RIPOSTE YEMENITE AUX RAIDS SAOUDIENS CONTRE JAZZAN AVEC 150 MISSILES

Les forces yéménites ripostent aux raids saoudiens: 150 missiles contre Jazzan
L’équipe du site

Plus de 3 mois après l'agression saoudienne contre le Yémen, les bombardements meurtries ne connaissent toujours pas de répit. La chaine yéménite d’information Al-Massira a rapporté vendredi que l’aviation saoudiennea largué des bombes contre le village d'Al-Sabbar dans la province d'Ibb, au sud du pays, et contre la province de Saada au nord.

Le port d’Aden au sud et la province de Maarib au centre ont également été bombardés par les avions de chasse saoudiens, a-t-on ajouté de même source.

En riposte, l’armée et les forces populaires d’Ansarullah ont tiré plus de 150 missiles contre 9 bases militaires saoudiennes dans la région frontalière de Jazzan.

Selon le ministère yéménite de la Défense, cité par l’agence iranienne Irib, plusieurs militaires saoudiens ont été tués, lors d’opérations de l’armée et d’Ansarullah contre des positions saoudiennes à Jazzan.

Malgré la souffrance, la journée d’AlQuds commémorée

Par ailleurs, en dépit de leur souffrance, les Yéménites s’apprêtent à massivement participer à la commémoration de la journée mondiale d’AlQuds, dans la capitale Sanaa.

« Après 100 jours d’agression de l’axe du mal américano-saoudo-israélien, les Yéménites sortiront des ruines pour commémorer la journée mondiale d’AlQuds pour affirmé qu’ils sont un peuple partageant la douleur, l’espoir, et le destin avec la cause palestinienne », ont affirmé les organisateurs dans un communiqué, cité par Yemeni Press.

Et d’ajouter : « la journée d’AlQuds ne concerne pas seulement les Palestiniens, mais elle incarne la lutte des opprimés contre les arrogants et l’éveil des peuples ».

La Journée mondiale d’AlQuds  est un événement annuel destiné à protester contre l’occupation israélienne d’AlQuds, capitale de la Palestine, et à exprimer la solidarité avec le peuple palestinien.

Elle a été instaurée en 1979 par l’Ayatollah Khomeini, fondateur de la République Islamique d’Iran, et se déroule le dernier vendredi du mois béni de Ramadan.

Trêve de six jours

Entre-temps, au niveau politique, l'ONU a annoncé une trêve de six jours, afin de permettre aux secours d'atteindre des millions de Yéménites en détresse.

Cette "pause humanitaire inconditionnelle" doit commencer vendredi à 23H59 locales (20H59 GMT) et durer  "jusqu'à la fin du ramadan", mois sacré pour les musulmans, prévue le 17 juillet, a déclaré jeudi le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Le président yéménite démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi (réfugié en Arabie) "a transmis son accord pour cette pause à la coalition" militaire arabe conduite par l'Arabie saoudite qui mène depuis le 26 mars des raids sans merci contre toutes les région yéménites "afin de s'assurer de son soutien et de sa collaboration", a-t-il précisé.

Côté yéménite, l'ONU a reçu l'assurance des forces populaires d’Ansarullah (Houthis) et de leurs alliés qu’ils respecteront "pleinement" la pause.

M. Dujarric n'est pas allé jusqu'à confirmer explicitement que l'Arabie saoudite avait accepté la trêve et allait cesser ses raids aériens meurtriers.

Mais il a affirmé que l'ONU avait reçu de tous les belligérants des assurances suffisantes pour lui permettre d'annoncer cette trêve.

"Une trêve humanitaire cela veut dire pas de combats, pas de bombardement pas de tirs", a-t-il martelé.  

Plus de 3.200 morts en 3 mois    

L'ONU réclamait depuis des semaines une accalmie afin de porter secours à la population yéménite, dont 80% --soit 21 millions de personnes-- ont besoin

d'aide ou de protection et plus de 10 millions ont du mal à se nourrir ou à trouver de l'eau potable.

Les combats ont fait plus de 3.200 morts depuis fin mars et chassé de leurs foyers un million de personnes, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Il y a une semaine, l'ONU avait attribué au Yémen son plus haut degré d'urgence humanitaire, évoquant des risques de famine.

"Il est impératif et urgent que l'aide humanitaire atteigne toutes les personnes vulnérables au Yémen", a affirmé M. Dujarric.

Il a réclamé un accès humanitaire "total et sans entraves à tout le pays, y compris par les aéroports et les ports", alors que les ports yéménites sont soumis à un blocus naval saoudien.

Ban Ki-moon "demande à toutes les parties au conflit de contribuer à éviter une catastrophe humanitaire", a-t-il souligné.

Le médiateur de l'ONU, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, va poursuivre ses consultations pour parvenir à un "cessez-le-feu durable" et mettre en place "un mécanisme permettant le retrait des forces, la libération des prisonniers politiques et la reprise d'un dialogue politique".

L’Arabie saoudite insiste sur un retrait préalable de l’armée yéménite et des Houthis des territoires qu'ils ont conquis face aux takfiristes d’Al-Qaïda et des miliciens pro-saoudiens.

 

Source: Divers

10-07-2015 - 13:09 Dernière mise à jour 10-07-2015 - 14:59 | 1308 vus

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=247366&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=30&s1=1


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau