LE MOUVEMENT ANSARULLAH : LE YEMEN SERA LE CIMETIERE DES AGRESSEURS

 

 
Le leader du mouvement d'Ansarullah, sayed Abdel Malek al-Houthi a adressé jeudi un message destiné à l'armée régulière et aux comités populaires.
 
«Sans la présence courageuse et digne des militaires de l'armée et des forces de la défenseabdel malek al-houthi populaire, sur les fronts de la lutte contre les terroristes takfiris et les mercenaires saoudiens, le Yémen aurait déjà été occupé par les bandes criminelles», a-t-il déclaré.

Et d'ajouter : «La lutte que vous menez contre les terroristes et les agresseurs est une lutte pour l'indépendance, la liberté et la dignité, et la victoire, dans cette guerre, bâtira votre avenir. Le Yémen a été et sera le cimetière des agresseurs et une haute muraille devant les puissances despotiques».

Le leader d'Ansarullah a exhorté les militaires de l'armée régulière et les forces des comités populaires à se mobiliser, pour repousser l'agression de l'ennemi, les appelant à garder leur sang-froid, face aux difficultés et aux obstacles qu'ils rencontreront.

Sur le terrain, l'armée yéménite a fait état dans un communiqué d'une nouvelle attaque aux missiles contre la base militaire de al Mossareha à al Najm al Saqeb à Jizan. Selon al Mayadeen, un certain nombre de soldats saoudiens ont été tués et blessés. L'armée saoudienne a confirmé la mort du général Mohamad Ben Ali Al Malid, un des effectifs de l'armée terrestre au cours d'une attaque aux missiles contre une base militaire. L'armée yéménite a affirmé vouloir poursuivre ses tirs de missiles jusqu'à ce que les raids saoudiens cessent.

Sanaa et Shibam au patrimoine en péril de l'Unesco

Sur un autre plan, l'Unesco a classé jeudi patrimoine en danger les villes yéménites de Sanaa etSanaa et Shibam au patrimoine en péril de l'Unesco de Shibam, dans le centre du Yémen. Ces deux cités sont menacées par les raids saoudiens.
La vieille ville de Sanaa, capitale du Yémen, «a subi de sérieux dommages en raison du conflit armé. Le quartier al Qasimi, situé près du fameux jardin urbain de Miqshamat al Qasimi, a subi d'importants dégâts», a souligné l'agence culturelle de l'ONU.
«La plus grande partie des vitres et des portes colorées et décorées» de la capitale, «si caractéristiques de son architecture, ont explosé ou ont été endommagées», poursuit l'Unesco, qui dit «sa tristesse et son inquiétude» face à des destructions qui affectent «une ville islamique de grande importance historique et patrimoniale».
L'ancienne ville de Shibam, édifiée au XVIe siècle sur un éperon rocheux, et son mur d'enceinte ont également été inscrits sur la liste des sites en danger de l'Unesco. Outre les «menaces potentielles liées au conflit», la ville, dont les constructions en forme de tours lui ont valu le surnom de «Manhattan du désert», est aussi soumise à des «problèmes de conservation et de gestion», justifie l'Unesco.

Source : agences et rédaction
03-07-2015 | 11:38
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau