrader», s'alarme-t-elle.

Selon Hakimi, l'ONG Médecins sans frontières (MSF) a «soudainement arrêté» en juin de fournir à la banque du sang des fournitures médicales, après avoir soutenu le centre depuis 2015.

Dans un communiqué envoyé à l'AFP, MSF a confirmé avoir aidé la banque du sang pendant deux ans.

«Alors que les besoins sanitaires sont en augmentation au Yémen, MSF a choisi de concentrer son soutien à d'autres priorités sanitaires», a indiqué l'ONG.

«MSF s'est mis d'accord avec l'OMS pour que cette dernière prenne la relève en juin. La dernière donation de MSF à la banque du sang date de juin 2017. Elle était supposée permettre le fonctionnement de ses activités pendant deux mois, le temps que l'OMS commence son soutien», a-t-elle ajouté.

Comme MSF, l'ONU a indiqué avoir été obligée de réorganiser l'affectation de ses ressources financières, notamment en réduisant le soutien aux programmes d'aides alimentaires, pour se concentrer davantage sur l'épidémie du choléra qui a déjà fait près de 2.000 morts en moins de quatre mois.

Les Nations unies ont indiqué que moins de la moitié des 2,1 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) promis cette année par la communauté internationale au Yémen a été versée.

Malgré les difficultés, des Yéménites continuent de vouloir soutenir la banque du sang et les patients qu'elle traite.

«Je suis ici pour donner mon sang par charité et pour mon pays», affirme Abdallah Farei.

«Nous demandons à Dieu de faire en sorte que les citoyens répondent à l'appel de la banque du sang», espère-t-il.

Source: agences

12-08-2017 | 13:50


https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=24057&cid=304#.WY8wcFGrRPY


 

LA RESISTANCE YEMENITE ATTAQUE LES FIEFS DES MERCENAIRES PRO SAOUDIENS AUX MISSILES ZELZAL-1 ET ZELZAL-2

Yémen: les fiefs des mercenaires pro-saoudiens attaqués par Zelzal-1 et Zelzal-2

Fri Aug 11, 2017 4:28AM

Tir de missile des forces yéménites. (Photo d'archives)

Tir de missile des forces yéménites. (Photo d'archives)

Au Yémen, plusieurs fiefs des mercenaires pro-saoudiens ont été attaqués par les missiles de l’armée et des Comités populaires.

Ce jeudi 10 août, l’unité balistique de l’armée et des Comités populaires du Yémen a tiré un missile du type Zelzal-2 en direction des fiefs des mercenaires pro-saoudiens à Hamli, appartenant à la province de Taëz, située dans le sud-ouest du pays.

Un véhicule blindé des mercenaires pro-saoudiens a également été détruit par les forces yéménites, dans l’ouest de Mozaa, toujours à Taëz. Toutes les personnes à bord ont été tuées. Par ailleurs, un grand nombre de mercenaires pro-saoudiens ont été abattus par un assaut des forces yéménites contre leurs fiefs à Mozaa. Les forces yéménites ont également repoussé une tentative des miliciens pro-saoudiens voulant attaquer des villages de la région.

 Follow

Presstv Francais @PresstvFr

La Ligue arabe a hypocritement affiché ses inquiétudes concernant la situation humanitaire au Yémen http://ptv.io/2RX7 

  •  

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’unité balistique de l’armée et des Comités populaires a pris pour cible un fief des mercenaires pro-saoudiens dans le nord du désert de Midi, situé dans la province de Hajjah. Cette attaque a infligé des pertes en vie humaine et des dégâts du côté des mercenaires.

Une autre opération militaire de l’armée et des Comités populaires contre les fiefs des mercenaires dans la province d’al-Jawf a fait une dizaine de morts et de blessés.

D’autre part, plusieurs miliciens pro-saoudiens ont été tués et blessés dans une embuscade des forces yéménites à Jabal al-Ahmar, dans la province d’al-Jawf.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/08/11/531364/Arabie-saoudite-Hajjah-Jawf-Taz-Hamli-Ymen--Zelzal1-Zelzal2-missile-Mozaa