NIGERIA : A PEINE ELU PRESIDENT, BUHARI DECLARE LA GUERRE A BOKO HARAM

 
A peine élu au terme d’un scrutin salué dans le monde, le nouveau président du Nigeria, l’ex-général Muhammadu Buhari, s’est engagé mercredi à «débarrasser la nation de la terreur» du groupe extrémiste Boko Haram.

L’ex-général nigérian s’est également posé en rassembleur de son peuple, plaidant la réconciliation avec des opposants politiques redoutant le retour à son régime autocratique dans les années 1980, disant que son gouvernement allait représenter «tous les Nigérians».

«Je peux vous assurer que Boko Haram va vite mesurer la force de notre volonté collective et de notre engagement à débarrasser la nation de la terreur et pour ramenerNigeria: à peine élu président, Buhari déclare la guerre à Boko Haram. la paix», a déclaré le général retraité de 72 ans.

«Aucun effort, a-t-il souligné, ne sera épargné pour vaincre le terrorisme» du groupe qui mène attaques, attentats-suicides et enlèvements dans le nord-est du pays, faisant plus de 13.000 morts depuis six ans.

Il s’est également engagé à combattre le fléau endémique qui ronge le Nigeria, la corruption, tout en déclarant qu’il n’y aurait pas de chasse aux sorcières et que son rival, Goodluck Jonathan, largement battu à la présidentielle n’avait «rien à craindre».

«Disons-le clairement: le président Jonathan n’a rien à craindre de moi», a ajouté M. Buhari. «C’est un grand Nigérian».

La corruption en particulier, l’un des plus grands fléaux du Nigeria, «n’aura plus sa place» dans le pays, a assuré M. Buhari.

Avec 53,95% des voix, Muhammadu Buhari, qui était le candidat de la coalition de l’opposition (APC), a battu avec une nette avance le chef d’État sortant, candidat du Parti démocratique populaire (PDP), crédité de 44,96%, selon les résultats officiels annoncés par la Commission électorale indépendante.

Les résultats des élections parlementaires, qui ont eu lieu au même moment, n’ont pas encore été publiés. Selon le calendrier officiel, M. Buhari doit être investi le 29 mai.

«Notre pays a rejoint la communauté des nations qui remplacent par les urnes un président en place au cours d’un scrutin libre et honnête», «pour moi, c’est vraiment historique», s’est félicité M. Buhari dans sa première allocution depuis son élection.

«Maturité de la démocratie»

Sa victoire ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire politique parfois turbulente du Nigeria qui a connu six coups d’Etat depuis l’indépendance en 1960. Le PDP détenait le pouvoir depuis 1999, date du retour à la démocratie du Nigeria après des années de dictatures militaires.

Les Etats-Unis, l’Union européenne, la France et le Royaume-Uni (ancienne puissance coloniale) ont félicité le vainqueur, Londres soulignant l’importance d’une «transition pacifique».

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a pour sa part salué «la maturité de la démocratie au Nigeria».

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a déclaré que «le résultat des élections démontre clairement la maturité de la démocratie, non seulement au Nigeria, mais sur le continent dans son ensemble».

Dans un communiqué, les chefs des missions des observateurs internationaux incluant notamment ceux de l’Union Africaine, du Commonwealth, de l’Union Européenne ont félicité le Nigeria et son peuple «pour leur attachement à une réponse pacifique (à l’annonce des)... résultats des élections.»

Cette présidentielle réussie, dans le pays le plus peuplé d’Afrique avec 173 millions d’habitants, est un symbole fort sur le continent, où la question de l’alternance pacifique et démocratique reste d’actualité, avec des dirigeants en poste ou une même famille au pouvoir parfois depuis plusieurs dizaines années.

Source: agences et rédaction
02-04-2015 | 11:40

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=14602&cid=307#.VR1TCpNCfao

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau