L’ARMEE DOTEE D’UN NOUVEAU MISSILE DE FABRICATION YEMENITE

L’armée yéménite dévoile un nouveau missile balistique

L’armée yéménite a annoncé dans un communiqué avoir dévoilé le missile balistique Soumoud (persévérance en français, ndlr) ayant une grande capacité de destruction.

Le nouveau missile de fabrication yéménite est long de quatre mètres. La tête du missile pèse 300 kilogrammes, le missile entier pèse une tonne et sa portée atteint les 38 kilomètres.

L’armée yéménite a dévoilé ce missile après avoir attaqué les positions des mercenaires pro-saoudiens dans le district de Nehm, dans la province de Sanaa.

Sur le terrain, les snipers de l’armée yéménite ont pris pour cible deux militaires saoudiens à Jizan et les forces de l’armée ont pilonné la base militaire d’Al-Jarba, à Assir, en Arabie saoudite.

De plus, l’unité balistique de l’armée yéménite a attaqué la base militaire d’Aïn Al-Thourine, à Assir, et le siège du bataillon Bani Saoud. La base militaire d’Al-Jarabah, à Zahran, a été aussi attaquée par les Katiouchas de l’armée yéménite.

Huit civils tués dans des raids de la coalition

Huit civils ont été tués jeudi dans deux raids aériens de la coalition arabe dans une région du nord du Yémen.

L'aviation de cette coalition sous commandement saoudien qui mène une offensive contre le pays a touché un véhicule à Razah, dans la province de Saada et tué ses cinq passagers, des civils. Trois autres civils circulant à bord d'un véhicule à Shadeh, un autre village de cette province, ont péri dans un deuxième raid aérien.

La coalition arabe, qui a intensifié ses frappes contre les positions du mouvement Ansarullah notamment dans le nord du Yémen, dont la capitale Sanaa, est accusée par des organisations de défense des droits de l'Homme de toucher des secteurs civils dans ses raids.

Le 22 septembre, au moins 20 civils ont été tués dans des raids aériens de la coalition à Hodeida (ouest), ville contrôlée par Ansarullah. Depuis, l’offensive saoudienne a fait plus de 6.600 morts, dont environ la moitié de civils, selon les Nations unies.

L’ONU échoue à faire lancer une enquête sur les abus au Yémen

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a adopté jeudi, comme attendu, une résolution sur le Yémen, qui ne demande cependant pas la création d’une enquête sur les violations des droits de l’Homme comme le demandait l’ONU.

Fin août, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad Al Hussein a appelé à la mise sur pied d’un «organisme international et indépendant pour mener des enquêtes exhaustives sur le Yémen», où le conflit a fait plus de 6.600 morts en 18 mois.

Deux projets de résolution avaient été déposés au Conseil, qui devait procéder dans la journée à l’étude de ces textes: le premier, déposé par le Soudan, ne demandant pas d’enquête et le second, proposé par les Pays-Bas et défendu par plusieurs pays européens, demandant à l’ONU de dépêcher une «mission» d’experts au Yémen, chargés de «surveiller les violations des droits de l’Homme commises depuis septembre 2014».

Les Pays-Bas ont finalement retiré leur projet, à la grande déception des défenseurs des droits de l’Homme dont Amnesty International.

C’est donc la résolution défendue par le Soudan qui a été adoptée jeudi, sans vote, par le Conseil des droits de l’Homme. Le texte demande au Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme de renforcer sa coopération avec la commission nationale d’enquête créée par le gouvernement yéménite en septembre 2015.

En octobre 2015, les pays européens avaient déjà fait volte-face, sous la pression de l’Arabie saoudite selon certains, et retiré leur appui aux Pays-Bas qui voulaient alors aussi présenter au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU une résolution demandant une enquête internationale sur des crimes de guerre au Yémen.

Source : agences et rédaction

 

30-09-2016 | 11:00

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20266&cid=304#.V-69n-CLQ2w


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau