YEMEN : LE CHEF DE LA SOCIETE US BLACKWATER AINSI QUE 7 AUTRES MERCENAIRES TUES

 

Le chef de la société américaine Blackwater au Yémen ainsi que sept autres mercenaires appartenant à la société ont été tués mardi lors des affrontements opposants les forces de l'armée et les comités populaires yéménites aux miliciens du président démissionnaire Mansour Hadi dans la province méridionale de Taëz, au sud du Yémen, a rapporté le site d'information Al-Massirah.

Deux Britanniques dont un colonel de la Force de l'Air de la Garde royale et un Français figurent parmi les morts.

Six mercenaires colombiens et leur commandant australien travaillant également à Blackwater avaient déjà été tués lors des combats avec l'armée et les comités populaires yéménites dans le camp d'Al-Amri de Taëz. Après avoir formé la coalition arabe pour attaquer le Yémen, l'Arabie saoudite a recruté des miliciens étrangers dans le cadre de son opération d'infiltration dans ce pays.

Sur un autre plan, des hommes armés ont fait sauter mercredi une église catholique à Aden, deuxième ville du Yémen, où des extrémistes ont renforcé leur présence sur fond d'insécurité croissante, selon des sources de sécurité et des témoins.

Quatre hommes masqués ont fait irruption dans le quartier résidentiel de Moualla où ils ont détruit l'église à l'aide d'explosifs, ont indiqué ces sources. Le bâtiment n'est plus qu'un amas de gravats, ont affirmé des habitants de Hafoun, secteur où s'est produit l'attaque.

L'attaque n'a pas été revendiquée, mais un responsable de la police a évoqué la piste des terroristes d'Al-Qaïda ou de «Daech».  

170.000 personnes ont fui le Yémen depuis l'aggravation du conflit

Sur le plan humanitaire, quelque 170.000 personnes ont fui le Yémen depuis l'aggravation du conflit en mars, pour aller dans la Corne de l'Afrique ou dans les pays du Golfe.

«Environ 170.000 Yéménites, réfugiés et ressortissants de pays tiers ont fui vers Djibouti, l'Ethiopie, la Somalie, le Soudan et certains pays du Golfe», ont annoncé mardi le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Elles ont lancé un appel aux dons de 94 millions de dollars (86 millions d'euros) pour assurer en 2016 la protection et l'assistance aux réfugiés, rapatriés et migrants fuyant le conflit au Yémen. La plupart des réfugiés ont effectué une «traversée périlleuse» du golfe d'Aden vers la Corne de l'Afrique, a expliqué Claire Bourgeois, qui gère les opérations du HCR pour les personnes fuyant le Yémen. Au Yémen, environ 80% de la population est affectée par la guerre et a besoin d'aide, alors que 2,3 millions de personnes ont été déplacées, selon l'ONU. «Les souffrances que ce conflit inflige aux gens sont un déchirement», a ajouté Mme Bourgeois.

Source : sites web et rédaction

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau