YEMEN : LA TREVE DE L'ONU AUSSITOT VIOLEE PAR L'ARABIE

Al-Houthi aura recours à des mesures stratégiques, si l’agression se poursuit
L’équipe du site

Le chef du mouvement Ansarullah Abdel Malek al-Houthi a fait savoir qu'il nourrissait "peu d'espoir" quant au "succès" de la trêve annoncée par l’Onu, ajoutant qu'il dépendait "de l'engagement du régime saoudien et (...) d'un arrêt total de (son) agression".

« En cas de poursuite de l’agression saoudo-américaine contre le Yémen, nous allons décréter la mobilisation générale sur tous les niveaux afin de la contrer », affirmé Sayed al-Houthi, dans un discours vendredi à l’occasion de la journée mondiale d’AlQuds.

« Sur le terrain, nous sommes prêts à toutes les options stratégiques et nous veillons à ce qu’elles soient conformes à une décision de la part de tous les Yéménites. Nous aurons recours à des mesures stratégiques, si l’agression se poursuit », a expliqué le chef d’Ansarullah.

Et de rappeler : « le peuple yéménite a attendu 40 jours avant de riposter à cette agression pour prouver au monde les mensonges des allégations saoudiennes ».

« L’agression doit s’arrêter et nous ne pourrons plus accepter ses crimes odieux à l’encontre du peuple yéménite, d’où l’action de l’armée et des forces populaires à la frontière ». Il faisait allusion aux opérations yéménites contre les bases militaires saoudiennes à Najrane et Jazzane.

Il a en outre indiqué qu’ « Israël a incité le régime saoudien à commettre des crimes au Yémen, plus cruels que ceux commis par l’entité sioniste ». Et d’ajouter : « l’Arabie veut faire de la collaboration avec Israël une arabité, et qualifie de collaborateurs iraniens tous ceux qui s’opposent à Israël ».  

« Le peuple yéménite est tué et ses maisons détruites grâce à un feu vert américain et à l’aide d’armes américaines…Le peuple yéménite veut être aux côtés de la résistance en Palestine et au Liban pour faire face à Israël, et c’est pour cette raison que nous combattons (…) Une des principales raisons de l’agression contre le Yémen est de punir le peuple yéménite pour ses positions à l’égard des causes de l’Ummah (nation islamique) », a expliqué M.al-Houthi.

Il a en outre affirmé que « le régime saoudien est la source inspiratrice des groupes takfiristes ; il leur offre l'environnement propice, et tout cela est dans l'intérêt d'Israël et des Etats-Unis ».

«Al-Qaïda, Daech et leurs mercenaires massacrent les gens et commettent des crimes au Yémen, en Syrie, en Irak, en Libye et en Egypte…Les takfiristes ne peuvent en aucun cas se démarquer de l’ennemi israélien qui tire profit de toutes leurs actions », a conclu le numéro un d’Ansarullah.

La trêve aussitôt violée par l’Arabie

A peine quelques heures après l’entrée en vigueur de la trêve visant à permettre l'acheminement d'une aide humanitaire aux milliers de personnes en détresse au Yémen, l’Arabie a bombardé différentes régions du pays.

Cette pause humanitaire, est censée durer de vendredi 23H59 locales (20H59 GMT) jusqu’à la fin du mois de ramadan, soit le 17 juillet.

Or, vers 1H00 du matin de ce samedi, l’artillerie saoudienne a bombardé la ville frontalière de Hared, dans la province de Hajjah.

L’agence yéménite Khabar a précisé que plusieurs explosions ont secoué Hared et les fermes voisines.

Toujours samedi matin, les avions de la coalition saoudo-américaine ont bombardé la ville de Taëz (centre) et la capitale Sanaa. Ils ont également mené 6 raids contre les régions de Chabwa et Naqaba.

Dans le sud du pays, l’Arabie a également frappé des positions de l’armée et des forces populaires d’Ansarullah à Aden et dans la province voisine de Lahj.

Peu avant la trêve, neuf civils sont tombés en martyre quand un raid saoudien a visé une école servant d'abri à des réfugiés dans un village de la province de Lahj (sud).

4 personnes sont également tombés en martyre et 4 autres blessés suite à 3 raids visant des camions transportant des farines sur le pont as-Salam, près de Chabwa.

Pour Ryad, cette pause est inutile

D’ailleurs, un responsable saoudien sous couvert de l'anonymat cité par l’AFP avait déclaré que "la coalition n'a reçu  (...) aucune preuve d'engagement de l'autre partie". "Nous pensons que cette pause sera inutile."

L’Arabie réclame le retrait de l’armée et des Houthis des villes et des régions qu’ils ont libérées des takfiristes d’Al-Qaïda et des miliciens pro-saoudiens.  

Dans une déclaration unanime vendredi, les 15 pays membres du Conseil de sécurité ont "demandé instamment à toutes les parties prenantes au conflit de faire preuve de retenue au cas où des incidents isolés viendraient rompre cette trêve, et d'éviter toute escalade".

"Tous les belligérants devront suspendre leurs opérations militaires pendant la pause" et "aucune partie prenante au conflit ne doit profiter de la pause pour déplacer des armements ou s'emparer de territoires", a aussi affirmé le Conseil.

Il a demandé "à toutes les parties de faciliter la livraison urgente d'aide humanitaire dans tout le Yémen".

PAM se dit prêt

"Nous sommes prêts. Nous étions même prêts avant que la trêve soit déclarée" par les Nations unies jeudi, a expliqué à l'AFP Abeer Etefa, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM). C'est "notre dernier espoir", a-t-elle ajouté, précisant que deux bateaux remplis de nourriture et de carburant croisaient au large d'Aden.

Le PAM est parvenu depuis une semaine à livrer 9.000 tonnes de nourriture à son entrepôt au Yémen et la trêve est maintenant nécessaire pour pouvoir distribuer cette aide ainsi que pour "atteindre toutes les régions du Yémen, peu importe qui les contrôle", d'après Mme Etefa.

Selon elle, près de quarante camions, partis en deux convois vers Aden et Saada, n'ont pas encore pu atteindre leur but à cause de l'état des routes et des problèmes de sécurité.

"Il est impératif et urgent que l'aide humanitaire atteigne toutes les personnes vulnérables (...) tout au long de la trêve", a déclaré un porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, plus d'une semaine après l'inscription du pays au niveau maximal d'urgence sanitaire.

Selon l'ONU, 80% de la population --soit 21 millions de personnes-- ont besoin d'aide ou de protection et plus de 10 millions ont du mal à se nourrir ou à trouver de l'eau potable à cause d'un conflit qui a fait plus de 3.200 morts, dont une moitié de civils, depuis la fin mars.

Une précédente trêve à la mi-mai avait également été violée par l’Arabie saoudite.

 

Source: Divers

11-07-2015 - 14:48 Dernière mise à jour 11-07-2015 - 14:48
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=247487&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=30&s1=1
 
 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau