YEMEN : L'HORREUR !

YEMEN : L'HORREUR !
 
La tragédie yéménite

La tragédie yéménite

IRIB- "Amnesty International" tire la sonnette d'alarme, au Yémen!

L'ONG met, ainsi, en garde contre les crimes de guerre, commis par l'Arabie, au Yémen, ce qui exprime, également, les inquiétudes de la communauté internationale, quant à la poursuite de cette guerre sanglante contre le peuple yéménite.
Selon "Amnesty International", durant ces dernières semaines, des centaines de civils yéménites ont été tués, dans des affrontements et raids aériens, sous l'égide de l'Arabie.
L'organisation de défense des droits de l'Homme est d'avis que les civils sont traités brutalement.
Dans le rapport d'"Amnesty International", dont le texte intégral a été publié, mardi, à Londres, on peut lire : "Les avions de la coalition saoudienne visent les zones résidentielles civiles, les établissements scolaires et les mosquées. On compte de nombreux enfants, parmi les victimes. Au sud du Yémen, 25% de la population a besoin d'aides humanitaires urgentes. L'eau potable et l'électricité y font défaut. Durant ces derniers jours, l'Arabie saoudite a bombardé plusieurs silos, à l'Ouest du Yémen, afin de faire plier les Yéménites, pour qu'ils acceptent les diktats politiques de Riyad, qui souhaite le retour au pouvoir des hommes politiques en cavale.
Par ailleurs, les chasseurs saoudiens ont attaqué, à neuf reprises, mardi, le port d'Al-Hadida. Selon les sources locales, des silos et un bateau transportant des marchandises ont été visés par les avions de combat saoudiens. Al-Hadida est l'un des ports importants du Yémen où accostent les navires transportant aliments, médicaments et combustible.
Simultanément à l'ordre, émis par Abdelmalek Houthi, pour mettre au point les options stratégiques et secrètes d'Ansarallah, face aux attaques de l'Arabie, et à l'annonce de l'Etat d'urgence, dans les provinces du Sud et de l'Est, les sources yéménites font état du contrôle d'Ansarallah sur l'ambassade émiratie, à Sanaa.
Abdolmalek Houthi, leader du mouvement Ansarallah, a ordonné à tous les dirigeants militaires de ce mouvement de décréter l'état d'urgence, dans les provinces du Sud, de l'Est, et sur les frontières du Nord.
D'autre part, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU, s'est, pour sa part, déclaré préoccupé par la violation des droits de l'Homme, à Taëz, au Sud-Ouest du Yémen. Il a demandé à toutes les parties impliquées dans le conflit de respecter les lois internationales.
Le secrétaire général des Nations unies a affirmé que la crise yéménite ne serait réglée que par la voie politique et que toutes les parties doivent coopérer avec Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, envoyé spécial de l'ONU, au Yémen.
Lundi, Cheikh Ahmed a fait part des progrès, dans les négociations de Mascate, et émis l'espoir que les efforts soient couronnés de succès.
Les frappes saoudiennes contre le Yémen, déclenchées, depuis mars 2015, l'ont conduit vers le gouffre abyssal d'une catastrophe humanitaire.
 
 
 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau