DEFAITE DE L'ARABIE : LE YEMEN SOUS CONTROLE DE LA RESISTANCE

mercredi, 24 juin 2015 01:39

Défaite de Riyad: le Yémen, sous contrôle des Houthis

 
 
 
IRIB- L’armée yéménite et le mouvement houthi,
Ansarallah contrôlent la majeure partie des provinces yéménites, excepté la province de Hadramaout, (35% de la surface du Yémen), toujours occupée par Al-Qaïda. Plus de trois mois après le lancement de l’offensive de la coalition arabe, menée par l’Arabie saoudite contre ce pauvre pays, non seulement, le statu quo n’a pu être changé, mais les progressions de l’armée et des Houthis se poursuivent à une cadence rapide, malgré les bombardements aériens et de l’artillerie, qui se comptent en plusieurs milliers. Avant la guerre, armée et comités populaires affiliés à Ansarallah  avaient conquis le tiers des régions nordiques et sudistes. Aujourd’hui, ils en détiennent la majeure partie. 80% de la province d’Aden est, désormais, entre leurs mains. Seules, 4 zones, sont, encore, le théâtre de combats entre les comités populaires, (proches des Houthis), et les forces proches du Président contesté, Abd Rabbo Mansour Hadi : Dar-Saad, Al-Mansourah, Al-Barikah, et Cheikh Othmane. Dans la province de Lahaj, il ne reste plus que l’usine de plomb, qui n’est pas, encore, tombée. Même scénario, pour la province de Chabwa, dont la majeure partie a été nettoyée des éléments d’Al-Qaïda, qui l’avait, pourtant, prise comme fief, au Sud. Ces derniers se trouvent, aujourd’hui, confinés, dans les deus régions d'Al-Rawda et Aazzane. Concernant la province d'Abine, située entre les deux provinces d'Aden et de Chabwat, seuls, 15% de son territoire, échappent à l’emprise de l’armée et des comités. La ville Zanjabar, qui avait été annoncée, comme principauté islamique, par Al-Qaïda, lorsque Hadi siégeait, encore, à la présidence, elle est sous blocus, et la bataille de sa libération se fait, toujours, attendre. Quant à la province Dalea, elle est le théâtre d’affrontements entre l’armée et les comités, d’une part,  et les groupuscules pro-Hadi et pro-Ali Salem al-Bid, (ancien président sudiste), de l’autre. Le front de Dalea est le plus difficile, en raison de sa topographie montagneuse. Mais il est question d’une certaine progression de l’armée et des comités, dans sa capitale. Ainsi, 70% du Sud est, désormais, entre les mains de l’armée et des comités houthis. Alors que le Nord est, entièrement, conquis, à l’exception de certaines régions des provinces de Taez et Ma’reb. Une source explique que la bataille, à Taez, est plus sécuritaire que militaire, et s’apparente plus à une guerre de bandes, dans les rues. La semaine passée, le contrôle de la totalité de la province d’Al-Jawf a eu de l’impact sur le front de Ma’reb, où les deux derniers camps d’Al-Qaïda, les plus dangereux, à Nakhlat et Al-Sahi,l ont, vite, succombé. Les affrontements se concentrent, actuellement, sur 15% de la surface de cette province, seulement, à Jedaane et Sahel-AlJin, au Nord. En parallèle, les attaques contre des positions militaires saoudiennes, au Sud de l’Arabie, ne connaissent pas de répit, tout au long de la bande frontalière, qui commence par Nijrane, à l’Est, en passant par Assir et Zahrane, pour finir à Jizane, au bord de la mer Rouge. Ces deux derniers jours, 8 positions saoudiennes ont été pilonnées. Elles servaient de lignes de défense, pour la base stratégique de Jizane.
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau