YEMEN

YEMEN

8.400.000 YEMENITES AU BORD DE LA FAMINE

Plus de 8 millions de Yéménites au bord de la famine, selon l’ONU

Huit millions quatre cent mille Yéménites sont «à deux doigts de la famine» et les belligérants doivent permettre l'acheminement d'une aide à ces populations, a déclaré lundi un haut responsable des Nations unies.

Plus de 8 millions de Yéménites au bord de la famine, selon l'Onu.

La coalition arabe sous commandement saoudien, qui mène une offensive contre le Yémen depuis mars 2015, a intensifie son blocus des ports, en novembre, à la suite d'un tir de missile en direction de Riyad.

Le blocus, indique Jamie McGoldrick, coordinateur des affaires humanitaires au Yémen, a été depuis lors assoupli, mais la situation demeure désespérée.

«La poursuite du blocus des ports limite les fournitures de carburant, de vivres et de médicaments, ce qui augmente fortement le nombre de personnes vulnérables, qui ont besoin d'une aide», a-t-il déclaré.

«La vie de millions de personnes, notamment de 8,4 millions de Yéménites qui sont à deux doigts de la famine, dépend de notre aptitude à poursuivre nos opérations et à apporter une aide médicale, mais aussi des vivres, de l'eau potable, des abris», a-t-il continué.

Le conflit a dévasté les infrastructures du pays, notamment les hôpitaux et les écoles. Les Yéménites font face à un risque de famine avec 17 millions, soient les deux tiers de la population, souffrant de malnutrition.

L’offensive arabe contre le Yémen a compliqué la situation en plus. Bilan de l’offensive saoudienne: des dizaines de milliers de victimes civiles, de centaines de milliers de maisons et de bâtiments détruits, une épidémie de choléra due au manque d’eau potable causé par le blocus imposé par Ryad. La catastrophe humanitaire au Yémen s’aggrave dans un mutisme de la part de la communauté internationale.

Source: agences et rédaction

12-12-2017 | 09:46



 

 

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=25487&cid=304#.WjAaPUriZPY

LE YEMEN SOUS LA MENACE D'UNE INTERVENTION MILITAIRE US !

Les USA menacent le Yémen d'intervention militaire

Mon Dec 11, 2017 5:8PM

Malgré les menaces, les combattants d'Ansarallah ne semblent pas prêts de vouloir déposer les armes. ©Presstv

Malgré les menaces, les combattants d'Ansarallah ne semblent pas prêts de vouloir déposer les armes. ©Presstv

Accusé pour avoir défendu son pays contre l'agression de la coalition saoudienne, le peuple yéménite se voit menacé d'intervention militaire américaine.

Selon Machreq News, les États-Unis ont menacé dans des propos interventionnistes le Yémen. La coalition internationale interviendrait en cas de la poursuite des démarches yéménites que les Américains qualifient de brutales. L'ancien ambassadeur américain au Yémen, Matthew Tueller, a appelé Ansarallah et ses alliés à déposer les armes et à entamer des négociations sérieuses avec la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. Des négociations faites dans le cadre des Nations unies et conformément aux initiatives du Conseil de coopération du golfe Persique, avec le respect du dialogue national et selon les résolutions du Conseil de sécurité.

"Nous réaffirmons qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit au Yémen", a-t-il pourtant insisté.

En réponse à la question de savoir si Washington pense mettre Ansarallah sur sa liste noire, l'ambassadeur américain a déclaré:

"Les États-Unis ont à maintes reprises appelé Ansarallah et ses alliés à déposer les armes et à mettre fin à leurs brutalités et nous espérons qu’ils agiront de la sorte, car dans le cas contraire, la communauté internationale prendra alors des décisions appropriées."

Il convient de noter que pendant la guerre israélienne des 33 jours contre le peuple libanais, le gouvernement américain, tout en imposant des sanctions sévères, avait publiquement soutenu les crimes haineux du régime et menacé le Liban d'une intervention militaire.

Pendant la crise terroriste wahhabite en Syrie, les États-Unis ont pleinement soutenu les terroristes, l'Armée syrienne libre et al-Qaïda, plaçant ainsi le gouvernement syrien sur la liste du terrorisme international et lui imposant des sanctions économiques et militaires.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/11/545248/Le-Ymen-sous-la-menace-US


 

REVELATION DE PLANS MILITAIRES POUR FAIRE TOMBER LA CAPITALE YEMENITE SANAA. LES MERCENAIRES DE LA COALITION SAOUDO-US ENCERCLES A HODEIDA

Yémen: documents et plans pour occuper Sanaa dévoilés, les mercenaires encerclés à Hodeida

 Depuis 4 heures  11 décembre 2017

ministere-interieur

 Monde arabe - Yémen

 

Dans le cadre des poursuites menées dans les fiefs des dirigeants de la trahison, (terme utilisé pour désigner l’ancien président Ali Abdallah Saleh et ses miliciens qui coordonnaient en catimini avec les forces de la coalition saoudo-US), le ministère yéménite de l’intérieur a annoncé avoir mis la main sur plusieurs documents et plans militaires montés à l’avance pour faire tomber la capitale Sanaa.

Citant une source sécuritaire, l’agence officielle Saba’ a affirmé qu’il s’agit d’un plan pour diviser la capitale en quatre parties militaires sous la supervision directe du chef de la trahison (Ali Abdallah Saleh).

Le ministère a promis de dévoiler à l’opinion publique d’autres documents dans les prochains jours.

Les mercenaires de la coalition encerclés à Hodeida

Entre-temps, les forces yéménites ont accumulé des victoires dans le sud de Hodeida, rapporte PressTV. Alors que les médias pro-saoudiens faisaient part, dimanche 10 décembre, de l’avancée des mercenaires à la solde de la coalition saoudienne et de la prise par la coalition de trois villes du sud de la province, les sources yéménites ont annoncé, dans l’après-midi, que les forces de l’armée et d’Ansarullah avaient réussi à reprendre le contrôle du port d’al-Haima dans le nord de la ville d’al-Khokha où elles ont ainsi encerclé les mercenaires. Trois blindés militaires et cinq autres véhicules ont été détruits et nombre de mercenaires tués.

Une source militaire yéménite a annoncé à l’agence d’information yéménite es-Sahafa que des forces yéménites ont asséné un échec cuisant aux mercenaires déployés dans le nord d’al-Khokha et libéré la station de gaz et des champs sur l’axe de Hais dans l’est d’al-Khokha.

Simultanément, les médias pro-saoudiens ont prétendu que de nouveaux équipements militaires ont été expédiés vers al-Khokha et que la coalition entendait prendre dans les jours à venir le contrôle du port de Hodeida.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/691315


 

PROVINCE DE SAADA : UN RAID AERIEN DE LA COALITION SAOUDO-US TUE 15 CIVILS

Yémen: l’Arabie saoudite bombarde sauvagement Saada

 Depuis 8 heures  9 décembre 2017

saada6

 Monde arabe - Yémen

 

 

Alors que des milliers de yéménites ont apporté leur soutien à la ville de Qods, Riyad continue à les bombarder sauvagement. Une quinzaine de civils ont été tués par un raid aérien de la coalition saoudienne qui semble avoir été créée uniquement pour tuer les Arabes et protéger les Israéliens.

Des avions de combat de la coalition saoudienne ont bombardé, vendredi 8 décembre, deux immeubles du quartier Chaaban, district de Radah, dans l’ouest de la province de Saada. Une quinzaine de civils ont été tués. Un autre raid aérien a aussi bombardé un immeuble à Bani Maad, dans la province de Saada qui a fait huit morts chez les civils.

Les deux villes yéménites de Harad et de Midi, appartenant à la province de Hajjah, ont été bombardées par l’aviation saoudienne.

Sur le front, les militaires de l’armée et les Comités populaires du Yémen (Ansarullah) ont repoussé une attaque des mercenaires pro-Hadi contre le point de passage d’al-Tuwal.

Et dans le même temps, ils ont attaqué, les fortifications de l’armée saoudienne à Jizan, une ville d’Arabie saoudite, située à l’extrême sud-ouest du pays.

De même, 17 mercenaires pro-Hadi ont été abattus ou blessés dans une attaque de représailles, lancée par les forces yéménites dans le sud-ouest de la province de Taëz.

Dans la même province, trois véhicules militaires des mercenaires pro-Hadi ont été détruits par les forces yéménites.

Hudaydah menacée?

Du côté des mercenaires pro-Hadi, ces derniers ont annoncé avoir pris le contrôle du district d’al-Khawkhah, dans le sud de la province d’al-Hudaydah. Un grand nombre de forces émiraties et soudanaises ont pénétré dans le district d’al-Khawkhah avec des véhicules militaires et des chars. Et selon des sources yéménites, le district a été occupé à l’issue de 48 heures d’affrontements avec les forces yéménites.

Par ailleurs, les forces yéménites ont repris le contrôle d’une région stratégique, dans le sud-ouest de la province d’al-Jawf. Neuf mercenaires ont été abattus lors de cette opération.

Ces derniers mois, l’armée et les Comités populaires du Yémen ont multiplié et intensifié leurs opérations militaires sur divers fronts, en représailles aux frappes aériennes de l’Arabie saoudite.

En septembre 2017, plusieurs positions de l’armée saoudienne à Najran, à Asir et à Jizan, en Arabie saoudite, ont été frappées par les forces yéménites, ce qui a infligé de lourds dégâts et fait beaucoup de victimes dans le camp des agresseurs saoudiens.

D’autre part, les avions de combat de la coalition militaire anti-yéménite, fondée et dirigée par l’Arabie saoudite, bombardent quasi quotidiennement les zones civiles et les infrastructures du Yémen.

Plus de 13.000 personnes pour la plupart des civils ont été tuées depuis le début de la campagne militaire, lancée par l’Arabie saoudite et ses alliés en mars 2015.

Source: PressTV

https://french.almanar.com.lb/689599


 

YEMEN : LE PIEGE SE REFERME SUR "ISRAËL"

Yémen : le piège se referme sur Israël

Fri Dec 8, 2017 7:2PM

Les Brigades al-Qods, l’aile armée du Jihad islamique palestinien. (Archives)

Les Brigades al-Qods, l’aile armée du Jihad islamique palestinien. (Archives)

D’une évolution à l’autre, pas un jour ne passe sans qu’un nouveau fait ne se produise au Moyen-Orient avec son cortège de surprises et d’inattendus. Or, ce tourbillon stratégique renvoie à une crainte profonde : les plans concoctés depuis plusieurs décennies au Moyen-Orient n’ont pas abouti ; pis, ce sont des effets inverses qui se sont produits à tous les coups.

On veut piéger la Résistance, on tombe dans le piège. Mais pourquoi cette panique généralisée dans le camp américain ? Primo, l’axe de la Résistance a repris le contrôle de régions entières en Syrie et en Irak, régions que contrôlaient auparavant Daech et d’autres groupes terroristes. Et par malheur pour les adversaires de la Résistance, ces régions englobent les zones frontalières syro-irakiennes. Ce sont là des corridors géostratégiques qui offrent une vaste liberté d’action aux combattants de la Résistance au moment voulu.

De plus, les forces qui se réclament de l’axe précité sont placées désormais sous un commandement uni, et suivent une stratégie aux contours bien précis et agissent suivant un modus operandi homogène. C’est là l’émergence d’une « armée transfrontalière » qui sait non seulement s’engager dans des missions à caractère supranational, mais aussi à les accomplir dûment. Au bout de sept ans de guerre en Syrie et en Irak contre Daech et ses commanditaires, l’axe de la Résistance a réussi à s’imposer sur un double plan militaire et politique. Il faut compter avec sa puissance militaire et son poids géopolitique à l’échelle de la région.

Tous ces constats, les Américains, les Israéliens et leurs alliés arabes sont les premiers à s’en inquiéter. D’où leurs agissements précipités qui génèrent erreur sur erreur : une première erreur a été commise au Liban où les Saoudiens croyaient pouvoir affaiblir le Hezbollah en effaçant Saad Hariri de l’équation des forces. Et c’est justement l’inverse qui s’est produit. Sorti largement renforcé de sa guerre contre le terrorisme en Syrie et au Liban, le Hezbollah a défendu Hariri, comme se doit de le faire une force politique de dimension nationale. Mais l’erreur encore plus grande, Riyad l’a commise au Yémen : militairement parlant, l’Arabie saoudite a perdu la guerre contre les forces yéménites, dont la capacité balistique s’est transformée en un véritable cauchemar pour les Saoud. Seul un homme politique né de la dernière pluie, comme l’est ben Salmane, aurait pu croire pouvoir mettre au pas tout un peuple qui résiste depuis trois ans au prix de son sang en jouant la carte « Saleh ».

Au Yémen, Riyad a commis la même erreur qu’au Liban. Désormais le pion Saleh n’est plus et le Yémen est entièrement acquis à la cause de la Résistance. Mais le feuilleton des faux pas de l’axe Riyad–Washington–Tel-Aviv vient de franchir un nouveau palier avec l’annonce par Trump de la ville éternellement palestinienne de Qods comme capitale d’Israël.

En allumant ainsi la mèche des décennies de colères et de ressentiments anti-israéliens du monde musulman, Trump a crevé un abcès à la figure d’Israël : le périmètre de sécurité que Tel-Aviv croyait s’être offert sur les ruines de la Syrie risque à tout instant de voler en éclats. Sa sécurité à jamais remise en cause, Israël aura à faire avec l’armée de la Résistance qui l’attend de pied ferme au tournant... 

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/08/544929/Le-pige-se-referme-sur-Isral


 

LE CHEF D'ANSARULLAH APPELLE A DES MANIFESTATIONS POPULAIRES MASSIVES DANS TOUT LE YEMEN EN SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

Yémen: al-Houthi a appellé à des manifestations massives en soutien à AlQuds

 Depuis 8 heures  8 décembre 2017

aqsa-yemen

 Monde arabe - Yémen

 

Le chef du mouvement yéménite Ansarullah, Sayed Abdel Malek al-Houthi, a appelé à des manifestations populaires massives et dans les autres provinces du pays, pour exprimer leur soutien au peuple palestinien et condamner l’agression américaine à l’encontre des lieux saints.

Dans un communiqué publié jeudi, le numéro un d’Ansarullah a mis l’accent sur la nécessité d’ « intensifier les activités visant à sensibiliser la nation contre les Etats Unis et Israël ». Il a dans ce contexte appelé à « activer le boycottage des Etats Unis et d’Israël ».

Pour Sayed al-Houthi, « la décision américaine de transférer l’ambassade américaine vers la ville sainte d’AlQuds est une démarche hostile coordonnée avec certains régimes arabes ».

Et d’appeler les libres de la nation: « au déploiement des efforts afin de faire face aux ennemis et soutenir le peuple palestinien ».

Le chef d’Ansarullah a réitéré la position constante du Yémen, et notamment d’Ansarullah, qui consiste à soutenir et défendre les lieux saints et le peuple palestinien.

Source: Traduit d'AlMasirah

https://french.almanar.com.lb/686816


 

CESAR CHELALA : YEMEN, LE GUERNICA D'AUJOURD'HUI

Yémen, le Guernica d’aujourd’hui

Par Cesar Chelala — 05 décembre 2017

 

 

 

Par Cesar Chelala | CounterPunch

Publié le 30 novembre 2017 sous le titre Yemen: Today’s Guernica

Le jour du marché du 26 avril 1937, à la requête du général Francisco Franco, la ville basque de Guernica a été bombardée. Ce bombardement a été effectué par les alliés du gouvernement nationaliste espagnol, la légion Condor de la Luftwaffe allemande nazie et l’aviation italienne fasciste Aviazione Legionaria. L’attaque, dont le nom de code était Opération Rügen, au cours de laquelle des centaines de personnes ont été tuées, est devenue un cri de ralliement contre le massacre brutal de civils innocents.

Cependant, 80 ans plus tard, une action encore plus criminelle est menée contre les civils yéménites, principalement par l’Arabie Saoudite, avec la complicité des Etats-Unis.

La guerre civile yéménite a commencé en 2015 entre deux factions qui prétendaient représenter le gouvernement yéménite. Les soldats houthis, alliés aux forces loyales à l’ancien président Ali Abdullah Saleh (voir la note en bas de page), se sont affrontés aux troupes du gouvernement d’Abdrabbuh Mansour Hadi. Une coalition menée par l’Arabie Saoudite a lancé des opérations militaires contre les Houthis, et les États-Unis ont fourni un soutien logistique et militaire à cette campagne.

Les rebelles houthis représentent près d’un tiers des Yéménites et dirigeaient le pays depuis des centaines d’années. Depuis le début des hostilités, l’avancée des Houthis au sud du Yémen s’est heurtée au bombardement constant de l’Arabie saoudite et de ses alliés, entraînant une crise humanitaire dramatique. Des milliers de personnes ont été tuées, dont beaucoup de civils, et des milliers d’autres ont été forcés de quitter leur foyer et essaient désespérément de trouver de la nourriture et de l’eau potable.

L’eau contaminée, résultant d’une panne presque totale de l’assainissement, a provoqué une épidémie de choléra considérée comme la pire de l’histoire. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé plus de 815,000 cas suspects et 2156 décès. Au taux actuel d’infection, les experts estiment que le nombre de malades atteindra sept chiffres d’ici la fin de l’année. Actuellement, près de 20 millions de Yéménites – plus des deux tiers de la population – n’ont pas accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Depuis le début du conflit, les besoins de la population en matière de soins de santé d’urgence sont si grands que les services de santé sont incapables de fournir des soins médicaux de base. Lorsque les combats s’intensifiaient dans certaines régions, il n’y avait pas de services de secours officiels, de sorte que les résidents devaient déterrer eux-mêmes leurs proches des décombres des bâtiments endommagés.

Un rapport d’Amnesty International intitulé « Le Yémen: la guerre oubliée » décrit les conséquences des attaques menées par la coalition saoudienne: plus de 4600 civils tués et plus de 8000 blessés, trois millions de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer, 18,8 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, notamment de nourriture, d’eau, d’un abri, de combustible et d’installations sanitaires et deux millions d’enfants ne sont pas scolarisés.

Le flux des armes, cependant, continue, sans relâche. « Le flux irresponsable et illégal d’armes vers les parties belligérantes au Yémen a directement contribué à la souffrance des civils à grande échelle », a déclaré James Lynch, d’Amnesty International. Alors que l’Iran continue de soutenir l’armée des Houthis, des rapports indiquent que l’Arabie saoudite va acheter pour 7 milliards de dollars d’armes aux États-Unis.

Entre-temps, les établissements de santé continuent d’être touchés par les bombes et les travailleurs de la santé et de l’aide humanitaire sont de plus en plus pris pour cible. Dans une scène digne de Guernica, Amal Sabri, un habitant de Mokha, une ville portuaire sur la côte de la mer Rouge au Yémen, a décrit un raid aérien saoudien qui a tué au moins 63 civils: « C’était quelque chose d’au-delà du jour du jugement dernier. Des cadavres et des têtes éparses, engloutis par le feu et les cendres. »

Au Yémen aujourd’hui, les puissances mondiales n’ont pas encore appris la leçon de Guernica.

Cesar Chelala | 30 novembre 2017

Le Dr Cesar Chelala, de nationalité argentine, est co-lauréat du prix Overseas Press Club of America de 1979 pour l’article « Missing or Dispareared in Argentina: The Desperate Search for Millous of Viculated Victims ».

Note: Article écrit avant la rupture de l’alliance entre les Houthis et Saleh et la mort de ce dernier le 4 décembre. 

Original en anglais: https://www.counterpunch.org/2017/11/30/yemen-todays-guernica/

Traduit par La gazette du citoyen.

Photo: Felton Davis | CC BY 2.0

URL de cette page: http://arretsurinfo.ch/yemen-le-guernica-daujourdhui/


 

ANSARULLAH RENFORCE SON EMPRISE SUR SANAA. RAIDS NOCTURES DE LA COALITION SAOUDO-US CONTRE LA CAPITALE YEMENITE

Yémen: Ansarullah renforce son emprise sur Sanaa, raids nocturnes de la coalition contre la capitale

 Depuis 3 heures  5 décembre 2017

raids-nocturne

 Monde arabe - Yémen

 

 

La coalition menée par l’Arabie saoudite au Yémen a mené des raids aériens nocturnes notamment contre le palais de la République à Sanaa, ont indiqué mardi des habitants, cités par l’AFP.

Le palais de la République situé dans le centre de Sanaa, au milieu d’un quartier densément peuplé, a été visé à au moins sept reprises par l’aviation de la coalition saoudo-US, ont précisé des habitants de la capitale. Plusieurs maisons ont été détruites et des biens publics et privés endommagés.

Aucune information n’a pu être obtenue sur des victimes éventuelles de ces frappes.

Ces raids se sont accompagnés, selon des témoins, de survols intensifs et à basse altitude de la capitale yéménite.

La coalition sous commandement saoudien a exhorté lundi les civils à se tenir à « plus de 500 mètres » des zones contrôlées par les forces yéménites (armée + Ansarullah), laissant supposer une intensification de ses raids.

Le ministère yéménite de l’intérieur a annoncé ce même jour la mort du chef de la trahison l’ancien président, Ali Abdallah Saleh, tué lors d’une embuscade tendue par les forces yéménites. Il a fui avec deux de ses compagnons à bord de trois blindés vers Maareb, afin de rejoindre l’Arabie saoudite.

manif-aeroport

Entre-temps, les forces d’Ansarullah ont appelé à une grande manifestation dans la capitale mardi après-midi pour célébrer « l’échec d’un complot ourdi » par l’ancien président et une partie de sa formation politique, le Congrès populaire général (CPG).

Ali Abdallah Saleh est devenu l’adversaire d’Ansarullah et d’une majorité de son parti le CPG, pour avoir tenté un coup d’Etat contre les forces nationales et tendu la main, la semaine dernière à l’Arabie saoudite qui mène depuis mars 2015 une guerre meurtrière contre le Yémen.

Les conspirations neutralisées

Saleh Saleh al-Sammad

Dans ce contexte, le président du Conseil politique suprême du Yémen, Saleh Ali al-Samad, a fait état du rétablissement de la sécurité dans toutes les régions visées par des conspirateurs.

« Notre tâche consistait à défendre le Yémen face aux pires complots montés de toute pièce par les forces de l’agression contre le front national. La coalition saoudienne n’a fait que viser les forces sécuritaires yéménites ce qui illustre bien l’envergure du complot qui a fini par échouer. Tous les leaders et instigateurs du coup d’État ont été neutralisés », a affirmé M.al-Samad cité par la chaîne Al-Mayadeen, rapporte PressTV.

Appelant les organisations sécuritaires et militaires à continuer leurs coopérations avec le gouvernement local, il a déclaré que: « les voies sont à présent ouvertes et la sécurité a été rétablie dans toutes les zones menacées par les conspirateurs. Nous annonçons donc au monde entier, au peuple yéménite ainsi qu’aux délégations diplomatiques que nos opérations sont terminées et que la sécurité est restaurée.»

abdel-salam2

De son côté, le porte parole d’Ansarullah, Mohammad Abdel Salam, a souligné qu’« ils n’ont aucun problème avec le Congrès populaire, mais avec les séditieux qui travaillent à la solde des forces de l’agression (coalition saoudo-US)», a indiqué la télévision yéménite AlMasirah.

Attaques contre les forces de la coalition

Par ailleurs sur le terrain, l’armée et les Comités populaires du Yémen ont intensifié leurs attaques contre les positions des agresseurs saoudiens et de leurs mercenaires sur plusieurs fronts. Lundi 4 décembre, quatre militaires saoudiens ont été tués par balles dans la province de Jizane (sud de l’Arabie).

L’armée et Ansarallah ont lancé des attaques de missiles Katioucha contre plusieurs centres de rassemblement des militaires saoudiens au nord de la région frontalière de Midi dans la province de Hajja.

Hadi lance une opération pour reprendre Sanaa !

Et puis après avoir joué toutes ses cartes, l’Arabie a incité son marionnette, le président yéménite démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi, a annoncé le lancement d’une opération militaire pour reprendre la capitale Sanaa.

Hadi, qui vit en Arabie saoudite, a encouragé lundi les Yéménites à « joindre ses efforts pour en finir avec ces bandes criminelles » en allusion aux forces d’Ansarullah, a-t-il lancé dans un discours télévisé prononcé depuis Ryad.

Lundi, le président Hadi a « donné pour ordre à son vice-président Ali Mohsen al-Ahmar, qui se trouve à Maareb (100 km de Sanaa), d’activer la marche (…) vers la capitale », selon un membre de son entourage, cité par l’AFP.

Baptisée « Sanaa l’Arabe », l’opération consisterait, selon cette source, à prendre la capitale en tenailles. D’après des sources militaires loyalistes à Maareb, sept bataillons ont reçu l’ordre de marcher sur Sanaa.

 

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/681481


 

IRAN : LE CHEF DES GARDIENS DE LA REVOLUTION : LA TENTATIVE DE COUP D'ETAT CONTRE ANSARULLAH A ETE ETOUFFEE DANS L'OEUF

Gardiens de la révolution: la tentative de coup d’Etat contre Ansarullah a été étouffé dans l’oeuf

 Depuis 1 heure  5 décembre 2017

jaafari3

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le général Mohammed Ali Jaafari, commandant en chef des Gardiens de la Révolution, a dénoncé « les traîtres saoudiens qui cherchent à créer l’insécurité dans les pays de la région sous l’ordre et avec le soutien des Etats-Unis et en se rangeant aux côtés des Israéliens », a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

« Nous avons vu que leur tentative de faire un coup d’Etat contre les moujahidines et Ansarullah a été étouffé dans l’oeuf », a déclaré M. Jaafari.

Et d’ajouter : »le péché des peuples de la région, y compris la Syrie, l’Irak, le Yémen et le Bahreïn, est de refuser de se soumettre à l’injustice, inspirés par la révolution islamique .Le régime traître des Saoud, l’entité sioniste et les USA jouent un rôle important dans la déstabilisation de la sécurité. L’Arabie saoudite était en train de mener un coup d’État contre les moujahidines et Ansarullah, cette conspiration a été contrecarrée dans le berceau ».

Pour sa part, le commandant adjoint  des gardiens de la Révolution islamique, le général Hossein Salami, a affirmé que « les forces terrestres des Gardeins a prouvé ses capacités de combat en Syrie ».

Selon le général Salami, « ces forces ont largement contribué à faire échouer les plans des ennemis et à réduire les menaces, grâce à sa grande puissance dissuasive ».

Et de poursuivre : »Que ce soit dans le nord-ouest ou sud-est iranien, ou dans d’autres pays y compris sur les champs de bataille en Syrie, les forces terrestres des Gardiens poursuivent leur combat contre l’ennemi ».

Il a aussi affirmé que « les forces terrestres  des gardiens de la Révolution islamique ont accumulé une grande expérience au cours des opérations dans le nord-ouest et sud-est du pays, aussi bien qu’en Irak et en Syrie, et elle ont totalement renforcé leurs capacités opérationnelles ».

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/681701


 

ABDEL MALEK AL-HOUTHI : LE PEUPLE YEMENITE A DEJOUE UN GRAND COMPLOT

Yémen: un grand complot déjoué (chef d'Ansarallah)

Mon Dec 4, 2017 4:10PM

Capture d'écran de la chaîne Press TV montrant le leader du mouvement yéménite Ansarallah Abdel Malek al-Houthi qui s'adresse à la nation après la mort de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, le lundi 4 décembre 2017.

Capture d'écran de la chaîne Press TV montrant le leader du mouvement yéménite Ansarallah Abdel Malek al-Houthi qui s'adresse à la nation après la mort de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, le lundi 4 décembre 2017.

Le peuple yéménite a déjoué un grand complot, a affirmé le chef du mouvement yéménite Ansarallah.

Suite à la confirmation de la nouvelle sur l’assassinat de l’ancien président yéménite et chef du parti Congrès général du peuple, Ali Abdallah Saleh, le chef du parti yéménite Ansarallah Abdel Malek al-Houthi a prononcé un discours ce lundi 4 décembre.

Selon l'agence de presse Fars News, Abdel Malek al-Houthi a affirmé que ce mouvement avait réussi à écarter une menace majeure contre la sécurité du pays, en neutralisant le complot ourdi par l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

Il a tenu à remercier les appareils sécuritaires et les instances gouvernementales yéménites pour avoir déployé de vastes efforts afin de neutraliser le complot des « paramilitaires traîtres ». Al-Houthi a surtout affirmé que le mouvement Ansarallah n’avait aucun problème avec le parti Congrès général du peuple, remerciant également les « prises de position responsables » de certains membres de ce parti.

« Les Yéménites pourraient se demander comment certains changent aussi soudainement de position et deviennent complices de l’ennemi », a affirmé Abdel Malek al-Houthi, ajoutant que les Yéménites avaient été surpris par cet appel à la sédition.

« Le complot de l’ennemi a été déjoué en 3 jours », a précisé Abdel Malek al-Houthi, ajoutant que le mouvement Ansarallah avait demandé aux partisans d’Ali Abdallah Saleh de revenir sur leurs positions.

« Nous leur avons demandé d'arrêter leurs actes belliqueux et criminels ; nous leur avons dit qu’ils avaient choisi une mauvaise voie (…) Les combats survenus ces derniers jours à Sanaa avaient inquiété les gens quant à la sécurité et l'unité du pays. »

Rappelant que les récentes prises de position de Saleh étaient ouvertement en faveur des ennemis du Yémen, le leader d’Ansarallah a affirmé que ces prises de position, largement soutenues par le front médiatique de l’ennemi, avaient provoqué l’étonnement de certains au sein, même, du Congrès général du peuple.

Al-Houthi a indiqué qu'il y avait bel et bien une coordination entre les paramilitaires affiliés à Saleh et la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui leur a fourni un soutien aérien, dans l’illusion de conquérir Sanaa et de mettre fin au conflit au Yémen en leur propre faveur.

Il a également fait allusion au sérieux blocus imposé au Yémen par la coalition pro-Riyad, pour saper la résistance du peuple yéménite et d’ouvrir la voie à une victoire des forces pro-Saleh.

Il a aussi souligné que la résistance du peuple musulman yéménite et son appui aux combattants d’Ansarallah constituaient les principaux facteurs qui ont permis aux forces yéménites de déjouer la conspiration des agresseurs.

Le leader d’Ansarallah a affirmé que malgré tous les complots ennemis, la résistance et le pouvoir du peuple yéménite ne cesseraient d’augmenter ; il a donc recommandé aux ennemis de tirer les leçons de l'échec du complot de Saleh à Sanaa.

« La guerre lancée par les paramilitaires de Saleh était en fait le prolongement du conflit lancé par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis contre le Yémen », a-t-il également indiqué.

Il a également appelé toutes les forces politiques au Yémen à rester unies et solidaires et à former un front uni pour préserver la liberté et l'indépendance du pays et déjouer les complots de l'ennemi.

Il a ajouté que les Houthis et le mouvement Ansarallah considéraient les membres du Congrès général du peuple comme étant leurs frères; la plupart d'entre eux s'étant montré coopératifs pour défendre le pays face aux agresseurs.

Il a mis en garde contre tout acte de représailles contre les membres du Congrès général du peuple, et averti qu’Ansarallah ne permettrait pas de tels agissements qui visent à désolidariser le peuple yéménite.

Al-Houthi a affirmé que le tir de missile ailé sur les installations nucléaires d’Abou Dhabi est porteur d’un message pour l’ennemi. « L’ennemi pense que le Yémen se trouve au bout du gouffre, mais en réalité c’est le Yémen qui a visé le plus profond du territoire émirati », a-t-il martelé.

S’adressant aux pays agresseurs, al-Houthi a indiqué que le Yémen n’est pas le lieu approprié aux complots.

À noter que mardi 5 décembre, une mobilisation populaire est prévue au Yémen à l'appel d'Ansarallah, en appui à l’unité nationale yéménite.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/04/544460/assassinat-Saleh-AlHouthi-complot-djou