LES HOUTHIS AVANCENT A ADEN ET MENACENT DE VISER LE PETROLE SAOUDIEN

Yémen : Ansarallah avance à Aden et menace de viser le pétrole saoudien

 

L’équipe du site

L’armée yéménite appuyée par les forces révolutionnaires Ansarullah (Houthis) au Yémen se sont emparés dimanche du siège de l'administration provinciale à Aden (sud), deuxième ville du pays, malgré la poursuite de l’agression saoudo-américaine contre le pays.

L’armée et les Houthis "ont progressé dans la nuit à Al-Moalla", quartier du centre d'Aden, et "ont pris vers 03H00 (locale, 00H GMT) le siège de l'administration provinciale, dont le bureau du gouverneur", a indiqué une source yéménite cité par le correspondant d’AlManar.

Dimanche matin, les rebelles et leurs alliés se trouvaient à proximité du port d'Al-Moalla, défendu par les miliciens fidèles au président démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi réfugié en Arabie saoudite, selon un responsable cité par l’AFP.

Une coalition arabe menée par l''Arabie saoudite et appuyée par les Etats-Unis a lancé le 26 mars une agression militaire au Yémen sous prétexte d’empêcher l’armée et les Houthis de s'emparer d'Aden après avoir pris la capitale Sanaa et des régions du nord et du centre du pays.

L’Arabie poursuit ses massacres

Sur le terrain, les avions de chasse saoudiens ont bombardé la localité de Hajar Akach dans la province de Sanna, faisant des dizaines de victimes, a rapporté la chaine de télévision iranienne arabophone AlAlam.

Le gouverneur de cette localité Abdel Latif Lamdi a affirmé que les secours ont extrait « 9 cadavres dont des femmes et des enfants ». Et d’ajouter : « des dizaines d’autres sont toujours ensevelis sous les décombres de 7 maisons détruits par l’aviation saoudienne ».

Selon Al-Alam, la capitale yéménite a plongé dans l’obscurité. Les avions saoudiens ont visé la centrale d’électricité de Sanaa.

 

Des forces spéciales saoudiennes "impliquées" au Yémen (conseiller)

Samedi, un conseiller saoudien a révélé que  des forces spéciales saoudiennes sont impliquées dans l'agression contre le Yémen.

Son armée et les forces spéciales de la marine participent à des opérations spécifiques, a affirmé le conseiller, sans préciser si ces troupes avaient déjà opéré au sol.

Les forces spéciales ont livré des armes et du matériel de communication aux partisans du président en fuite Abd Rabbo Mansour Hadi à Aden, la principale ville du sud du Yémen, a-t-il déclaré à l'AFP.

 Selon lui, les forces spéciales de la marine ont une mission de "coordination et d'orientation" pour permettre aux partisans de M. Hadi de répliquer aux Houthis.

 Elles vont "poursuivre leurs engagements" aux côtés de ces combattants, a-t-il encore dit, indiquant que l'armée et les forces de la marine avaient été impliquées dans les opérations contre les Houthis qui avaient selon ses propres termes "envahi" l'île de Muyn, dans le détroit de Bab al-Mandeb, par lequel transite une partie du commerce mondial.

Ansarallah prêt à viser le "pétrole" saoudien

«Ansarullah détient des missiles très sophistiqués et précis qui sont en mesure de viser les installations pétrolières saoudiennes», a par ailleurs affirmé Hadi al-Ojaïlaki, un des dirigeants du mouvement d’Ansarallah cité par l’agence d’information iranienne Irib.  

«Ces missiles modifieront la stratégie de l’Arabie dans son agression actuelle contre la nation yéménite», a averti ce responsable d’Ansarallah.

Selon le site d’information Naba, ce dirigeant du mouvement d’Ansarallah a souligné que: «ces missiles sont connus pour leur puissances et leur précision, et ils sont considérés comme une menace stratégique majeure contre l’Arabie et les installations pétrolières et économiques du régime des Ale-Saoud (famille régnante) et de la Force navale égyptienne».

Selon Hadi al-Ojaïlaki, les appareils du renseignement des Arabes sont incapables d’identifier le nombre et le lieu de ces missiles.

«En 2009, et pendant notre précédent conflit avec l’Arabie, nous ne détenions pas des munitions de guerre sophistiquées, comme celles dont nous disposons, actuellement, mais à l’heure actuelle nous sommes en mesure de menacer l’existence même des Ale-Saoud dans la région», a-t-il averti.   

Diplomate russe: Moscou ne livre pas de "matériel militaire" aux Houthis

Entre-temps, les membres du conseil de sécurité de l’Onu ont avorté samedi un projet russe sur un cessez-le feu au Yémen.

L'adjoint du représentant permanent de la Russie à l'Onu, Vladimir Safronkov, a démenti samedi les allégations selon lesquelles Moscou apportait une aide militaire aux Houthis et aux partisans de l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh.

Moscou n'a pas utilisé les avions ayant servi à évacuer les ressortissants russes du Yémen pour livrer du "matériel militaire" aux Houthis, a annoncé Vladimir Safronkov, adjoint du représentant permanent de la Russie aux Nations unies, avant une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu sur la situation humanitaire au Yémen, rapporte l’agence russe Sputnik.

"Nous ne le faisons pas", a répondu le diplomate à la question de savoir si la Russie apportait une aide militaire aux partisans de l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh.

En visite en Arabie saoudite, le ministre des Affaires Etrangères du président démissionnaire Mansour Abed Rabbo Hadi, Ryad Yassine, a appelé samedi Moscou à commenter les informations selon lesquelles les avions utilisés pour évacuer les ressortissants russes du Yémen auraient servi à livrer du "matériel militaire" au mouvement Ansarallah et aux partisans de l'ex-président Saleh.

 

 

Source: Divers

05-04-2015 - 12:51 Dernière mise à jour 05-04-2015 - 13:45 | 1285 vus
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau