POURQUOI LE YEMEN NE RIPOSTE-T-IL PAS A L'OFFENSIVE SAOUDIENNE ?

lundi, 06 avril 2015 08:39

 

Pourquoi le Yémen ne riposte-il pas à l’offensive saoudienne ?

 
 
 
IRIB- Le Haut comité révolutionnaire du Yémen, réunissant les représentants de divers groupes et tribus,
s’est concentré, de façon sans précédent, sur le plan de confronter l’offensive militaire saoudienne, via l’organisation d’un front intérieur et extérieur et il a réussi à se préparer à une longue guerre, pour ainsi faire capoter l’agression militaire saoudienne. Selon l’agence de presse Tasnim, "Al-Massa Press" s’est penché, dans une analyse, sur les causes du silence d’Ansarallah, en tant que représentant de divers groupes révolutionnaires, face à l’offensive militaire de l’Arabie saoudite et de neuf autres pays arabes, contre le peuple yéménite. « Malgré son expérience politique encore très jeune, le Mouvement Ansarallah, a asséné un coup dur à la coalition arabe, notamment le roi d’Arabie saoudite, Salman Ben Abdelaziz, et son fils « Mohammed », ministre de la Défense ne disposant d’aucune expérience militaire », a écrit "Al-Massa Press" avant de poursuivre que le coup cinglant du mouvement Ansarallah contre la coalition arabe anti-yéménite, est «l’absence de riposte militaire », malgré d’intenses bombardements de toute la superficie géographique du Yémen. La réalité c’est que l’Arabie saoudite tente d’inciter le Haut conseil révolutionnaire yéménite, composé de divers groupes, travaillant sous la bannière du mouvement Ansarallah, à répliquer manu militari, mais que le mouvement Ansarallah, suivant les directives de son commandant, a préféré réajuster son front interne. Que signifie-t-elle cette absence de riposte ? Elle annonce le fait qu’il y a d’une part, un agresseur qui bombarde, avec toute sa force militaire et ne reçoit aucune réponse de la part de la première partie ; cette même première partie que la seconde partie essaie de présenter un « grand danger » ; le danger que selon la seconde partie, dispose d’armes sophistiquées et menace la sécurité arabe et régionale. L’absence de réponse signifie le fait que les gouvernements du monde, notamment ceux qui sont pro-saoudiens, réviseront leurs positions et que le citoyen yéménite comprendra que les leaders d’Ansarallah ne veulent pas la guerre et ne la déclenchent pas. Actuellement une bonne occasion est présente pour mettre un terme à l’agression saoudienne avant que le mouvement Ansarallah choisisse d’autres options. L’absence de riposte est un signe de l’intelligence et de la clairvoyance d’Ansarallah qu’amèneront les gouvernements arabes et occidentaux à faire des efforts diplomatiques pour faire cesser l’agression militaire contre le Yémen. L’absence de réplique a discrédité aux yeux du monde entier, cette offensive militaire, sur le plan éthique et politique, de manière que les organisations gouvernementales ont saisi la réalité des résultats des bombardements qui visent les citoyens. La coalition arabe se trouve dans l’impasse : soit elle doit poursuivre ses crimes, soit elle doit sortir du bourbier dans lequel elle s'est s'est jetée. Si elle choisit la première option, elle tombera dans un enfer qui ébranlera son trône et changera tout le plan politique en Arabie et même tous les princes du palais royal saoudien, en ont peur. Le mouvement Ansarallah a réussi à bien ajuster son front intérieur et l’ennemi s’imaginait que le peuple yéménite ne résisterait que pendant trois jours. Cependant, le leader du mouvement Ansarallah s’est focalisé de façon sans précédent sur son plan de confrontation avec l’offensive militaire saoudienne contre le Yémen, par l’aménagement des fronts aussi bien internes qu’externes et il a su s’apprêter à une guerre à long terme, balisant ainsi le terrain à l’échec de l’Arabie saoudite. L’analyste d’ "Al-Massa Press" conclut son article par cette phrase : « Le Yémen se trouve actuellement, à l’époque précédant la victoire et l’éclatement de la coalition arabe anti-yéménite se manifeste dès maintenant. Certains exigent une opération terrestre et certains opposants réclament l’arrêt des bombardements et le retour à la solution politique et d’autres options. Les divergences de vue persistent, les options sont pourtant limitées ».
 
http://french.irib.ir/analyses/chroniques/item/364845-pourquoi-le-y%C3%A9men-ne-riposte-il-pas-%C3%A0-l%E2%80%99offensive-saoudienne

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau