ANSARULLAH REJETTE UNE PROPOSITION DE PAIX DE L’ONU PRO EX PRESIDENT

Yémen: Ansarullah rejette une proposition de paix de l’ONU rédigée en faveur de l’ex-président

Le mouvement Ansarullah (combattants Houthi) a reproché à ses adversaires, l’ex-président yéménite en exil et son allié saoudien, d'avoir élaboré en son nom une proposition de paix onusienne qu'il conteste.

Yémen: Ansarullah rejette une proposition de paix de l'ONU rédigée en faveur de l’ex-président

Les représentants du mouvement qui s'opposent au gouvernement yéménite sortant soutenu par l'Arabie saoudite – ont rejeté, dimanche une proposition de paix de l'ONU censée mettre un terme au conflit au Yémen.

En cause : les termes de cette proposition sont différents du texte sur lequel ils s'étaient mis d'accord auparavant avec les représentants saoudiens aux Nations unies. Les délégués d’Ansarullah jugent, par conséquent, que cette proposition onusienne ne permet pas de poser les bases d'une pacification du Yémen, et font part de leur volonté de renouveler les négociations.

Les représentants ont également accusé le Mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed, envoyé spécial de l'ONU au Yémen, chargé de mener à bien les pourparlers, d'être proche des représentants de l’ex-président en exil en Arabie saoudite, Abd Rabbo Mansour Hadi.

Selon les milieux politiques yéménites, ce dernier avait donné son accord à ce plan lors d'une réunion à Riyad, sous la pression de son allié saoudien. Le texte en question prévoit notamment le retrait dans un délai de 45 jours des combattants houthis des zones qu'ils contrôlent depuis 2014, la libération de leurs détenus et la restitution des armes lourdes qu'ils possèdent à l'armée fidèle à Abd Rabbo Mansour Hadi.

Le conflit au Yémen a pris un tournant en mars 2015, lorsque l'Arabie saoudite a mis sur pied une coalition militaire d'Etats arabes soutenue par les Etats-Unis, dans le but d'«aider le président du Yémen dans sa lutte» face à Ansarullah qui contrôle actuellement une importante partie du territoire national, dont la capitale Sanaa.

Malgré une trêve signée entre les différentes parties, qui devait prendre effet le 11 avril dernier, les forces militaires saoudiennes et leurs alliés continuent d'effectuer des frappes quotidiennes dont les victimes sont pour la majorité des civils yéménites.

Des wahhabites détruisent une mosquée du 16e siècle

Des extrémistes radicaux au Yémen ont fait exploser une mosquée datant du 16e siècle à Taëz (sud-ouest), a indiqué dimanche un responsable local. Elle abritait le mausolée d'un théologien soufi vénéré.

Des wahhabites détruisent une mosquée du 16e siècle

Des hommes armés dirigés par leur chef wahhabite connu sous le nom d'Abou al-Abbas ont fait exploser dans la nuit de vendredi la mosquée du cheikh Abdel Hadi al-Soudi, a indiqué ce responsable, confirmant des informations de presse sur cette attaque.

La commission yéménite pour les antiquités et les musées a condamné l'attaque de ce site considéré comme le plus connu à Taëz, la troisième ville du pays.

Selon cette commission, le dôme blanc de cette mosquée était «l'un des plus grands au Yémen et l'un des plus beaux sites religieux dans le vieux Taëz».

Certains groupes extrémistes radicaux considèrent le soufisme, une branche mystique de l'islam vénérant des saints, comme une hérésie.

Source: divers et rédaction

01-08-2016 | 11:24   http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19482&cid=304


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau